AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Aimer Lyon
  22 juillet 2018
Aimer Lyon de Juliette Nothomb
Aimer Lyon est un guide qui permet de re-découvrir Lyon avec le regard de Juliette Notomb, une lyonnaise d'adoption.

Lyon est une ville que j'affectionne énormément et que je connais suffisamment pour avoir retrouvé des adresses déjà visités. Dans ce genre de livres, j'apprécie toujours d'en savoir plus sur la ville et les monuments. Ici l'auteure nous parle comme si nous étions des amis de longue date avec lesquels elle partage ses adresses. Je ne sais pas si toutes ces adresses sont le coeur de Lyon, mais quoiqu'il en soit j'ai aimé la ballade faite à travers ce guide. La prochaine fois que j'irai à Lyon, ce guide m'accompagnera et j'en profiterai pour découvrir de nouveaux lieux. De plus, j'ai bien aimé que l'auteure nous donne les incontournables, car que serait un guide sans ces adresses qu'il faut avoir vu au moins une fois. De lieux incontournables aux restaurants, tout en passant par des puciers et des librairies, ce guide est joliment illustré vous donnera sans doute envie de découvrir davantage Lyon.



Je remercie les éditions Mardaga et Babelio pour cette lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les couleurs de la vie
  22 juillet 2018
Les couleurs de la vie de Lorraine Fouchet
Ravie de retrouver l’écriture de Lorraine Fouchet !



C’est un beau roman, une jolie histoire avec des personnages très attachants, cabossés mais sympathiques et surtout avec des valeurs !



Ce roman a pour toile de fond la famille, les liens entre les générations, je trouve ce roman positif et cela fait du bien.



Cela fait plusieurs livres de Lorraine que je lis et je perçois dans son écriture une touche d’espoir, l’homme est bon ! J’ose y croire ! Si, si !



J’ai pris du plaisir à le lire et j’ai même ressenti un petit pincement de laisser Kim, Clovis, Côme…



Mais je vais me consoler en me disant que j’ai Poste restante à Locmaria dans ma pile à lire 😉



Lorraine, j’aime vos histoires ! Continuez pour notre plus grand bonheur !



Bonne lecture,



L.
Lien : https://leslecturesdelouisew..
Commenter  J’apprécie          00
Mon désir le plus ardent
  22 juillet 2018
Mon désir le plus ardent de Fromm Pete
Lu sur les conseils de Céline (encore et toujours !), je ne regrette pas cette lecture, alors que c’était mal parti, ma seule expérience avec les bouquins de Pete Fromm ayant fait un gros flop (« Lucy in the sky » et moi, ça n’a pas collé).



Ce roman est l’histoire d’amour inébranlable de Maddy et Dalton, deux guides de rivières du Wyoming, rencontrés jeunes, mariés vite, et qui s’aimeront toute leur vie. Dans cette vie à deux, l’amour, la passion même (ils « n’arrêtent pas de se tripoter » dit leur fils d’un air dégoûté), une famille, mais aussi des difficultés financières et, surtout, la sclérose en plaques de Maddy, qui s’invite alors qu’elle a à peine 27 ans.



Nous suivons ce couple presque mythique sur toute leur vie, et malgré la maladie qui se fait de plus en plus présente, ce qui ressort du roman c’est l’humour (oui, oui) et l’amour. Maddy et Dlaton passent leur temps à se chambrer, à se traiter affectueusement de « trou du cul », et parviennent à rire, de tout. Ce qui donne un roman haut en couleurs, jamais larmoyant, et j’ai suivi leurs avancées dans la vie avec bonheur.



Chaque chapitre présente un moment de leur vie de couple : rencontre, mariage (« C’est mon désir le plus ardent », leurs voeux), test de grossesse, crise d’ado, crise de SP (abréviation de Maddy pour sa maladie), … Ce rythme d’écriture en fait une histoire très prenante, nous ne savons jamais quel bond dans le temps sera fait dans le chapitre suivant.



Après un tout premier chapitre un peu nébuleux (le rafting, l’écriture un peu hachée), j’ai adoré me couler dans cette histoire aux côtés de Maddy et Dalton, deux personnages dont je me souviendrai longtemps, pour une magnifique histoire d’amour et de couple, solidaire dans toutes les difficultés de la vie … et ça fait un bien fou de lire enfin une histoire où les deux amoureux sont absolument certains de leurs sentiments et de leur profondeur (contrairement à tous ces livres sur le divorce, l’infidélité, etc).



On va commencer le décompte de nos vies tout de suite. On a des décennies devant nous, Mad. Toi et moi, côte à côte, front contre front. Peau contre peau. Une vie entière.



Une jolie pépite donc, à lire sans hésiter.



« Mon désir le plus ardent », If not for this, Pete Fromm, Gallmeister, 2018, 283 p.
Lien : https://histoiresdenlire.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ma vie (pas si) parfaite
  22 juillet 2018
Ma vie (pas si) parfaite de KINSELLA Sophie
Un petit Kinsella dont je peux dire sans honte que je suis assez "fan" dans le style "lecture détente" evidemment. Comme dans la série des "accro du shopping" elle a l’intelligence de faire apparaitre un ressort dramatique trop rare dans la chick lit : l'argent. Il y a ceux qui en ont, ceux qui n'en ont pas; les gens qui semblent parfaits et ce qui se cache derrière les instagram... Bref on se détend et on est à deux doigts de réfléchir sérieusement. Parfait.
Commenter  J’apprécie          10
33 ans flic pour rien ?
  22 juillet 2018
33 ans flic pour rien ? de Gilles Guillotin
Un témoignage, ce n’est pas mon genre de lecture… et pourtant… ! Quelle claque !



Cela a été une lecture percutante de découvrir cet univers décrit par un du milieu. Gilles Guillotin est l’ancien n°2 de la PJ de Grenoble. Il a 33 ans de carrière au sein de la Police et a préféré une retraite anticipée. Il a travaillé au sein des stups.



J’ai été secouée par ce témoignage tellement réaliste, touchant, inquiétant parfois, et surtout direct. Gilles Guillotin va « droit au but » (je reste dans l’actualité, hein ?!). Il est direct dans ses propos ce qui rend son récit accessible et compréhensible de tous.



On découvre la Police Judiciaire et ses méthodes à travers des enquêtes, des arrestations, des élaborations de plan, des réussites mais aussi des moments plus douloureux comme la perte de l’un des leurs. On comprend également à quelles difficultés ils sont confrontés. Gilles aborde aussi le milieu de la Justice à travers son témoignage. Domaine assez complexe également.



Cela a été pour moi une lecture instructive, pédagogique.



Ce témoignage conforte mon opinion sur les difficultés que rencontre la Police à savoir le manque de moyens et surtout, il assoit mon profond respect pour leur travail quotidien pour nous protéger !



A découvrir !



Bonne lecture,



L.
Lien : https://leslecturesdelouisew..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La position du tireur couché
  22 juillet 2018
La position du tireur couché de Jean-Patrick Manchette
« Car je suis bête

à manger du foin

je suis bête

je n'comprends rien ».



Ce n’est pas moi qui le dit mais la chanteuse du groupe « La position du tireur couché » sur le titre « Bête »* :



« comment vous dire

c'est délicat

ça fait sourire



mais c'est comme ça



ça n'se voit pas

la première fois

avec le temps

c'est évident



car je suis bête

à manger du foin

je suis bête

je n'comprends rien



je suis super drôle

je suis même sexy

j'aime bien l'alcool

j'ai de l'appétit



j'aimerai faire

des inventions

me présenter

aux élections



car je suis bête

à manger du foin

je suis bête

je n'comprends rien



sous le soleil

de malaga

dans des cocktails

on n'voit que moi



je porte des chemises

en astrakan

jusqu'à Venise

j'ai plein d'amants



car je suis bête

à manger du foin

je suis bête

je n'comprends rien



je le vois bien

mais ça ne fait rien

je ne comprends rien

ça ne me fait rien »,



un groupe qui tire son nom du roman du même nom de Jean-Patrick Manchette et qui a commencé lorsque quatre copains amateurs de musique, de disques et lecteurs des polars de la Série Noire décident de faire de la musique - quelque temps plus tard, la chanteuse les rejoindra.



Dans La position du tireur couché, dernier roman achevé de l'auteur, Jean-Patrick Manchette prend pour personnage principal un tireur embusqué, un franc-tireur ou un sniper** - comme on les qualifie maintenant en français.



Martin Terrier, le tireur couché, décide, après un dernier contrat, de raccrocher, de quitter sa compagne et de retourner dans son pays pour couler des jours heureux avec la femme qui lui a promis de l'attendre. Enfin, ce sont ses intentions mais contrairement à une célèbre agence, le plan de Martin Terrier ne va pas se passer sans accrocs.



Privilégiant davantage la psychologie que la pure action et avec une écriture qui claque comme une balle de fusil, Manchette réalise ici comme à son habitude - et comme dans le néo-polar - une critique de la société - notamment lors du retour de Terrier dans son pays - et livre un bon roman - les adaptations au cinéma, une adaptation en bande dessinée par Tardi et un groupe éponyme lui assurent une certaine postérité*** - même si la fin est quelque peu capillotractée.



* https://lapositiondutireurcouche.bandcamp.com/track/b-te

** À noter que Frédéric H. Fajardie, les deux ayant été souvent opposés, a également écrit un roman avec ce même type de personnnage central mais avec un titre moins percutant, à savoir Sniper.

*** Contrairement au Fajardie qui ne débouchera que sur une adaption dans un téléfilm de seconde zone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Les Gorilles de la République
  22 juillet 2018
Les Gorilles de la République de Gilles Furigo
Dans Les gorilles de la République, Gilles Furigo raconte sa carrière au sein du SPHP, Service de protection des hautes personnalités et son évolution depuis sa création en 1935.

Loin de l'image que l'on a des "gorilles" de films, on découvre ici des hommes sur-entraînés qui ne font pas que protéger mais aussi organiser des déplacements, dispenser des formations à l'étranger et sont au cœur de la politique tout en restant discrets et diplomates.

Cette traversée du siècle au travers d'événements politiques ou historiques est passionnante et captivante.

Le seul petit bémol, s'il en faut un, est dans les quelques fautes et coquilles qui peuplent ce livre, notamment des numérotations de chapitres farfelues, deux chapitres 13 et 31 par exemple.
Commenter  J’apprécie          00
Souvenirs d'enfance, tome 4 : Le temps des ..
  22 juillet 2018
Souvenirs d'enfance, tome 4 : Le temps des amours de Pagnol Marcel
Dernier tome des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol, paru à titre posthume, différent des autres par sa forme et son contenu, mais toujours avec la même écriture talentueuse pour passer de l'anecdote humoristique au sérieux de la vie dans laquelle il réalise ses premiers choix, pas seulement sentimentaux. C'est aussi l'évocation de ses premières publications et ces passages sont emplis d'émotion. Très beau livre pour clore l'ensemble des souvenirs de l'enfance, de l'adolescence et de l'avènement du grand Marcel Pagnol.
Commenter  J’apprécie          10
Souvenirs d'enfance, Tome 3 : Le Temps des ..
  22 juillet 2018
Souvenirs d'enfance, Tome 3 : Le Temps des secrets de Marcel Pagnol
Toujours un bon Pagnol dans cette évocation de ses souvenirs d'enfance. La Provence est là, magnifiée par l'auteur, même si le récit s'essouffle par moments, cela reste une belle lecture de la prose si évocatrice de Marcel Pagnol.
Commenter  J’apprécie          00
Sucre noir
  22 juillet 2018
Sucre noir de Bonnefoy Miguel
Il y a un moment que je voulais découvrir la plume du séduisant Miguel Bonnefroy mais les thèmes qu'il choisit ne m'attirent jamais. Quand on m'a proposé de me donner ce roman, je me suis dit que c'était le moment. Ce roman aurait pu me plaire s'il avait pris la forme d'une vraie saga familiale mais l'auteur a choisi d'en faire un roman court, ce qui le rend frustrant et inabouti, à mes yeux au moins. Son atout principal est de nous dépayser mais Miguel, vraiment, on ne peut pas écrire des phrases clichés comme :

A cet instant, Severo Bracamonte, nu dans le moulin, au milieu du parfum étourdissant des vieux tonneaux, eut l'impression que cette femme avait inventé l'amour.

Je n'ai donc pas été séduite par ce roman mais il avait été remarqué par la presse lors de sa sortie.
Commenter  J’apprécie          10
Une bonne intention
  22 juillet 2018
Une bonne intention de Solène Bakowski
J'ai découvert Solène Bakowski avec son roman Avec elle qui rentrait dans un projet très original qu’elle a mené avec Amélie Antoine l'année dernière. Les deux auteures ont écrit deux romans dans lesquels elles ont imaginé deux histoires qui commencent pareil avec la même famille et deux jumelles inséparables mais qui partent chacune sur une voie différente à cause d'un seul détail. Il s'agit de Avec elle et de Sans elle.



Mati a neuf ans, elle vit seule avec son père depuis la mort de sa mère Karine. Dans une maison devenue un vrai mausolée lugubre, la vie de la petite fille qui ressemble tant à sa mère est très difficile auprès de son père. Souvent victime d'hallucinations, il ne parvient pas à surmonter sa douleur. Mati n'a pas beaucoup de place pour exprimer sa propre souffrance entre celle qui a accablée sa mère et celle qui détruit maintenant son père, elle doit porter à la fois l'absence de sa mère et la détresse de son père. Sa grand-mère paternelle, pour qui Mati est la raison d'être de leur famille, tente d'aider au mieux sa petite-fille et son fils qu'elle ne reconnaît plus.



Mati trouve également un soutien auprès de sa maîtresse Magali qui, depuis que sa maman a commencé à aller mal, l’a fortement encouragée à écrire ; la petite fille trouve un peu de réconfort en écrivant des lettres à sa mère. Après son décès elle adressera ses lettres poignantes à "Maman, Chemin doux, 00000 Pays blanc"



Mais un jour Mati ne rentre pas de l'école... On peut alors tout imaginer...



Ce roman noir parle d'un deuil impossible, d'une mère prête à tout pour rendre son fils heureux, d'actes relevant de bonnes intentions qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. Mais c'est surtout l'histoire d'un amour pur et inconditionnel entre une petite fille innocente et un jeune homme pas tout à fait comme les autres qui va comprendre la souffrance de la fillette. Ces deux êtres esquintés par la vie que le destin a rapprochés tissent un lien d'une beauté empreinte de grâce.

J'ai adoré ce roman qui se lit d'une traite. L'auteure brosse le portrait de deux héros inoubliables, soigne énormément la psychologie de ses personnages et déroule avec maîtrise son intrigue. Une auteure à suivre...
Lien : https://leslivresdejoelle.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Souvenirs d'enfance, tome 2 : Le château de m..
  22 juillet 2018
Souvenirs d'enfance, tome 2 : Le château de ma mère de Marcel Pagnol
Dans ce deuxième tome de ses souvenirs d'enfance, Pagnol continue de conter sa vie dans les collines auprès des êtres qui lui sont chers, ici plus particulièrement sa mère qui était craintive en prenant les raccourcis des châteaux. Il achètera, une fois fortune faite, celui qu'elle redoutait particulièrement à cause du garde. Mais, dans ce tome, viennent aussi les malheurs avec le décès prématuré de la mère adorée et de l'ami Lili des Bellons, tué à la guerre de 14, mort au milieu de "plantes dont il ne connaissait pas le nom". Pagnol évoque aussi bien les moments heureux dans la splendeur provençale que les autres qui sont le cours de la vie.
Commenter  J’apprécie          10
Le chemin de sable
  22 juillet 2018
Le chemin de sable de Pascal Garnier
Vincent vit dans une cité de Dunkerque entre une mère alcoolique et des petits frères scotchés à la télévision. Son père est en prison et l'adolescent tourne en rond dans sa vie d'adolescent désoeuvré.

