Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070414752
Éditeur : Gallimard (2000)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Beaucoup de chiens s'appellent Ulysse.
Mais le chien d'Ulysse, comment s'appelait-il ? Argos. Il attend son maître dans des conditions moins confortables que Pénélope. Toujours prudent, le roi d'Ithaque, quand il aborde enfin dans son île, s'est rendu méconnais... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par fanfanouche24, le 05 juillet 2014

    fanfanouche24
    Déjà plus d'un mois... depuis cette lecture épatante... ce texte à conseiller à tous les amoureux de la littérature et de la gent canine.
    Une sorte d'anthologie très dynamique... à l'image de son auteur, malicieuse, érudite, narrant anecdotes mais aussi faisant découvrir auteurs , textes connus et méconnus, habités par "les chiens", l'amour que nous leur portons… ou parfois des liens plus complexes qui nous lient à eux.
    Quelques passages poignants où l'écrivain parle de la disparition de son chien , Ulysse… suivie de près de la mort de son ami, Romain Gary et de Jean Seberg. Comme Jean Grenier l'exprime très simplement « A mesure que j'écris, je commence à considérer mon livre sur les chiens comme un rendez-vous des gens que j'aime » (p.83)
    « Les hommes se comportent avec les animaux dans les livres comme dans la vie. Avec plus ou moins de sincérité, d'intelligence, d'amour, de mépris, d'indifférence (…)
    Véritable florilège littéraire et artistique, entre Flaubert, Baudelaire, Gary, Dubillard, Colette Audry, Kafka, Léautaud, Tourgueviev, Boulgakov, Vassili Axionov, Faulkner, Maurice Genevoix, Paul Morand, Jacques Brenner, Mirbeau, Georges Duhamel, Cervantès, Racine, Goya , Freud, Virginia Woolf,etc … en passant par la chienne baltique, labrador noir de François Mitterrand, délaissée à la mort de son prestigieux maître, qui fut finalement adoptée par le garde du corps du président …
    Pour Kafka, par exemple, les chiens et autres animaux ne sont que des » métaphores de notre comportement et notre condition »…
    « Dans le texte complexe et énigmatique –Recherches d'un chien-, Kafka donne la parole à un animal qui médite sur la musique, la terre et ses nourritures, les fins dernières, sur l'impossibilité de parvenir à la vie en commun, la liberté, sur la religion peut-être. Chien philosophe qui cherche et redoute la vérité. » (p. 123)
    « C'est ainsi que l'animal de compagnie, de par la brièveté de son cycle de vie, nous dit chaque jour non l'égoïste –memento mori-, mais : je vais mourir bientôt. Au plus profond, les bêtes familières font partie de notre folie, de notre mal de vivre. Parce que les chiens vont nous infliger la souffrance de la perte, une locution populaire les appelle des « bêtes à chagrin » (p.17-18)
    En plus de passages passionnés sur la littérature et les écrivains… qui nous donnent envie de « lectures et relectures , ce récit fourmille de détails, sur les mentalités, les comportements envers la gent canine, dans la littérature, la mythologie, l'histoire, et dans la vie ordinaire.
    « Dans notre douce France, les hommes n'ont pas de chien blanc (allusion au récit de Romain Gary), mais, dans leur haine pour leurs semblables, ils ont vite adopté les pit-bulls et les rottweillers, sélectionnés pour attaquer tout ce qui bouge » (p.105)
    Je lis avec attention cet extrait concernant Faulkner : " Faulkner chasse lui aussi. Mais je ne connais pas d'écrivain qui parle aussi bien des chiens, avec autant d'intelligence, d'amour, d'humour aussi. Dans –Sartoris-, je crois qu'il y a autant de chiens que de personnages humains, et aussi variés. Des jeunes, des vieux, des sages, des sots, sans parler d'une renarde, Ellen, et de sa progéniture bâtarde, aussi ratée qu'il est possible. (p.100)
    Ce texte est un concentré d'émotions, et un panorama littéraire, philosophique jubilatoire… A la fin de cette lecture, j'ai très envie de découvrir un texte de Colette Audry, auquel Roger Grenier, fait référence à de multiples reprises : « Peu d'auteurs qui écrivent sur les animaux domestiques s'intéressent au vrai problème : que font-ils là, près de nous ? Je ne vois que Colette Audry qui l'ait abordé de front dans son récit « Derrière la baignoire » (p. 143) »
    J'achève cette note de lecture , déjà trop fournie de citations… sur une dernière transcription :
    « le livre-chien-
    Et si la littérature était un animal qu'on traîne à ses côtés, nuit et jour, un animal familier et exigeant, qui ne nous laisse jamais en paix, qu'il faut aimer, nourrir, sortir ? Qu'on aime et qu'on déteste. Qui vous donne le chagrin de mourir avant vous, la vie d'un livre dure si peu, de nos jours » (p.169)

