Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Bénédicte Louvat-Molozay (Éditeur scientifique)

ISBN : 2081250446
Éditeur : Flammarion (2011)


Note moyenne : 3.67/5 (sur 15 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Arnolphe, un vieux barbon, a élevé dans la solitude et l'ignorance Agnès, sa pupille, en vue d'en faire une épouse dévouée. Mais l'amour du jeune Horace va favoriser la métamorphose de l'ingénue. A travers sa " grande c... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Darkcook, le 20 juillet 2014

    Darkcook
    J'ai longtemps hésité à ajouter et à chroniquer ce livre sur Babelio... Mes lecteurs et amis savent à quel point j'abhorre la littérature française du XVIIème (seul La Fontaine trouve grâce à mes yeux), totalement opposée au sacré et flamboyant XIXème qui me transporte. Lecture imposée étudiante que L'École des femmes, et je dois reconnaître avoir davantage apprécié l'intrigue, son déroulement, et l'humour des situations qu'avec les autres pièces comiques au programme (Lysistrata, La Locandiera) centrées sur la femme (cette fois assez absente, mais elle prime bel et bien). La Critique de l'école des femmes, autre pièce jointe à l'édition, autodéfense de Molière face aux attaques de l'époque, m'a pas mal amusé lors des argumentaires magistraux de Dorante, encore valables aujourd'hui contre la plèbe chroniqueuse de Youtube, ou même contre nous-mêmes, ici. Mais ça s'arrête là. Les deux comédies ne m'ont pas converti à Molière, elles m'ont malheureusement conforté dans mes positions. Je fais un rejet allergique, viscéral, à ses vers complètement ampoulés, entortillés, où il faut relire parfois trois fois la phrase interminable pour comprendre de qui l'énonciation parle, tellement pompeux, il a fallu que j'interrompe périodiquement la lecture en me remettant Hugo sous le nez comme un masque à oxygène salvateur. La langue de Molière (pas le français hein, honteuse et indigne périphrase pour lui), son écriture, m'irrite au plus haut point, tant elle a vieilli. Et puis ces moeurs de l'époque tellement idiotes, où tout le monde s'offusquait pour rien, donnait dans le cirage de pompes à n'en plus finir (la préface est un bon exemple de parfaite vanité littéraire)... Par pitié, laissez-moi dans la littérature de la passion!!
    Mais hein, je mets quand même 4 étoiles vu que la situation m'a amusé, et que je salue le propos de L'École des femmes (très heureux de la fin)...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par chartel, le 23 décembre 2011

    chartel
    La première grande comédie de Molière, célèbre également pour la Querelle qu'elle suscita chez les amateurs de théâtre à Paris.
    La pièce se construit autour du personnage d'Arnolphe, vieux barbon en mal de chair fraîche, qui a cru bien faire en se réservant au frais une jeune pucelle innocente. Mais ce qu'il n'avait pas prévu est l'arrivée d'un jeune prétendant qui saura trouver les mots et le ton juste pour charmer la belle sous la barbe du grincheux… C'est plein de bons mots, souvent grivois, mais vraiment hilarants. Indémodable !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par capestrine, le 12 septembre 2014

    capestrine
    Au programme des secondes et au programme de l'agreg 2015. Coup double.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par decloitrecynthiaz, le 13 janvier 2013

    decloitrecynthiaz
    Cette pièce était géniale ! Molière a écrit au XVIIème mais il est tellement moderne et réflechi. Molière prend une grande distance avec son oeuvre et montre son génie a ses détracteurs.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation










Sur Amazon
à partir de :
2,65 € (neuf)
7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Ecole des femmes (1662) : Suivie de La Critique de l'Ecole des femmes (1663) par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (50)

> voir plus

Quiz