AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Lance (Traducteur)Renate Lance-Otterbein (Traducteur)
EAN : 9782234056008
452 pages
Éditeur : Stock (04/06/2003)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 23 notes)
Résumé :

Troie est tombée. Cassandre, fille de Priam et d'Hécube, captive d'Agamemnon, attend la mort devant les portes de Mycènes. Dans le souvenir des événements qui jalonnent la guerre de Troie, la prophétesse élucide le sens de son destin. Le récit et les prémisses qui l'introduisent constituent les cinq conférences de poétique données par Christa Wolf en 1982 à l'université de Francort-sur-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Immortale_peruviana
  20 mars 2016
Dans Cassandre, CHrista Wolf fait un effort méritoire pour surmonter les lieux communs sur quoi le féminisme militant continue de s'appuyer. pour cela, elle remonte aux temps mythiques les plus reculés, afin de comprendre comment la Grande Mère et ses nombreux avatars ont dû céder tout leur pouvoir à des Dieux mâles. Mais comme féministe convaincue, Christa Wolf récuse le développement logique imposé par ce qu'elle appelle "la rationalité virile" on la voit en quelque sorte laisser le désordre envahir son essai ... elle fournit une foule d'idées intéressantes, mais en parti douteuse, impossible à juger tant l'excellent, le bon, le moins bon, et le franchement mauvais y sont intimement entremêlés.
à la fin, du reste, elle témoigne d'une faiblesse que son propos érudit et sa connaissance de la langue auraient dû lui épargner . en ramenant "man" à son noyau viril, ce "man" qu'elle associe toujours à "frau" entre parenthèses n'a pas seulement le tord d'être affreux, il est absurde en ce qu'il accentue une charge de discrimination, là où la langue tend justement à la supprimer, on sent un rabaissement de la langue à ce niveau archaique où, pour désigner un objet, on a besoin d'autant de vocable qu'il existe d'aspects sous lesquels il peut être considéré. je me suis permis de douter que qui que ce soit, puisse tirer un bénéfice quelconque d'une pareil régression de la pensée . Une lecture que je regrette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
betweenthebooks
  20 mai 2012
Cassandre, prisonnière d'Agammemnon après la chute de Troie, attend son destin devant les portes de Mycène. Pour comprendre comment la prophétesse qu'elle est, en est arrivée là, elle se remémore son passé au fil des événements de la guerre de Troie. Ce récit est précédé de cinq conférences de poétique données à l'université de Francfort-sur-le-Main en 1982. Elle y mêle réflexions féministes, historiques et poétiques.
Ce qui m'a touché dans ce récit et le précédent (Médée), c'est sans doute cette écriture fluide et mimétique de la pensée, rebondissante et balbutiante. Les héroïnes choisies pour ces deux oeuvres sont surtout des héroïnes tragiques de la Grèce antique, des femmes puissantes qui ont inspirées crainte et respect. L'auteur réinvente les mythes de ces femmes et dessine d'elles des portraits chargés de liberté. Celui de Cassandre en particulier lui permet de mener une réflexion sur le rôle de la femme dans L Histoire et sur les mécanismes du pouvoir et de la guerre.
J'ai été bouleversée par ces deux récits et il est difficile pour moi d'expliquer clairement la source de cette émotion. Ce fut comme entrer en résonnance avec ces voix, les sentir vibrer en moi. L'écriture de Christa Wolf est une mélopée envoûtante, déroutante parfois mais qui nous mène vers les secrets de ces femmes et les secrets des femmes en général.
A lire d'urgence
Lien : http://ahezcess.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Anassete
  03 mai 2010
**Critique sur l'édition de 1998**
Mon allemand étant trop mauvais, j'ai donc choisi de prendre une traduction française pour lire ce texte.
L'idée de ce roman n'est pas mauvaise mais la traduction est truffée de fautes d'orthographe (20 fautes pour 300 pages lues ...). Si j'ai été transportée par la première partie (première conférence), le reste est plat et long. Reste à savoir si ce sont les traducteurs qui n'ont pas su rendre le style de Christa Wolf ... J'ai tout de même passer les conférences 3 à 5 pour arriver au récit de Cassandre ... que j'ai abandonné au bout de 40 pages sur 200.
En résumé, n'achetez pas ce livre dans une version ultérieure à 2003 ou vous serez déçus.
Commenter  J’apprécie          20
rosella
  29 août 2012

comment les mythes anciens sont tjs vivants et parlants à toute époque !!!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LisbethSalLisbethSal   24 juillet 2011
Je crois que derrière tout cela, c’est l’histoire de ma peur que je retrace. Ou, plus exactement, comment elle s’est débridée, plus exactement encore : comment elle s’est libérée. Oui, effectivement, la peur elle aussi peut-être libérée, ce qui montre bien qu’elle s’apparente à tout ce qu’on opprime, à tous ceux qu’on opprime.
Commenter  J’apprécie          80
LutopieLutopie   03 janvier 2019
Il n’empêche que nous ne serons pas plus proches de la maturité si le délire de la masculinité est remplacé par le délire de la féminité et si les acquis de la pensée rationnelle, pour la seule raison qu’ils sont d’origine masculine, sont jetés aux orties par les femmes au profit d’une idéalisation des étapes prérationnelles de l’histoire humaine. La tribu, le clan, le sang et le sol : ce ne sont pas avec ces valeurs-là que peuvent renouer l’homme et la femme d’aujourd’hui ; nous sommes bien placés pour savoir qu’au contraire ces slogans peuvent servir de prétextes à d’abominables régressions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LutopieLutopie   03 janvier 2019
Ces idoles du néolithiques, formes féminines fécondes, larges de bassin, heureuses d’enfanter, stade antérieur de la déesse Déméter, la déesse de la Terre et de la Fécondité qu’adoptèrent également les Hellènes. Partout où la science a exploré des grottes, elle a toujours rencontré cette déesse dans les couches les plus profondes, […] les femmes d’aujourd’hui doivent tirer de ce fait une partie de leur fierté et une justification de leurs ambitions, voilà quelque chose qui mérite réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlbedoAlbedo   07 avril 2013
Ce que j'appelle vivante ? Qu'est-ce que j'appelle vivante ? Ne pas redouter le plus difficile, changer l'image qu'on a de soi-même.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Christa Wolf (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christa Wolf
Christa Wolf (1929-2011), dans le puits du temps : Une vie, une œuvre (2013 / France Culture). Production : Matthieu Garrigou-Lagrange. Par Christine Lecerf. Réalisation : Charlotte Roux. Diffusion sur France Culture le 9 novembre 2013. Photographie : Christa Wolf im Jahr 1971. (dpa / picture alliance). Née en 1929, en Prusse orientale, aujourd’hui territoire polonais, Christa Wolf est précipitée dès l’origine dans le paysage tourmenté de l’histoire allemande. Comme beaucoup d’enfants, elle s’enthousiasme pour le Führer. Comme beaucoup d’adolescents, elle participe avec fierté à la naissance de la nouvelle Allemagne de l’Est. Et comme bon nombre d’intellectuels antifascistes qui croient à l’idéal socialiste, elle s’engage au parti communiste dès 1949. Mais Christa Wolf n’est pas tout à fait comme tout le monde. Elle écrit : sur la déchirure de l’Allemagne dans “Le ciel partagé” (1963), sur ses propres dénis dans “Trame d’enfance” (1976). Elle creuse l’oubli, rumine un passé qui ne passe pas. À partir de 1976, à la suite de son soutien au chanteur Wolf Biermann, Christa Wolf n’est plus une femme libre. La Stasi l’espionne. On refuse qu’elle quitte le parti. Plus on cherche à la museler et plus l’écrivaine s’échappe par l’écriture dans les strates du temps. Elle trouve refuge auprès des premiers romantiques allemands qui, comme elle, n’avaient “Aucun lieu. Nulle part” (1979). Dans “Cassandre” (1983) ou “Médée” (1996), elle s’inspire de ces « femmes sauvages » de la mythologie grecque qui avancent comme elle, tête haute, la parole vibrante. On se presse à ses lectures. On rêve l’esprit éveillé. Peu après la chute du mur, l’icône de la littérature est-allemande est injustement accusée d’avoir travaillé pour la Stasi. Dans “Ce qui reste”, elle écrit : « N’aie pas peur, dans cette langue, que j’ai dans l’oreille, pas encore sur les lèvres, j’en parlerai aussi un jour. » Brisée mais non vaincue, Christa Wolf entreprend alors dans “Ville des anges” (2011) une lente et ultime descente au « fond du puits ». Le corps perpétuellement en alerte, Christa Wolf luttait depuis des années contre la maladie. Elle est morte à l’âge de 82 ans.
Avec : Jana Simon, journaliste, petite-fille de Christa Wolf Nicole Bary, traductrice et éditrice de la revue “LITERALL” Pierre Bergounioux, écrivain Günter Grass, écrivain (Archives) Marie Goudot, auteur de “Cassandre” Alain et Renate Lance, traducteurs de l’œuvre de Christa Wolf Erika Tunner, germaniste, spécialiste du romantisme Irving Wohlfarth, germaniste
Et la voix de Christa Wolf
Textes lus par Blandine Molinier et Aurélia Petit. Avec la voix de Jean-François Néollier.
Extraits de films : “Le ciel divisé”, de Konrad Wolf, adaptation de Christa et Gerhard Wolf, DEFA, 1964 “Le tambour”, de Volker Schlöndorff, 1979 “Christa Wolf. Ein Tag, ein Jahr, ein Leben”, de Gabriele Denecke et Gabriele Conrad, ARTE, 2004
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : guerre de troieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Comment se prénomme le jeune héros ?

Martin
Jacquou
Brichot
Guilhem

20 questions
552 lecteurs ont répondu
Thème : Le faucon déniché de Jean-Côme NoguèsCréer un quiz sur ce livre