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 25         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par fanfanouche24, le 21 mai 2014

    (...) Et s'ils (amis de la nature, mais "chasseurs" ) connaissent mieux que d'autres le comportement et le caractère des chiens, ils ne peuvent s'empêcher de les considérer d'un point de vue un peu trop fonctionnel. Car finalement le chien de chasse, le gardien de troupeaux, le chien de traineau, le chien d'avalanche, le chien policier ont une utilité dérisoire, à côté de celle du chien qui ne sert à rien. Celui-là est fait pour donner et recevoir l'amitié et l'amour. (p.93)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 22         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 21 mai 2014

    -Flaubert, du python au perroquet-

    -Un coeur simple-, avec son anecdote vontairement dérisoire, embrasse du regard ce champ immense que peu d'écrivains ont exploré de façon satisfaisante. L'amour pour le perroquet Loulou, c'est un recours contre une effrayante solitude, un substitut au neveu mort dans un pays lointain et exotique, des jeux et des fêtes secrètes. Flaubert dit le mot :
    "Loulou était preque un amoureux. Il escaladait ses doigts, mordillait ses lèvres, se cramponnait à son fichu..."
    un animal domestique est une protection contre les outrages de la vie, un recours contre le monde, la certitude un peu vaine d'être aimé à coup sûr, une façon d'être moins seul et plus seul. (p.36)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 21 mai 2014

    -Les déclassés"

    J'ai toujours du mal à quitter baudelaire. Je note encore qu'il aime les chiens déclassés:
    (...) "Je chante le chien crotté, le chien pauvre, le chien sans domicile, le chien flâneur, le chien saltimbanque...je chante les chiens calamiteux, ceux qui errent, solitaires, dans les ravines sinueuses des immenses villes, soit ceux qui ont dit à l'homme abandonné, avec des yeux clignotants et spirituels: "prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons peut-être une espèce de bonheur! " (p.23)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 21 mai 2014

    On en est arrivé à un paradoxe. Que ce soit en Europe ou en Amérique, pour un politicien, se montrer avec, à ses côtés, un animal, est une façon de proclamer qu'on a du coeur. (p.55)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 21 mai 2014

    -A l'Est-

    (...) A l'Est d'ailleurs, du temps du communisme, le chien d'agrément était mal vu. Il était un consommateur superflu et surtout un signe d'individualisme, de repli sur soi. Celui qui a un chien tourne un peu le dos à la collectivité. (p.107)

    Commenter     J’apprécie          3 1         Page de la citation

> voir toutes (18)

Videos de Roger Grenier

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Roger Grenier

Roger Grenier - Le palais des livres .
Dans le cadre de l'Escale du livre qui s'est tenue à Bordeaux les 1er, 2 et 3 avril 2011, Roger Grenier vous présente son ouvrage "Le palais des livres" paru aux éditions Gallimard.http://www.mollat.com/livres/roger-grenier-palais-des-livres-9782070131426.html








Sur Amazon
à partir de :
2,66 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Larmes d'Ulysse par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz