Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Sophie Benech (Traducteur)

ISBN : 2070417174
Éditeur : Gallimard (2001)


Note moyenne : 3.52/5 (sur 21 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Il faisait une chaleur torride, cent cour cent d'humidités.On aurait dit que l'énorme ville tout entière, avec ses immeubles inhumains, ses parcs magnifiques, ses gens et ses chiens multicolores, était parvenue à la limite de la phase solide - encore un peu, et les êt... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

  • Par Taylor, le 24 juillet 2013

    Taylor
    Alik est un peintre russe émigré aux Etats-Unis depuis quelques décennies. Il va mourir et tous ses proches sont réunis dans le petit appartement, il ne peut plus bouger alors ils se relaient tous auprès de lui.
    Sa femme veut le faire baptiser pour qu'il puisse mourir en toute quiétude. Lui s'en fiche comme de son premier pinceau. Cependant, il accepte pour lui faire plaisir mais demande à voir un rabbin.
    Je m'attendais à quelque chose de plus festif :oui bon attendre qu'un homme meurt n'est spécialement festif mais je m'attendais à une organisation de funérailles un peu plus endiablée.
    Finalement on se retrouve avec une succession de portraits hétéroclites de femmes qui ont partagé la vie du mourant.
    Cet appartement s'est transformé en petite Russie dans le grand New York ou comment cultiver ses origines tout en s'acclimatant dans le pays d'adoption.
    Je suis donc un peu mitigée quant à cette lecture même si le clin d'œil d'Alik en toute fin de roman m'a fait sourire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Chiwi, le 31 décembre 2012

    Chiwi
    Le roman relate l'agonie et les funérailles d'Alik, un peintre russe émigré aux Etats Unis. Mais il apparaît comme un personnage secondaire.
    Le plus important est le ballet de personnages autour de lui, en majorité des femmes, les femmes qu'il a connu au cours de sa vie. Alik est cynique, il accepte de se faire baptiser par un prêtre à condition qu'un rabbin soit présent ce qui permet une confrontation, un moyen pour lui de s'amuser avant la mort.
    C'est aussi l'histoire d'immigrés dans un pays qui leur permet de plus ou moins réussir. Même s'ils ont du ressentiment à l'égard du pays qu'ils ont quitté, ils éprouvent encore un attachement lorsque se déroule un coup d'Etat dans celui-ci.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par claracambry, le 14 mai 2010

    claracambry
    Avertissement : ce livre a failli rejoindre la liste de mes lectures abandonnées (liste pour le moment non parue).
    J'espérais me détendre les zygomatiques, passer un bon moment et rien. Nada ! Et pourtant, je l'ai lu jusqu'au bout (où commence le masochisme ? Je me le demande).
    Ce livre ressemble à « Fuck America » avec des personnes Russes immigrées au pays de Big Brother sur un fonds de « pissenlits et petits oignons » de Paris Thomas.
    On a le droit aux rêves de chacun, à la vodka qui coule pratiquement à flot tandis que le personnage principal se meurt entouré de femmes. La quatrième de couverture indique « Entouré de sa femme Nina et de ses anciennes maîtresses, l'agonisant souhaite que la fête continue, alors que Nina ne pense qu'à sauver son âme. Un prêtre orthodoxe et un rabbin vont ainsi se succéder au chevet du mourant, et leur rencontre est le point d'orgue, d'une drôlerie irrésistible, de ces funérailles pas tout à fait ordinaires ». Cet épisode est bref, trop pour être la charpente de ce livre. Conclusion : tout s'écroule !
    Et devinez la fin ? Il meurt à la fin de ces 218 pages …
    Une déception et je n'y ai trouvé aucun intérêt…Voilà, l'enterrement de ce livre a eu lieu .Sonnez les cloches !
    A noter, une fois de plus, une quatrième de couverture élogieuse … qu'est ce qu'ils sont fort en marketing !


    Lien : http://fibromaman.blogspot.com/2010/05/ludmila-oulitskaia-de-joyeuse..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Myrinna, le 19 avril 2012

    Myrinna
    Réunion de personnages mis ensemble. Un mourant, 1 mère et une ado rebelle. Tout au long du roman, on attend la fin du héros…Que d'attentes pour si peu de choses.
    Grotesque, que cela en devient même pas drôle.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Chiwi, le 31 décembre 2012

    Durant toutes ces années, pour la majorité d’entre eux, les nouvelles venant de Moscou sur la progression, là bas, de l’absurdité, de la médiocrité et de la criminalité, constituaient, qu’ils en fussent conscients ou non, la confirmation souhaitée que leur choix de vie était justifié. Mais personne ne pouvant supposer que ce qui se passait à présent dans ce pays lointain, ce pays d’autrefois qu’ils avaient rayé de leur existence-qu’il crève donc- éveillerait en eux un écho aussi douloureux. Il s’avérait que ce pays, ils l’avaient dans les tripes, dans l’âme, et , quelle que fût l’opinion qu’ils en avaient – et ces opinions étaient diverses-, le lien qui les rattachait à lui était indestructible.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par patatarte2001, le 06 juillet 2014

    En Russie, Nina ne faisait jamais la cuisine parce qu'elle avait peur du feu. A l'époque, elle se passionnait pour l'astrologie, et avait lu quelque part que pour les natifs de la Balance, dont elle était, le feu représentait un danger. Du coup, elle ne s'était plus jamais approché d'une cuisinière, expliquant cela par une incompatibilité cosmique entre son signe d'air et l'élément feu.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
5,27 € (neuf)
1,99 € (occasion)

   

Faire découvrir De joyeuses funérailles par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz

    Les incipit classiques

    Nous vivons dans une époque où les gens accomplissent tant d'actions horribles qu'on ne parle plus de celle-là, mais certes il n'y eu jamais événement plus sinistre et plus mystérieux

    •   Les Châtiments - Victor Hugo
    •   Lucrèce Borgia - Victor Hugo
    •   L'Ingénu - Voltaire
    •   La Nouvelle Héloïse - Jean-Jacques Rousseau

    10 questions - 32 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature , roman , Ouvertures , humour belge

    Créer un quiz sur ce livre.