Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Michel Lebrun (Traducteur)

ISBN : 2020257785
Éditeur : Editions du Seuil (1995)


Note moyenne : 3.51/5 (sur 459 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Fred " Bogus " Trumper, fumiste farfelu, a un problème: son canal urinaire est trop étroit. Pour cesser de souffrir pendant l'amour, un seul remède: boire des litres d'eau. Sa femme veut le plaquer, sa maîtresse souhaite un bébé, et, surtout, le réalisateur d'un documen... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (15)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par viou1108, le 17 avril 2014

    viou1108
    Notre anti-héros Fred « Bogus » Trumper, qui rame pour terminer une improbable thèse de doctorat en nordique primitif inférieur, a un problème de canal urinaire. La solution : boire beaucoup d'eau.
    Mais ce ne sont pas ses seuls ennuis : il est dans la dèche financièrement (son père lui a coupé les vivres jusqu'à ce qu'il décroche sa thèse, alors qu'il a femme et enfant à charge), et sentimentalement (sa maîtresse lui fait un enfant dans le dos, alors qu'il n'est pas tout à fait certain de ne pas être encore amoureux de son ex-femme, recasée avec son meilleur ami). Sans compter qu'un autre de ses amis, cinéaste farfelu, s'obstine à réaliser un documentaire – foireux – sur la vie non moins foireuse de Bogus.
    Bref, rien de réjouissant dans toutes ces galères où se trouve embarqué cet éternel étudiant maladroit et pas à l'aise à gauche non plus…
    Et pourtant, c'est tellement drôle qu'on se dit qu'il fait exprès d'accumuler autant de problèmes et d'amis déjantés, juste pour nous faire rire.
    Un extrait, pour situer le personnage: "Personne ne te connaît, Trumper! Tu n'exprimes jamais rien, et tu n'en fais pas davantage. Tu laisses les choses t'arriver, et elles ne te mènent à rien. Tu ne profites pas de ce qui t'arrive. Ralph dit que tu es très compliqué. Il pense que ta surface dissimule un noyau mystérieux..."
    J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire en raison de l'alternance entre chapitres passé/présent et de la narration qui passe de la 1ère à la 3ème personne, illustrant ainsi la confusion qui règne dans l'esprit de Bogus.
    Puis tout se met peu à peu en place, et on profite à pleins zygomatiques de quelques morceaux de bravoure : les lettres aux créanciers, la légende nordique, le 2ème épisode autrichien, halluciné…
    Humour, dérision et mauvaise foi sont utilisés à tour de bras pour raconter l'épopée de ce looser magnifique, mais on sent également une certaine tendresse de la part de l'auteur envers son personnage, qui nous le rend attachant.
    Attendez-vous à rire tout seul…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Luniver, le 19 août 2012

    Luniver
    Fred «Bogus» Trumper est un sympathique looser, doté d'une confiance en soi-même quasiment nulle. Il prépare depuis plusieurs années une thèse qui consiste à traduire une sombre épopée écrite en nordique primitif inférieur, langue qui a définitivement sombré dans l'oubli, ce qui oblige notre héros à inventer de son mieux une bonne partie des vers. Pour ajouter à ses malheurs, il a un soucis urinaire, qui l'oblige à choisir entre accepter les douleurs, renoncer à toute vie sexuelle, boire des litres d'eau tous les jours ou subir une opération. Peu enthousiaste à l'idée des deux premières, et terrifié par la dernière, Fred choisit la solution aqueuse.
    On est entraîné par des bonds incessants entre les trois parties de sa vie les plus importantes : sa rencontre avec sa première femme, sa vie avec celle-ci, et sa vie avec sa seconde femme. Fred est entouré d'amis particuliers, comme un diabétique qui disjoncte au moindre manque de sucre, ou un apprenti cinéaste qui se lance dans des projets totalement inintéressants, et qui tient à s'inspirer de la vie de Fred pour son prochain film.
    Le récit est un peu décousu, et les sauts dans le temps pas toujours facile à suivre, mais les situations absurdes s'enchaînent, et les éclats de rire ponctuent chaque chapitre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Pujol, le 05 novembre 2013

