AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul Lequesne (Traducteur)
ISBN : 2264039418
Éditeur : 10-18 (01/02/2005)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 40 notes)
Résumé :
1891. Depuis quelques années en Russie, la chasse à l'homme d'Etat est ouverte. Les groupuscules révolutionnaires fleurissent, les attentats sanglants se multiplient. Le général Khrapov, récemment promu gouverneur général de la Sibérie, vient d'être assassiné dans le train qui le conduisait à Moscou. Le tueur a usurpé l'identité du conseiller d'Etat Eraste Pétrovitch Fandorine en personne ! Piqué au vif, Fandorine se lance dans l'enquête, bien décidé à prendre de vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Sharon
  14 mars 2015
Ce livre est long, plus de 460 pages. du coup, j'aurai aimé vous écrire une longue analyse, vous expliquant l'importance de ce récit, son intérêt historique et policier, et je m'aperçois que je n'ai pas grand chose à dire, et encore moins à écrire.
Je n'ai pas tremblé pour Fandorine, le héros, même si sa vie est plusieurs fois en danger. Il est « le » héros, et se sort indemne quasiment en toutes circonstances. Oui, il est un tout petit peu soupçonné de meurtres au début du roman, ce quiproquo tragi-comique ne dure pas longtemps.
Les personnages les plus intéressants sont sans conteste les révolutionnaires, avec Grine à leur tête, mais aussi le Bouvreuil, l'Aiguille. Leurs motivations leurs actes sont soigneusement analysés, et pour des personnes qui veulent vraiment faire changer les choses – ceux que j'ai nommés – combien sont devenus révolutionnaires par goût du danger ou par opportunisme ?
Je m'intéresse aussi aux personnages féminins. L'Aiguille, encore une fois, est de loin le plus intéressant. L'amour, au sens le plus large du terme, la guide, loin des préjugés qui devraient être ceux de sa caste. Elle est courageuse, fidèle, lucide aussi, entièrement dévouée aux autres. Et si elle est prise en défaut une fois – une seule fois – je mets au défi quiconque de ne pas l'avoir été à sa place. Esther est le nouvel amour de Fandorine, mais aussi le symbole de l'oppression à peine discrète subie par le peuple juif. Elle est le pendant féminin, protégée par la richesse de sa famille, de Grine – combien de temps durera cette protection ? Difficile à dire. Julie, quant à elle, pourrait symboliser le sort réservé aux femmes sans famille, sans appui. Julie n'est pas une maitresse-femme, elle se laisse entraînée par ses sentiments, sans réellement penser aux autres. Elle est l'antithèse de l'Aiguille.
Plus que l'intrigue policière, c'est la peinture de la Russie au XIXe siècle qui est intéressante. Nous assistons à une véritable guerre civile entre exaction tolérée, violence, torture. Tout est permis pour conserver la puissance du Tsar, et surtout de sa police. Désespérant ? Oui. Et l'impression que la Russie, en 2015, n'est toujours pas sortie de son chaos.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mondaye
  25 janvier 2017
Plus long que Azazel - mon seul autre instrument de comparaison pour l'auteur- il est aussi plus abouti, avec des personnages plus profond et une intrigue bien plus solide.
Les personnages qui interviennent ont des portraits psychologiques et des motivations plus réaliste, et du coup on a moins ce côté abracadabrant et rocambolesque qui m'avais un peu déroutée dans le premier tome.
Sinon un bon petit bain historique avec conspirations et force de police qui a plus un côté service secret, d'où un côté qui reste encore bien plus roman d'espionnage que roman policier.
Sinon plume fluide, du détail sans lourdeur.
Un roman sympathique qui m'a fait passer un bon moment.
Commenter  J’apprécie          60
Bilonico
  05 mai 2014
Une aventure d'Eraste Fandorine particulièrement bien menée. On y retrouve toutes les qualités de l'auteur Boris Akounine : description fouillée de l'appareil d'Etat russe de la fin du XIXème siècle ; une enquête avec des rebondissements forts ; un e psychologie complexe des personnages. Il est important de noter qu'Akounine ne tombe pas dans le travers du prisme unique de narration et nous permets de rentrer dans le processus de réflexion de l'adversaire de Fandorine.
En complément, ce tome livre des éléments importants sur la constitution des mouvements socialistes terroristes, embryons de la révolution de 1917.
Commenter  J’apprécie          60
collectifpolar
  10 novembre 2019
Une organisation secrète qui signe c'est attentat des lettres GC pour groupe de combat sème la terreur de Saint-Pétersbourg à Moscou. Cette fois elle s'en est prise au général Khrapov alors qu'il se rendait à bord d'un train spécial en Sibérie pour y être nommé gouverneur. le problème c'est que l'assassin qui semble s'être présentée à lui les autres que Fandorine.
Accusé on s'en doute à tort notre conseiller d'État va chercher à rétablir son d'honneur et celui de la police moscovite persuadé qu'un traître sévit au plus au poste des forces de l'ordre.
Aussi va-t-il s'évertuer de trouver qui renseigne les nihilistes. Et qui cherche à ébranler l'État . Qui manipule Grine un jeune juif dans la famille a été victime d'un pogrom et qui mène une petite bande anarchiste. Fandorine va devoir démasquer identité les terroristes.
Deux histoires parallèles pour cette nouvelle aventure du détective du tsar Alexandre II : l'enquête de Fandorine que des terroristes ont compromis en utilisant son identité pour commettre un attentat, et la biographie de Grigori Grinberg, alias Grine, chef du groupe de combat qui sert la révolution en récoltant des fonds et en éliminant ses opposants.
Secrets et raison d'Etat, provocations policières, innocents sacrifiés au nom de l'ordre moral ou du bonheur de l'humanité, tel est l'univers dans lequel le détective se retrouve plongé... et dont il aura bien du mal à ressortir indemne.
Boris Akounine nous propose une nouvelle fois une belle page de l'histoire de la Russie et avec lui on comprend mieux cette société figé où la classe dirigeante se complet dans d'innombrables excès qui conduiront le pays dans une sanglante révolution.
J'allais oublié... ici les femmes ont une place prédominante, et gageons de cette belle galerie de personnages réapparaissent dans ses prochains romans.
Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pilou62200
  19 août 2018
Un coup de coeur pour cette enquête du célèbre Fandorine.
Dans cet opus, on retrouve nos habituels protagonistes Fandorine et son valet. L'un avec son intelligence remarquable et l'autre en homme d'action. Mais Boris Akounine ajoute une dimension inhabituelle : l'amour !
En complément, Fandorine, qui a plutôt tendance à dominer ses adversaires, rencontre un farouche opposant qui sur bien des points va le dominer. Ce qui va avoir tendance à le faire ruminer....
La chute est étonnante, et va donner une orientation particulière à la future carrière de Fandorine....Serait ce la fin des aventures de notre héros ?
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   10 novembre 2019
Prologue

Du côté gauche, les fenêtres étaient aveuglées par d’épaisses taies de givre et de neige fondante. Le vent projetait de lourds flocons mous et collants contre les vitres agitées d’une vibration plaintive, il secouait la lourde carcasse du wagon sans jamais perdre espoir de réussir à pousser le train tout entier hors des rails trop glissants et de l’entraîner, roulant tel un grand boudin noir, dans la vaste plaine blanche, par-delà la rivière gelée, par-delà les champs déserts, droit vers la forêt lointaine dont la masse sombre et confuse se dessinait à la jonction du ciel et de la terre.

On pouvait observer tout ce triste paysage par les fenêtres de droite, remarquablement nettes et transparentes quant à elles, mais qu’y avait-il là de bien intéressant à voir ? Rien que la neige, rien que le sifflement de brigand que lançait le vent, rien qu’un ciel bas et sale, en un mot les ténèbres, le froid et la mort.

A l’intérieur, en revanche, dans la voiture-salon ministérielle, c’était épatant : douce pénombre nuée de bleu par la soie azurée d’un abat-jour, crépitement des bûches derrière la porte dorée du poêle, tintement cadencé de la cuillère contre le verre. Un cabinet de travail de taille modeste mais excellemment équipé, avec table de réunion, fauteuils de cuir, carte de l’empire affichée à la cloison, et qui filait à la vitesse de cinquante verstes à l’heure à travers la tourmente de neige, la solitude et l’hostilité d’un petit matin d’hiver.

Dans un des fauteuils, un plaid écossais remonté jusqu’au menton, sommeillait un vieillard au visage mâle et autoritaire. Même en son sommeil, ses sourcils froncés, blanchis par l’âge, lui conféraient un air bourru, un pli sévère s’inscrivait à la commissure de ses lèvres, tandis que ses paupières ridées s’agitaient à chaque instant d’un tressaillement nerveux. Le disque oscillant de lumière que diffusait la lampe tira un instant de l’ombre une main vigoureuse reposant sur un accoudoir d’acajou et arracha un éclat à l’anneau de diamant qui ornait son petit doigt.

Sur la table, juste sous l’abat-jour, s’étageait une pile de journaux. Au sommet : une publication clandestine imprimée à Zurich, La Volonté du peuple, une édition toute fraîche, datée de l’avant-veille. Sur la page ouverte, un article marqué d’un trait furieux de crayon rouge :

UN BOURREAU SOUSTRAIT À SON CHÂTIMENT
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MondayeMondaye   27 janvier 2017
Il subsistait néanmoins trois raisons qui poussaient instantanément Eraste Petrovitch à agir de manière immédiate et résolue.
Il avait de la peine pour le vieux prince. Et d'une.
Il ne parvenait pas à diférer l'offense que lui avait infligé le sieur Grine en osant utiliser pour son audacieux coup le masque du conseiller d'Etat Fandorine. Et de deux.
Et enfin la troisième. Oui, oui la troisième: la blessure d'amour propre.Sa Petersbourgeoise Excellence avait encore le temps d’apprendre qui valait quoi et de quoi chacun était capable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   10 novembre 2019
— Pardon, monsieur Fandorine, déclara-t-il d’une profonde voix de basse. Il y a là sûrement un malentendu, mais j’ai reçu une dépêche du Département de la police. (Il agita une feuille de papier.) On m’y informe que le général Khrapov, aide de camp de l’empereur, a été assassiné, que... euh... euh... que c’est vous qui l’avez tué... et que l’on doit sur-le-champ s’assurer de votre personne. Ils sont devenus complètement fous, mais un ordre est un ordre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   10 novembre 2019
La lame pénétra droit dans le cœur du général Khrapov, ses sourcils se haussèrent, sa bouche s’arrondit mais ne put articuler un mot. Ses doigts agrippèrent le bras du conseiller d’Etat, et de nouveau la bague en diamant dont on a déjà parlé lança un éclair. Puis la tête du gouverneur bascula en arrière, inerte, et sur son menton se mit à ruisseler un mince filet de sang écarlate.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   10 novembre 2019
— Massa, qui est là ? cria Eraste Pétrovitch en quittant le bureau pour le salon.

Il y découvrit des visiteurs inattendus : le lieutenant-colonel de gendarmerie Bourliaev, chef de la Section de sécurité de Moscou, et avec lui deux messieurs vêtus de manteaux à carreaux, à l’évidence agents de la police secrète.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Boris Akounine (1) Voir plusAjouter une vidéo

Boris Akounine : Le Gambit turc
Depuis le canal Krioukov à Saint Pétersbourg en Russie, Olivier BARROT présente "Le Gambit turc" de Boris AKOUNINE. le présentateur lit un très court extrait du livre.
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre