AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Brigitte Hébert (Traducteur)Jean-Claude Colbus (Traducteur)
ISBN : 2742776877
Éditeur : Actes Sud (01/09/2008)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 118 notes)
Résumé :
Au début des années 2000, dans un lycée allemand de la dernière chance, le jeu pervers de deux élèves s'est terminé dans un bain de sang. L'avocate à laquelle on confie l'affaire est bouleversée, tant elle a du mal à juger cet acte. Elle entreprend alors d'écrire l'histoire des trois protagonistes, leur rencontre, les prémices du jeu, son déroulement jusqu'à l'irruption de la violence.

Ada (quatorze ans) et Alev (dix-huit ans) sont nés pendant la guer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
lirado
  22 juin 2019
Lorsqu'on a ce pavé entre les mains, à l'écriture serrée qui rappellerait les romans de Proust (je parle ici de l'édition poche) on a l'impression que La Fille sans qualités va être une lecture fastidieuse même si le résumé nous pousse à ouvrir l'ouvrage. Au final, et après une lecture longue mais acharnée, je dois dire que le roman ne se referme pas aisément car au fil des pages nous nous sommes totalement immergés dans le quotidien d'Ada, Alev et Smutek, dans l'atmosphère pesante qui se dégage de la Fille sans qualités.
Le livre n'est pas pour les âmes sensibles, clairement à destination d'un public au moins âgé de 15 ans et averti de son contenu. Certaines scènes sont assez explicites en matière du jeu sexuel qui s'installe entre les trois protagonistes. Juli Zeh n'hésite pas à employer un langage cru, à la limite du roman très érotique (pour ne pas dire pornographique), sans pour autant raconter ces scènes juste pour le plaisir de les écrire. le but est affiché : tourmenter le lecteur, susciter la polémique, la protestation, le dégoût voire le rejet. Et surtout comprendre le personnage ambigu d'Ada qui ne ressent dans ces moments là absolument rien.
Ada, c'est sans doute elle le personnage le plus étrange de la Fille sans qualités, et c'est pour cette raison que c'est sur elle que le titre est centré. Froide, nihiliste, au caractère bien trempé et dérangeant, elle affronte la réalité avec un manichéisme à glacer le sang. Lorsque les événements se produisent, elle a 15 ans, ne ressent rien lorsqu'elle fait l'amour et semble dans les bras de Smutek une poupée de chiffon. Sous l'emprise d'Alev, personnage tout aussi troublant par son caractère pervers et son amour pour le jeu, Ada est une marionnette, comme la désigne les autres élèves du lycée au début de sa première année à Ernst-Bloch. C'est lui qu'Ada aime, plus que Smutek, du moins jusqu'à voir qu'elle ne représente rien d'autre pour lui qu'un pion sur un échiquier.
Enfin, Smutek, le dernier personnage principal de ce roman, d'origine Polonaise, marqué par L Histoire et dont la vie dérape petit-à-petit tandis que sa femme sombre dans la dépression et que son collègue d'Histoire et ami Höfi se suicide. Ada et Alev profitent de ce moment de faiblesse pour mettre à exécution leur plan machiavélique et l'enfermer dans une boucle de chantage dans lequel on ne sait pas s'il prend ou non plaisir à entrer. D'abord forcé d'obéir aux lois du jeu des deux lycéens, il tombe amoureux d'Ada ce qui le conduira sur les bancs du tribunal.
D'ailleurs revenons un peu sur la construction de la Fille sans qualités. le roman est introduit par un préambule dans lequel une juge, Sophie, prend la parole. C'est elle qui est en charge de l'instruction de l'affaire dont le lecteur ignore encore tout. Une chose est sûre, le cas est difficile à juger et la fin de ce prologue pose une question qui devra alimenter toute la réflexion autour du récit : "Si tout cela n'est qu'un jeu, nous sommes perdus - Sinon, c'est pire". Et il est vrai que l'histoire racontée dans La Fille sans qualités à de quoi pétrifier le lecteur, tant tout semble n'être que le produit d'un jeu froid et inventé que pour le simple divertissement de son créateur, Alev, qui manie les ficelles de chaque personnage évoluant autour de lui. Pour le reste, le récit se construit autour de chapitres brefs, d'une dizaine de pages, qui permettent une lecture fluide et qui rythme en même temps les événements.
La Fille sans qualités ne laisse donc pas de marbre : soit on est conquis par le texte, l'écriture brillante de Juli Zeh, soit au contraire on est révulsé par tant de perversité et par cette écriture au couteau. Pour ma part j'ai aimé cette histoire même si certains côtés m'ont dérangée, malmenée, mais c'est aussi ce qui fait la force de la Fille sans qualités.
Le roman en dépit de son épaisseur se lit bien et captive car après une présentation détaillée de la vie et du caractère très singulier d'Ada, la rencontre avec Alev et la première "séance" avec Smutek, on a envie de continuer à suivre le parcours que Juli Zeh nous propose jusqu'au final. Ce dernier est traité rapidement, et nous malmène plus encore que tout le roman, par une condamnation qui aura de quoi surprendre. La Fille sans qualités est un livre dont on se souvient, qui marque l'esprit, jouant avec le sentiment amoureux, à la manière moderne des Liaisons Dangereuses de Laclos. le fond de tout ce roman reposerait sur l'existence et la définition du juste et de l'injuste, questions éminemment philosophiques, à l'image des personnages d'Ada et Alev. Quoi qu'il en soit cette auteur m'a plu et je pense que je me laisserais tenter un jour par la lecture de ses autres romans, je vous invite donc à la découvrir à votre tour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Zora-la-Rousse
  20 juillet 2018
La fille sans qualités a un nom et elle s'appelle Ada. Âgée de 14 ans, elle vient d'intégrer le lycée privé Ernst Bloch. C'est une jeune fille à part, pas vraiment jolie, d'une grande intelligence. Elle apparaît froide, indifférente au monde qui l'entoure, détachée de ses proches, voire d'elle-même. Au lycée, elle va faire la rencontre d'Alev, 18 ans. Ce dernier est séducteur, sûr de lui, populaire et a trouvé rapidement sa place au sein de l'établissement.
A priori, rien ne devrait réunir ces deux adolescents si ce n'est leur sentiment de supériorité et leur croyance absolue en l'instinct et à la toute puissance du jeu, qui prévaut sur tout. le titre d'origine Spieltrieb signifie d'ailleurs « pulsion du jeu». Ces deux là ne croient plus en rien, ou quasi, et se déclarent de manière répétée arrière-petits-enfants des nihilistes et de Nietzsche.
Ada aime courir, et elle le fait très bien. Au point qu'un de ses professeurs, féru de courses lui aussi, va lui proposer de l'entraîner. Mais ce dernier, leur professeur d'allemand qui leur enseignera entre autre L'homme sans qualités de Musil, ignore que cette initiative va le faire basculer dans le piège tendu par les deux élèves. Un jeu machiavélique et pervers qui va bouleverser leurs vies…
Un drôle de roman, dur, à l'écriture exigeante et au contenu dérangeant. Les personnages sont difficiles à cerner et à comprendre, et demeurent peu attachants. L'intrigue se déroulant dans le début des années 2000, c'est là un portrait noir et pessimiste que nous dresse Juli Zeh d'une jeunesse désoeuvrée que j'ai eu beaucoup de mal à reconnaître. Je l'ai lu comme s'il s'agissait d'un roman dystopique, pour illustrer l'ampleur du décalage… Mais il prend aussi l'allure d'un thriller pour certaines scènes, glaçantes et cruelles, tout en ayant un aspect d'essai philosophique par fulgurances.
A me relire, je constate que je suis encore incapable de déterminer si j'ai apprécié cette lecture...
Indéfinissable et déroutant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
HannibalLectrice
  18 mars 2014
Au début des années 2000, dans un lycée allemand de la dernière chance, le jeu pervers de deux élèves s'est terminé dans un bain de sang. L'avocate à laquelle on confie l'affaire est bouleversée, tant elle a du mal à juger cet acte. Elle entreprend alors d'écrire l'histoire des trois protagonistes, leur rencontre, les prémices du jeu, son déroulement jusqu'à l'irruption de la violence.
Ada (quatorze ans) et Alev (dix-huit ans) sont nés pendant la guerre du Golfe ; ils étaient enfants pendant la guerre des Balkans et au moment du 11 Septembre. Les images du conflit en Irak ainsi que celles de l'attaque terroriste de Madrid ont accompagné leur adolescence. Cantonnés dans leur monde de confort, les parents ignorent tout de ce qui se passe dans l'esprit de leurs enfants – qui s'avère le terrain d'exploration de la romancière. Leur attirance pour les jeux de rôle, les drogues, une musique apocalyptique et des comportements maléfiques, d'où vient-elle ?
Ada, enfant autoproclamée du nihilisme, se désigne elle-même comme un “prototype” incarnant l'air du temps, une “fille sans qualités”, sans identité, et qui ne cherche qu'à se comporter avec la plus grande efficacité possible.
Ce roman ambitieux et parfaitement maîtrisé sur la détresse d'une certaine jeunesse a immédiatement propulsé son auteur sur le devant de la scène littéraire européenne.

Merci à la revue Lire d'avoir éveillé en moi une vive curiosité à l'égard de ce livre, celle-ci fut vivement récompensée. L'auteure s'est librement inspirée d'un fait divers allemand. Une sorte de conte philosophique mais pas que, une histoire parfaitement maîtrisée où la psychologie des personnages se révèle au fil des pages, une histoire pleine d'empathie à l'égard de l'Homme, une histoire sans voyeurisme, sans jugement... Bref, vous l'aurez compris, La Grosse Claque.......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Foufoubella
  27 mars 2019
Ouille, cela sera très difficile pour moi de faire une critique de ce (gros) roman que j'ai mis un certain temps à lire, ce qui n'est pas nécessairement dans mes habitudes, même pour les pavés.
Déjà, je ne saurais même pas dire, finalement, si j'ai aimé ou pas ce roman.
