AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Léo Lack (Autre)
ISBN : 2070377881
Éditeur : Gallimard (13/01/1987)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 72 notes)
Résumé :
La jeune veuve Etsuko est amoureuse d'un domestique de la maison de son beau-père Yakichi, chez qui elle vit. Ses beaux-frères, belles-sœurs et leurs enfants vivent sous le toit de l'ancêtre, qui est devenu l'amant d'Etsuko.

Une nuit, Etsuko donne rendrez-vous au garçon qu'elle désire. Comprenant enfin ce qu'elle veut, il se jette sur elle. Elle perd connaissance. Quand elle revient à elle, il s'enfuit. Elle le poursuit, le rattrape, le frappe d'un c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
06 avril 2017
Une femme du nom d'Etsuko, encore jeune je suppose malgré son récent veuvage, habite chez son beau-père, Yakichi. Étrange cohabitation, où ils logent au premier étage, le fils ainé et sa femme au second, idem pour le fils cadet qui doit être sur une autre aile de cette maison bourgeoise entourée de vignes à l'abandon, de serres à l'abandon, des fleurs, des champs, un jardinier homme à tout faire, une femme jeune et servante.
S'est-elle réjouie de la mort de son mari ? Un mari qui allait voir ailleurs quand bon lui semblait. Etsuko, l'amante passive de son beau-père, qui écrit sur son journal faussement intime une attirance physique pour S. qui n'est autre qu'un domestique de la maison.
Les histoires d'un autre temps, l'opposition ville campagne et la hiérarchie sociale dans un Japon d'après-guerre qui panse ses pénuries. Les aristos sont devenus risibles auprès des paysans, la stature des hommes a changé. L'homme n'est plus un samouraï, il est déchu de son titre de noblesse et presque de respect. Mais la jalousie reste. Etsuko, la femme déchue et la femme jalouse tour à tour des maitresses de son mari puis de Miyo, l'autre domestique enceinte de S. Mais point n'en faut, je m'arrête là, ne te racontant pas toute l'histoire comme le fait le 4ème de couverture de cette vieille édition que je découvre à postériori (heureusement d'ailleurs que je ne l'ai pas lu ; mon avis : tu veux connaitre l'histoire sans lire le livre, plonge direct sur ce quatrième, tout est dit, en quatre phrases, du premier chapitre au dernier).
Ce roman est l'histoire de cette jalousie disséquée et analysée. de ses prémices à ses dernières secousses, finement, lentement, irrémédiablement, l'histoire Etsuko avance entraînant dans sa chute, celle de son mari, de son beau-père, du domestique...
Lien : https://memoiresdebison.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Iansougourmer
21 août 2014
J'avis une soif de bonne littérature. Comme ça tombe bien, j'avais Une soif d'amour dans mon sac ! Mishima est mon écrivain préféré : l'assurance d'un bon moment !
Etsuko, jeune veuve vit chez son beau père Yoshiki avec lequel elle a une liaison, par commodité matérielle et sans passion de son côté. Mais le coeur de la jeune femme va s'éveiller à l'amour au contact du jeune domestique Saburo....
Ce roman commence lentement, par la vie quotidienne de Etsuko et de sa famille, mais on ne s'ennuie pas, bien au contraire. Il y a quelque chose d'indéfinissable qui tient en haleine, un vague pressentiment, une tension quasi imperceptible. D'habitude, Mishima organise ainsi ses livres, à travers une tension psychologique qui monte entre les personnages, cependant, Une soif d'amour est différent, car la montée de tension est ici à sens unique : il n'y a qu'Etsuko qui est prise dans l'étau de plus en plus oppressant de sa passion. Saburo, lui ne ressent rien. Il semble être l'incarnation de ces personnages que Mishima voue à être des objets esthétiques pour le lecteur, les autres personnages et lui même. Sauf que Yuichi dans Les amours interdites, Senkitchi dans L'école de la chair pour ne citer que ces deux livres se révèlent de redoutables manipulateurs, ou des héros dans le tumulte des flots... Rien de cela chez Saburo, placide paysan de bout en bout.
Et juste au moment où le lecteur sent poindre l'impatiente, parce que les deux se tournent autour depuis deux cents pages, la scène de fin, vingt pages, dénoue la situation. Brillant pendant violent à la quiétude du reste du récit, il déchire cet équilibre qu'on sentait condamné depuis le début et dénoue l'intrigue par l'explosion de la passion chez une Etsuko qui en perd tout contrôle d'elle même et en devient le jouet, et par la manifestation chez Saburo d'un instinct animal primaire. Je n'en dirait pas plus pour vous mettre l'eau à la bouche ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
andman
23 février 2013
Etsuko est la jeune veuve de feu Ryosuké, le fils cadet de Yakichi Sugimoto
Yakichi, rustre propriétaire d'un lopin de terre dans la région d'Osaka est lui aussi veuf depuis peu et abrite sous son toit outre sa belle-fille Etsuko, ses deux autres fils avec femme et enfants, ainsi que les deux domestiques Saburo et Miyo.
La présence de la belle Etsuko au sein d'une telle promiscuité, chez un beau-père aux mains baladeuses, à de quoi surprendre ; à moins que secrètement elle ne soit amoureuse du beau Saburo.
Mais le domestique ne brille pas par son intelligence et privilégie le plus court chemin, c'est-à-dire la chambre de Miyo située en face de la sienne. Cette dernière tombe bien sûr enceinte et rend Etsuko jalouse comme une tigresse. Une soif d'amour inextinguible transformera peu à peu cette jalousie en démence incontrôlable et finalement tragique.
Dans ce huis-clos lancinant Mishima réussit avec brio à mettre en évidence les travers de la nature humaine au moyen de personnages pour la plupart frustes.
Heureusement avec Mishima la poésie n'est jamais loin ! Celle-ci permet une lecture agréable de ce court roman et contrebalance la noirceur des protagonistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
isabelleisapure
08 novembre 2014
Plus qu'une ou des histoires d'amour ce roman est plutôt le roman de la jalousie.
Etsuko est une femme de la ville, peu chagrinée à la mort de son mari elle s'installe chez Yakichi son beau-père dont elle devient rapidement la maîtresse.
Yakichi, le patriarche, ancien industriel à la retraite, attaché à ses racines paysannes règne sur sa maisonnée auprès de ses fils, belles-filles et domestiques.
Peu à peu Etsuko va tomber éperdument amoureuse de Saburo, le beau jardinier et sera prête à tour pour arriver à ses fins.
Dans une langue somptueuse Mishima brosse une peinture sans concession de la société rurale d'après-guerre.
Toute la beauté de ce roman réside dans la description minutieuse des personnages, Mishima réussi là une galerie de portraits saisissants de réalisme.

Commenter  J’apprécie          250
littlecat
19 février 2015
Ayant beaucoup aimé "le marin rejeté par la mer", j'ai voulu poursuivre avec Mishima en me plongeant dans "les amours interdites"...Aie, je n'ai pas accroché, et malgré une belle écriture, je me suis arrêtée à la moitié du livre. Etant un peu obstinée quand même, j'ai poursuivi avec "une soif d'amour".
Et là, très belle surprise !
Ce roman psychologique raconte l'histoire d'Etsuko, une jeune veuve qui vit à la campagne, chez son beau-père, Yakichi dont elle est la maîtresse. Mais Etsuko est amoureuse, sans retour, de Saburo, un domestique.
L'auteur brosse des portraits très réalistes des personnages.
Au fil du récit, on assiste à la montée en puissance de la jalousie de la jeune femme, tantôt passionnée, tantôt froide, un brin manipulatrice. Une description précise de sa folle passion, de ses contradictions et de son désarroi.
Le jeu pervers de Yakichi est dérangeant et la simplicité de Saburo qui lui évite bien des souffrances, va, cette fois, le conduire à sa perte.
Bien qu' Etsuko soit glaçante et artificielle, j'ai ressenti de la compassion pour cette femme tourmentée, qui confond amour et possession et qui est en grande souffrance mentale.
"A n'en juger que par le résultat, sa passion était un terrible et authentique témoignage de la passion humaine illimitée de se torturer soi-même."(p 124).
Mishima décortique l'âme humaine et ses travers et peint une société japonaise très bridée au lendemain de la seconde guerre mondiale.
C'est un roman fort et troublant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations & extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison12 avril 2017
Quand Yakichi était jeune, il faisait fièrement part à ses amis de sa trouvaille : la santé des femmes, disait-il, était faite de plusieurs maladies. L’une de ses connaissances, par exemple, avait épousé une femme affligée de mystérieuses douleurs d’estomac. Peu de temps après leur mariage, les douleurs disparurent. Mais lorsque leur mariage perdit de son charme, elle devint sujette à de fréquentes migraines qui ennuyèrent beaucoup son mari et le firent se tourner vers d’autres femmes en guise de consolation. Quand sa femme le découvrit, ses migraines disparurent. Toutefois, les douleurs d’estomac reparurent et, au bout d’un an, elle mourut d’un cancer. On ne peut jamais, lorsqu’une femme est malade, faire la part de la vérité et du mensonge. Quand on penche pour le mensonge, elle a un enfant ou meurt subitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
le_Bisonle_Bison11 avril 2017
Osaka inspirait à Etsuko, née et élevée à Tokyo, une terreur irraisonnée. C’était une ville de magnats du commerce, de vagabonds, d’industriels, d’agents de change, de prostituées, de trafiquants d’opium, d’employés de bureau, de camelots, de banquiers, de fonctionnaires, de chanteurs populaires de gidayu, de femmes entretenues, de petits épargnants, de journalistes, d’artistes de music-hall, de barmaids, de cireurs de chaussures. Mais ce n’était pas là ce qu’Etsuko redoutait le plus. N’était-ce rien d’autre que la vie elle-même ? La vie, cette mer complexe, illimitée, pleine d’un assortiment d’épaves flottantes, roulant de violentes et capricieuses vagues dont les verts et les bleus, cependant, restaient toujours limpides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
le_Bisonle_Bison01 avril 2017
Etsuko s’abandonna à ses pensées.
« Le bruit de la pluie est pareil aux voix de dizaines de milliers de moines lisant des sutras. Yakichi bavarde, Kensuké bavarde, Chiéko bavarde… Ah, que les mots sont inutiles ! Quelle insignifiance ! Quelle futilité ! Quelle duperie que cet affairement perpétuel, cette dépense d’énergie pour une activité dépourvue de sens !« Nulle parole ne saurait rivaliser avec cette puissante et implacable pluie. La seule chose qui puisse rivaliser avec le bruit de cette pluie, qui puisse briser ce mortel mur de son est le cri d’un homme qui refuse de s’incliner devant ce bavardage, le cri d’une âme simple qui ignore la parole. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
FlorelFlorel15 octobre 2010
"Une trop longue souffrance rend stupide, mais celui que la souffrance a rendu stupide peut encore connaître la joie."

« Où en es-tu ? Ton bateau est sur le point de sombrer. Et tu n’as pas encore appelé au secours ? Ce bateau, tu l’as cruellement malmené et t’es ainsi privée de port. L’heure est venue où il te faut nager de tes propres forces. Tout ce qui t’attend est la mort. Est-ce là ce que tu souhaites ? »

Seule le souffrance peut ainsi servir d’avertissement. A sa dernière extrémité, son organisme avait tendance à perdre son support mental. Son désespoir était pareil à un mal de tête qui lui martelait le crâne comme s’il allait éclater, pareil à une grosse bille de verre qui, de sa poitrine, remonterait vers sa gorge. « Je n’appellerai jamais au secours », pensa-t-elle.

En dépit de tout, Etsuko avait besoin d’une dure logique. Elle l’aiderait à édifier une assise, qui lui permettrait de se dire heureuse.

Etsuko poursuivait le cours de ses pensées.

« Il me faut tout absorber… il me faut tout absorber les yeux fermés… Cette souffrance, je dois apprendre à la savourer… Le chercheur d’or ne saurait s’attendre à ne trouver que de l’or. Il doit ramasser le sable au hasard au fond de la rivière. Il n’a pas le privilège de savoir à l’avance s’il réussira. Il se peut qu’il n’y ait pas d’or du tout et il se peut qu’il y en ait. Mais une chose est certaine : celui qui ne va pas à le recherche de l’or ne fait jamais fortune. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
andmanandman18 février 2013
Elle sentait encore sur tout son corps les doigts tâtonnants de Yakichi, rude et noueux. Une heure ou deux de sommeil ne suffisaient pas à la libérer de cette sensation. Une femme qui a été caressée par un squelette ne peut jamais oublier cette caresse. C'était une peau nouvelle ajoutée à la sienne : une peau moite, transparente, plus mince que celle d'un papillon sur le point de quitter sa chrysalide. Elle avait l'impression d'avoir été recouverte d'un colorant invisible qui si elle faisait le moindre mouvement, volerait en éclats lumineux dans les ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Mishima

Quel est le vrai nom de Yukio Mishima ?

Yukio Mishima évidement !
Kenji Matsuda
Kimitake Hiraoka
Yasunari Kawabata

15 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Yukio MishimaCréer un quiz sur ce livre