    Pujol
    Fred «Bogus» Trumper. C'est presque un ami désormais et son nom sonne à mes oreilles comme celui d'un proche, c'est à dire différemment. Ce livre est resté longtemps sur la pile de mes «restent à lire» (le RAL ou plutôt «le rââââle»).
    Mes yeux glissaient sur sa couverture décorée d'un drakkar et sur le résumé de la quatrième. Je savais. Je pressentais. Ce livre allait parler de moi et venir titiller ma personne, c'est donc pour cette raison impérieuse que j'en ai repoussé la lecture pendant des années.
    Jusqu'à ce jour.
    Une sorte de suspens, l'attente gourmande d'un plaisir que j'ai voulu prolonger au maximum. Glace laissée sciemment au congélateur littéraire et que l'on garde pour la déguster lorsque le film le méritera enfin.
    J'avoue que j'ai été touché par certains points très intimes de ce récit qui m'ont fait penser à ma vie. Des points de détails. de petits cailloux qui m'ont fait suivre ce récit avec d'autant plus d'intérêt.
    Quand un ou des personnages arpente(nt) les mêmes chemins que les vôtres on ne peut pas le(s) détester. Pas complètement en tout cas. Mon avis est donc susceptible de partialité, pouvant donc verser à tout moment dans la partialittérature.
    Oui, Fred est un bidon comme on le surnomme. Un raté. Mais ce n'est pas permanent ; c'est un état fluctuent chez lui, surtout en amour où il a du mal à prendre les décisions et les caps importants qui font qu'une relation avance. Pour moi il est de la famille des «beautiful losers». Il est navrant mais amusant comme l'ami qui se fait une spécialité du récit de ses galères, mettant son ego de côté dans le seul but altruiste de faire rire ses potes.
    Bogus, c'est le désopilant désolent . Celui qui nous fait dire :«noooooooooooon !!!» à l'écoute de ses aventures.
    Ses déboires sont d'ailleurs toujours adoucis par l'humour voire le burlesque des situations et par le sens de l'humour d'Irving qui n'est pourtant pas toujours dénué de sarcasmes.
    Il y a des pages géniales que j'aurais voulu citer en entier. Notamment le chapitre 17 intitulé «Conséquences de l'échec de la méthode aqueuse», qui commence par la description de la salle d'attente du Dr Vigneron, urologue français que Bogus déteste du plus profond de son urètre «étroit et sinueux». C'est un petit bijou de description qui vient faire écho au duel oratoire d'introduction, lui aussi savoureux
    C'est là où certains lecteurs n'ont peut-être pas pu juger de la pertinence et de la drôlerie d'Irving. Il faut avoir attendu dans un hall l'introduction d'une caméra dans son canal urinaire pour cela...
    Là encore, on se doute qu' Irving s'est énormément documenté, ne laissant rien au hasard ; comme à son habitude.
    Je prends plaisir à l'imaginer parcourant les revues médicales, scrutant les clichés médicaux illustrant syphilis, blennorragie ou cystites aiguës. Ne le verriez-vous pas assister à une conférence à New-York intitulée «An overview of the Genitourinary Disorders», prenant consciencieusement des notes sur un petit calepin, à moitié plongé dans le noir?
    D'autres passages sont irrésistibles également comme la tragique et spectaculaire fin de ce canard dans la zoo d'Iowa City, noyé mais le cul au sec ou le calamiteux retour de la crapuleuse «chasse aux canards» (décidément) près du réservoir de Coralville.
    Un personnage m'a particulièrement ému, c'est Merril Overturf. L'ami de Bogus. Un fou merveilleux, un risque-tout bordélique qui joue à la roulette russe avec son diabète. Ignorant superbement sa maladie et refusant la modération obligatoire qu'elle lui impose, il se suicide au glucose, à grand feu. Peu de traits psychologiques chez ce personnage mais toujours de l'action, de l'outrance et des piques acérées. Il occupe l'espace et les souvenirs de Bogus par ses «faits d'armes» bien plus que par ses paroles. C'est une sorte de héros nihiliste qui traverse le roman et le parsème de crises d'hypoglycémies sévères ou d'hyperglycémies homériques.
    Il est souvent lié au rêve, au délire et par une filiation directe à une certaine poésie. C'est d'ailleurs de lui que vient l'une des plus belles images de ce roman : celle de ce tank immergé dans le Danube qui continue à pointer son canon borgne vers la surface, à travers les eaux noires. On ne peut le voir que lors des nuits de pleine lune si on se trouve au bon endroit et que l'on se place de telle façon qu'il apparaît, comme par magie. Quelques instants fugaces avant de s'évanouir à nouveau dans les ondulations du fleuve, fantôme sorti tout cuirassé du passé, tout comme Merril.

    Beaucoup de thèmes aussi dans ce livre : L'amour à deux et la jolie addition qui fait que l'on va passer à trois et que tout le monde n'est pas bon en mathématique. L'amitié masculine, qui dure malgré tout, malgré les blessures que l'on se fait, les coups de putes parfois. le père face auquel l'homme adulte doit souvent lutter pour se positionner à son tour face à l'épineuse question de la paternité.

    Certains ont trouvé que ce roman était un peu décousu, mal construit. Je suis pour ma part convaincu que cela résulte d'un choix délibéré d'Irving tendant à renforcer l'image d'un Bogus éparpillé, tiraillé entre ses amours, ses infections urinaires à épisodes et ses souvenirs.
    Rien n'est planifié dans cette vie-là. Trumper n'est qu' un calcul laissé à la merci de la vidange urinaire des événements. Un flot ininterrompu d'ennuis, de douleurs, de bourdes qu'il subit en tentant d'y survivre quitte à se rattacher au passé, à cet avant qu'il essaie de retrouver. Il joue ainsi à l'archiviste, enregistrant des voix sur cassettes, montant des images sur bandes, étudiant les langues les plus mortes que l'Europe ait pu conservées. Il revient sur les traces de son passé, l'arpente continuellement, le rumine jusque dans l'écriture. Tout se chevauche,se croise et parfois se brouille comme souvent dans nos vies.
    le titre de ce roman, à l'origine ne devait-il pas être «Fucking Up» ?
    Tout un programme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par pleasantf, le 21 mai 2013

    pleasantf
    Livre très drôle et loufoque , dont la construction peut dérouter : les chapitres alternent deux périodes de la vie du héros et passent de la 1ère personne à la 3ème personne et inversement. Mais une fois rentré dans le livre, on s'y habitue vite et on suit facilement les méandres de l'histoire.
    Ce roman, pourtant écrit en 1972, est très contemporain par sa mise en scène de personnages un peu paumés, pas vraiment dans le moule de la conformité sociale, ses scénettes passant du coq à l'âne (qui m'ont fait penser à un film de Gondry), son tableau de relations conjugales cahotiques.
    On trouve dans ce deuxième roman d'Irving quelques-uns de ses thèmes de prédilection, tirés de son expérience personnelle : L'Iowa et la Nouvelle Angleterre, Vienne, la lutte, l'absence du père.
    J'ai apprécié le clin d'œil à la métafiction : un film sur la vie du héros dans le roman qui est lui-même le récit de la vie du héros, la fin du livre où le héros se met à écrire quelques phrases qui sont celles du début du roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Philippe67, le 04 mai 2012

    Philippe67
    J'ai craqué avant la fin.
    Ce livre ne m'a vraiment pas passionné, j'y reviendrai peut être plus tard ... quand ma PAL sera vide, et c'est loin d'être le cas en ce moment.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (25)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Luniver, le 19 août 2012

    Cher Monsieur Estes,

    Veuillez trouver ci-inclus mon chèque de 15 dollars. Et, bien qu’il ne puisse constituer à vos yeux qu’« une autre goutte d’eau dans la mer », il représente pour moi un effort considérable. Et en dépit du fait que mon compte débiteur, toujours important, se monte à 94,67 dollars — et je comprends parfaitement votre souci —, c’est également avec beaucoup d’effort que je me retiens de répondre sur le même ton à vos remarques blessantes.

    Vous et moi avons conscience que votre firme est peut-être moins connue que d’autres, mais ma longue et agréable expérience d’autres organismes de cartes de crédit, lesquels manifestent un certain degré de compréhension et de tolérance, m’incite à vous indiquer que votre propre firme ferait bien de prendre exemple sur elles. Peut-être ignorez-vous ce qui rend une entreprise populaire ? Je vais vous le dire : c’est la patience.

    Hélas, si les valeurs humaines que nous estimons pouvaient être pratiquées dans le domaine commercial, je suis certain que vous et moi entretiendrions des rapports plus harmonieux.

    J’avais placé les plus grands espoirs dans votre société, quand vous êtes apparus sur le marché avec, pour symbole, ce grand dinosaure vert, amical et chaleureux. Je conserve l’espoir que vous continuerez de vous conformer à votre image.

    Respectueusement,

    Fred Trumper
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Alixone, le 21 février 2013

    Elle avait parlé de moi à son gynécologue ; il m’avait recommandé ce confrère. O ironie ! le meilleur urologue de New York est français. « Dr Jean-Claude Vigneron, uniquement sur rendez-vous. » J’avais pris rendez-vous.
    - Vous préférez New York à Paris ? lui ai-je demandé.
    - A Paris, j’osais circuler en voiture.
    - Mon père est urologue, lui aussi.
    - Et il n’a pas vu ce que vous aviez ? C’est un urologue de deuxième classe !
    - J’ai un truc pas banal.
    Plus tard, alors que je suivais scrupuleusement la méthode aqueuse, je me remémorai les quatre possibilités, et en découvris une cinquième : “les urologues français sont des charlatans, demande d’autres opinions, des tas d’autres opinions, et parmi elles …”
    Ma main reposait sur un sein véritable quand j’appelai Vigneron pour lui exposer cette cinquième éventualité qu’il devrait offrir à ses patients.
    - Remarquable ! s’écria-t-il.
    - Ne me dites rien. Encore dix sur dix ?
    - Dix sur dix ! Et toujours après trois jours d’examen. Vous êtes dans les temps !
    A mon extrémité du téléphone, je me sentais tranquille. Sous ma main, le sein ressemblait à du plastique, mais ça ne dura qu’un instant ; ma compagne reprit vie en entendant Vigneron crier :
    - Consultez qui vous voudrez, mais ne vous leurrez pas : la topographie de votre canal urinaire est une réalité. Je pourrais vous en dresser le plan exact, à l’échelle …
    Je raccrochai et dis à ma compagne :
    - Je n’ai jamais encaissé les Français ! Ton gynécologue devait m’avoir dans le nez pour m’avoir recommandé ce sadique. Parole, il déteste les Américains. Je suis sûr que c’est pour ça qu’il s’est installé ici, avec ses saloperies de sondes et de canules …
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la citation

  • Par Luniver, le 18 août 2012

    Mon collaborateur et adjoint au labo est un petit pédant sournois nommé Zanther, dont l’interprétation et la traduction « supra-littérale » de Borgetz sont montées en épingle dans le dernier numéro du Linguiste. J’ai montré à ce Zanther le plus gros de ma thèse, que j’ai rédigée cet été. Il a tout lu en un après-midi et m’a dit que selon lui personne ne voudrait la publier. Alors je lui ai demandé quel était le tirage du Linguiste. Total, nous ne nous adressons plus la parole. Selon l’horaire de ma période de garde, quand je sais que Zanther va prendre ma suite, je sème un désordre artistique dans les bandes, ce qui m’a valu une note de lui, disant : « Je sais ce que tu fais. » Le billet était inséré dans ma bande préférée. Je lui ai laissé une note aussi, qui répliquait : « Personne ne sait ce que TU fais. » Désormais, toute communication est rompue entre nous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Luniver, le 20 août 2012

    — On a fait une magnifique promenade, Biggie. L’ours était en hibernation, les ratons laveurs s’entre-tuaient, le buffle se tricotait une nouvelle toison, et les canards… on a vu un drôle de canard se poser sur l’étang…
    — Un canard mort, Mommy, dit solennellement Colm. Il s’est écrasé.
    Je me penchai vers lui.
    — Tu ne sais pas s’il était mort.
    Mais il le savait très bien. D’un ton patient, il me dit :
    — Les canards meurent, c’est comme ça. Ils deviennent vieux, et ils meurent. Les bêtes, les oiseaux et les gens. Ils vieillissent et ils meurent.
    Il me regarda avec une muette sympathie, manifestement ennuyé d’assener à son père une si affreuse révélation.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Spilett, le 17 décembre 2009

    - C'est extrêmement simple: vous buvez plein d'eau avant de faire l'amour. Vous buvez plein d'eau après l'amour. Et vous ralentissez sur la bibine; l'alcool est le meilleur ami des microbes. Dans l'armée française, on avait trouvé un test ingénieux pour soigner la chaude-pisse. Administrer la dose normale de pénicilline. Quand les patients vous jurent qu'ils sont guéris, on leur fait boire trois bières avant le coucher, et, s'ils ont un écoulement pendant la nuit, re-pénicilline. Vous, vous n'avez besoin que d'eau, beaucoup d'eau. Avec votre canal en zigzag, il vous faut des tonnes de flotte. Rappelez-vous simplement d'aller pisser après les rapports sexuels.
    - Vous me demandez d'accomplir l'acte sexuel la vessie pleine ? C'est très douloureux !
    - C'est différent !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,59 € (neuf)
1,74 € (occasion)

   

Faire découvrir L'épopée du buveur d'eau par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1250)

> voir plus

Quiz