AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Le dynamiteur
  20 septembre 2018
Le dynamiteur de Henning Mankell
Même quand on pense avoir lu tous les Mankell il y en a un qui sort...

Commenter  J’apprécie          00
Le bébé, c'est pour quand ?
  20 septembre 2018
Le bébé, c'est pour quand ? de Laëtitia Milot
À travers ce livre, Laetitia Milot nous explique de qu'est l endometriose que est le quoditien et les contraintes de cette maladie. Ce livre se lit rapidement grâce à l écriture fluide.
Commenter  J’apprécie          00
L'ombre du vent
  20 septembre 2018
L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon
Lu il y a longtemps, je l’ai prêté à une amie qui me dit adorer... je cherchais donc ma critique... je ne l’avais pas mise, mais c’est un très bon souvenir.
Commenter  J’apprécie          00
Un merci de trop
  20 septembre 2018
Un merci de trop de Carène Ponte
Un coup de coeur littéraire.

J'ai rencontrée Carène Ponte lors du salon du livre de Poche à St Maure des fossée et en discutant avec elle j'avais craqué sur 2 livres dont celui-là.



C'est l'histoire de Juliette, une jeune femme de 30 ans et qui est assistante de Gestion. Un jour, après une ultime humiliation au travail, elle envoi tout valser pour se consacrer à son rêve de devenir écrivain.

Il va falloir l'annoncer à sa mère (et son père), comment vont ils réagir ?

Juliette va passer par des hauts et des bas, accompagnée de sa meilleure amie.

Comment va évoluer sa vie ? Va t-elle réussir à atteindre ses rêves d'écrivain ?

Un roman palpitant, pleins de rebondissements.
Commenter  J’apprécie          00
Vlog Princess
  20 septembre 2018
Vlog Princess de Carina Axelsson
On suit les aventures de Lily, qui est princesse au "reinaume de Waldenburg" et qui vlogue "en secret" sur la mode qui est sa plus grande passion.







En secret ? Oui car une princesse ne peut toujours pas faire ce qu'elle veut . C'est donc les aventures et les péripéties de la princesse vlogueuse Lily que nous suivons.







Les personnages sont attachants et drôles.







C'est une lecture girly à souhait qui se lit facilement.



C'est aussi très amusant mais des sujets importants sont évoqués comme le féminisme, le pouvoir et les responsabilités.







J'ai bien aimé les "rôles inversés" en comparaison à la France pour la lutte de l’égalité des sexes ... l’auteur reste cependant toujours dans la légèreté et l'humour







Une bonne lecture jeunesse moderne et originale







Je pense qu'il devrait y avoir une suite ! Hâte de la découvrir
Lien : http://booksnredlips.blogspo..
Commenter  J’apprécie          00
Lyon des cendres, tome 1 : Le Serment du co..
  20 septembre 2018
Lyon des cendres, tome 1 : Le Serment du corbeau de H. Laymore
Un très bon roman. Le style est travaillé (je ne comprends pas les commentaires précédents à ce propos), le rythme varie et l'ambiance est particulièrement réussie. L'auteur prend son temps, certes, mais le décor est riche, précis, comme chaque détail historique et chaque partie amène à voir peu à peu le tableau d'ensemble se dessiner. On sent aussi les recherches historiques qu'il a dû effectuer. On plonge réellement dans cet univers où se mêle magie, alchimie, mystères, complots et enquête. Belle lecture !
Commenter  J’apprécie          00
À l'ombre de l'arbre Kauri
  20 septembre 2018
À l'ombre de l'arbre Kauri de Sarah Lark
«A l'ombre de l'arbre kauri » fait suite « Aux rives de la terre lointaines » qui m'avait bien plu .

Dans ce tome , on retrouve beaucoup de personnages du précédent et de nouveaux font leur apparition . Est-ce parce que le livre fait 750 pages ? Est-ce parce qu'il y a moins de péripéties romanesques ? Mais je lui ai trouvé beaucoup de longueurs : Sarah Lark s'embourbe de nombreuses fois à décrire la vie des communautés maories utilisant les termes de cette langue , pages (trop ) détaillées sur l'élevage des chevaux , longs discours des ligues de tempérance et de suffragettes , considérations politiques que j'ai trouvée ennuyeuses .... Ce livre m'a donc procuré beaucoup moins de plaisir de lecture que le précédent . J'ai même eu hâte de le terminer pour passer à autre chose ! Je lirai le prochain bien sûr , en espérant retrouver le plaisir du 1er tome .
Commenter  J’apprécie          10
Ouest
  20 septembre 2018
Ouest de François Vallejo
A la mort du vieux baron de l'Aubepine,Lambert ,son garde -chasse dévoué va devoir composer avec son nouveau maître, le fils du baron ,un drôle d'ėnergumène que ce fils,arrivant de Paris avec des idées révolutionnaires frôlant parfois la folie.Tout le roman va se construire sur la confrontation des deux hommes:l l'un très attaché à ses règles devie:respect,loyauté et dévouement à son maitre et l'autre parlant de liberté, prônant la fin de l'asservissement, discourant tout le temps avec son garde-chasse.Et c'est cette confrontation dans un décor austère ,humide au fin fond des terres de l'Ouest qui m'ont tenu en haleine tout au long de ma lecture.

Entre la folie du baron et la dureté apparente du garde-chasse, les deux hommes vont se détruire.

Une histoire dure,âpre, angoissante ,obsédante vers une issue dramatique.Les comportements ,les caractères sont disséqués avec beaucoup de clairvoyance et de finesse.Une recherche dans l'écriture qui m'a rappelée certains ouvrages du 19ème siècle que nous étudions au lycée ,que j'ai appréciée .Un très bon roman hors-norme à recommander .⭐⭐⭐⭐

P.S:j'ai oublié de notifier que l'histoire se déroule au château des Perrières au 19ème siècle de 1845 a 1852,période de grands troubles en France (insurrection a Paris Louis Napoléon Bonaparte,exil de Victor Hugo à Jersey etc....)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Déracinée
  20 septembre 2018
Déracinée de Naomi Novik
Gros coup de coeur pour ce roman de fantasy qui nous emmène aux côtés d'Agnieszka dont la vie prend un tournant imprévu quand, à ses 17 ans, elle est choisie pour servir le Dragon, sorcier puissant chargé de protéger le pays des effets maléfiques du Bois, entité dangereuse.



On fait la connaissance d'une jeune fille gauche et dans son monde, pour la voir grandir, changer et prendre de l'assurance, quand son talent se dévoile. Elle réussira même le pari de déteindre sur Sarkan, le Dragon, l'amenant lui aussi à se dévoiler, contre toute attente.



Je ne suis pas surprise du coup de coeur de Robin Hobb pour ce roman. Tout est réuni pour un livre magnifique, dont la plume de l'auteure est remarquable et nous livre une oeuvre de haut talent.



Gros coup de coeur pour le Dragon, dont certains aspects me font penser à Thorn de la série La Passe-Miroir.



Seul bémol mais il reste purement égoïste: ce n'est qu'un one shot. J'aurais adoré une suite tant je me suis prise d'affection pour ce roman. Triste de l'avoir fini
Lien : http://labibliogirly.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les mains dans les poches
  20 septembre 2018
Les mains dans les poches de Bernard Chenez
doux
Commenter  J’apprécie          00
Y : Le dernier homme (1)
  20 septembre 2018
Y : Le dernier homme (1) de Brian K. Vaughan
Après Ex-Machina, je me lance enfin dans une autre œuvre de Brian K. Vaughan : Y Le dernier homme.



Alors je vais plutôt m’adresser aux filles.

Imaginez que, une seconde, vous tchatchez avec des bonshommes, que ce soit une discute sympa ou tendue.

Puis imaginez que lesdits bonshommes s’effondrent tous en même temps, raides morts.

Vous sortez et vous apercevez que c’est pareil dehors, tous les hommes sont crevés (donc accidents de bagnoles, avions qui s’écrasent, bref le chaos).

En fait tout ce qui porte un chromosome spécifique du mâle – le fameux Y – y est passé : du scarabée à l’éléphant.

Sauf…

Un jeune gus, qui porte le nom du crâne de Hamlet, et son singe.

Comment voyez-vous la vie après ça ?



Voilà, le contexte est posé. Ça peut devenir génial ou partir en vrille selon l’auteur qui s’y attèle (je sème beaucoup de « y » volontairement, on sait jamais). Mais là, on a affaire à Vaughan, et c’est un as.

Yorick, le Y humain résistant, va voyager. Son but : retrouver sa fiancée partie en Australie (pas cool, il est sur la côte est des USA). Vous noterez que le gars, qui a maintenant à dispo toutes les femmes de la planète, reste fidèle (ok, c’est un héros de BD pas un vrai, vous êtes déprimantes…) dans l’intention en tout cas. Il est accompagné par une agent secret du gouvernement et une doctoresse qui sait manier le clonage. Avec elles il compte aussi trouver un moyen de relancer le baby boom qui a du plomb dans l’aile.



La façon dont les femmes vont réagir et reconstruire des groupes sociaux m’a fait frissonner de curiosité. On trouve des brutasses qui prônent que l’élément néfaste de l’espèce humaine a enfin été éradiqué (vont pas être les amies de Yorick celles-là), des gangs qui rançonnent les trains, des républicaines qui veulent récupérer les sièges de leurs maris au Congrès, des militaires israéliennes qui ont lancé une attaque tout azimut sur leurs consœurs arabes des nations périphériques… et beaucoup de paumées. Bref l’humanité est aussi dingue avec ou sans les hommes.



Mêlant toujours à la perfection les péripéties à un fond de critique sociale et politique, avec un soupçon d’humour pince sans rire, Brian K. Vaughan assure un max. Le dessin simple et efficace de Pia Guerra est tout à fait adapté au scénario.

Bref duo gagnant ! Je continue la série.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
À ce point de folie
  20 septembre 2018
À ce point de folie de Franzobel
17 juin 1816, plus de 400 personnes, matelots, soldats, membres du commandement, familles bourgeoises, les voilà embarqués sur la Meduse en direction du Sénégal. Le désir de richesse et de supériorité dans ce nouveau pays, un renouveau pour certains, l'ambiance est à la fête sur le bateau. Cette fête s'achèvera par un naufrage, malchance? Incompétence du capitaine? Une chose est sûre, tous les passagers ne pourront pas être sauvés, il n'y a pas assez de canots de sauvetages. Comment choisir qui aura la chance de partir en canots? Comment laisser les autres derrière sans se sentir coupable? On n'a qu'à construire un radeau voyons! Un radeau qui accueillera plus de 100 personnes abandonnées à leur triste sort. Des rescapés, il n'en restera pas beaucoup, mais ils seront tous changé, comme si une part de leur humanité s'était envolé.



J'ai eu l'occasion de lire A ce point de folie grâce à une masse critique organisée par Babelio, peut-être que ce début d'année scolaire chargée n'était pas le bon moment pour le lire, mais je n'ai été que moyennement emballée par cette histoire.

On pourrait diviser ce roman en trois parties, des parties qui sont pour moi bien distinctes puisque je n'ai pas ressenti la même chose pour chacune d'elle. La première partie peut être un peu déroutante puisqu'il s'agit de l'après naufrage: le sauvetage et ce qu'il advient ensuite de quelques personnages. On est donc tout de suite dans le vif du sujet et on sait forcément que le voyage se terminera par un naufrage dont peu de gens seront sauvés. J'ai malheureusement trouvé cette partie un peu ennuyante, je n'arrivais pas à me plonger dans le livre, il y avait beaucoup de personnages et au début il était difficile de tous les retenir (leur nom et leur fonction).

La deuxième partie a été plus intéressante, c'est là que j'ai commencé à être emportée par l'histoire. Dans cette partie, on est sur le bateau pendant la traversée avant le naufrage, on suit les décisions des commandants, les péripéties de certains personnages comme le médecin de bord, un jeune garçon qui s'est rapidement fait ennemi du garçon de cuisine, un homme étrange avec un perroquet du nom de William Shakespeare, une famille nombreuse et atypique... Bref beaucoup de personnages auxquels on va essayer de s'attacher pendant le voyage (si je dis essayer c'est qu'on ne peut pas s'attacher à tous les personnages du roman). J'ai trouvé cette partie intéressante, parfois amusante et parfois déroutante (on est au XIXème siècle, la peine de mort est encore légale, même sur un bateau), mais elle a fini par être un peu longue. Finalement, comme je savais qu'il y aurait un naufrage, je ne pouvais m'empêcher de l'attendre, presque avec impatience!

Arrive enfin la troisième partie avec le naufrage, la survie et le sauvetage. C'est cette partie que j'ai préféré! On passe par tous les sentiments: de la peine, de l'amusement, de l’écœurement même. On se pose des questions sur l'humanité: que ferais-t'on à la place des personnages? Aurions-nous fait les même choix? Beaucoup de remise en question et de décision des personnages qui ne nous laissent pas indifférent. Là encore, j'ai pu trouvé des longueurs, mais j'ai trouvé cela moins grave puisque j'étais entièrement happée dans l'histoire et je voulais à tout prix connaître la fin.

A ce point de folie est porté par une plume époustouflante! Une écriture dense, qui ne se lit pas trop vite certes, mais c'est un plaisir de lire un livre aussi bien écrit. De l'humour noir à foison, des descriptions sans censures, des détails crus et choquants. Franzobel nous sert là une belle oeuvre en respectant si bien les codes de l'époque qu'on s'y serait cru!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ouais... mais non !
  20 septembre 2018
Ouais... mais non ! de Luna Joice
J'ai passé un bon moment en lissant ce livre, je vous laisse découvrir mon avis complet sur mon blog.
Lien : http://beauty-and-beauty.ove..
Commenter  J’apprécie          00
Mémoires d'un détective à vapeur
  20 septembre 2018
Mémoires d'un détective à vapeur de Viat Koulikov
Ce roman fait partie des Saisons de l’étrange, projet porté par Les Moutons électriques. Le projet date de 2018 et est codirigé par Melchior Ascaride, Vivian Amalric et Arthur Plissecamps. Les romans de ce label sont des romans courts d’aventures policières et fantastiques. Chaque roman se lit indépendamment, se veut dans l’esprit des comics et accessible à tous les lectorats. Mémoires d’un détective à vapeur se présente sous la forme d’écrits de Viat Koulikov qui ont été réunis après son décès par son fils Olav. Olav Koulikov ressemble étrangement d’ailleurs à un écrivain et éditeur français, au point d’en être le sosie, peut-être y aura t’il des explications sur ce sujet dans un prochain numéro des saisons de l’étrange…..

Mémoires d’un détective à vapeur est une lecture sympathique, dans l’esprit des autres romans des Saisons de l’étrange. L’univers est très riche et fouillé, le personnage principal attachant et intéressant. Cependant, le format nouvelles dessert le reste et donne trop une impression de redondance. On prend plus de plaisir à découvrir l’univers que les enquêtes en elle-même.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Comme un seul homme
  20 septembre 2018
Comme un seul homme de Daniel Magariel
Après avoir divorcé, le père de deux garçons âgés de douze et de quatorze ans, obtient la garde de ses fils, ce qu'il considère comme une victoire sur leur mère qu'il traite de moins que rien. Ils quittent tous les trois le Kansas pour aller s'installer à Albuquerque au Nouveau Mexique. Cependant cette nouvelle vie qu'il offre à ses fils est une rapide descente aux enfers. Le comportement du père s'aggrave de jour en jour, il est sous l'emprise de la drogue, et est d'humeur cyclothymique, ses réactions sont donc imprévisibles, il est souvent violent avec ses fils et n'hésite pas à les frapper avec une ceinture. Les deux garçons ne savent comment faire pour échapper à cette vie infernale et envisagent de s'enfuir pour retourner vivre avec leur mère. Mais ce plan s'avère compliqué, surtout qu'ils deviennent les prisonniers de leur père qui se met à les isoler de leurs copains, n'hésite pas à leur faire manquer les cours et ne subvient guère à leurs besoins. Les deux frères sont obligés de gérer beaucoup de choses à la place de leur père qui erre dans l'appartement sans rien faire ou s'isole dans sa chambre pour se droguer. Le frère aîné doit travailler à la supérette pour leur permettre de manger et subvenir à leurs besoins les plus élémentaires.

Un roman très fort, une tension qui monte au fil des pages, une lecture envoûtante jusqu'au bout. Un bémol sur la fin du roman qui reste ouverte, ce que je n'aime pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
L'invention des corps
  20 septembre 2018
L'invention des corps de Pierre Ducrozet
Très étonnée par ce roman que j'ai dévoré

L'histoire se situe dans les années 1990

Dés jeunes étudiants veulent prendre la destinée des humains et créent internet.

Il est question de réseau de langage c'est le monde tant décrié qui nous entoure .

En parallèle grâce à la science grace au progrès (puce électronique greffe etc ) pouvons nous ne pas mourir^.

Y aura t il des êtres immortels

Ce livre n'est pas de la science fiction mais presque car en fait c'est notre société d'aujourd hui imaginée en 1990.
Commenter  J’apprécie          10
Cette maison est la tienne
  20 septembre 2018
Cette maison est la tienne de Fatima Farheen Mirza
Comment devenir adulte en s’émancipant de l’éducation que l’on a reçue ? Entre regrets et souvenirs, ce roman aborde le sujet de la famille et du poids des traditions. Ce livre avait tout pour me plaire, ses sujets me touchaient profondément, mais la distance de l’écriture et la lenteur du récit m’ont empêchée d’apprécier vraiment ce roman que j’ai trouvé très long à lire.


Lien : https://myprettybooks.wordpr..
Commenter  J’apprécie          00
Trois filles en colère
  20 septembre 2018
Trois filles en colère de Isabelle Pandazopoulos
Superbe roman épistolaire à conseiller à tous à partir de 14 ans. Trois héroïnes inspirantes qui nous rappellent comme il est important de se battre pour les droits des femmes. Le contexte de mai 68 et les différents pays dans lesquels se situe le roman sont réellement passionnants à lire. Une merveilleuse lecture.


Lien : https://myprettybooks.wordpr..
Commenter  J’apprécie          20
Loup et les hommes
  20 septembre 2018
Loup et les hommes de Emmanuelle Pirotte
Somptueux voyage.
Commenter  J’apprécie          00
Une vie en l'air
  20 septembre 2018
Une vie en l'air de Philippe Vasset
Vers la Noël 1977 Guy Béart, désireux, j'imagine, de se donner une image plus « moderne », sortit un album à base de synthétiseurs au titre incertain, mais à la thématique résolument sci-fi. La pochette du 33 tours était signée Moebius, qui y avait dessiné chacun des titres de l'album. En grand, juste au-dessus du guerrier des étoiles japonisant qui était au centre, figurait le mot « L'avenir » et juste au-dessous, en plus petit « c'était plus beau hier ».

Le premier couplet disait :

L'avenir c'était plus beau hier

L'avenir, aujourd'hui je m'y perds

Sur la machine du temps

Je vais remonter souvent

Dans ce troublant « Une vie en l'air » Philippe Vasset illustre l'idée qu'on peut en effet avoir la nostalgie de ce qui a failli être, des ambitions parfois mégalomaniaques des Trente Glorieuses. Arpentant périodiquement depuis son enfance les dix-huit kilomètres de ce rail d'aérotrain, qui domine la plaine de la Beauce à dix mètres de hauteur, le narrateur ne cesse de vouloir redonner vie à cette ruine en devenir, matériellement car cette ligne de béton est là pour durer, mais aussi symboliquement à travers les mots qu'il pose dessus. Ce projet d'aérotrain, pour lequel cette rampe servait de zone d'essais, a été abandonné en 1976, époque des toutes premières années d'enfance du narrateur. Ce viaduc de béton a été le support de beaucoup de rêveries, de méditations solitaires et de tentatives littéraires restées à l'état de ruminations mentales.

Dans ce texte intrigant mais très réussi Philippe Vasset joue en virtuose de tous ces éléments, de l'espace et du temps, des mots qu'on peut habiter comme une cabane à ciel ouvert !

Bref il s'agit ici d'un ouvrage très original, au style clair, qui est un vrai bonheur de lecture.

#UneVieEnLair #NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1891 critiques

LeFigaro

1935 critiques

LeMonde

1978 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1656 critiques

Bibliobs

1385 critiques

LePoint

724 critiques

LesEchos

895 critiques

Lexpress

3685 critiques

Telerama

2509 critiques

LaPresse

1761 critiques

LaLibreBe...

1153 critiques