AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2412019541
Éditeur : First (03/11/2016)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Pourquoi les Danois sont-ils les gens les plus heureux du monde ? Pour Meik Wiking, directeur de l'Institut de recherche sur le bonheur à Copenhague, la réponse est simple : grâce au hygge.
Sans équivalent français, le terme " hygge " (à prononcer " hoo-ga ") évoque les notions de confort, du vivre-ensemble et de bien-être profond. " Le hygge est une ambiance, une véritable atmosphère " explique Meik Wiking. " C'est profiter de ceux que l'on aime en passant d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Yggdrasila
  03 décembre 2017
Le Danemark, sacré deuxième pays le plus heureux au monde en 2017 après la Norvège, doit en partie ce statut à une philosophie liée au bien-être : le hygge.
Bien qu'intéressée par ce concept, je voulais en savoir plus en me penchant sur cet ouvrage.
Au vu des critiques peu élogieuses de celui-ci, j'ai quand même voulu me faire mon propre avis. Malheureusement, je rejoins les lecteurs qui n'avaient pas trouvés leur satisfaction.
L'auteur est directeur à l'Institut de recherche sur le bonheur à Copenhague. Normalement ce détail présageait d'associer cette lecture à un pur moment de plaisir.
Pourtant...
Le concept en lui-même est intéressant:
se faire un intérieur comme un cocon sécurisant et confortable avec bougies, plaid, éclairage doux et harmonieux. Être proche de la nature. Profiter de la bonne nourriture. Être en compagnie des gens qu'on aime. Vivre l'instant présent et prendre du temps pour soi et ses proches. Profiter de chaque moment comme si c'était le dernier.
J'aime beaucoup!
Mais...
Pas grand chose qui est dit de plus dans ce livre qui viendrait révolutionner la philosophie hygge. Très rares sont les passages qui m'ont vraiment captivés. Par exemple, l'auteur explique comment le mot hygge se décline au Danemark à la fois en verbe et en adjectif, pour dire qu'un café ou un restaurant est à tendance hygge. Comme c'est hyggeligt de se retrouver ensemble, ou que les invités sont hyggede... bref ce mode de vie fait partie intégrante de la vie des gens.
Puis, il enchaîne sur le même principe avec un autre mot utilisé aux Pays-Bas, puis en Norvège, au Canada, en Allemagne... en expliquant pour chaque pays à chaque fois. J'aime le principe mais au bout de 100 pages, il m'a déjà fatiguée! Tout ça pour dire que d'autres peuples vivent le hygge eux aussi!
D'accord, mais je pense qu'on n'a pas besoin de tant de pages pour comprendre.
J'ai quand même continué pour voir si la suite serait plus intéressante...
L'auteur partage avec nous ses goûts personnels. J'ai très souvent ressenti une impression de remplissage avec beaucoup de schémas de pourcentages et de photos qui ne sont pas spécialement nécessaires selon moi (photo d'une pâtisserie ou d'une tasse à café pour dire qu'on est hygge quand on s'offre des petits plaisirs!). Ça ne vole pas très haut, je vous l'accorde.
Les exemples sont remplis de clichés et autres stéréotypes. Être dans un chalet confortable ou boire un Irish coffee sur le pont d'un bateau, c'est hygge! Évidement, n'importe qui serait heureux à ce moment là!
Je pense qu'il n'est pas nécessaire de lire un livre pour savoir qu'on se sent mieux dans un petit bar cosy plutôt que dans une salle d'attente de dentiste (oui, ce sont les exemples de l'auteur!), ou que se protéger de la pluie en étant au chaud chez soi sous un plaid avec un super bouquin est un plaisir, donc qu'on se sent bien et qu'on est heureux de vivre ce moment.
J'étais malgré tout intéressée par le fait que l'auteur évoque quelques traditions que je ne connaissais pas, comme la bougie de l'avent très utilisée chez les danois, les coeurs tressés de Noël fabriqués chaque année en famille avec les enfants, la douceur traditionnelle danoise: le æbleskiver.
Les plaisirs simples, les plus minimalistes possibles... je me demande si cette tendance actuelle n'est pas tout simplement qu'une revisite moderne de l'épicurisme.
Pour conclure, ça n'a pas été très hygge pour moi de lire ce livre! J'ai plutôt eu l'impression d'avoir affaire à un produit uniquement là pour faire du chiffre grâce à un concept tendance!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          556
nameless
  10 octobre 2018
Meik Wiking est président de l'Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague, mais il aurait aussi bien pu être, selon mes critères, enfonceur de portes ouvertes en chef. Son ouvrage, le livre du hygge, a produit sur moi un effet que jusqu'à sa lecture, j'aurais cru impossible : il m'a rendu les danois antipathiques alors que jusqu'à présent, j'admirais leur nation, capable de surnommer son service des impôts « Mon trésor », et estampillée « la plus heureuse du monde». Grâce à Meik Wiking et son catalogue de clichés, les danois me semblent désormais niaiseux.

Car qu'est-ce que le bonheur, selon Meik Wiking ? Un ramassis de poncifs, de lieux communs : il vaut mieux avoir une maison chaleureuse, des amis, partager des moments « conviviaux » (ah ! Ce mot !) plutôt que crever de froid sans boulot et seul, jusque là, tout va bien, je suis d'accord. Comme je ne veux pas critiquer sans arguments, passons donc à l'étude de texte : le vendredi soir, voilà toute la famille « pelotonnée sur le canapé, devant la télé» à regarder une série débile en avalant des chamallows. Qu'est-ce qui est hygge ? « Marcher seul dans la nuit à travers les bois est uhyggeligt si on entend un loup hurler à la lune ». Mince ! Komenkonfé quand il n'y a que des sangliers dans notre environnement ? « Faire brûler des bougies ». Un diagramme scientifique montre la consommation de bougies dans tous les pays d'Europe, une grosse bougie pour les grands consommateurs, une petite pour les autres. Mince ! J'ai tout faux car j'ai éliminé les bougies de ma thébaïde depuis que j'ai appris que leur parfum est chimique, leurs émanations toxiques, et puis surtout, je ne tiens pas à transformer mes petits-enfants en torches ! « Faire du feu ». le feu, c'est le retour aux sources, c'est la famille Pierrafeu, c'est bien, c'est hygge. Mais komenkonfé quand on habite en zone rouge, et qu'à la première allumette craquée, 12 canadairs vous survolent et que 80 hectares de garrigues s'embrasent ? « Cueillir des champignons en septembre », mais « avertissement » : manger un champignon non comestible peut être mortel, ça c'est de l'info. « Sortir les jeux de société ». Par pitié non, une soirée scrabble ou rami, c'est toucher le fond de l'ennui, et pourquoi pas un concours de belote avec une tête de veau à gagner ? Je ne saurai terminer sans rappeler cette règle intangible  du hygge selon Meik Wiking : ne pas parler de politique pour ne pas pourrir l'ambiance. La politique, c'est pas hygge !

Bien, vous aurez peut-être compris que cet ouvrage ne m'a pas convaincue, je déplore son ton propret, gentillet, bêbête, infantilisant, et politiquement correct. Qu'un chocolat chaud, des bonbons et un plaid règlent tous les problèmes me rend perplexe. Mais je suis quand même contente d'avoir appris quelque chose car l'auteur cite un philosophe peu connu, qu'il m'a permis de découvrir (p. 6), Winnie l'Ourson.

Au final, le livre du hygge est un bon coup éditorial, dans l'air du temps, qui ratisse large et surfe sur la vague du bonheur obligatoire pour tous, aux photos, croquis et autres diagrammes ineptes. le hygge ne s'avère pas simple, mais comme dit Jon, l'ami de Meik Wiking : « Une fois que t'es dedans, t'es dedans ». Hélas, je suis restée en dehors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
florencem
  07 janvier 2019
J'avais déjà lu l'autre livre de Meik Wiking sur le Lykke et j'avoue que le mouvement Hygge m'intrigue depuis un moment. Je suis assez fan du concept, d'une recherche du bonheur, de plénitude avec de petites choses qui sont à la porté de tous. L'autre a, de plus, une façon dynamique et pleine d'humour de présenter les choses. Une lecture inspirante, agréable et fort intéressante.
J'ai choisi la version anglaise, pour son format relié à couverture rigide. Je trouve l'objet beaucoup plus sympathique et plus en phase avec le concept même du hygge. La lecture est assez facile, d'ailleurs, pour ceux qui hésiteraient à se lancer en anglais.
J'étais déjà bien au courant des recherches de Meik Wiking sur le bonheur. Ici, c'est vraiment le concept du hygge qui est développé, en sachant que l'un va avec l'autre. Divisé en plusieurs chapitres avec des points différents mis en avant, l'ouvrage est très bien organisé est permet de couvrir vraiment tous les points du concept. Cela va à des choses basiques comme l'utilisation de bougies, à la nourriture, en passant par un style de vie. C'est intéressant car au final, je trouve que c'est un art de vivre, une philosophie à portée de tous et en même temps pas facile à appliquer à notre époque. Et pourtant, je rêverai de pouvoir devenir hygge car rien qu'en lisant l'oeuvre de Meik Wiking, on a envie de se lancer, d'être hygge, de trouver cette plénitude, ce bien-être, avec ces petites douceurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
anlixelle
  15 janvier 2017
Rien de bien nouveau dans ce livre au format trop petit pour qu'on s'y dépayse un peu.
Je savais déjà pour que pour être heureux, il faut :
- prendre du temps pour soi
- profiter de l'instant présent
- savourer la lumière (même si l'info aura été qu'au Danemark les bougies en apportent beaucoup. ÇA c'est quand même un sacré scoop).
- prendre soin de ses proches
- décorer avec des éléments épurés et naturels son intérieur qu'on essaiera d'avoir le plus spacieux possible
- se réconforter en mangeant des choses qu'on aime
- apprendre à se régénérer auprès de la nature
...
Bon, j'arrête là, et je ne remercie ni l'auteur, président de l'Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague, ni les chercheurs de son institut, parce que des réponses comme ça, je pouvais en donner, même si je ne suis ni chercheuse de bonheur (quoi que parfois....), ni présidente de rien du tout.
J'ajouterais qu'avoir un des plus bas taux de chômage européen, ça aide à être très heureux. Pas besoin d'avoir fait 10 ans d'études pour réaliser ça.
Parfois, je me demande si on ne nous prendrait pas (un peu) pour des idiots ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
sevm57
  03 juin 2018
Ça se confirme, je suis faite pour vivre au Danemark !
J'ai passé quelques jours à Copenhague cet hiver et j'ai adoré l'ambiance qui y régnait, j'ai été profondément sensible à la qualité de vie qui se dégageait de cette ville et j'ai eu envie de prolonger un peu l'expérience.
J'ai découvert ce livre du hygge sur Babélio, et j'en ai savouré chaque page.
Le hygge, c'est tirer le meilleur de ce que nous avons en abondance : le quotidien.
Le hygge, c'est une ambiance, des bougies, un chocolat chaud, un thé, ou un café, et un bon livre bien sûr à lire pelotonnée dans un fauteuil, devant la cheminée ou blottie sous une couverture.
Le hygge, ce sont les bons moments en famille ou entre amis.
Bref, en lisant ce livre, je me suis rendue compte que le hygge, c'était tout ce que j'aimais (comme Monsieur Jourdain, je fais du hygge sans le savoir) et que j'essayais déjà de vivre selon ces principes.
Cela m'a à la fois confortée dans ce que je ressentais confusément en vivant certains moments hyggelig, et surprise car d'habitude je ne suis pas très réceptive aux ouvrages sur l'art de vivre (notamment japonais).
Mais en tout cas, je vous recommande la lecture de ce livre qui fait du bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
YggdrasilaYggdrasila   30 novembre 2017
On ne peut pas acheter la bonne ambiance ou ce sentiment de bien-être ensemble. On ne peut pas apprécier le hygge si on est pressé ou stressé, et l’art de créer de l’intimité ne peut jamais être acquis par autre chose que le temps, l’intérêt et l’engagement des personnes qui vous entourent.
Le hygge peut signifier, et c’est souvent le cas, boire ou manger, mais plus l’acte ira à l’encontre de la société de consommation, plus il sera hyggeligt. Plus une chose est associée à l’argent ou au prestige, moins elle devient hyggeligt. Plus une activité est simple et primitive, plus elle est hyggeligt. Boire du thé est plus hyggeligt que boire du champagne, jouer à un jeu de société est plus hyggeligt que jouer sur son ordinateur, et des plats et gâteaux faits maison sont bien plus hyggeligt que les produits tout-prêts du commerce.
En résumé, si vous voulez du hygge, aucune somme d’argent ne pourra jamais l’augmenter – en tout cas, si vous achetez quoi que ce soit de plus cher qu’une bougie. Le hygge est une atmosphère que l’argent dépensé non seulement ne rendra pas meilleure, mais, d’une certaine façon, corrompra. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
YggdrasilaYggdrasila   30 novembre 2017
Les chercheurs à l’origine de cette étude mettent en avant l’augmentation de la distance domicile-travail : le marché du travail étant devenu plus flexible et accessible, on trouve un emploi plus loin de son foyer. En retour, cela signifie que les réseaux sociaux s’étendent de plus en plus loin géographiquement, ce qui réduit le sentiment d’appartenance et d’engagement à l’égard de son quartier. En d’autres termes, si une ville a été conçue de telle façon qu’un long trajet en voiture est nécessaire pour se rendre à son travail, cela est néfaste pour la santé sociale. Si beaucoup de gens font du vélo, cela indique probablement que vous vivez dans un environnement sain. C’est un point qui doit être pris très au sérieux dans les plans d’urbanisme si nous voulons assurer le bien-vivre ensemble et la confiance entre les habitants. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
YggdrasilaYggdrasila   27 novembre 2017
Le hygge se caractérise également par une grande prévenance spontanée. Personne ne se met en avant ou ne domine la conversation pendant trop longtemps. L’égalité est un élément important du hygge – une caractéristique profondément ancrée dans la culture danoise – et elle se manifeste aussi par un partage total des corvées lors des soirées hyggelig. Ce qui est encore plus hyggeligt, c’est de préparer tous ensemble le repas, plutôt que de laisser l’hôte tout seul dans la cuisine. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
YggdrasilaYggdrasila   28 novembre 2017
Si les Danois sont obsédés par leur décoration intérieure, c’est parce que le chez-soi est le quartier général du hygge. Le foyer est au cœur de la vie sociale au Danemark. Alors que dans de nombreux pays la culture incite à avoir une vie sociale à l’extérieur, dans des bars, restaurants ou cafés, les Danois préfèrent le hjemmehygge (hygge à la maison) – notamment pour échapper aux prix élevés des restaurants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
YggdrasilaYggdrasila   29 novembre 2017
La simplicité et la fonctionnalité sont les caractéristiques traditionnelles du design danois, et le goût des Danois pour la modestie est tel que s’étendre sur ses réussites et montrer à tout le monde sa Rolex n’est pas seulement mal vu, mais est carrément accusé de gâcher le hygge. En gros, plus il y a de bling-bling, moins il y a de hygge. 
Commenter  J’apprécie          240
autres livres classés : danemarkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
162 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre
.. ..