Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Catherine Lauga du Plessis (Traducteur)

ISBN : 2020562332
Éditeur : Editions du Seuil (2002)


Note moyenne : 3.95/5 (sur 238 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
David Lurie est enseignant au Cap, en Afrique du Sud, passionné par les œuvres de Byron et de Wordsworth. Il a 52 ans, il est père et a deux fois divorcé. Dans son genre, c'est un Casanova. La question de sa vie sexuelle est facilement résolu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (30)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par petch, le 19 janvier 2013

    petch
    « du musst dein Leben ändern : il te faut changer de vie. Eh bien il est trop vieux pour entendre ce message, trop vieux pour changer ». Constat amer et désabusé vers la fin du roman de David Lurie face à sa déchéance sociale. Universitaire (blanc), amateur de femmes (jeunes). Mélanie, une de ses étudiantes, porte plainte suite à une relation consécutive à un harcèlement. Après avoir démissionné, Lurie est contraint de s'exiler loin du Cap. Il se rend chez sa fille Lucy, gérante d'une propriété agricole. Il constate alors impuissant la désolation de sa vie sur fond de mutation de la société sud-africaine, de violences urbaines et de ségrégation. Reste le Bancal (Driepoot en afrikaans), ce chien dont se prend d'affection David Lurie. Bancale comme sa vie.
    Relations Père/Fille, Citadins/Ruraux, Blancs/Noirs : plusieurs oppositions s'entrecroisent au fil de ce récit. J.M. Coetzee nous captive autour de ces conflits à différentes échelles en maîtrisant son récit par la cohérence et la précision de son style narratif. Un magnifique roman doublé d'un superbe témoignage à-propos des conséquences de la fin de l'Apartheid sur la population des riches fermiers blancs, devant faire face à la revanche violente des populations noires pauvres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sylvaine, le 02 septembre 2012

    sylvaine
    Le personnage principal , David Lurie, 52 ans, divorcé, enseigne à l'Université au Cap.Il va se laisser entraîner à fréquenter une des étudiantes de son cours sur les poètes romantiques , il rêve d'ailleurs d'écrire un opéra sur Byron.Il va se retrouver broyé dans un gigantesque scandale.Jugé par ses pairs il sera condamné pour harcèlement sexuel et exclus de l'Université perdant ainsi tous ses droits à la retraite.
    Bref il est en Disgrâce
    Il part se réfugier chez Lucy sa fille, propriétaire d'une ferme non loin de Graham Storen dans le Cap oriental.
    Il aime sa fille mais beaucoup de choses les séparent, leur façon de voir l'évolution de ce pays, le changement des mentalités.Le blanc doit apprendre à respecter le noir.Le noir tire parfois, voir souvent sur le blanc.Lucy et son père vont avoir à subir l'agression de 3 hommes dont un jeune ,neveu d'un voisin.Petrus.
    Lucy veut rester sur place quitte à céder sa terre à Pétrus pour obtenir sa protection...
    L'écriture de Coetze pour limpide et facile qu'elle soit,dégage puissance et force.L'histoire , au début , pourrait se dérouler n'importe où, aucune indication ne nous permet de savoir qui est blanc qui est noir, seuls quelques détails le suggèrent.
    Ce texte m'a beaucoup touchée, beaucoup appris.L'Afrique du Sud y est décrite avec amour mais Coetze n'essaye an aucun cas d'enjoliver les situations
    Du temps a passé et ce texte est toujours aussi présent dans ma mémoire!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par sandrine57, le 23 décembre 2011

    sandrine57
    David Lurie, 52 ans, est professeur à l'université du Cap. Plutôt blasé, il enseigne sans réelle conviction et trouve son plaisir une fois par semaine dans les bras d'une prostituée. Mais quand la belle Soraya cesse ses activités, David s'intéresse de plus près à Mélanie Isaacs, une de ses étudiantes. S'ensuit une liaison plus ou moins consentie jusqu'au moment où la jeune fille dépose une plainte pour harcèlement. Sûr de son bon droit, David refuse de se défendre et préfère démissionner. Il quitte le Cap et part à la campagne rejoindre sa fille Linda qui vit dans une ferme où elle tient un chenil et cultive des légumes et des fleurs. Après quelques temps d'une cohabitation difficile le drame survient: trois jeunes noirs s'introduisent dans la maison, agressent David et violent Linda. Révolté, David réclame vengeance alors que Linda semble accepter les évènements avec résignation.
    Je sors de cette lecture avec un avis plus que mitigé. A priori l'histoire est intéressante même si le personnage principal est peu attachant, voire insupportable. Vieux Don Juan libidineux, il ne se remet pas en question, n'est même pas conscient du mal qu'il fait. le roman vaut surtout par le constat qu'il fait de l'après-apartheid. La société sud-africaine semble régie par la violence aussi bien dans les villes qu'à la campagne. David sait que les choses ont changé mais il n'a pas conscience de l'ampleur du problème. Les noirs, bien décidés à rattraper le temps perdu, réclament justice et vengeance et les blancs doivent abandonner leur position de dominant. C'est ce qu'a compris Linda qui accepte la nouvelle donne. Elle sait que pour survivre dans sa ferme elle doit se mettre sous la protection de son voisin noir et elle accepte ce nouvel ordre des choses. Quelque part, elle se sent coupable des erreurs du passé et son viol est pour elle un moyen de payer pour ces erreurs.
    Le problème, pour moi, est que j'ai eu du mal à adhérer au style de COETZEE. Trop de distance, pas de sentiments, c'est froid et impersonnel. J'ai donc lu le roman avec intérêt mais sans passion. Finalement, malgré une histoire et un contexte de choix, le roman n'a pas la puissance qui fait les grands livres et c'est bien dommage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par AquinER, le 30 janvier 2013

    AquinER
    David Lurie, professeur d'université, tombe en Disgrâce. En s'amourachant d'une étudiante, il finit par perdre son poste pour indiscipline, comprenez pour harcèlement sexuel. Il quitte la ville pour se réfugier chez sa fille à la campagne où un grave crime aura lieu.
    J.M. Coetzee, auteur sud-africain, a écrit un grand livre. Les axes de lecture sont riches et nombreux. On y trouve d'abord une Afrique du Sud post-apartheid où la tyrannie devient une véritable anarchie. L'auteur fait état d'une incommensurable fracture entre la ville et la campagne, entre les petits bourgeois et les paysans, l'homme et la femme, la raison et l'instinct, la victime et le criminel... Les thèmes de la parole, de la communication et du dialogue prennent une dimension très importante évoquant à la fois la volonté de se taire et l'impuissance des mots. Enfin, difficile de passer à côté de toutes les comparaisons entre les hommes et les animaux.
    Un très grand roman pas toujours facile à lire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Altervorace, le 01 février 2012

    Altervorace
    Dés l'incipit, j'ai compris que je ne pourrais pas être insensible à cette lecture, le style m'a fracassée. Je savais que j'aimerais, que je détesterais mais assurément que je ne serai pas indifférente : Pour un homme de son âge, cinquante-deux ans, divorcé, il a, lui semble-t-il, résolu la question de sa vie sexuelle de façon plutôt satisfaisante. David Lurie est un personnage fascinant de décrépitude et sa déchéance inexorable devient presque lyrique sous la plume de monsieur Coetzee. La société que ce dernier nous dépeint est d'une cruauté et d'une violence crue et sombre. J'ai été dérangée, malmenée à presque chaque ligne du récit. Ce n'est pas vraiment un livre qui nous parle de l'Afrique du Sud bien que l'auteur aborde l'après apartheid et le sujet des scories qui ravagent les campagnes. Non, ce roman est bien au-delà d'un pays et de son Histoire, c'est quelque chose sur l'humanité peinte à la fois avec ironie et une tendresse un peu cruelle. Pour preuve, l'auteur ne mentionne pas la couleur de peau de ses personnages, nous laissant à nous autres lecteurs la possibilité de replacé la trame dans son contexte.
    Disgrâce est une œuvre vibrante qui parle de sexe, de mort, de beauté et d'art. Un chef d'œuvre subtil qui laisse place à de multiple niveaux de lecture, à de multiple interprétations. Il y a bien longtemps que je n'avais pas lu un roman qui me laisse avec un peu de dégoût et beaucoup d'admiration, un roman que l'on referme avec l'impression fugace et merveilleuse d'avoir le temps d'une lecture toucher un peu de la Vérité.

    Lien : http://altervorace.canalblog.com/archives/2012/02/01/23174523.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

> voir toutes (19)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ignatus-reilly, le 04 août 2010

    Il y a des risques à posséder quoi que ce soit : une voiture, une paire de chaussures, un paquet de cigarettes. Il n'y en a pas assez pour tout le monde, pas assez de chaussures, pas assez de voitures, pas assez de cigarettes. Trop de gens, pas assez de choses. Et ce qu'il y a doit circuler pour que tout un chacun ait l'occasion de connaître le bonheur le temps d'une journée. C'est la théorie. Tiens-t'en à la théorie et à ce qu'elle a de réconfortant. Il ne s'agit pas de méchanceté humaine, mais d'un grand système de circulation des biens, avec lequel la pitié et la terreur n'ont rien à voir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par keisha, le 25 juin 2011

    Il y a des risques à posséder quoi que ce soit : une voiture, une paire de chaussures, un paquet de cigarettes. Il n'y en a pas assez pour tout le monde, pas assez de chaussures, pas assez de voitures, pas assez de cigarettes. Trop de gens, pas assez de choses. Et ce qu'il y a doit circuler pour que tout un chacun ait l'occasion de connaître le bonheur le temps d'une journée. C'est la théorie. Tiens-t'en à la théorie et à ce qu'elle a de réconfortant. Il ne s'agit pas de méchanceté humaine, mais d'un grand système de circulation des biens, avec lequel la pitié et la terreur n'ont rien à voir. C'est ainsi qu'il faut voir la vie dans ce pays: sous son aspect schématique. Sinon on pourrait devenir fou. Les voitures, les chaussures, les femmes aussi. Le système doit bien prévoir une place pour les femmes et ce qui leur arrive
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par wiggybis, le 23 août 2011

    Les moutons ne s'appartiennent pas, leur vie ne leur appartient pas. Ils n'existent que pour être utilisés, totalement, jusqu'au dernier gramme, la chair pour être mangée, les os mis en poudre et donnés en pâtée à la volaille. Tout y passe, sauf peut-être la vésicule biliaire que personne ne mange. Descartes aurait du penser à ça: l'âme en suspens dans le noir, fiel amer, qui se cache.

    Commenter     J’apprécie          2 7         Page de la citation

  • Par Aela, le 14 mars 2011

    Il continue à enseigner parce que cela lui donne de quoi vivre; et aussi parce que c'est une leçon d'humilité, cela lui fait comprendre la place qui est la sienne dans le monde. Ce qu'il y a là d'ironique ne lui échappe pas: c'est celui qui enseigne qui apprend la plus âpre des leçons, alors que ceux qui sont là pour apprendre quelque chose n'apprennent rien du tout.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par andreepierrette, le 23 juin 2014

    A mi chemin, à sa surprise, Lucy se met à parler. "C'était si personnel, dit-elle. Cela s'est fait avec une haine personnelle, contre moi. C'est ce qui m'a sidérée plus que tout le reste. Le reste...On pouvait s'y attendre. Mais pourquoi une haine pareille contre moi ? Je ne les avais jamais vus de ma vie".
    Il attend qu'elle en dise plus, mais pour l'instant rien ne vient.
    "C'est l'histoire qui s'exprimait à travers eux, offre t-il, enfin comme explication. Une histoire de torts longuement subis. Essaie de voir ça sous cet angle, cela d'aidera peur-être. Il t'a peut-être semblé qu'ils s'en prenaient à toi personnellement, mais ce n'était pas le cas: cela venait de loin, dicté par les ancêtres".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de J. M. Coetzee

>Ajouter une vidéo
Vidéo de J. M. Coetzee

Bande annonce du film Disgrâce adapté du roman de JM Coetzee








Sur Amazon
à partir de :
6,84 € (neuf)
3,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Disgrâce par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (438)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz