AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070765874
224 pages
Éditeur : Gallimard (02/05/2002)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 63 notes)
Résumé :
C'est un livre attachant qu'Anne Wiazemsky vient de publier. L'un de ces romans dans lesquels une atmosphère émerge dès les premières pages. D'emblée, on sait que le livre nous conduira au cœur d'une énigme : ici, il s'agit de celle de l'enfance. Comme le titre Sept garçons ne l'indique pas, l'héroïne est une petite fille (Roséliane) qui, au cours de vacances où sept garçons l'entourent, va d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Jolap
  22 décembre 2016
Belle écriture, fluide, pour ce roman dont l'histoire feutrée évolue dans un microcosme composé de personnages assez insouciants, assez protégés appartenant à un milieu que l'on a coutume de qualifier de "privilégié". .
Une femme qui a six garçons a eu un élan d'amitié spontané pour une autre femme ayant elle une fille, Roseliane et un garçon. Elle l'a invitée à passer deux étés sur son lieu de vacances. C'est la présence de Roseliane, seule très jeune fille auprès de son frère et de six inconnus qui constitue la trame de cette histoire.
L'auteur manipule le lecteur et rend l'atmosphère énigmatique. Des suggestions se succèdent, hypothèses hasardeuses et souvent non fondées, mais le lecteur cogite et anticipe.
Tous les sentiments de l'enfance à l'adolescence sont traduits: jalousie, envie de provoquer un intérêt, honte, désarroi, chagrin, joie, bonheur, timidité, inhibition, complexes, séduction......
La colère subite, les rires spontanés, des promesses, des serments, puis l'insouciance tire sa révérence ...........la tragédie arrive comme un coup de massue.
L'irréparable a lieu.
J'ai personnellement ressenti une ambiance très semblable à celle des années soixante parce qu'elle était pleine de promesses, de spontanéité. J'ai lu cet ouvrage habitée par une sensation de sérénité, de calme même quand les enfants provoquaient des scènes assez violentes, les scènes se réglaient presque toutes seules, sans éclats, sans heurts, sans conséquences fortuites.
Le monde de l'enfance nous embaume, celui de cette époque bénie et en même temps décriée, où les précautions imposées dans les échanges entraînaient le pire et le meilleur. du feutre, parce que les blessures des mots ne creusaient pas l'abîme, des bombes parce que les non-dits ouvraient la voie à tant de malentendus.
Logiquement le monde de l'enfance est pur, il est vrai. Mais le calme est devenu tempête, l'histoire a pris un tournant inattendu et tout a revêtu une allure de cauchemar. Un cauchemar tellement dense, tellement noir que jamais plus la la moindre parcelle de lumière ne pourra le soulager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
franksinatra
  09 mars 2021
Durant l'été 1960, Roséliane, 11 ans et son frère Dimitri, 9 ans, vont passer une semaine de vacances sur la Côte d'Azur chez des amis que leur mère, Pauline, a rencontré récemment lors d'une croisière en Grèce. Un peu inquiets, les deux enfants, qui mènent une vie loin de la France puisqu'ils habitent à Caracas (petit clin d'oeil de l'auteur qui y a vécu durant sa jeunesse), vont devoir cohabiter avec sept garçons, une fratrie de quatre et leurs trois cousins germains, et partager leur quotidien insouciant et libéré de la présence des adultes. Roséliane, seule fille au milieu de tous ces petits mecs, va faire la découverte de sa féminité et du pouvoir qu'elle lui confère, surtout lors du second séjour, l'été suivant, durant lequel les garçons les plus âgés vont se chamailler, se disputer et sa battre pour attirer son attention dans les branches d'un grand pin parasol ou sur le plongeoir à quelques encablures de la plage où ils descendent tous chaque jour en compagnie de leurs mères.
La petite fille de François Mauriac, qui s'est fait connaitre comme comédienne à la fin des années soixante, tournant avec Pasolini, Bresson ou Godard dont elle deviendra l'épouse, propose à ses lecteurs un court roman sur l'enfance et le passage à l'adolescence avec les tous premiers transports amoureux et la séduction malhabile qui l'accompagnent. C'est aussi le reflet d'une époque, les années 60, d'une classe sociale privilégiée où les adultes, fumaient, buvaient et voulaient que les enfants les appellent par leur prénom et d'une forme d'éducation libre et responsabilisante qui montrera ses limites et ses dangers à la fin du roman. On se laisse transporter par le rythme fluide et l'écriture légère de l'auteur, par cette histoire de vacances où le bonheur, le calme et la sérénité, malgré les coups de colère, les disputes et les cris, confèrent une atmosphère particulière, tranquille et sûre dont la permanence volera en éclat lors de la tragédie finale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Thierrydiegolea
  21 octobre 2017
L'action se déroule dans le Sud de la France en 1960. Roséliane et Dimitri, deux enfants d'une dizaine d'années passent les vacances avec leur mère chez des amis. Les voici donc forcés de cohabiter avec sept garçons inconnus. Rosaliane d découvre sa féminité tout en faisant face aux 7 petits mecs qui se chicanent tout le temps. Quoi de plus normal.........

Grâce à son écriture limpide ce texte où le bonheur semble régner en maître, dans une atmosphère apaisante, et rassurante est très agréable et facile à lire, couché dans un hamac, comme Pauline pour profiter de la sérénité et la tranquillité d'un petit coin de paradis. Une façon peut-être de se replonger dans sa propre enfance pour retrouver une certaine insouciance, pour cela, on prend plaisir à faire fonctionner notre imagination, on imagine les décors qui dénotent un havre de paix.Cependant, Cette histoire aurait pu s'adresser au jeune public entre 12 et 14 ans J'ai eu parfois l'impression de retrouver le Club des 5, littérature de ma jeunesse, d'une part, parce que les personnages manquent d'étoffe. D'autre part l'intrigue manque cruellement de rebondissements, Les seuls qui se manifestent font l'effet d'une pierre lancée dans une flaque d'eau. Cette lecture ne restera pas mémorable, rien de bien original, bien qu'elle apporte incontestablement un moment de détente.
Lien : http://www.babelio.com/monpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Coxinel2
  10 mai 2012
Encore une fois une fois j'ai été transportée par l'écriture d'Anne Wiazemski. J'ai eu beaucoup de plaisir à suivre Roséliane entourée de ces sept garçons.
On suit ces enfants qui sont à la frontière du monde adulte et qui vont laisser une part de leur enfance cet été là.
C'est très beau, un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          60
ELLIERIME
  31 octobre 2017
une lecture surprenante. le style est plat la langue est pauvre façon "club des cinq". cependant avec ce" peu", on n'abandonne pas la lecture avant la fin.
sans doute à cause des dangers pressentis pour ces enfants au côté d'adultes inconséquents. Bien loin d'un Club Des Cinq quoi !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Coxinel2Coxinel2   10 mai 2012
Et quand on descendit le cercueil dans la tombe, tous savaient qu'un peu de ce qu'ils avaient été, ensemble ou individuellement, s'en allait pour toujours avec Simon
Commenter  J’apprécie          20
myriampelemyriampele   26 mai 2012
- Ne le grondez pas, il y a toujours des mômes qui ne comprennent pas que ça ne marche pas du premier coup et qui le prennent mal.
Commenter  J’apprécie          20
ILLEILLE   26 février 2016
Ta sœur aura toujours l'avantage sur toi d'être une fille,mais je t'aime tout autant,mon garçon,mon numéro huit.
Commenter  J’apprécie          00
ILLEILLE   26 février 2016
Roséliane ralentit,satisfaite de les avoir épatés,contente de les retrouver.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Anne Wiazemsky (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Wiazemsky
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
rroû de Maurice Genevoix et Anne Wiazemsky aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/40590-divers-litterature-rrou.html
La Dernière harde de Maurice Genevoix aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/132485-poche-la-derniere-harde.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. @Gérard Collard? @Jean-Edgar Casel?
+ Lire la suite
autres livres classés : drame familialVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Anne Wiazemsky

"Fille de", non, mais petite-fille de :

André Malraux
André Maurois
François Mauriac
Georges Duhamel

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : Anne WiazemskyCréer un quiz sur ce livre