AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fanchita Gonzalez-Batlle (Traducteur)
ISBN : 2020867044
Éditeur : Points (01/06/2006)

Note moyenne : 3/5 (sur 12 notes)
Résumé :

C'est dans un château sicilien, en 1859, que naît Constanza. Elle est rejetée par sa mère, et sa chevelure rousse flamboyante lui vaut bien des railleries. Pourtant, à force de volonté, elle parviendra à prendre la tête de son aristocratique famille. Le singulier destin de cette héroïne prisonnière d'un monde d'hommes est aussi un magnifique portrait de femme. "La baronne tourna la tête avec un m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
le-mange-livres
  06 avril 2012
Où les murs de Palerme racontent son histoire, des Grecs aux Anjous en passant par les Normands et les Arabes ;
Où les roux ne sont pas vus d'un très bon oeil ;
Où le confesseur de la famille Safamita a six doigts de pieds (et c'est un détail déterminant) ;
Où tout est révélé (mais trop tard).

L'incipit
« Amalia avait fini de faire avaler à Pinuzza sa bouillie de pain sec et de lait de chèvre. »
Comment en suis-je arrivée là ?
Après avoir lu (et adoré) son premier roman, L'Amandière.
De quoi s'agit-il ?
Après de nombreuses fausses couches et la naissance d'un fils, la baronne Safamita met au monde une petite fille longtemps désirée, Costanza. Mais l'enfant est rousse, et sa mère se détourne inexplicablement d'elle, laissant sa nourrice Amalia l'élever. C'est Amalia d'ailleurs, qui raconte, bien des années plus tard, la vie de cette jeune femme pas comme les autres, qui cherche difficilement à trouver sa place dans sa famille et dans une société sicilienne en pleine transformation au tournant des années 1860.
La citation
« On détruit les monastères, les bâtiments, on éventre des quartiers. Peu importe si l'eau manque, si les égouts sont rudimentaires ou inexistants, si le peuple vit dans des taudis et meurt de faim et de maladie : les Palermitains veulent un nouveau théâtre lyrique grandiose. Toujours plus belle et plus abjecte, jamais Palerme ne s'est révélée aussi magnifique et satisfaite d'avoir conservé son identité de ville supérieurement courtisane. La sensualité transpire même des pierres ». (p. 317)
Ce que j'en ai pensé :
L'histoire de l'Italie dans les années suivant l'unification est un sujet finalement très central de la littérature italienne du XXe siècle, comme je m'en aperçois à nouveau. En ce sens, La tante marquise peut évoquer des romans comme le bâtard de Palerme ou encore le fameux Guépard pour ne citer qu'eux – trois romans d'ailleurs qui ont pour cadre la Sicile – et du reste Simonetta Agnello Hornby est descendante d'une des grandes familles de Sicile.
Sur le plan du récit, il est certain que Simonetta Agnello Hornby sait raconter une histoire. On se laisse sans peine embarquer dans la biographie de Costanza et dans les histoires de famille d'une noblesse sicilienne qui vit ses dernières heures de gloire, entre l'unification et l'enracinement de la mafia, dont les mécanismes sont d'ailleurs très bien démontés, notamment dans leur articulation avec la vie politique émergente.
Le tableau historique est réaliste, et captivant ; il brosse avec talent le portrait d'une société complexe, structurée par des codes, construits sur une série d'oppositions binaires : le monde des hommes et celui des femmes ; le monde des enfants légitimes et celui des bâtards ; le monde des maîtres et celui des serviteurs ; le monde des riches et celui des pauvres. Mais c'est aussi le récit de son bouleversement, du passage du vieux monde au nouveau monde, qui accompagne le parcours intérieur de la marquise, laquelle suit son propre chemin d'initiation.
Sur le plan du style : plaisant, quoique pas spécialement innovant, malgré une attention spéciale portée aux sens, avec une écriture presque charnelle. J'ai trouvé que cela traînait parfois en longueur, que le roman perdait un peu son rythme, qu'il retrouve pourtant vers le dernier tiers.
J'ai toutefois préféré son précédent roman, L'Amandière, lu en quelques heures tant il est captivant, étonnant et rondement mené (c'est même quasiment un polar). La Tante marquise reprend certains de ses « ingrédients » (la Sicile, une femme, les rivalités familiales), mais c'est finalement un roman plus « intime », plus personnel. En effet, la « tante marquise » a bel et bien existé, c'est une aïeule de l'auteur ;
Il n'en reste pas moins que c'est une lecture très agréable, instructive, et qui construit, qui plus est, un beau portrait de femme, avec cette Costanza différente, rebelle, excentrique mais follement attachante, qui veut coûte que coûte construire sa liberté.
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustec
  17 décembre 2012
Sicile,fin du XIX è siècle,saga familiale.
Amalia vit avec sa nièce handicapée dans une des nombreuses grottes creusées dans la Montagnazza, ,refuges difficilement accessibles.
Elle a été la nourrice de la Marquise. Elle se souvient.
En Sicile,c'est l'écroulement du règne des Bourbons; Garibaldi, l'Unité italienne en 1860, la vente des biens ecclésiastiques.
La saga de la famille Salamita est un fragment de l'Histoire sicilienne.
Costanza Salafita est l'unique enfant féminin d'une riche famille noble de propriétaires terriens. rejetée par sa mère,parce que fille, aimée par son père.
Avec ses cheveux roux et sa peau blanche parsemée de taches de rousseur, "presque d'une autre race",elle grandit entre le personnel de service,l'orgueil du sang de son père et les perspectives réduites de la vie de province.
Ce sera elle, de par la volonté de son père, et non ses deux frères décevants, qui héritera des biens et du prestige de la famille.
Autour d'elle, gravite une nombreuse parentèle. Tout ce monde ancré dans les traditions et les superstitions.
Avec l'évolution sociale, Costanza aura à affronter les chefs mafieux au sein des régisseurs et la destruction de sa famille.
Si je ne me trompe,la mafia a pris naissance dans la région de Palerme,une des plus riches d'Europe,à l'époque. La plupart des chefs sont des membres de la classe moyenne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emi13
  15 octobre 2013
Rupture entre une mère et sa fille à cause de la couleur de ses cheveux un roux tirant sur le rouge (je n'ai pas trop accroché ).
Commenter  J’apprécie          121
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
emi13emi13   15 octobre 2013
Qu'il est beau ce soleil amer ! .
Commenter  J’apprécie          10
emi13emi13   15 octobre 2013
C'est le mois où il ne faut pas se marier , ça porte malheur .
Commenter  J’apprécie          00
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
540 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre