AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226440730
352 pages
Éditeur : Albin Michel (08/01/2020)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Ma voix va s'efforcer d'être celle des quarante ou cinquante millions de victimes dont la voix, en Europe centrale, est étouffée, étranglée. [...] Vous savez tous comment la tragédie a commencé. Ce fut quand surgit en Allemagne le national-socialisme, dont la devise fut dès le premier jour : étouffer. »

Voyageur infatigable, passionné de littératures et de cultures étrangères, Stefan Zweig partageait avec les grands intellectuels de son temps un pac... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sachenka
  07 juin 2020
Le grand Stefan Zweig se passe de présentations. Si beaucoup ont lu ses romans (Amok, le joueur d'échec, La peur, La confusion des sentiments, etc.), ses autres écrits sont moins connus auprès du large public. Et pourtant ! C'est ce à quoi remédie le présent ouvrage, Pas de défaite pour l'esprit libre, écrits politiques 1911-1942. Paru cette année (2020), cet ouvrage est un condensé de divers écrits tirés d'ouvrages paru précédemment en allemand. Ces ouvrages étaient composés essentiellement d'articles de journaux pour lesquels Zweig était correspondant (entre autre, le Berliner Tageblatt et le Neue Freie Presse) mais aussi de lettres envoyées à des amis et correspndants ainsi que des transcriptions de conférences qu'il a données. La plupart étant assez brefs, moins de dix pages, ils sont rapides à lire et on peu en étaler la lecture sur une longue période. Aussi, chacun est précédé d'une courte présentation, permettant de le situer dans son contexte et d'éclaircir certains éléments peu explicites.
On y traite d'abord de la littérature, de la condition difficile d'écrivain, de l'intérêt insuffisant qu'on à certains endroits (à commencer par Berlin). C'est assez général. Puis, la Première Guerre mondiale éclate. Zweig ne commente pas les combats directement, il en est assez loin, il passe la plus grande partie du conflit en Suisse à titre de correspondant. Toutefois, de là, il multiplie les appels à la réconciliation. C'est que, bien qu'il soit Autrichien, fort attaché à sa patrie, il est avant tout un citoyen du monde. Il a vécu à Vienne, Berlin, Paris, Londres, etc. Pour tout dire, sa véritable patrie, c'est celle du monde des intellectuels. Elle est universelle. Il est un grand ami de Romain Rolland et d'autres penseurs qui appellent à la fin des hostilités.
Une fois la paix décidée, Zweig revient à ses premiers amours, les livres. Il fait la critique de plusieurs ouvrages qui paraissent. Puis, il s'intéresse à l'histoire et à la philosophie, il partage sa vision du monde. Enfin, il appelle à l'unification de l'Europe. Après tout, la vie dans les grandes capitales, elle se vaut partout. Les nations européennes ont plus en commun qu'elles ne le croient, on y retrouve déjà une certaine unité spirituelle et culturelle. Partout, on joue les mêmes opéras, les mêmes livres sont traduits et lus, on construits des parcs pour faire des promenades, etc. Un voyageur trouve partout des repères similaires. Malheureusement, il faut attendre les ravages de la Deuxième Guerre mondiale pour que cette idée d'une quelconque union européenne soit entendue.
En attendant, le nazisme et le totalitarisme prolifèrent. Les conditions des Juifs se détériorent et l'auteur (lui-même de confession judaïque) le déplore dans plusieurs articles.
Ces écrits politiques permettent à chacun de se faire une idée très précise des opinions de Stefan Zweig sur des sujets tout aussi précis (le rôle de la littérautre, la culture, la guerre, la politique, le communisme, la question juive, etc.), et conséquemment, de toucher à une parcelle de sa vision du monde. Il s'en dégage un optimisme, un idéalisme. Ou, du moins, il tâche d'y faire appel, de le cultiver chez ses lecteurs. « […] c'est seulement avec vous, c'est seulement grâce à vous que le vieux rêve de l'humanité fraternelle pourra se réaliser. » (p. 298)
Certains pourraient dire qu'il semblait imbu de sa personne, comme si, lui, il avait découvert le secret de l'harmonie universelle, ce qui était bon et ce qui ne l'était pas. À sa défense, ses opinions dépassent la partisanerie et le patriotisme, elles proviennent d'une longue expérience, de voyages, de longs séjours passés à l'étranger, d'amitiés solides avec des gens d'horizons différents. Surtout, elles sont le fruit d'une ouverture d'esprit qui n'était pas si commune au début du vingtième siècle. Plusieurs gagneraient à l'imiter.
Ces écrits sont également un message d'espoir qu'il martèle. « Pourtant, j'en suis convaincu, nous n'avons pas le droit de nous abandonner par faiblesse au pessimisme. » (p. 284). L'actualité de 1942 et des premières années de guerre, hélas, se prêtait mal à cet optimiste. Toutefois, si Zweig avait vécu quelques années de plus, il aurait pu voir un monde nouveau un peu à l'image de ce qu'il proposait et souhaitait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
Airsatz
  04 septembre 2020
Quel pur bonheur, quelle immense joie de pouvoir se plonger à nouveau dans le monde intérieur de Stefan Zweig, qui plus est à travers des textes inédits ! Retrouver cette plume si mélodieuse, ce style envoûtant, cet esprit aiguisé, ce regard si juste sur le monde et ses travers... C'est une chance inouïe, inespérée, que nous avons de pouvoir découvrir ces écrits politiques, réunis avec brio dans ce recueil éclectique, poétique et particulièrement savoureux. Il est de notoriété publique que Stefan Zweig fût profondement bouleversé par la Seconde guerre mondiale, que la destruction massive du "monde d'hier" fût rude pour l'auteur d'Amok ou le fou de Malaisie, le Joueur d'échecs et La Confusion des sentiments. Il est donc assez étonnant - positivement étonnant - de voir ici combien l'écrivain se montre optimiste, se lève contre toute idée d'oppression, se bat pour la liberté individuelle, prône la force de l'esprit humain pour contrer les ravages du monde extérieur. À travers des textes sur des sujets aussi divers que la guerre et la reconstruction des sociétés, la peine de mort et les arts, l'indifférence de la nature aux soucis humains et la phobie administrative qui s'est emparé de tout citoyen, Stefan Zweig, tout en gardant sa lucidité et son incomparable don pour analyser les contradictions du coeur humain, nous livre un tout nouveau pan de sa pensée, un véritable manifeste pour garder espoir et croire en la vie. En nous livrant ses observations, ses doutes, ses émotions, l'auteur nous enjoint à puiser la joie de vivre qui sommeille en chacun de nous, nous donne les armes pour survivre à une Histoire collective incontrôlable et souvent accablante. On ressort de cet ouvrage complètement grandis, indéniablement bien plus sages qu'auparavant et absolument certains qu'on ne trouvera jamais rien de plus beau, de plus authentique que des mots écrits de la main de l'auteur autrichien. Il n'y a pas de défaite pour l'esprit libre, et force est de constater que l'esprit de Stefan Zweig, désormais affranchi de toute contrainte terrestre, même plusieurs décennies après sa disparition, même altéré par l'acte de traduction, est toujours bien vivant, infiniment inspirant, plus que jamais conquérant. Grâce à cet ouvrage définitivement surprenant, Stefan Zweig prouve qu'il n'était pas qu'un simple penseur caché derrière son élitisme culturel, mais qu'il était aussi capable d'offrir des solutions concrètes pour un monde meilleur, qu'il était un véritable humaniste engagé et activiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
AirsatzAirsatz   09 septembre 2020
Si nous décidons de renoncer, au nom de la vérité, à toutes les visions romantiques du passé historique, il faut bien avouer que nous qui sommes contemporains d'une époque surchargée d'événements, nous nous efforçons plutôt de les oublier que de les partager. Au premier abord, cette constatation semble nous faire honte à tous. Comme si elle déniait à la majorité des gens la faculté de participer vraiment à leur époque et de ressentir au fond d'eux-mêmes son horreur et ses souffrances. Mais il serait injuste de les accuser ainsi. L'immense majorité des hommes a très sincèrement l'intention de ne pas rester indifférents à tous ces extraordinaires événements ; ils sont remplis de la volonté, et même du désir de se laisser bouleverser. Pourtant, nous sommes tous soumis à cette loi naturelle supérieure qui, dans une sage économie, modère notre capacité de compatir. Des émotions fortes et permanentes sont inévitablement cause de fatigues croissantes ; une tension excessive, et trop longtemps prolongée, se transforme en une sorte de paralysie. Si le tragique se renforce démesurément, il diminue plutôt qu'il n'augmente sa capacité de nous bouleverser. Nous ressentons tous, aujourd'hui, cette funeste proportion : plus le drame universel se prolonge sous nos yeux, plus il comporte de scènes atroces et des péripéties sans cesse plus bouleversantes, et moins nous sommes capables de les vivre en nous y associant intérieurement. Penser en permanence à la guerre empêche de penser, et plus notre époque exige notre compassion, moins notre âme déjà épuisée peut lui en offrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AirsatzAirsatz   01 septembre 2020
Je n'ai pas beaucoup aimé les paysages durant ces années d'horreur, et plus ils étaient beaux, plus ils me faisaient mal. Non pas que j'aie gardé mes distances, mais je sentais trop l'étrangère dans la nature, cette grandiose indifférence de l'éternel face aux tourments terrestres. Au-dessus des corps déchiquetés, d'insouciantes fleurs poussaient, colorées et souriantes ; des oiseaux gazouillaient autour des gens affamés, esseulés ; la lune glissait doucement par-dessus les toits des insomniaques ; l'été s'épanouissait, beau et insensible, et les montagnes étincelantes regardaient fixement l'interminable souffrance de l'Europe. L'invariable beauté de la nature me faisait frissonner presque haineusement, puisque les cris des hommes qui meurent ne sont rien de plus, pour elle, que le voluptueux roucoulement d'une colombe, elle qui, des ossements, fait s'élancer les plantes et nourrit de la chair sacrée des humains d'obscures bêtes rampantes. Elle me semblait cruelle, inaccessible, d'un calme qui ne console pas, d'une beauté sans bienveillance, d'une générosité sans empathie, ô tellement étrangère, aussi infiniment étrangère que le ciel et les étoiles, animée pourtant, et toute proche. Jamais autant que pendant cette guerre je n'ai su qu'elle ne nous accorde aucune attention, que notre amour infini la laisse froide ; et plus elle déployait sa beauté sous nos yeux, plus c'était douloureux de voir cette abensce de regard, d'éprouver cette insensibilité que nous appelons, en les aimant, paysages et nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AirsatzAirsatz   03 septembre 2020
L'homme véritable ne vit pas l'Histoire, il vit sa propre existence ; il a en lui-même son lot, inné, de joie de vivre, sur quoi même le destin n'a pas de prise, parce que l'individu l'emporte sur son destin, en l'aimant. Les éléments éternels ne savent rien de la valeur de l'argent, la paix intérieure n'entend pas les lamentations nostalgiques des faibles : là où l'homme n'appartient plus à l'État, mais à soi-même, là passe la limite de la défaite, fût-elle la plus terrible. Bien sûr, il y a une détresse dont l'esprit ne peut pas triompher, la détresse du corps nu, de son irrécusable matière terrestre. L'homme a besoin de nourriture pour vivre, de chaleur pour ne pas mourir de froid. Mais ensuite, toute pitié sera superflue. Alors le peuple, aussi bien que l'individu, devra s'aider lui-même, et par sa volonté il conquerra la liberté intérieure. Car pour l'esprit libre, la défaite n'existe pas : elle ne pénètre dans nos vies que jusqu'au niveau du citoyen, mais l'être qui est au fond de nous, elle ne l'atteint pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SachenkaSachenka   30 mai 2020
[...] jamais le fil ne se rompt entièrement, jamais le travail de l'esprit pour élever l'humanité ne s'interrompt tout à fait - quand un pays n'en peut plus, d'autres prennent le relais, quand une partie du monde s'enténèbre, une autre toujours s'éclaircit.
Commenter  J’apprécie          110
SachenkaSachenka   28 mai 2020
L'automne n'est-il pas la saison sans passion, sage, et sans jeunesse, le temps sans conflit où même l'obscurité et la lumière rougeoient en glissant doucement l'une dans l'autre, où les brumes estompent la sureté des contours, d'une chose à l'autre?
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Stefan Zweig (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
Le 11.01.2021, François Wolfermann (librairie Kléber) lisait un extrait de “L'Uniformisation du monde” de Stefan Zweig.
Librairie Kléber : Sur Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCEr_libcT2X7H-lyeUPQuHw Sur Twitter : https://twitter.com/librairiekleber Sur Instagram : https://www.instagram.com/librairiekleber/
autres livres classés : écritsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1347 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre