AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782351785386
219 pages
Gallmeister (30/11/-1)
3.61/5   44 notes
Résumé :
Riche héritier, pompier bénévole, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, passablement porté sur la bouteille, Eliot Rosewater ne se reconnaît pas dans la devise de sa famille : "Prendre trop, bien trop, ou se retrouver sans rien." Lui préférant de loin "Nom de Dieu, il faut être bon", Eliot part appliquer sa maxime aux âmes qui vivent sur ses terres, dans le comté de Rosewater, Indiana. Là, en doux dingue, il répond aux appels au feu et aux appels à l'aide des infor... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
alberthenri
  18 décembre 2017
Norman Mushari, jeune avocat d'affaire arriviste et sans scrupules (comment cela "pléonasme" ?) entreprend de déposséder d'une bonne partie de sa fortune Eliot Rosewater.
Eliot est un richissime héritier, vétéran traumatisé de la seconde mondiale, il s'est donné pour but dans la vie, d'aider les plus défavorisés...
Entre son rôle de pompier bénévole, et sa fondation philanthropique, Eliot passe pour un doux dingue.
Mushari espère faire passer Rosewater pour irresponsable afin de faire hériter un lointain cousin Rosewater qu'il pense pouvoir spolier...
Ce roman est le troisième Vonnegut que je lis.
Les trois sont publiés chez Gallmeister (coïncidence), ce roman, fait d'ailleurs écho à "le petit déjeuner des champions", puisqu'on y retrouve une évocation du romancier Kilgore Trout, et de Rosewater lui-même...
J'apprécie l'humour de Vonnegut, incisif et caustique sous un premier abord débonnaire.
On peut trouver que le propos "anticapitaliste" manque de finesse, mais après tout, l'auteur le dit dés les premières phrases de son roman "Dieu vous bénisse monsieur Rosewater" est une fable, et il n'est donc pas à prendre comme un pamphlet ou un réquisitoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Rhodopsine
  26 octobre 2014
Challenge ABC 2014/2015
Héritier d'un empire financier, Eliot Rosewater choisit la philanthropie. Il se conduit en doux dingue, à l'encontre de toutes les habitudes de la famille: il donne , il veut faire le bien.
Satire, pamphlet? Ennui surtout. Trop prévisible dans son déroulement, trop pesant dans sa démonstration anti-capitaliste, trop caricatural ... Un roman indigeste, il faudra essayer un autre ouvrage de Kurt Vonnegut . Prochain ABC, peut-être.
Commenter  J’apprécie          100
StupidGRIN
  02 janvier 2020
Portant son héritage considérable comme une malédiction, Eliot Rosewater va chercher à expier son fardeau en devenant mécène. Il y a différentes manières d'être mécène. La méthode choisie par Eliot étant peu orthodoxe, la société comme son père, vont le considérer comme fou.
Le fou est en réalité atteint de dépression. En souhaitant bien faire, Eliot Rosewater décide de s'installer dans le comté Rosewater pour répondre aux besoins de sa population, particulièrement pauvre et précaire.
Pour cela, ce passionné des pompiers aura deux téléphones : le noir « Ne vous suicidez pas. Appelez la Fondation Rosewater », et le rouge pour les affaires de pompiers. Sa grande richesse et sa grande générosité lui vaudra un rang particulièrement haut chez les pompiers, malgré le fait qu'il n'ait jamais combattu le feu. de toute façon, la caserne lui appartient.
Sa manière de vivre, dans le plus grand dénuement mais riche en alcool rendra sa femme folle, ne supportant plus le fardeau de l'héritage des Rosewater. S'oubliant pourtant complètement pour ses concitoyens, va cependant attirer le flair l'avocat Norman Mushari, qui voit la une occasion en or de mettre le grapin sur sa fortune en le faisant déclarer fou, et donc incapable de gérer cette fortune.
Difficile de savoir si mon interprétation de ce livre est juste. J'ai trouvé ce livre particulièrement dur à lire et à comprendre. Est-ce la faute aux nombreuses disgressions de l'auteur ? Bien que très drôle, Eliot, qui souhaite répandre l'amour et la paix sur terre à coup de distributions de « Je t'aime » griffonnés sur des feuilles de PQ est sans conteste un héros romantique.
J'aurai pu interpréter ce livre comme une critique acerbe de la société capitaliste que représente les Etats-Unis, mais j'ai l'impression d'y voir davantage la critique d'une société incapable d'accepter les gens qui sortent du lot (=ici, ayant des tendances socialistes). Et puis Eliot, pauvre Eliot, qui subit cette richesse jusqu'à en perdre la raison. Je n'arrive donc pas à voir ce livre comme un livre humoristique, il m'a au contraire paru davantage comme un drame.
Du coup, il s'agit évidemment d'un livre engagé. Mais par quoi ? Je ne sais pas.
Une lecture qui m'a laissé perplexe.
Lien : https://cyberlecture.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
un_Riou
  01 décembre 2020
Un petit conte de la folie ordinaire, de la malédiction des héritages et de la vacuité des héritiers.
Dans le style Vonnegut ça permet à l'absurde de se faire didactique et de réfléchir au monde dans lequel nous vivons. Totalement surréaliste et profondément mélodramatique, Dieu vous bénisse Monsieur Rosewater, brosse en creux un ordre social floué dès son origine.
Ce n'est pas forcément le plus inspiré ou captivant des livres de Kurt Vonnegut, mais moyen pour un tel auteur est déjà un gage de qualité supérieure.
Commenter  J’apprécie          40
Tobidhambourg
  18 novembre 2020
J'avais entendu parler de Vonnegut comme auteur de SF mais par esprit de contradiction je me suis dirigé vers un de ses récits "réalistes". Quelle purge... Enfin, c'est sévère, mais je n'ai vraiment pas pris de plaisir à lire ce livre. Allez, il y a bien quelques passages par-ci par-là qui pique la curiosité, une réflexion qui démarre et qui... Capote. Parce que c'est un peu ça ce livre : des idées dans tous les sens, des récits qui s'enchâssent, des personnages à foison... Mais en fait rien n'est vraiment abouti. On erre dans ce livre et on ne sait pas trop où cela va nous mener, il y a bien un fil rouge mais celui-ci n'est pas vraiment enthousiasmant et l'on finit bien plus ennuyé par ces situations qui se veulent drôles mais tombent en général à l'eau.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   26 novembre 2014
Le personnage principal de cette fable sur les gens est une somme d’argent, tout comme le personnage principal d’une fable sur les abeilles pourrait être une somme de miel.
Cette somme s’élevait à 87 472 033,61 dollars au 1er juin 1964, pour choisir une date. C’est ce jour-là qu’elle attira l’œil alerte d’un jeune avocat véreux nommé Norman Mushari. L’intéressante somme rapportait 3 500 000 dollars par an, presque 10 000 $ par jour dimanche compris.
On avait fait de cette somme le coeur d'une fondation culturelle et caritative en 1947, quand Norman Mushari n'avait que six ans. Avant cela, il s'était agi de la quatorzième fortune familiale d'Amérique, la fortune Rosewater. Elle avait été placée dans une fondation pour empêcher qu'elle ne tombe entre les mains des percepteurs et autres prédateurs dont le nom n'était pas Rosewater.
Et le chef d'oeuvre baroque de sottise juridique que constituait la charte de la Fondation Rosewater déclarait, en effet, que sa présidence devait être transmise par héritage à la manière de la Couronne britannique.
Elle devait revenir, jusqu’à la fin des temps, à l’héritier le plus âgé et le plus proche du créateur de la Fondation, le sénateur Lister Ames Rosewater de l’État de l’Indiana.
Les membres de la fratrie présidentielle devenaient membres du bureau de la Fondation une fois atteint l’âge de vingt et un ans.
Tout membre du bureau l’était à vie, à moins d’être reconnu fou aux yeux de la loi. Ils étaient libres de se rémunérer sans compter pour leurs services, mais uniquement sur les revenus de la Fondation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
un_Riouun_Riou   01 décembre 2020
- Oh, j'ai ce que beaucoup de gens appelleraient sans doutes des idées communistes, dit Eliot avec candeur, mais, pour l'amour du ciel, Père, personne ne peut travailler avec les pauvres sans tomber sur Karl Marx de temps à autre... ou tout simplement sur la bible, pour ce que ça vaut. Je trouve terrible l'absence de partage dans ce pays. je trouve cruel qu'un gouvernement puisse laisser un bébé naître propriétaire d'une grosse partie du pays, tel que moi je suis né, et laisser une autre naître propriétaire de rien du tout. La moindre des choses pour un gouvernement, me semble-t-il, serait de tout répartir équitablement entre les bébés. La vie est déjà assez dure sans que les aient, en plus, à se ronger les sangs pour des questions d'argent. Il y a tout ce qu'il faut pour tout le monde dans ce pays, il suffirait de partager d'avantage.

- Et d'après toi quelles en seraient les conséquences sur l'incitation au travail ?

- Tu veux dire la peur ne pas manger à sa faim, de ne pas pouvoir payer le médecin, de ne pas pouvoir offrir de à sa fammile de beaux habits, un logement sûr, accueillant, agréable, une éducation correcte et quelques bons moment ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Bruno_CmBruno_Cm   26 novembre 2016
- Bon... (et Trout se frotta les mains, observant le frottement en question), ce que vous avez fait à Rosewater est loin d'être fou. Il s'agit peut-être bien de l'expérience sociale la plus importante de notre époque, car elle a traité à petite échelle d'un problème dont l'horreur nauséabonde finira par prendre une dimension mondiale avec la sophistication des machines. Le problème est le suivant : comment aimer les gens qui ne servent à rien ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
withclosedeyeswithclosedeyes   08 mars 2019
Samuel sermonnait qu'aucun ouvrier agricole ne valait plus de quatre-vingt cents par jour. Et pourtant, la possibilité de dépenser cent mille dollars ou plus pour la toile d'un Italien mort trois siècles plus tôt ne lui déplaisait pas. Et il porta cette insulte à son comble en offrant ces toiles à des musées dans un souci d'élévation spirituelle des classes populaires. Les musées étaient fermés le dimanche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
StemilouStemilou   13 mars 2015
Va là où se trouvent les riches et les puissants, lui dirais-je, et apprends leurs manières. On peut les flatter ou on peut leur faire peur. Fais-leur immensément plaisir ou immensément peur, et une nuit sans lune ils poseront le doigt sur les lèvres, te demanderont de ne plus faire un bruit. Et ils te guideront dans l'obscurité jusqu'à la rivière de richesse la plus large et la plus profonde que l'homme ait jamais connue. On t'indiquera ta place sur la rive, et on te donnera un seau rien que pour toi. Lape autant qu'il te plaira, mais ce faisant, essaie de ne pas faire trop de raffut. Un pauvre pourrait t'entendre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Kurt Vonnegut Jr (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kurt Vonnegut Jr
Le nouveau roman de l'écrivain américain, CHINATOWN, INTERIEUR (éditions Aux forges de Vulcain) est en librairie, traduit par Aurélie Thiria-Meulemans.
C'est l'histoire d'un Américain d'origine asiatique qui essaie de trouver sa place dans la société américaine. Et, comme on est dans la patrie d'Hollywood, Yu raconte cette épopée sous la forme d'une quête du rôle idéal. Car le rêve de toujours du héros c'est de devenir Mister Kung Ku : il a vu la série à la télé quand il était petit, et c'est son but dans la vie. Sauf que plus il monte les échelons, plus il comprend que Mister Kung Fu n'est qu'un autre rôle qu'on veut lui coller parce qu'il est asiatique. C'est un roman high-concept écrit sous la forme d'un scénario : le héros n'est ni « je » ni « il » mais il est désigné par un « tu ». Lé héros suit le script qui peint sa vie comm eune série télé en mélangeant les genres : la bonne vieille série policière, avec un flic noir et une flic blanche et une grande tension amoureuse entre les deux, des scènes de kung fu, et on finit sur une superbe scène de court drama où l'Amérique se retrouve jugée pour son traitement de la communauté asiatique. Un roman virtuose, drôle et attachant : un Lala Land sauce aigre-douce.
Avis de la presse américaine :
« Charles Yu, habite à Irvine près de Los Angeles, et a déjà écrit pour la série Westworld (HBO) ainsi que pour d'autres séries sur FX et AMC, raconte que l'histoire a été en partie inspirée de sa propre expérience de fils d'immigrés taïwanais ayant grandi en Californie. « J'avais en quelque sorte toujours l'impression que je ne savais pas vraiment où était ma place », nous confie-t-il en parlant de son enfance à Los Angeles. « Je n'ai jamais eu la sensation d'être au milieu de l'action. Et j'ai senti que c'était peut-être non seulement une façon de penser à ce que vivent les américains d'origine asiatique, mais que ça pourrait aussi être un prisme à travers lequel observer les dynamiques raciales dans un sens plus large. » (LA TIMES)
« Interior Chinatown […] m'a rappelé le mélange d'humour et de sincérité que l'on trouve dans les nouvelles de George Saunders, dans les jeux métafictifs de Mark Leyner ou dans des films comme The Truman Show. » (The New York Times)
« Ce roman examine la réalité quotidienne des Américains d'origine asiatique, cette impression d'être à jamais des étrangers dans ce pays, une minorité qui ne sera jamais actrice d'une nation blanche et noire. » (The New Yorker)
« Ce roman est génial. Non seulement l'intelligence de sa structure et de ses métaphores est impressionnante, mais le message implicite derrière l'histoire de Willis Wu témoigne avec précision de ce que signifie non pas uniquement être asiatique aux États-Unis, mais plus largement, ne pas être blanc aux États-Unis. Quiconque voulant tenir une conversation critique et engagée sur les races aux États-Unis se doit de lire Interior Chinatown, qu'il soit américain d'origine asiatique ou non. le message de Charles Yu sur notre propre emprisonnement dans des rôles raciaux spécifiques est un message radical qui mérite d'être entendu. » (The Crimson)
« Il y a quelque chose, chez Yu, un côté ludique et cérébral comme de Jonathan Lethem, un côté triste et résigné, comme chez Kurt Vonnegut, un côté très “dickien” dans son refus paranoïaque de la société de consommation. Mais il y a aussi chez lui une sensibilité unique, originale, notamment quand il parvient à mêler, sous l'apparence de la simplicité, et au travers de personnages apparemment passifs, l'humour au plus profond pathos. » (The San Francisco Chronicle)
+ Lire la suite
autres livres classés : critique socialeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
67 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre