AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253181408
672 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (02/01/2020)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 357 notes)
Résumé :
L'Unité Alphabet est le service psychiatrique d'un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d'atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l'Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu'il a abandonné à l'Uni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
Roggy
  14 mai 2020
Plusieurs auteurs de polar nordiques ont trouvé leur inspiration dans la Seconde Guerre mondiale. Jussi Adler Olsen lui, a justement écrit son premier roman policier sur cette thématique.
Les horreurs commises pendant la guerre, au nom du fanatisme, de la lâcheté, de la malveillance et de la cupidité sont innombrables.
Souvent la face la plus sombre de l'homme se révèle dans les tragédies. Certains prisonniers ont dû se battre tout simplement pour garder la raison face à tant de cruauté.
Ici il est question d'atroces traitements qu'on infligeait aux officiers SS qui revenaient blessés du front de l'Est et qui servaient des cobayes aux médecins.
Il est question d'amitié et de trahison, de l'amour qui peut se changer en haine, de réparation et de rédemption.
Malgré quelques longueurs et répétitions qui ralentissent parfois la lecture, l'Unité Alphabet est un roman aux multiples niveaux de lecture, un polar à la portée universelle, dont l'intrigue est impeccablement documentée et certains personnages foudroyants d'humanité.
On y retrouve cette touche scandinave, devenue une marque de fabrique, à base d'anti-héros plongés dans des intrigues très sombres.
Dans une langage efficace, l'auteur danois fait résonner le parcours de certains hommes comme une belle leçon de résistance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          740
Tostaky61
  02 avril 2020
Combien de fois me suis-je dit : il faut que je lise Adler Olsen ?
Le hasard a voulu que l'on me donne quelques livres et parmi eux, L'Unité Alphabet.
Rapide coup d'oeil à la 4ème qui m'annonce ici le premier roman de l'auteur,  avant sa série Département V.
La voilà l'occasion.
1944. Bryan et James, deux inséparables amis d'enfance, sont pilotes de la RAF, au cours d'une mission, leur avion est abattu derrière les lignes ennemies.
Seule solution pour s'en sortir ? Se faire interner dans l'Unité Alphabet, le service psychiatrique d'un hôpital militaire.
Inutile de vous dire qu'en cette période de confinement, le lieu n'est pas idéal pour s'évader, surtout si vous êtes dans les pattes d'un auteur tel que celui-ci.
Je ne vous décrirais rien de ce qu'il fait vivre aux personnages que vous croiserez dans cet établissement, je fais confiance à votre imagination.
En tout cas, Adler Olsen fait partie de ces écrivains qui vous pondent des pavés, qui vous donnent une impression de lenteur, mais que vous avez énormément de mal à lâcher quand vous les avez commencé.
Terriblement addictif.
Thriller efficace étalé sur deux périodes, la Seconde Guerre mondiale d'abord puis 1972 et les Jeux Olympiques de Munich.
Bon je vous rassure, si vous devrez croiser quelques nazis fort peu sympathiques, Jussi ne vous sèvrera pas de palmarès et autres exploits sportifs, là n'est pas son but.
Par contre il usera de méthode et de médicaments sans doute peu à votre goût comme à ceux de ses protagonistes.
Ici, il y a les malades, les simulateurs et...les traîtres... et parfois les trois en même temps.
Quel que soit son rôle, un jour faudra-t-il payer ?
La vie est faite de décisions, au cours de la sienne, Bryan, en a pris plusieurs d'importantes. Qu'en est-il de la dernière, a-t-il eu raison ?
Vous avez 664 pages pour le savoir... bonne lecture

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
PartageTesPages
  24 janvier 2020
« du suspense, du suspense, et encore du suspense »
Dès le début j'ai été prise dans l'histoire. le suspense est en continu lors de la première partie qui m'a tenu en haleine. La deuxième partie commence par un côté plus descriptif mais une fois le suspense installée, il est très intense. La fin est loin de laisser indifférente, je me suis dis que j'aurais peut-être préféré que l'histoire s'arrête deux chapitres avant avec un autre final mais la fin reste cohérente avec l'esprit tortureur de l'auteur. Je ne voulais tellement pas quitter les personnages que j'ai lu la dernière page deux fois.
Je me suis attachée à certains personnages et d'autres que j'ai détesté. L'auteur a la plume pour mettre en action et dans des conditions ses personnages. le partage des émotions est intensif.
C'est mon premier livre de cet auteur et ce ne sera pas le dernier. Je lirais toute la série du département V.
Commenter  J’apprécie          380
MissSherlock
  14 octobre 2018
Aimant beaucoup les Enquêtes du Département V, il fallait absolument que je lise le tout premier roman de Jussi Adler-Olsen.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce bouquin m'a déroutée. Si j'ai tout de suite accroché à l'histoire et aux personnages, j'ai eu du mal avec le style plus froid et sans humour de l'auteur. Aussi j'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire.
Ce qui m'a également déroutée c'est l'aspect hybride du roman. La première partie est clairement un roman de guerre (même si l'auteur s'en défend en postface) avec tous les éléments inhérents au genre : espionnage de l'ennemi, captivité, tentative d'évasion, nazis, torture...
La seconde est un polar qui se situe dans les années 70 pendant les JO de Munich.
Le plus étonnant, c'est que ça fonctionne parfaitement et que l'ensemble est cohérent. La première partie n'est pas ma préférée car il y a des longueurs. Il faut attendre 200 pages pour que les choses commencent à bouger.
L'enquête de la seconde partie, même si elle n'a pas un rythme effréné, est haletante et riche en rebondissements.
J'ai aimé les récits croisés et les différents points de vue des protagonistes. Et puis cette partie ressemble plus à ce que l'auteur propose dans sa série du Département V.
Même si ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur, je suis ravie d'avoir pu le découvrir.

Challenge Multi-défis 2018
Challenge Pavés 2018
Challenge des 50 objets
Challenge le Tour du Scrabble en 80 jours
Challenge Mauvais Genre
Challenge Les Déductions Élémentaires
Challenge Les Détectives Littéraires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Elodieuniverse
  13 septembre 2018
Voici le premier roman de Jussi Adler Olsen et c'est un coup de coeur! Vous le connaissez tous pour sa série de livre sur le département V. Il a écrit un roman très dur mais passionnant. J'aime beaucoup tout ce qui a pour sujet la seconde Guerre Mondiale mais ce livre est bien plus. On y parle de bien-sûr de la barbarie nazie mais aussi de maladie mentale, d'amitié, de culpabilité, de trahison. C'est un livre glaçant mais épatant! (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          364


critiques presse (1)
LeDevoir   01 octobre 2018
Avec le roman de Jussi Adler-Olsen, le lecteur se voit plongé dans l’atmosphère tendue des derniers jours de la Deuxième Guerre mondiale.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
amanlineamanline   10 novembre 2020
Comment les médecins parvenaient à faire la différence entre un homme fou et un homme sain d'esprit, cela dépassait l'entendement. Mais pour servir de chair à canon, tous feraient probablement l'affaire.
Commenter  J’apprécie          60
kuroinekokuroineko   23 décembre 2019
Mais les voies de l'automutilation sont impénétrables. L'angoisse avait des racines profondes qui pouvaient pousser une personne à se punir de la façon la plus cruelle et dans les moments les plus inexplicables.
Commenter  J’apprécie          150
bilodohbilodoh   01 novembre 2018
La révélation qu’il fallait être deux pour être amis, mais un seul pour trahir, se posa sur la falaise, oscilla une seconde dans une clarté surnaturelle, puis basculant dans le vide, ne laissant derrière elle que le présent.

(Albin Michel, p. 628)
Commenter  J’apprécie          120
brinvilliersbrinvilliers   13 janvier 2019
A présent qu'il avait trouvé un moyen de s'évader, il ne fallait surtout pas qu'il prenne le froid, sinon James et lui n'auraient pas le temps de s'enfuir avant la prochaine série d'électrochocs. Il fallait penser vite et bien. Et informer James de son projet. Qu'il le veuille ou non, sans James, pas de plan viable.
Et sans James, pas d'évasion.
Commenter  J’apprécie          80
BlackKatBlackKat   15 septembre 2018
Une ville prospère.
Il s'attendait à ce que les façades du centre-ville soient encore défigurées par les bombardements. (...) La ville était animée, coquette, parfaitement restaurée, rebâtie, multiple et accueillante.
Ce constat mettait Bryan mal à l'aise. La dette au passé était encore trop lourde pour autoriser tant de légèreté. Le tribut à la guerre pas assez visible à son goût.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jussi Adler-Olsen (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jussi Adler-Olsen
Prix Babelio 2020 : découvrez les 10 lauréats
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Département V

Quel est le grade de Carl Mørck au département V ?

commissaire
vice-commissaire
capitaine
inspecteur

10 questions
92 lecteurs ont répondu
Thème : Jussi Adler-OlsenCréer un quiz sur ce livre

.. ..