AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2010008316
Éditeur : Hachette (22/10/2014)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.14/5 (sur 349 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture :
Je n'étais pas triste. Je n'avais pas peur.
Je pensais juste : "peut importe ce à quoi je ressemble : je suis vivante."
J'éprouvais de la reconnaissance.

J'ai jeté un coup d'œil au Dr Fiona.
Elle avait placé une boite de mouchoirs en papier entre nous ; j'ai compris qu'elle s'était attendue à ce que je pleure.
Peut-être l'ancienne Malala aurait-elle pleuré.
Mais quand vous avez presq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (94) Voir plus Ajouter une critique
ssstella
  07 mars 2016
Elle est extraordinaire cette petite Malala, elle honore mieux son dieu que tous ces talibans. Peut-être plus extraordinaire est son papa. Oui, parce qu'en premier, c'est lui qui a eu un grand courage pour aller à l'encontre des traditions et des mentalités de son pays et inciter une fille... sa fille... à lutter pour étudier, pour en parler devant des assemblés, pour ne pas la stopper et continuer même quand le danger menaçait, même quand il avait peur pour elle. Par son exemple, il a fait de Malala une jeune-fille si déterminée... qui après avoir frôlé la mort ne renonce pas et au contraire, souhaite consacrer sa vie à défendre le droit à l'éducation pour tous les garçons et les filles du monde.
Ce monde aurait justement bien besoin de "légions de Malala" armées de livres, de stylos et d'écoles pour combattre l'obscurantisme, les talibans ou les djihadistes.
Commenter  J’apprécie          792
jeunejane
  21 février 2015
L'histoire de Malala, jeune pakistanaise, est époustouflante.
Elle écrit le livre en compagnie de Christina Lamb, grand reporter au Sunday Times, qui a couvert les évènements au Pakistan et en Afghanistan depuis 1987.
Cela donne un éclairage objectif sur la situation dramatique au Pakistan.
On apprend sans ennui, très clairement, les bases sur la religion musulmane et l'historique des actes de terrorisme dans ces régions.
A l'âge de 15 ans, un taliban tire sur elle et deux de ses amies dans un bus au retour de l'école, simplement parce qu'elle revendiquait le droit à l'instruction pour tous et cela par le biais d'internet. Elle était en lien avec la presse étrangère et avait déjà fait plusieurs discours.
Elle est très gravement blessée à la tête et est envoyée à Birmingham avec sa famille où elle suit sa rééducation et son parcours scolaire.
Malala a reçu le prix Nobel de la paix en 2013 et continue de lutter pour l'instruction de tous les enfants dans le monde.
Son père, directeur de l' école de sa fille, très croyant tout comme Malala , garde un esprit critique, une liberté d'expression et encourage sa fille dans ce sens.
Elle reste profondément attachée à son pays et désire y retourner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
missmolko1
  27 août 2016
J'ai découvert Malala, lorsqu'elle a reçu le prix Nobel de la paix. Ce petit bout de femme m'avait touché et j'ai eu envie de découvrir son histoire a travers cette autobiographie. C'est non sans appréhension que j'ai ouvert le livre, car les biographies ou autobiographies, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Et si celle si n'est pas bien écrite, je m'ennuie très vite. Ici au contraire, des les premières lignes, j'ai été captivé et j'ai dévoré ce livre en a peine 3 jours.
On y découvre une petite fille qui adore l'école, qui fait preuve de naïveté et qui est tellement attachante. Elle nous fait découvrir son pays le Pakistan et plus particulièrement la région du Swat, au nord du pays avec ses vallees magnifique. Seulement, cette petite fille qui ressemble a tant d'autre, a grandi et est devenu plus vite responsable et mature, car elle a appris a vivre au coté des talibans, et n'a jamais renoncer à son droit pour l'éducation :
"Les talibans sont contre l'instruction parce qu'ils pensent que lorsqu'un enfant lit un livre, apprend l'anglais ou étudie la science, il s'occidentalise. Mais moi, je dis : « L'instruction, c'est l'instruction. Nous devons tout apprendre et choisir ensuite quelle voie nous suivons. » L'instruction n'appartient ni à l'Occident ni à l'Orient, elle appartient à l'humanité."
Depuis, elle s'est toujours battue pour l'éducation, notamment celle des filles, et son combat fait parfois froid dans le dos :
"Quand des filles disparaissent, ce n'est pas toujours parce qu'elles sont mariées. Il y avait une jolie fille de quinze ans appelée Seema. Tout le monde savait qu'elle était amoureuse d'un garçon et, parfois quand il passait non loin, elle le regardait de sous ses longs cils noirs que toutes les autres filles lui enviaient. Dans notre société, une fille qui flirte avec un jeune garçon apporte la honte sur sa famille. Mais un homme a tous les droits ! On nous a annoncé qu'elle s'était suicidée. Mais nous avons fini par apprendre que c'était sa famille qui l'avait empoisonnée."
Elle fait preuve d'un énorme courage face aux talibans, jusqu'au péril de sa vie, car en 2012, elle est victime d'un attentat. Elle s'en sortira mais devrait subir de nombreuses opérations et aura une très longue convalescence. Son combat est remarquable et je vous recommande vivement la lecture de ce livre car c'est un magnifique message.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
chriskorchi
  23 novembre 2014
Que dire qui n'ai pas déjà été dit sur cette jeune fille héroïque et assoiffée de connaissances ? Tout a été dit , j'avais beau connaître le personnage à travers les médias j'ai été quand même bouleversée par ce témoignage puissant et le courage incroyable dont Malala a fait preuve. Elle a une maturité que peu d'entre nous réussissent à avoir étant adulte.
Il est toujours déroutant de voir combien les personnes n'ayant pas accès à la culture se battent pour y avoir droit alors que dans nos pays dit « évolués » les gens s'abrutissent devant la télé au lieu de lire, de sortir et s'enrichir culturellement parlant. Quel gâchis ! Je suis convaincue que s'il y avait plus de Malala dans le monde il se porterait bien mieux, on manque de gens qui se battent pour leur conviction et ne recule pas devant les difficultés. J'ai vraiment été contente en octobre 2014 lorsqu'elle a été élue prix Nobel de la Paix, je me suis dis enfin quelqu'un qui le mérite ! Son livre devrait être lu dans les écoles, les collèges , peut-être qu'alors nos enfants prendraient conscience de leur chance d'être libres, d'avoir des droits, d'avoir l'école et l'accès à la culture.
Ce témoignage est un appel au courage, à ne pas renoncer et se battre pour ses convictions. Beaucoup d'humanisme dans cette biographie magnifique qui ne peut laisser indifférent. J'ai aimé chaque page, je suis vraiment fière que des femmes comme elles existent, c'est un exemple pour l'humanité. Elle n'a jamais cédé à la haine, ni au désespoir. Après avoir subi une tentative d'assassinat elle trouve la force de se relever, se reconstruire et retourner se battre contre l'injustice faite aux femmes et contre l'obscurantisme.
VERDICT
Un livre qu'il faut avoir lu et qu'il faut donner à lire aux enfants et ados. Une belle leçon de courage et d'humanisme qui fait du bien dans ces temps troubles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
alet
  29 décembre 2014
Magistral et indispensable, à découvrir de toute urgence.
L'actualité en général, et l'actualité littéraire en particulier, me font revenir sur ces quelques mots jetés rapidement après la lecture de "Moi, Malala". J'ai entendu ce jour deux informations qui m'ont pour le moins questionnée.
Première chose : en Allemagne, des manifestants se réunissent de manière hebdomadaire pour protester contre ce qu'ils appellent "l'islamisation de la société allemande". Ces manifestations, ayant lieu dans plusieurs villes d'Allemagne dont Berlin, Dresde ou Cologne pour ne citer qu'elles, rassemblent chaque semaine plus de participants. La nouveauté est que ce lundi 5 janvier, se sont également organisées des contre-manifestations de personnes désireuses de montrer qu'elles n'adhèrent pas à la montée de l'islamophobie dans leur pays. Les contre-manifestants étaient, semble t-il, moins nombreux que les manifestants, mais tout de même, ils étaient là.
Deuxième chose : je ne sais pas si je lirai le dernier ouvrage de Michel Houellebecq à paraître demain "Soumission" au vu de certaines réactions qu'il suscite. le livre a d'ores et déjà été qualifié de "brûlot islamophobe". La polémique est parfois nécessaire pour faire réagir mais il est dangereux de jeter de l'huile sur le feu sur des sujets aussi sensibles et un souci de rassemblement serait plus opportun.
Toute cette actualité m'a fait penser à la courageuse Malala.
Cette adolescente nous livre un témoignage riche sur sa vie "d'avant" au Pakistan.
On apprend beaucoup sur l'histoire du pays, sur les liens complexes qui l'unissent à ses voisins, l'Inde et l'Afghanistan, sur les liens non-moins complexes que le pays entretient avec l'occident, les Etats-unis en particulier.
Dans le même temps, on découvre le quotidien des habitants de la vallée du Swat, totalement bouleversé par l'arrivée des talibans.
Cette jeune-fille, par les épreuves qu'elle a traversées, nous donne une véritable leçon de vie et de tolérance. Elle, qui pourrait légitimement tenir un discours de haine et de revanche à l'encontre de ceux qui ont souhaité et bien failli obtenir sa mort, préfère s'attacher à décrire l'ignorance et le conditionnement dans lesquels sont maintenus les talibans et comment cette ignorance et ce conditionnement les poussent à commettre leurs crimes.
Il me semble donc que le message de Malala "je lutte pour l'éducation et je résiste aux talibans" est essentiel et pourrait être transposé dans notre quotidien : lutter pour l'éducation, c'est une priorité, et lutter contre nos propres talibans, c'est à dire nos empêcheurs de penser par nous-mêmes, quelle que soit la forme qu'ils prennent.
Je réitère donc concernant l'ouvrage de Malala : magistral et indispensable, à découvrir de toute urgence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Citations et extraits (128) Voir plus Ajouter une citation
AnneBoulangerPecoutAnneBoulangerPecout   10 octobre 2014
« Dans les camps de réfugiés afghans, par exemple, on fournit aux écoliers de manuels rédigés par des universitaires américains qui illustraient les mathématiques avec des images d’armes et donnaient des exemples comme : « Si sur 10 Russes infidèles, 5 sont tués par un musulman, il en restera 5 » ou encore : « 15 balles moins 10 balles égalent 5 balles. » (p 46-47)
« Le taliban parlait du djihad dans des termes si glorieux que mon père en fut captivé. L’étudiant ne cessait de souligner que la vie terrestre était brève et qu’il y avait peu d’espoir pour les jeunes hommes du village. […] De ce fait, l’idée d’un paradis doté de soixante-douze vierges devenait attirante. Chaque soir, mon père priait : ‘O Allah, fais qu’il y ait une guerre entre musulmans et infidèles afin que je puisse mourir pour toi et devenir un martyr.’ [Après la rencontre de son futur beau-frère :] Il se retrouva déchiré entre les deux extrêmes, laïcité et socialisme d’un côté, et islam militant de l’autre. Il finit par se retrouver quelque part au milieu. » (p 47-48)
« C’est la confiance absolue de ma grand-mère en mon père qui lui donna le courage de trouver la voie du milieu. » (p 51)
« La liberté n’a pas de valeur si elle ne comprend pas la liberté de faire des erreurs. » (Gandhi, cité p 95)
« Devant le bureau de mon père était accrochée une copie d’une lettre écrite par Abraham Lincoln au professeur de son fils, traduite en pachto. C’est une très belle lettre remplie de sages conseils. ‘Enseignez-lui, si vous pouvez, les merveilles des livres… Mais laissez-lui un peu de temps libre pour considérer le mystère éternel des oiseaux dans le ciel, des abeilles au soleil, et des fleurs au flanc d’un coteau vert. A l’école, enseignez-lui qu’il est bien plus honorable d’échouer que de tricher.’ » (p 95)
« La vie ne se résume pas à inspirer de l’oxygène pour expirer du gaz carbonique. Tu peux soit tout accepter des talibans, soit te dresser contre eux. » (Un ami du père de Malala à celui-ci, p 155)
« Parle un langage de vérité. La vérité abolit la peur. » (Le père de Malala à celle-ci, p 177)
« Durant cette période, le pire fut quand on commença à douter les uns des autres. » (p 191)
« Un jour, je vis mon petit frère Atal creuser avec acharnement dans le jardin. – Que fais-tu ? lui demandai-je. – Je creuse une tombe. Comme les informations débordaient de morts et de massacres, il était naturel qu’Atal pense à des tombes et à des cercueils. » (p 192)
« La terreur avait rendu les gens cruels. Les talibans mettaient à bas nos valeurs pachtounes comme celles de l’islam. » (p 194)
« Les talibans sont contre l’instruction parce qu’ils pensent que lorsqu’un enfant lit un livre, apprend l’anglais ou étudie la science, il s’occidentalise. Mais moi, je dis : L’instruction, c’est l’instruction. Nous devons tout apprendre et choisir ensuite quelle voie nous suivons. L’instruction n’appartient ni à l’Occident ni à l’Orient, elle appartient à l’humanité. » (p 206)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
jeunejanejeunejane   18 février 2015
Mon père gardait dans sa poche un poème de Martin Niemöller, qui vivait dans l'Allemagne nazie. Il disait :
"Lorsqu'ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les socialistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas socialiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit parce que je n'étais pas juif.
Lorsqu'ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit, parce que je n'étais pas catholique.
Lorsqu'ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester."
Il avait raison. Si les gens se taisaient, rien ne changerait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          735
ssstellassstella   02 mars 2016
Quand des filles disparaissent, ce n'est pas toujours parce qu'elles sont mariées. Il y avait une jolie fille de quinze ans appelée Seema. Tout le monde savait qu'elle était amoureuse d'un garçon et, parfois quand il passait non loin, elle le regardait de sous ses longs cils noirs que toutes les autres filles lui enviaient. Dans notre société, une fille qui flirte avec un jeune garçon apporte la honte sur sa famille. Mais un homme a tous les droits ! On nous a annoncé qu'elle s'était suicidée. Mais nous avons fini par apprendre que c'était sa famille qui l'avait empoisonnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          561
ssstellassstella   09 mars 2016
Après cela, Radio Mollah consacra toute son énergie aux écoles. Il se mit à s'élever contre les administrateurs et à féliciter nommément les filles qui se déscolarisaient : "Mlle Untel a cessé d'aller à l'école et ira au paradis." Ou encore : "Mlle Kulsoom, de tel village, a quitté l'école en CM2 et je la félicite." Les filles comme moi qui continuaient d'aller en cours, il les qualifiaient de buffles et de moutons.
Mes amies et moi n'arrivions pas à comprendre pourquoi c'était mal.
- Pourquoi ne veulent-ils pas que les filles aillent à l'école ? demandai-je à mon père.
- Ils ont peur de la plume, répondit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
rkhettaouirkhettaoui   04 novembre 2013
Les talibans sont contre l’instruction parce qu’ils pensent que lorsqu’un enfant lit un livre, apprend l’anglais ou étudie la science, il s’occidentalise. Mais moi, je dis : « L’instruction, c’est l’instruction. Nous devons tout apprendre et choisir ensuite quelle voie nous suivons. » L’instruction n’appartient ni à l’Occident ni à l’Orient, elle appartient à l’humanité.
Commenter  J’apprécie          831
Videos de Malala Yousafzai (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Malala Yousafzai
C?est avec une grande fierté que Hachette Romans publiera le 17 avril 2019 le nouveau livre de Malala Yousafzai : Nous avons dû partir. Les chiffres sont accablants. D?après les dernières statistiques du Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés, plus de 44 000 personnes sont obligées de fuir de chez elle chaque jour tandis qu?il y a 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde. Malala est partie à la rencontre de jeunes femmes qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Ce recueil de témoignages inédit aborde leurs histoires, leurs rêves et comment elles se sont construites ou reconstruites loin de chez elles.
Précommander Nous avons dû partir : https://amzn.to/2UH66K7 https://bit.ly/2UoN5wH https://bit.ly/2uTJmYQ
+ Lire la suite
autres livres classés : talibansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Malala

De quelle vallée du Pakistan Malala est-elle originaire ?

Hunza
Gojal
Swat

10 questions
111 lecteurs ont répondu
Thème : Moi, Malala de Malala YousafzaiCréer un quiz sur ce livre
.. ..