Je l'avais acheté il y a très longtemps, attirée par la couverture et par la collection (Babel). Je me souviens l'avoir pris en main, avoir lu la quatrième de couverture, avoir dit "oui, pourquoi pas", puis l'avoir reposé, puis repris, et reposé pour finalement l'acheter et le laisser traîner dans ma PAL pendant de nombreuses années. J'ai fini par l'exhumer pour les différents challenges Babelio auxquels je participe, notamment en rencontrant une sacrée momie lors de la Pyramide III...
Et ce fut laborieux.
L'histoire se déroule à Bonn, au début des années 2000. Ada, qui se définit elle-même comme une arrière-petite-enfant du nihilisme (rien que ça, ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille, tiens), une "fille sans qualités", est arrivée dans un nouveau lycée, un lycée de la "dernière chance". Non pas qu'elle soit mauvaise élève, bien au contraire, mais il s'est passé quelque chose dans son ancien lycée qui lui a valu son renvoi. Elle se liera d'amitié avec Alev, charismatique, plus âgé qu'elle, avec qui elle entretiendra des rapports bizarres, allant jusqu'à participer à un jeu pervers mis en place par le jeune homme et qui conduira à un procès. C'est la juge du procès qui nous raconte l'histoire, essayant d'expliquer par le début ce qui a pu amener à ce désastre.
L'action est lente, la narration aussi. Les chapitres sont relativement courts (heureusement) et nous mettent dans le bain dès le départ.
L'auteure maîtrise son sujet de A à Z et ne se perd jamais dans le fil de sa narration.
La question que je me pose, là, maintenant, pour tenter d'éclairer les lecteurs est: est-ce une lecture que je conseillerais? Sincèrement, je ne crois pas même si ce livre, contrairement à son titre, possède des qualités indéniables.
Challenge Multi défis 2019
Challenge Trivial Reading II
Challenge Pavés 2019
Challenge Plumes Féminines 2019
Momie Pyramide III
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Loutre_des_Rivieres
  05 décembre 2012
Dans un pensionnat allemand au début du XXI ème siècle, Ada est une jeune fille douée pour les études, d'une intelligence rare, mais elle ne supporte pas son corps et peine à trouver confiance en elle. Alev est un jeune garçon attrayant et charmant, au caractère fantasque et nihiliste, qui séduit les jeunes qui l'entourent. Tous deux marginaux et cyniques, il ne pouvait que se rencontrer et se plaire. Par amour de la stratégie et du jeu, ils s'attaquent à un de leur professeur, et grâce à de nombreuses manipulations, parviennent à le détruire.
Un roman violent, presque dérangeant, plein de désillusions, mais subtil et très bien mené.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
sylviesylvie   10 décembre 2007
"Le pragmatisme remplace pour nous tout ce qu’offraient autrefois les grandes idées et les religions, ce qui faisait croire à la paix, aux droits de l’homme et à la démocratie. Le pragmatisme nous empêche de devenir des criminels ou nous y incite quand c’est nécessaire. Il légitime la persistance de la justice, de la famille et du travail, il nous rend gentils et recommande de soigner son apparence. Après nous être libérés de toute contrainte, nous n’avons plus qu’un seul mentor : le pragmatisme. Tu verras : nous qui sommes vidés de tout, il ne nous manque rien !”

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FoufoubellaFoufoubella   11 mars 2019
Ainsi passa le reste de l'année. Smutek et sa femme fêtèrent Noël à deux devant un petit sapin, un Noël contemplatif, modeste, nimbé de l'arôme du pain d'épice et du poisson et d'un peu de tristesse sans raison. Ada et sa mère passèrent Noël à deux devant un petit sapin, un Noël contemplatif, modeste, sa mère pleura beaucoup, cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus besoin de raison pour cela. Olaf et ses parents fêtèrent Noël à trois, sa grande soeur n'était pas venue cette année parce qu'elle passait un semestre à Moscou pour ses études, qu'il y avait trop de neige en Russie et que le voyage était trop long. Le sapin montait jusqu'au plafond, il était décoré de bougies en vraie cire et Olaf, lui, savait au moins pourquoi il était triste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   14 juin 2018
Au sortir de l'enfance on abandonnait l'innocence de l'oubli de soi : elle vous était retirée subrepticement au seuil de la prétendue vraie vie.
Commenter  J’apprécie          50
Noemie_de_painNoemie_de_pain   06 juin 2019
Et enfin, des citations juste pour le plaisir : « Un camion-poubelle tourna au coin de la rue et se mit à vider des poubelles cul sec. » ou encore « Elle était épuisée comme un européen venu du continent au terme de sa première journée passée à conduire à gauche en Grande-Bretagne. »
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurdeart-bsurde   10 octobre 2013
Depuis qu'elle savait lire, Ada lisait beaucoup. Lire n'était ni un travail ni un hobby, elle lisait sans objet précis. Le temps de la lecture, c'était du temps qui passe, inexorablement, cependant que sa raison était immergée dans une nourriture qui transformait son appétit vorace en une ingestion et une digestion régulières de connaissances.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Juli Zeh (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Juli Zeh
Juli Zeh parle de son nouveau roman *Brandebourg*
L E S I T E ?? http://www.actes-sud.fr/brandebourg/
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
247 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..