AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Guillaume Deneufbourg (Traducteur)
EAN : 9782264080622
432 pages
10-18 (02/06/2022)
3.8/5   41 notes
Résumé :
Amsterdam, 1892. Lydia n’espère rien lorsqu’elle se plonge dans les affaires de son père tout juste décédé. Mais la découverte d’un carnet la laisse songeuse : au fil des pages, elle comprend qu’il projetait la création d’une fabrique de fromage moderne, actionnée à la vapeur. Contre toute attente, elle se promet de réaliser ce projet un peu fou. L’époque interdisant à une femme seule de mener une telle entreprise, Lydia trouve de l’aide auprès d’un fermier de la ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 41 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

fanfanouche24
  03 août 2022
Achat d'impulsion- 29 juin 2022- Librairie Chantelivre- (Issy)
Lecture très plaisante, habitée de beaux personnages passionnants et attachants ! Déjà plus d'un mois que j'ai achevé ce roman...
Jaquette et 4e de couverture attractifs m'ont fait choisir ce livre de poche et pour la première fois cette auteure...
Je me suis retrouvée en compagnie de Lydia, à Amsterdam, à la fin du 19e siècle....Celle- ci, fille unique choyée, vient de perdre son père.
Elle range ses papiers et découvre avec stupéfaction qu'il avait un projet sur lequel il " planchait" activement: la création d'une fabrique de fromage, actionnée à la vapeur.
Et ce projet fou l'aide à surmonter son deuil et lui donne un élan gigantesque de poursuivre le rêve paternel ; qu'il devienne " réalité "!
L'époque ne lui permettant pas de mener seule ce projet , elle s'associe à un fermier très entreprenant, Huib, qui avait connaissance du projet du père et travaillait déjà avec lui...
Ils vont travailler ensemble, concrétiser cette vaste entreprise...tomber amoureux...mais rien ne sera simple, car la société de l'époque est très rigide quant à la place de chaque classe sociale...Pour eux deux, ils doivent dépasser et trouver un moyen de vivre leurs sentiments, alors qu'ils ne font pas partie du même monde !
Ils réussiront leur fabrique de fromage, d'avant-garde...auront une fille, Nora...
Toutefois les embûches seront encore bien nombreuses...avant que leur situation personnelle puisse être vécue sereinement...
Et leur fille unique, Nora participera par sa rébellion, au parcours de combattants de ses parents...
Ayant hérité de la forte personnalité de sa mère et de sa détermination , elle s'emploiera à trouver son propre chemin ...
Un roman facile à lire tout en montrant fort bien la place et les droits quasi- inexistants des femmes dans ce tout début du 20e siècle....ainsi que la rigidité des codes sociaux très figés.
Une page d'histoire sociale...
"Le Monde des livres" décrit fort bien le contenu et la forme : "Pour nous plonger dans la première révolution industrielle, Simone van der Vlugt marie les univers d'Émilie Zola et de Jane Austen.En résulte un roman historique plein de fraîcheur brossant le tableau d'une société foisonnante de vie, avec en son centre, déjà, la question essentielle des femmes ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
dlcb26
  31 juillet 2022
un roman qui se lit vite, avec une écriture agréable et une histoire intéressante.
On y voit d'abord le développement d'une fabrique de fromages aux Pays-Bas, avec la vapeur, la mécanisation, les réflexions sur l'hygiène, mais aussi le système de classes sociales (remis en question par la guerre), le statut inférieur des femmes ...
Après une ellipse temporelle, la seconde partie du roman, la plus importante, évoque la Première Guerre mondiale qui bouleverse les personnages héros de ce roman. Les pages traitant des exactions allemandes, des combats, des soins d'urgence, des personnes déplacées sont poignantes et ont des accents très réalistes. C'est intéressant de voir le début de la Grande Guerre des points de vue néerlandais et surtout belge, car c'est un pan de la guerre moins traité dans les livres d'histoire français (résumé à: "le viol de la Belgique" et les exactions de Louvain, la peur de la cinquième colonne et les mains coupées-non évoquées ici-, et voilà)
Je regrette cependant le caractère prévisible d'une bonne partie de l'histoire, le début un peu laborieux dans l'écriture (plate) et la rupture assez nette dans l'écriture/le style avec le passage à la guerre ... et la fin, dont je pense qu'elle demande une suite (mais ce n'est pas officiellement évoqué sur l'ouvrage, pratique qui semble très à la mode et que je déplore).
Une mention positive pour le petit topo final sur le cadre réel historique du roman, dont une partie est un peu discutable, mais les biographies des personnages moins connus sont pertinentes. La bibliographie finale proposée comblera (peut-être mais exclusivement) ceux qui lisent le néerlandais
En bref : une lecture intéressante, agréable et plutôt instructive, mais la comparaison avec Zola et Austen en 4° de couverture me semble quand même exagérée !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
biribi
  27 mai 2021
Un écrivain que je lis toujours avec plaisir et cette fois encore je ne suis pas déçue. Dommage qu'elle ne soit pas mieux connue en pays francophones.
L'année 1892 aux Pays-Bas, Lydia trouve des documents de son père récemment décédé. Elle découvre qu'il projetait d'installer une fabrique de fromage. Lydia, intriguée, investigue pour réunir davantage d'informations. Elle décide de se lancer et de réaliser le projet de son père.
Être femme à cette époque ne lui permet pas facilement d'entreprendre, de gérer une entreprise, seule.
Mais Lydia a du caractère et une volonté peu courante. Avec l'aide de Huib, un fermier du coin en qui elle a confiance et éprouve d'ailleurs des sentiments plus profonds, ils mèneront à bien le projet d'une fromagerie moderne, avec machines à vapeur.
Un amour impossible car les contraintes de l'époque et la différence de classes sociales empêchent Lydia, de noble origine et Huib, paysan, de passer outre les convenances, malgré leur attirance mutuelle.
Lydia aura une fille unique, Nora qui, mariée à 18 ans, sera contrainte de fuir à Anvers, étant en désaccord avec sa mère.
Deux parties dans ce livre : les années 1890 au nord d'Amsterdam et les années 1914 à Anvers alors que la guerre va éclater.
Les premiers bombardements d'Anvers feront fuir les habitants.
J'ai beaucoup apprécié cette 2e partie bien documentée, intégrant des personnages réels comme le roi Albert, la reine Élisabeth De Belgique au coeur des villes bombardées, de Marie Curie et sa fille, venues prêter leur aide en installant sur le terrain des tentes pour réaliser des radios sur les blessés.
Une belle lecture intéressante et instructive d'un auteur toujours bien documentée. Et une très belle couverture. Elle mérite 5 étoiles mais je n'arrive pas à les mettre !
A recommander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MilleetunepagesLM
  20 novembre 2021
Le commentaire de Lynda : ♥ COUP DE COEUR ♥
Quelle belle surprise que ce roman, que j'ai tout simplement adoré.
Deux femmes, Lydia et Nora, mère et fille.
À la mort de son père, Lydia, en faisant le tour des choses personnelles lui ayant appartenu, trouve un carnet, et après la lecture, elle se rend compte que ce cahier décrit un projet que son père prévoyait d'exécuter, une fabrique à fromage.
Lydia, convaincue que son père avait une sacré bonne idée, décide qu'elle ira de l'avant avec ce projet. Mais, vous comme moi, savez qu'en 1892, c'était impossible pour une femme de se lancer dans les affaires et ce peu importe le genre. La femme se devait d'être au foyer, envisager le mariage et la famille.
Mais ça n'arrête pas Lydia, elle trouvera de l'aide auprès de Huib, un fermier, et mettra son projet en branle.
Et puis plus tard, c'est la fille de Lydia, que nous allons suivre, alors que la Première Guerre mondiale prend son envol, Lydia, trouvera refuge en Belgique, mais elle aussi est à la poursuite de ses rêves qu'elle veut tout simplement réaliser, et fera tout en son pouvoir pour y arriver.
À travers cette histoire bien sûr il y un peu de romance, et ça fait du bien, venant alléger un peu l'histoire.
L'histoire de ces deux femmes est très solide, chacune va aller vers son destin, tout en assouvissant ce besoin de liberté refusé aux femmes à cette époque. Un roman historique, bien que romancé, démontre très bien les moeurs et les attitudes de cette époque, où la femme était bien souvent reléguée en seconde place, et ce même si elle avait le potentiel et l'intelligence pour le faire.
Que vous dire, deux femmes auxquelles on s'attache très fortement, des femmes qui ne s'en laissent pas imposer et qui feront leurs chemins dans la vie, ouvrant par le fait même, le chemin à celles qui suivront. J'ai beaucoup aimé également cette mise en place de la fabrique à fromage. Un excellent roman historique romancé.
Beaucoup d'émotions sont vécues à la lecture, une plume assez descriptive nous permet de visualiser les décors sans problème. Des personnages qui ont su me marquer, chacun à leur façon.
Un coup de coeur pour cette plume qui m'aura permis de passer un excellent moment de lecture, une lecture d'ailleurs que je vous recommande vraiment !
Lien : https://lesmilleetunlivreslm..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
plumpy
  31 juillet 2022
Deux grandes parties dans ce livre, la première en 1892 où en effet il agit de la création d'une fabrique de fromage par une jeune femme orpheline riche bourgeoise hollandaise.La deuxième partie , la plus volumineuse démarre en 1913 nous vivons la guerre en Belgique et en hollande pays neutres au début du conflit mais qui vont évoluer différemment du fait de leur situation géographique . Autrement dit , il y a une légère tromperie sur le titre car les sujets principaux sont bien les relations amoureuses entre personnes de milieux différents et leurs impacts ; et la guerre . de plus la soit disant difficulté pour une femme à devenir cheffe d'entreprise n'est pas clairement décrite car cela se passe plutôt bien des points de vue économique et familial. Enfin l'écriture est assez sobre pour ne pas dire plate ou gnangnan . C'est quand même intéressant et sympa à lire .
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   04 juillet 2022
Elle ne lui en veut pas.Ralph n'était finalement pas celui qu'il prétendait être, mais elle n'est pas non plus celle qu'il croit. En fin de compte, nous dévoilons- nous jamais vraiment ? N'avons-nous pas tous nos secrets, même pour nos proches ?
Son chagrin d'amour vient s'ajouter au mal du pays et à son envie irrépressible de rentrer chez elle. (...)
Puisqu'elle ne doit plus jouer la comédie devant Ralph et sa belle-famille, que les affres de la guerre révèlent la futilité des questions d'origine, les souvenirs remontent doucement à la surface.Les images de son enfance...(p.353)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24fanfanouche24   02 juillet 2022
La jeune femme ne comprend pas tout à fait ce qui l'attire autant chez Huib. Peut-être le mélange d'intelligence et de rudesse. Huib est quelqu'un d'authentique. Il ne prétend pas être ce qu'il n'est pas.(...)
S'il n'est pas toujours aisé de mettre des mots sur les sentiments, elle ne peut plus nier leur existence.La question à présent est de savoir quoi en faire.(p.105)
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   01 juillet 2022
Au cours des dernières années, il a appris à apprivoiser sa solitude. Au terme de sa journée de travail, s'il n'a aucun rendez-vous nulle part, il apprécie de s'asseoir à la table de cuisine devant une tasse de Café et un peu de lecture.Non qu'il soit un être asocial ou qu'il se sente mal à l'aise en société, mais il n'affectionne guère le verbiage.( p.28)
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24fanfanouche24   04 juillet 2022
-Une chance incroyable...répète Nora.Tellement incroyable qu'en effet j'y crois difficilement.D'ordinaire, on ne propose pas aux servantes de devenir demoiselles de magasin.Il faut suivre une formation, s'exprimer sans accent et avoir des mains irréprochables, dépourvues de traces de travail manuel.
( p.279)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   03 juillet 2022
Beaucoup de femmes veulent faire quelque chose de leur vie, même lorsqu'elles sont à l'abri du besoin.C'est très bien, mais je me mobilise surtout pour celles qui se retrouvent seules, à la suite d'un divorce, d'un décès, ou tout simplement parce qu'elles ne se sont jamais mariées. Celles-là sont souvent en difficulté, d'abord parce qu'elles ne peuvent prétendre à autre chose qu'un emploi de servante ou, au mieux, de gouvernante. Résultat , elles dégringolent inéluctablement l'échelle sociale. (p.171)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : Amsterdam (Pays-Bas)Voir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.._..