AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266264273
Éditeur : Pocket (28/04/2016)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Glasgow, 1929. Beattie Blaxland avait des rêves de mode et d'étoffes. Ce dont elle n'avait jamais rêvé, c'était de tomber enceinte de son amant, un homme marié. Londres, 2009, Emma Blaxland vivait son rêve de danseuse étoile jusqu'au jour où elle a tout perdu. Des décennies les séparent mais les deux femmes doivent trouver la force de reconstruire leur vie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Melpomene125
  02 novembre 2017
Fleurs sauvages offre un voyage dépaysant et agréable en Tasmanie, une île au sud de l'Australie. Emma, danseuse étoile au London Ballet, hérite de sa grand-mère Beattie la propriété de Wildflower Hill, « la colline des fleurs sauvages ». Elle décide de s'y rendre pour vendre cette demeure à l'abandon. Elle doit d'abord faire le tri de ses affaires entassées dans des placards. Au milieu de ces vieilleries, elle va découvrir des pans entiers de l'existence de Beattie qui lui étaient inconnus. Comment est-elle devenue propriétaire de ce domaine dont Emma et sa mère ne connaissaient pas l'existence ? Qui est cette petite fille dont Beattie avait précieusement conservé la photo et cet aborigène, Charlie Harris, qui semble avoir beaucoup compté pour Beattie ?
De Glasgow en 1929 à Londres en 2009 en passant par l'Australie et la Tasmanie, j'ai suivi avec plaisir le récit de la vie de ces deux femmes attachantes, riche en péripéties, parfois un peu rocambolesques, comme la manière dont Beattie a réussi à devenir propriétaire de Wildflower Hill. Beattie, la grand-mère, et Emma, la petite-fille, se sont peu connues mais Beattie était là lorsque Emma était enfant et elle a accompagné sa passion naissante pour la danse. Quant à Beattie, elle rêvait dans sa jeunesse d'étoffe et de mode et espérait en vivre un jour. Les deux femmes ont en commun ce tempérament passionné.
J'ai aimé leur caractère, la ténacité de Beattie et la maladresse sociale d'Emma qui la rend sympathique, parfois amusante tant elle est asociale et souvent émouvante. Elle qui ne vivait que pour la danse doit faire face à une rude épreuve : une blessure qui met un terme à sa carrière au moment où son compagnon Josh la quitte. Elle aime tellement la danse qu'elle n'a pas de temps à lui consacrer. Comment se reconstruire et trouver un nouveau sens à sa vie ? La réponse est peut-être en Tasmanie sur les traces de Beattie qui, elle aussi, a dû affronter de rudes épreuves, aux côtés de Patrick, un enseignant, et de Mina, une jeune fille trisomique qui rêve de danser…
Kimberley Freeman raconte tantôt l'histoire d'Emma tantôt celle de Beattie qui fut jetée dehors de chez elle à Glasgow, en 1929, parce qu'elle était enceinte de son amant, un homme marié. Son récit est prenant et bien mené. Il évoque plusieurs sujets qui m'ont donné envie de connaître la suite : l'opprobre dont étaient victimes les filles-mères, le racisme à l'encontre des aborigènes en Australie, les difficultés sociales, l'exclusion et le désir brûlant de réaliser ses rêves contre vents et marées.
J'ai regretté que la fin soit trop rapide et donc, pour moi, décevante car il manquait la réaction tant attendue du personnage qui reçoit la lettre écrite par Beattie et qu'Emma retrouve dans ses affaires. du Royaume-Uni à l'Australie, Fleurs sauvages offre cependant un voyage émouvant à travers les époques aux côtés de deux femmes courageuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
latina
  27 avril 2019
Ah que j'aime les femmes fortes, comme Beattie, qui se battent, qui ne ploient pas sous les coups du sort !
C'est qu'elle en a connu, des coups du sort, cette pauvre Beattie !
Ecossaise enceinte à 18 ans des oeuvres d'un homme marié (nous sommes en 1929), embarquée en Australie – plus précisément la Tasmanie, une île au sud – en compagnie de son amant, subissant l'alcoolisme de celui-ci, peinant sous la pauvreté, elle ne commence pas sa vie de façon idéale, c'est le moins qu'on puisse dire.
Mais elle ne renonce pas à l'appel de la vie, au contraire.
Une vie longue, pleine d'aléas et de joies, avec des coups très durs.

Cette vie, ou du moins la partie non dévoilée à sa famille, sa petite-fille Emma la découvrira à travers quelques lettres, quelques photos, lorsqu'elle se rendra en Tasmanie après le décès de sa grand-mère et surtout après l'immense déception de sa carrière de danseuse.
Et nous voilà en train de suivre également le parcours un peu chaotique de cette jeune femme des années 2000, un peu trop égocentrique, un peu trop froide.

La narration intercalée me permet de comparer les deux femmes, de comprendre et d'approuver surtout Beattie, d'être irritée devant Emma, de m'énerver devant cette bigoterie de bon aloi des années d'avant-guerre, et de rugir devant ce racisme ambiant (surtout, ne pas converser de façon sérieuse avec un aborigène, quelle honte ! Un Noir ! ).

Bref, beaucoup d'émotions pour moi à la lecture de cette saga où la femme a le rôle principal, et c'est ce que j'aime.
Par contre, le style assez plat m'a un peu déçue, quoiqu'il soit habituel à ce genre. J'ai trouvé notamment les descriptions de l'amour et de l'homme aimé un peu trop clichés à mon goût, un peu trop sirupeuses.
Mais ne boudons pas notre plaisir ! J'ai beaucoup aimé vivre quelques jours dans cette région du monde qui m'est inconnue, en compagnie de battantes aux prises avec leur destin.
Merci à Magali pour ce relais féminin si agréable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          398
Ladybirdy
  26 juillet 2018
Merveilleux roman que celui-ci. J'en ai le souffle coupé. Je n'ai pu lâcher cette histoire que j'ai lue d'une traite.
Quelle vie!

L'histoire c'est en parallèle, celle de Beattie et celle d'Emma, sa petite fille.
Beattie... une femme au courage époustouflant qui ne lâchera rien, ni ses rêves ni ses combats. Elle parviendra à construire son joli monde pour sa fille Lucy et elle et accueillera toute bonne âme, peu importe sa couleur de peau, l'amour et l'amitié n'ont ni frontière ni couleur.
Emma, la petite fille de Beattie est en proie à des doutes sur sa vie affective, c'est dans la maison de sa grand mère en Tasmanie qu'elle trouvera les vérités nécessaires pour avancer.
J'ai aimé les deux histoires en parallèle autant celle de Beattie que celle d'Emma. Même si l'histoire de Beattie est touchante et renversante et que toute sa vie est retracée au peigne fin, Emma n'en est pas moins une héroïne moderne attachante. La corrélation entre les deux histoires est juste magnifique.
C'est une histoire qui tient en haleine du début à la fin, un gros pavé mais encore bien trop court tant j'ai été prise dans cette histoire.
Ce livre est une vraie réussite, c'est une saga poignante et bouleversante. Un récit de vie magistralement bien écrit. Et quel paradoxe entre les premières années sombres en Ecosse et la suite merveilleuse en Tasmanie!
La nature est belle, l'ombre des malheurs y est frémissante et la lumière de l'accomplissement pleine à se damner.
Si vous aimez les histoires fortes pleines de vécus, de sentiments, de dévotions, de gains et de pertes, où l'espoir traîne toujours quelque part, une histoire de qualités humaines et de persévérance, ce livre est à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Lechodesmots
  28 juin 2015
Je tiens à remercier très fortement Elise des Editions Charleston, qui m'avait envoyé ce roman il y a un certain temps maintenant. Et je regrette sérieusement de ne pas avoir eu le temps et le courage d'ouvrir cet énorme livre plus tôt. Mon année étant « finie », je me suis reprise en main et ai débuté ce roman à la magnifique couverture et au résumé accrocheur.
Dans ce roman à deux voix, nous allons suivre la vie de deux jeunes femmes : Beattie et Emma. Beattie n'est en réalité autre que la grand-mère d'Emma. La vie de ces deux femmes va être racontée alternativement dans le roman (tous les 3/4 chapitres environ). On les suit à deux époques différentes : Beattie en 1929, alors qu'elle a 19 ans et Emma en 2009, alors qu'elle a la trentaine.
L'histoire débute par le personnage de Beattie, auquel j'ai tout de suite accroché, qui dès le départ m'a touché. Un vrai coup de coeur pour ce personnage qui n'a pas la vie rose. En effet, Beattie, à 19 ans, se retrouve enceinte de son amant, qui lui est marié. Seulement à cette époque, c'est très mal vu d'avoir un enfant hors-mariage et elle va donc très vite être repoussée par énormément de monde, y compris ses propres parents. C'est un personnage vraiment très touchant, qui m'a peiné tout simplement parce qu'elle est vulnérable. Et j'ai vraiment aimé Beattie du début à la fin, car c'est un personnage qui s'est battu pour obtenir ce qu'elle voulait. Sa vie n'est vraiment pas facile, elle subit un grand nombre de déceptions, elle est confronté à un grand nombre de problèmes et elle fit toujours tout pour essayer de rectifier la situation, elle est extrêmement courageuse. Et puis pour couronner le tout, c'est une personne vraiment mal acceptée par les autres qui ont toujours tout un tas de préjugés à son égard, et on ne peut qu'éprouver de la sympathie envers cette femme, d'autant plus qu'ils sont totalement infondés.
De l'autre côté, on retrouve Emma Baxland-Hunter, sa petite fille. C'est une incroyable danseuse londonienne, qui qui pour l'instant n'a fait que se consacrer à sa carrière professionnelle, en espèrant qu'elle dure le plus possible. Mais tout bascule le jour où elle chute, et comme si ça ne suffisait pas, cela s'accompagne d'une détérioration de sa relation amoureuse. Au premier abord, je n'ai pas accroché à ce personnage comme à celui de Beattie pour la simple et bonne raison que je l'ai trouvé bien trop égocentrique à mon goût. Je me suis même surprise à penser que c'était bien fait pour elle ce qui lui arrivait, elle l'avait bien cherché. Et puis finalement, à partir de moment où elle s'est rendu à Wildflower Hill, mon avis sur ce personnage a changé, tout comme Emma a changé. Elle essaye de se relever de ses coups durs, d'améliorer sa personne et de se rendre compte de ses erreurs, et ça m'a permis de bien plus l'apprécier.
Bien sûr, cette histoire n'est pas plate. On a ces fameux secrets de famille, secrets enfouis au fil du temps. Et l'auteure a parfaitement réussi à me tenir en haleine grâce à ceci. J'essayais de deviner les rebondissements, et même si je savais d'avance ce que c'était ce qu'Emma allait découvrir en revenant à Wildflower Hill, je ne savais pas du tout comment ça allait pouvoir se finir. Et ça a vraiment rajouté un vrai plus dans ma lecture, je voulais tellement savoir le fin mot de l'histoire !
Ce livre nous fit également voyager dans l'espace. On est baladés de Glasgow à l'Australie, en passant par Londres mais également et surtout en Tasmanie. le lieu central de l'histoire reste tout de même Wildflower Hill, ce corps de ferme qui appartenait autrefois à Beattie, et qui a été légué en héritage à Emma. Je n'avais jusqu'alors jamais lu de livre se déroulant en Océanie et j'ai extrêmement apprécié. L'auteure nous dépeint son pays parfaitement bien, nous raconte l'histoire avec tellement de simplicité, que je m'imaginais ce que pouvait être Wildflower Hill.
C'est un roman rempli d'amour et étant fan de romance, j'étais comblée. D'ailleurs j'ai énormément apprécié être confronté à des histoires d'amour peu communes et notamment mal vues pour l'époque, que ce soit entre un homme marié de 30 ans et une jeune femme de 19 ans, entre des personnes de couleur de peau différente, etc. Et j'ai également apprécié la romance qui se profilait du côté d'Emma, bien qu'elle ait mis assez longtemps à démarrer au final et que cette dernière ait eu du mal à savoir ce qu'elle voulait.
C'est donc une histoire poignante et captivante, qui fait passer par un grand nombre d'émotions, un livre dur à lâcher qui nous fait voyager au fin fond de la Tasmanie, pour y déceler les plus profonds secrets.
Et pour finir, même si je l'ai déjà dit plus tôt je voudrais féliciter les Editions Charleston pour ce gros travail sur les couvertures qui sont toutes aussi magnifiques les unes que les autres, ainsi que pour la qualité de leur livre.
Je vous recommande énormément ce livre, j'espère bien que ma chronique vous aura donné envie de le lire, car c'est vraiment un méga coup de coeur et je pense qu'il ne faut vraiment pas passer à côté d'un si beau livre. Et même si ce n'est pas un coup de coeur pour vous, je suis sûre que vous apprécierez car c'est vraiment une magnifique histoire !
Note : 5/5 ♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DrunkennessBooks
  22 août 2015
Que dire de ce roman si ce n'est qu'il m'a complètement bouleversée ? Je pleure rarement en lisant des romans mais cette fois, je n'ai pu m'empêcher de verser des larmes et des larmes, même après avoir refermé définitivement ce livre…
Nous suivons ici deux histoires en parallèle : celle de Beattie Blaxland, une jeune femme âgée de 19 ans en 1929 et celle d'Emma Blaxland-Hunter, qui en 2009, voit sa carrière de danseuse étoile brisée à cause d'une blessure au genou. L'auteur va alors alterner son récit entre les deux personnages, basculant sans cesse entre le présent et le passé pour, petit à petit, nous faire découvrir le lien qui unit ces deux femmes.
Beattie est rêve de devenir une grande couturière. Malheureusement, ses grands rêves se trouvent compromis le jour où elle apprend qu'elle est enceinte de son amant, un homme marié. Dans les années 1930, Beattie fait mauvaise figure. Il ne lui reste plus qu'à prendre une terrible décision : doit-elle garder le bébé et prendre le risque de tout perdre ? Rejetée de tous et fuyant son Angleterre natale, c'est en Australie que la jeune femme trouvera le moyen de reprendre le contrôle de sa vie.
Emma quant à elle a toujours rêvé de devenir une danseuse étoile. Dès sa plus tendre enfance, sa passion pour la danse l'emportait sur tout. Devenue adulte, rien n'a changé. Seule sa passion compte. A vrai dire, ce n'est même que sa seule et unique priorité, le reste n'ayant que peu d'importance à ses yeux. Or, suite à une blessure, sa carrière est terminée et Emma va se retrouver seule, privée du soutien de celui qu'elle aime et rejetant l'aide de ses proches.
Personnellement, je n'ai pas apprécié plus que ça le personnage d'Emma, du moins durant les trois quarts du livre car je l'ai trouvée beaucoup trop égocentrée et obnubilée par sa carrière. Je lui ai de loin préféré Beattie, un personnage admirable qui ne cessera de se battre pour se faire accepter et montrer au monde de quoi elle est capable. Forte et fière, elle ne reculera devant aucun obstacle pour élever son enfant et brisera toutes les conventions de l'époque en s'affirmant aussi bien qu'un homme. Malgré les coups durs, Beattie relève toujours la tête et continue à aller de l'avant. Consciente de ses erreurs passées, elle n'en a pas moins décidé de tout faire pour assurer l'avenir de son enfant. Impossible de ne pas s'attacher à ce personnage marquant qui ne désire que la liberté. Or, dans les années 1930, en plein coeur d'une Australie aussi sauvage que conservatrice, Beattie va rencontrer de nombreuses résistances et oppositions. Si certains n'hésiteront pas à lui venir en aide et montreront à son égard un dévouement incroyable, d'autres se montreront particulièrement cruels sous couvert d'une charité chrétienne hypocrite. La religion est très présente dans ce roman. Kimberley Freeman décrit ainsi une société encore dirigée par la religion et soucieuse des apparences. Même si les meilleurs ne sont pas irréprochables, ce sont bien les plus fervents religieux qui sont les pires personnages… Menteurs, hypocrites ou lâches, chacun présentera au moins l'une de ces facettes et n'hésitera pas à se réfugier derrière la religion pour justifier ses actes…
La vie de Beattie est une lutte permanente que nous découvrons progressivement, chapitre après chapitre, avec beaucoup d'émotions. Les parties concernant Emma sont nettement moins émouvantes. Néanmoins, elles servent surtout à donner plus de dynamisme à un récit déjà captivant. Emma est d'ailleurs un personnage qui évolue énormément et qui apprendra en même temps que nous quelles épreuves Beattie a traversé et le modèle qu'elle est pour de nombreuses femmes…
Emouvant et captivant, Fleurs Sauvages est un superbe roman qui vous emmènera en plein coeur de l'Australie sous la plume enchanteresse de Kimberley Freeman. Ce roman est un énorme coup de coeur qui m'a fait verser de nombreuses larmes.
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Melpomene125Melpomene125   26 novembre 2017
Deux jours se sont écoulés et aucun de mes anciens amis ne m’a rappelée. J’en ai déduit qu’il ne s’agissait pas vraiment d’amis. Je ne leur en ai pas voulu. C’était ma faute et aussi la faute du monde du spectacle. Nous essayions juste d’avancer, nous prétendions nous apprécier alors qu’en vérité nous aurions été capables de nous passer sur le corps les uns des autres pour atteindre des succès plus grands et plus importants. Ces gens n’avaient jamais été mes amis et je n’avais jamais été la leur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
jeliscurieuxjeliscurieux   21 septembre 2015
" Il s'était occupé des derniers préparatifs de leur voyage.
Il était allé lui chercher un sac rempli de robes larges chez un ami de Teddy à Paddington.
Beattie n'avait aucun autre vêtement que ceux qu'elle portait en s'enfuyant de la plage et ils seraient bientôt trop petits pour elle.
Il leva les yeux vers la fenêtre, la vit l'observer et la salua d'un geste de la main.
Pas de sourire. Les sourires ne faisaient pas partie des habitudes d'Henry."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jeliscurieuxjeliscurieux   21 septembre 2015
" -Je suis heureux avec ce que j'ai, répondit Charlie. Mieux vaut ne pas rêver trop grand. Surtout quand on est noir.
Beattie se redressa et baissa les yeux vers lui. Ses cheveux noirs étalés autour de sa tête sur l'oreiller, sur ses épaules nues et musclées.
" Rêve aussi grand que tu veux avec moi, Charlie, dit-elle.
- Si tu me le permets, Beattie, je préfère être prudent".
Elle se pencha pour l'embrasser sur le front.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chadikchadik   09 mai 2016
Mais la pire erreur que l'on puisse faire à propos des personnes âgées, c'est d'oublier qu'elles ont un jour été jeunes.
Commenter  J’apprécie          60
LadyRomanceLadyRomance   08 mars 2018
Il y a deux sortes de femmes sur Terre : celles qui font les choses et celles qui se laissent faire.
Commenter  J’apprécie          41
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1045 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..