AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Clément Baude (Traducteur)
EAN : 9782757803851
478 pages
Éditeur : Points (30/04/2008)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 405 notes)
Résumé :
Quand Julius Hertzfeld, un célèbre psychiatre de San Francisco, apprend qu'il n'a plus que quelques mois à vivre, que fait-il ? Il contacte l'un de ses anciens patients, l'arrogant Philip Slate, accro au sexe, rigide, asocial et manipulateur, le plus grand échec de sa carrière, devenu depuis psychothérapeute.
Au centre de cette relation : Schopenhauer...


Aussi publié sous le titre suivant :
«Apprendre à mourir : la méthode Schop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
andman
  02 février 2014
Un an c'est court quand la mort est au bout !
L'espérance de vie du docteur Julius Hertzfeld, un psychiatre de 65 ans atteint d'un mélanome, n'est guère plus élevée. Veuf depuis dix ans, le pauvre Julius ne sait plus à quel saint se vouer et la première personne qu'il contacte n'a pas vraiment une âme de Bon Samaritain...
De toute la carrière de Julius, Philip Slate est de loin le patient le plus antipathique. Asocial et obsédé sexuel, Philip a suivi une longue thérapie qui a malheureusement échoué vingt ans auparavant. Depuis cet échec, il a trouvé remède à son obsession dans la philosophie de Schopenhauer et semble aujourd'hui ''entré sur les terres de la sérénité testiculaire''.
Installé comme Conseil en philosophie et désireux d'exercer le plus tôt possible le métier de psychothérapeute, il a besoin d'un tuteur. Julius accepte d'endosser ce rôle sous réserve que Philip passe six mois comme patient dans sa thérapie de groupe.
Le lecteur découvre avec Philip les sept personnes qui se réunissent chaque lundi au domicile de Julius, situé dans un quartier huppé de San Francisco.
Les échanges verbaux, francs et directs, tournent en grande partie autour de la sexualité des uns et des autres sans occulter les relations conflictuelles avec leurs proches.
La personnalité misanthrope de Philip, ses longs moments de mutisme, sa façon de se référer systématiquement à la philosophie de Schopenhauer lorsqu'on sollicite son avis, exaspèrent dans un premier temps les patients, sous l'oeil d'un Julius perplexe qui peine parfois à cadrer les débats.
“La méthode Schopenhauer” écrit par Irvin David Yalom en 2005 est un roman surprenant. Psychiatre de formation, l'écrivain américain réussit à sensibiliser le lecteur à deux de ses grandes passions : la psychologie et la philosophie.
Avant chaque séance hebdomadaire chez Julius, l'écrivain s'intéresse dans un court chapitre à la vie du philosophe Arthur Schopenhauer né à en 1788 à Dantzig.
Platon et Kant ainsi que les textes sacrés hindous ont inspiré l'oeuvre de Schopenhauer, empreinte avec constance du tragique de la condition humaine.
Cette oeuvre a marqué les esprits des deux derniers siècles, ainsi le père de la psychanalyseSigmund Freud s'inspira-t-il de la pensée du philosophe pour mettre en évidence l'importance sous-estimée des aspirations sexuelles de l'être humain.
“La méthode Schopenhauer” est un roman vivant. Malgré les affres des différents personnages, sa lecture est loin d'être triste. de surcroît le lecteur a vraiment l'impression d'aborder, sans difficulté majeure, de nombreux concepts philosophiques.
Le personnage le plus sympathique du livre, le docteur Julius Hertzfeld, trouvera-t-il dans la formidable énergie de son groupe de patients la force nécessaire pour surmonter les angoisses de sa fin de vie imminente ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          783
Roggy
  13 avril 2019
Et la magie opère, encore et toujours. Irvin Yalom, magicien de la vulgarisation philosophique et psychologique, frappe fort une fois de plus signant un roman qui parle d'une des figures marquantes de la philosophie et qui se lit comme un bon roman.

Oui ça devient la spécialité de ce grand écrivain qui nous présente cette fois-ci Schopenhauer, la complexité de ses pensées et son héritage et comment il a influencé de nombreux philosophes.
Irvin Yalom continue à cultiver l'art du mélange des genres et nous ouvre les portes d'un monde clos qu'il connaît parfaitement bien, celui des thérapies de groupe.
Il allie faits réels et livre l'essentiel des thèmes chers à Schopenhauer tels la volonté comme principe fondamental, le rapport de l'homme à la souffrance, à la passion amoureuse, à la mort, le tragique de la condition humaine et la théorie du détachement.
Pas très jojo les pensées du bonhomme, mais sous la plume de Yalom qui les adapte à la réalité d'un groupe d'individus en quête de lumière, on arrive à saisir l'essentiel de la question de l'équilibre précaire qui est celui de la vie elle-même.
L'écriture est tenue et les personnages sont astucieusement bien construits. Ce roman permet de savourer les multiples facettes de cet auteur qui a l'art de nous intéresser à des sujets en apparence compliqués mais qui deviennent accessibles et fascinants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
TCHITAT92
  09 avril 2019
Première immersion dans l'univers de Monsieur Yalom : j'y ai nagé avec délice, évoluant entre le flot romanesque et ses personnages hauts en couleurs, ses dialogues bien pensés, des vagues de culture générale au fil du récit de la vie du grand philosophe Shopenhauer (que l'on appréciera ou détestera, c'est selon, mais ce n'est pas la question), et une marée psychanalytique qui emporte tout sur son passage, nous dévoilant dans ses rouleaux les arcanes de la thérapie de groupe, de l'intérieur, et du fonctionnement de la cure psychanalytique dans son ensemble.
Bien sûr, c'est une fiction, pas un essai , mais c'est fluide, passionnant, ça coule de source !
Ce roman semblera une méduse dont la piqûre urticante démangera pendant des jours, à ceux qui se noient d'ennui dans la psychanalyse, mais les amateurs plongeront dans ses eaux avec bonheur, sans masque, et y apprécieront les réflexions intelligentes sur la Maladie, le rapport aux autres, la Mort, la Vie, ... de quoi s'occuper les méninges un petit moment ! ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Lorraine47
  16 mai 2020
Chaque lecture est unique, moment précieux de la découverte ancrage dans le temps présent qui ne se reproduira jamais plus. Nous l'accueillons aussi avec notre état d'esprit du moment. Puis-je dire que pour moi ce livre est arrivé à point nommé?
Julius, psychothérapeute américain, vient d'apprendre que son vilain mélanome ne lui laissera qu'une petite année de vie en bonne forme. Il se demande alors quelles seront ses priorités : se recentrer sur lui-même ? Faire ce qu'il n'a jamais pris le temps de réaliser ? Attendre passivement le passage de la Faucheuse?
Non, il veut juste mener son groupe thérapeutique à bon port, une petite année de plus. Ce groupe s'agrémente d'un nouveau membre, Philip, ancien patient de Julius, qui souhaite devenir thérapeute lui aussi, mais au sein d'un groupe philosophique basé sur la pensée du philosophe allemand Schopenhauer.
Au gré des chapitres, qui alternent entre la vie du groupe et le récit biographique d'Arthur Schopenhauer, on s'attache autant aux membres du groupe qu'au pessimiste et écorché vif Schopenhauer!
Je referme l'ouvrage avec un brin de nostalgie mais avec l'envie de lire Nietzsche et son "Ainsi parlait zarathoustra", et celle de poursuivre ma connaissance d'Irvin Yalom.
Merci à l'auteur pour son profond humanisme et sa qualité d'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
SophiePatchouli
  27 mars 2016
Excellentissime !
Ce livre de poche vert déniché chez Emmaüs parce que les critiques journalistiques m'avaient plût : _The Los Angeles Times : " Si Freud avait décidé d'écrire un thriller psychologique..." ou _ Libération : "Comment pouvait-on vivre jusque-là sans connaître les livres du docteur Irvin D. Yalom ? Ce n'est pas tous les jours que des livres de psychothérapie se lisent comme des romans.", a dormi longtemps dans ma bibliothèque avant que je daigne m'y intéresser. Pourtant, un matin que je cherchais quoi lire et que j'avais un livre en main, j'ai songé à lui et suis allée le chercher, j'ai commencer à lire quelques lignes et n'ai pu m'arrêter jusqu'à la dernière...
Outre un enseignement philosophique et un soin thérapeutique, Irvin Yalom sait animer des personnages comme personne, si bien que chaque lecteur peut se reconnaitre en l'un deux ou en tous... Et peut grandir, évoluer au diapason avec eux.
Du beau travail, à l'instar de Murakami, Paasilina, Despente ou Steinbeck, Irvin Yalom va probablement devenir une de mes marotte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Citations et extraits (144) Voir plus Ajouter une citation
andmanandman   01 février 2014
Les enfants privés de l’amour maternel ne parviennent pas à entretenir la confiance minimale requise pour s’aimer eux-mêmes, pour croire que les autres vont les aimer ou, tout simplement pour aimer la vie.
Commenter  J’apprécie          621
andmanandman   30 janvier 2014
Quand il commença son internat, il découvrit que les chambres du personnel étaient adjacentes au dortoir de l’école d’infirmerie, qui pullulait de jeunes infirmières nubiles en adoration perpétuelle devant les médecins. C’était une véritable confiserie, et il ne se priva pas d’en goûter tous les bonbons.
Commenter  J’apprécie          270
PiertyMPiertyM   08 juillet 2015
Le talent, c'est le tireur qui atteint un but que les autres ne peuvent toucher ; le génie, c'est celui qui atteint un but que les autres ne peuvent même pas voir. (Schopenhauer)
Commenter  J’apprécie          460
andmanandman   05 février 2014
La définition de l’ami par Aristote, est celui qui tire de vous ce que vous avez de meilleur et de plus sain, se rapproche de ma vision du psychothérapeute idéal.
Commenter  J’apprécie          490
AunryzAunryz   30 janvier 2019
Les sermons sur la vie et sur la mort, Julius les connaissait aussi bien que n'importe qui. Il était d'accord avec les stoïciens, pour qui "dès notre naissance, nous commençons à mourir", et avec Epicure, qui disait : “La mort n'est rien pour nous, car quand nous sommes, la mort n'est pas là et, quand la mort est là, nous ne sommes plus."
En tant que médecin et psychiatre, il avait susurré ces mêmes paroles de consolation aux oreilles des mourants. Bien que convaincu que ces sombres réflexions fussent utiles à ses patients, jamais il n'avait envisagé qu'elles pussent le concerner lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Irvin D. Yalom (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irvin D. Yalom
Extrait de "Le Problème Spinoza" d'Irvin Yalom lu par Philippe Sollier. Editions Audiolib. Parution le 27 novembre 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-probleme-spinoza-9782367629414
autres livres classés : thérapie de groupeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
318 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..