Un jour, avec Selim, son meilleur ami, sur un coup de tête, ils volent une voiture et les voilà partis pour l'aventure. Malheureusement, celle-ci se termine tragiquement à Blériot-Plage mais Vincent trouve refuge chez son oncle, sculpteur excentrique et sur la plage, il rencontre Véronique. C'est le coup de foudre!

Cependant, la jeune fille vient de St-Jean-de-Luz où elle va retourner après ces vacances dans le Nord.

Qu'à cela ne tienne! Vincent décide d'entreprendre le trajet pour la rejoindre en longeant la côte Ouest du nord au sud.

Tout au long du voyage, Vincent va faire de belles rencontres, réunir des gens, vivre des choses banales et merveilleuses, découvrir la vie et le monde (la littérature, la sculpture, la musique classique).



J'ai beaucoup aimé l'écriture de Pascal Garnier et les personnages que croise son protagoniste. Vincent, le gosse fragile et perdu va servir de catalyseur pour rendre heureux d'autres êtres fragiles et perdus.

Le roman de Garnier n'est pas un roman plein de bruit et de fureur mais il relate une très belle aventure humaine, de celle qui donne espoir en l'humanité.

Vincent a 16 ans; il est à l'orée de l'âge adulte et son voyage lui permettra de franchir le pas, de trouver ce qu'il va faire de sa vie d'adulte.

Ce roman est le type même du roman initiatique car au début du roman, Vincent réagit comme un enfant (il part sur une impulsion, conduit alors qu'il ne sait pas lire les panneaux, rejette la faute sur le "pas de chance"). Il craint la compagnie des autres, préfère le tête-à-tête avec la mer.

Puis ses rencontres le changent peu à peu.



L'auteur brosse une galerie de personnages tous aussi excentriques les uns que les autres, de l'écrivain claquemuré dans son manoir normand à l'héritier américain neurasthénique.

Des phrases ou certaines histoires qui se répètent servent de leitmotiv, de fil rouge à l'intrigue et lui donnent sa cohérence d'ensemble.

Le roman se situe au début des années 2000 et procure même un petit côté rétro aux tribulations de Vincent.

Le roman se divise en différentes parties précédées d'un titre.



Vincent suit la côte Ouest du Nord au Sud; c'est donc la France maritime qui se dévoile au fil de ses pas, celle qui est balayée par le vent et les embruns, une France différente de celle des terres.

Je n'ai pu m'empêcher de remarquer que le bien vivre, le bon vivre que découvre Vincent passe par l'alcool. C'est une morale peu orthodoxe du roman.



En résumé, un roman qui fait du bien au moral. Et cela se passe en plus en France. Chouette.



A partir de 13-14 ans

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Eugenia
  22 juillet 2018
Eugenia de Lionel Duroy
Mihail Sebastian, né Iosif Hechter, est mort le 29 mai 1945, à 38 ans. Andrei apprend la triste nouvelle à Jana (Eugenia), sa sœur, qui a tant aimé cet écrivain célèbre pour ses pièces de théâtre.



Lionel Duroy lance ainsi un roman qui m’a absorbé du début à la fin, tant il regorge de sensibilité, d’émotion et de vérité puisque, si son héroïne est fictive, tous les événements qu’elle affronte sont authentiques. C’est elle qui raconte avec passion, tendresse et précision.

Eugenia est une plongée dans les années noires, des années trente à la seconde guerre mondiale en Roumanie. Au travers de l’amour de cette jeune fille pour un grand écrivain, c’est toute la montée du fascisme en Europe qui ressort, avec pour objectif l’élimination, l’extermination des juifs pendant que l’armée roumaine participe au siège de Stalingrad.

Dans le pays, les juifs sont « soit immensément riches… soit misérables ». Ceux qui ont réussi le doivent curieusement à une mesure discriminatoire car il leur est interdit de posséder la terre… En 1919, sous la pression de la France, les juifs avaient pu enfin devenir officiellement roumains mais, pour beaucoup, « ils ne seraient jamais de véritables roumains. »

1935 : Madame Costinas, professeure de littérature, recommande à ses élèves dont fait partie Eugenia Rădulescu, de lire Mihail Sebastian, un écrivain juif ! Nous sommes dans la ville de Jassy, à l’est du pays, près de la Bessarabie, la Moldavie aujourd’hui. L’antisémitisme se concrétise par une scandaleuse agression des étudiants chrétiens contre les « youpins ». Ils vont jusqu’à pénétrer de force dans l’université où Mihail Sebastian intervient à la demande de Mme Costinas. L’écrivain est molesté, frappé à coups de bâtons mais reste digne et veut comprendre ceux qui le haïssent.

Eugenia a deux frères. Stefan, le plus âgé s’engage aux côtés des extrémistes alors qu’Andrei, le plus jeune, reste proche de sa sœur qui part à Bucarest rejoindre sa professeure. C’est l’occasion pour l’auteur de détailler la situation politique du pays avec un roi (Carol II) qui nomme à la tête du gouvernement, un homme déclarant : « La Roumanie aux Roumains » et traite les juifs de « sangsues. » Eugenia se souvient du massacre des juifs de Chisinău, en Bessarabie, en 1903, et elle craint que ça recommence.

Hélas, la situation se dégrade rapidement et ce livre m’a plongé dans la vie politique et culturelle d’un pays soi-disant neutre en 1939 mais qui vend son pétrole à l’Allemagne nazie ! En septembre 1941, les juifs doivent porter l’étoile jaune. Eugenia, devenue journaliste, partage son amour pour Mihail avec l’actrice Leny Caler. Lionel Duroy cite des passages du journal de l’écrivain, étayant bien un récit poignant, déchirant grâce à une Eugenia se battant pour plus de justice et d’équité dans une époque qui trouve, hélas, des échos aujourd’hui.

L’armée rouge occupe la Bessarabie et la Hongrie réclame la Transylvanie. Le général Antonescu est au pouvoir. Carol II abdique en faveur de son fils de 19 ans, Michel 1er. Antonescu s’entoure des plus extrémistes dont Stefan qui déverse sa haine : « Des juifs partout, des métèques en veux-tu, en voilà, tout ce petit monde occupé à nous manger la laine sur le dos. »

L’inévitable est en route. On a souvent parlé de Shoah par balles en Europe de l’est mais là ce sont les Roumains eux-mêmes qui massacrent les juifs avec la complicité des nazis. Aux côtés d’Eugenia, j’ai ressenti toute l’horreur du pogrom de Jassy qui vit périr 13 266 personnes dont 40 femmes et 180 enfants.

Après avoir ajouté qu’Eugenia nous emmène aussi avec la Résistance roumaine, il faut dire aussi que ce livre fait rencontrer Curzio Malaparte, journaliste et écrivain italien qui a détaillé dans Kaputt beaucoup d’horreurs commises durant la seconde guerre mondiale.



Eugenia : un livre à lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Souvenirs d'enfance, Tome 1 : La Gloire de ..
  22 juillet 2018
Souvenirs d'enfance, Tome 1 : La Gloire de mon père de Marcel Pagnol
Pagnol, dans ce premier tome de ses souvenirs d'enfance, rend hommage à son père, l'instituteur. Il est tout jeune Marcel quand il apprend à lire sans que quiconque s'en aperçoive et commence ainsi le mythe. Puis, c'est dans les collines que le père sera magnifié et la scène des bartavelles en est l'apogée. Tous les membres de la famille de Marcel sont campés, on sent le vécu d'un homme qui a aimé les siens et par dessus-tout cette Provence, avec ici ces collines proches de Marseille aux noms magiques : Garlaban, Taoumé, et tous les autres. Belle écriture de Marcel Pagnol, simple, provençale pour débuter cette magnifique série.
Commenter  J’apprécie          30
Petit pays
  22 juillet 2018
Petit pays de Gaël Faye
Difficile de comprendre l’engouement des lecteurs de babelio L'écriture est tout à fait commune,l'histoire est simpliste et correspond plus à un documentaire mâtiné de faits romancés on n'apprend pas grand chose

J'ai vraiment du mal à trouver quelque chose en sa faveur

J'ai du rater le coche...Tant pis je ne le relirai pas c'était une lecture de vacances... le soleil peu-être?
Commenter  J’apprécie          00
oui, TOI! Aide le petit pingouin!
  22 juillet 2018
oui, TOI! Aide le petit pingouin! de Sophie Schoenwald
Cet album est un condensé de douceur. Les illustrations sont magnifiques. L'atout majeur vient de l'appel à participation demandé aux enfants. Chaque page les invite à réaliser une action pour le pingouin: le réchauffer, lui souffler dessus...

Cest brillant et bien réussi! Un petit bijou.


Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00
L'héritière de Rosewood
  22 juillet 2018
L'héritière de Rosewood de Brenda Joyce
L'héritière de Rosewood de Brenda Joyce est une romance historique qui m'a été envoyée par net galley et les éditions Harlequin, que je remercie.

A la mort de ses parents, Virginia Hugues apprend avec consternation que son oncle, établi à Londres, compte vendre Rosewood, la plantation de tabac familiale située en Virginie.

Bouleversée, la jeune fille se révolte et elle décide d'embarquer pour l'Angleterre avec l'espoir de convaincre son oncle de renoncer à son projet et de lui prêter l'argent nécessaire à la restauration de la demeure.

Mais son navire est attaqué par un bandit des mers, le redoutable corsaire irlandais Devlin O'Neill....

Des bons sentiments, de l'amour, des personnages forts (notamment le beau Delvin O"Neill que l'on aime détester...)... tout est réuni ici pour me plaire.

Je ne suis pas une grande amatrice de romances historiques mais j'apprécie d'en lire de temps en temps et j'ai trouvé celle-ci très réussie.

C'est rythmé, je ne me suis pas ennuyée une minute et j'ai beaucoup aimé l’héroïne car elle a un sacré caractère. Elle n'est pas nunuche, elle sait se défendre et sa rencontre avec Delvin va faire des étincelles :)

Je mets un joli quatre étoiles et je suis ravie de ma lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Les fourberies de Scapin
  22 juillet 2018
Les fourberies de Scapin de Molière
Pièce plutôt comique de Molière avec son lots de quiproquos et de situations cocasses. Scapin arrange les affaires amoureuses et sa roublardise est sympathique. Beaucoup d'humour dans cette pièce que l'on pourrait qualifier de boulevard en vers.
Commenter  J’apprécie          10
Vocation fatale
  22 juillet 2018
Vocation fatale de Anne Perry
Les enquêtes de William Monk - Tome 4



Comme tout à chacun, il m'est déjà arrivé de souhaiter retourner dans le temps, pour diverses raisons. Mais après la lecture d'un tel livre, je me dis que nous sommes bien au XXIème siècle.



Deux points forts dans ce livre.



- La place de la femme dans la société,

- L'avortement



Prudence Barrymore, femme de tête, issue d'une famille aisée souhaite devenir docteur.

inconcevable au XIXème siècle, ou la place de la femme était d'être une bonne épouse, s'occupant de sa maison et des enfants.

Mais il y a aussi toutes ces femmes qui violées, abusées, fatiguées de tant de grossesse, tombent entre les mains des "faiseuses d'anges", ou de chirurgiens sans scrupules.



Un très très bon polar... A lire
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1761 critiques

LeFigaro

1911 critiques

LeMonde

1868 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1623 critiques

Bibliobs

1341 critiques

LePoint

712 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3625 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1723 critiques

LaLibreBe...

1150 critiques