AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782367190808
162 pages
Éditeur : Tristram (07/01/2021)
3.84/5   22 notes
Résumé :
L'avantage, maintenant, c'est que je n'avais plus à penser au tennis jusqu'au match suivant. " Marius a seize ans, ou peut-être dix-sept. Il participe à un tournoi de tennis, l'été, dans le sud de la France.Il vit chaque partie avec une intensité presque hallucinatoire, mais le reste du temps, dans la villa où il séjourne avec ses amis Cédric et Alice, rien ne semble avoir de prise sur lui. Il se baigne. Il constate qu'Alice rapproche de lui ses jambes nues. Il acco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 22 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

hcdahlem
  25 février 2021
La vie c'est comme un tournoi de tennis
Thomas André a su profiter d'un Master de création littéraire pour peaufiner un premier roman très original. Construit tout au long d'un tournoi de tennis, il dresse un sombre portrait de notre jeunesse.
Marius passe des vacances dans le sud de la France avec ses amis Alice et son frère Cédric, les enfants de Maud et Georges. Dans leur maison avec piscine, le temps s'écoule agréablement, tous les occupants profitant des journées ensoleillées pour ne pas faire grand-chose sinon manger, boire (plutôt beaucoup) et se reposer. Alice doit mettre la main à son mémoire et les garçons participent à passent des tournois de tennis. Marius se révèle être un adversaire redoutable, notamment pour Cédric qui, après une nouvelle défaite face à son ami, entend arrêter le tennis. Est-ce seulement sur le coup de la déception qu'il a affirmé cela, lui qui gamin "s'était dégoté une raquette et s'était mis à taper furieusement la balle contre le mur du garage et avait joué comme ça, contre lui-même, plusieurs années d'affilée". Puis Marius avait débarqué. "À partir de là, on avait passé des heures ensemble sur le court, à se mesurer l'un à l'autre. J'ai souri en repensant à tout ça, et je me suis demandé ce que je serais devenu si, à l'époque, je n'avais pas rencontré ce garçon possédé par le tennis qui, plein d'assurance, m'avait entraîné dans son sillage."
Après une virée à la plage, une sortie en mer pour du ski nautique et une tournée au casino et dans les bars, le sujet est oublié. Il faut reprendre le chemin des courts, il faut s'entrainer pour avoir une chance de progresser dans le tableau. Mais dans ce sud qui incite davantage au farniente Cédric et Marius vont continuer à jouer avec le feu. Et si Marius passera tout près de la correctionnelle en arrivant en retard et encore passablement secoué, Cédric manquera carrément le virage.
Voilà toute l'attention reportée sur le seul Marius dont les prestations commencent à retenir l'attention d'un fan-club et de la bande des argentins qui tous les étés viennent encaisser les primes des tournois, eux qui sont les maîtres de la terre battue.
On l'aura compris, les matches de tennis qui se succèdent sont pour Thomas André la métaphore de ces jeunes vies qui réussissent quelquefois des points gagnants venus d'ailleurs, mais qui pour la plupart vont déraper, faute de motivation, faute de concentration. du coup, l'enjeu n'est pas savoir si Marius va remporter le tournoi, mais s'il va parvenir à remplir une vie qu'il semble davantage regarder passer que prendre à bras le corps. de ce point de vue, l'épilogue ne laisse guère place à l'optimisme. Même si…

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Bazart
  02 février 2021
Sport joué autant de la bourgeoisie que par le peuple; drainant son lot de stratégies retorses et d'introspection, le tennis charrie avec lui une dimension romanesque indéniable.
Même si la boxe, autre noble sport individuel, a sans doute eu plus eu les faveurs des grandes plumes de la littérature, certains écrivains notoires comme Guy de Maupassant, Alphonse Daudet, Paul Bourget et plus récemment Lionel Shriver ou Bruce Mathieussent ont tous mis une bonne dose de petite balle jaune dans leurs fictions.
Avec son premier roman L'avantage, le jeune Thomas André marche dans les pas de ses illustrants ainés en faisant de son personnage principal, Marius, adolecent de 16/17 ans- comme il est dit à un moment du livre-, un joueur de tennis amateur qui participe lors d'un été à un tournoi dans le sud de la France.
Le temps de cet été caniculaire, entre parties plus ou moins disputées, Marius, cherche un sens à son existence : il séjourne avec son ami partenaire de tennis Cédric et Alice, la soeur de ce dernier, dans la maison de vacances de leurs parents.
Entre complicité rivalité avec Cédric, jeux ambigüs avec Alice et matches qu'il continue de gagner sans donner l'impression d'y croire vraiment, Marius donne l'impression d'être un peu extérieur à lui même;, un peu comme le Merusault de l'étranger de Camus. En tant que joueur de tennis ( très) amateur et passionné de petite balle jaune depuis ma tendre enfance, il m'était impossible de ne pas être soufflé par le sujet de ce roman et surtout par le brio de Thomas André à restrancrire les alternoiements d'un jeune homme à un moment charnière de son existence .
Des instants a priori anodins ( un revers qui reste dans le filet, une pizza que l'on mange dans un camping abandonné) qui se mélangent à d'autres évenements plus importants (un accident de voiture, la perte de son pucelage) que le personnage principal semble vivre avec le même détachement, mais qui touche par leur justesse et leur force.
Contrairement à certaines fictions sur le sport, où les scènes non sportives semblent être juste là pour remplir les trous, les séquences de compétition et celles de la vie de tous les jours se mélangent pleinement dans l'Avantage et affichent une belle cohérence qui force l'admiration.
Thomas André réussit, sans doute plus que nul autre pareil, à toucher du doigt ces sensations éprouvés par un joueur de tennis en pleine gamberge, sensations que le lecteur ressent au centuple et qui perdurent longtemps après la lecture.
« Quand j'étais gamin, je n'arrêtais pas de perdre des matchs pourtant faciles sur le papier. Un jour, j'avais peut-être douze ans, mon coach m'a dit que j'étais une fiotte et j'avais commencé à pleurer, devant lui. »
Thomas André réalise avec ce roman déceptif sur l'échec un prodigieux travail sur le verbe.
Il parvient, sur chaque page, à trouver le mot juste, épuré, sans le moindre gras, à la manière des très grands romanciers américains dits "behavoristes" comme Hemingway auquel on ne peut s'empêcher de penser à lisant l'Avantage...
L'avantage est un premier roman extremement prometteur qui, malgré de longues descriptions de passages de matches de tennis qui raviront les fans de petite balle jaune, devrait aussi enthousiasmer les autres, tous ceux qui sont simplement en recherche de nouvelles grandes plumes de la littérature contemporaine.
On ne sait pas grand chose sur ce jeune romancier, mais on a échangé très récemment avec lui, et on revient vous en parler très prochainement !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
tilly
  02 février 2021
::: pour l'opération masse critique ::: merci Babelio ::: merci Tristram ::: merci Thomas André :::
On dirait le sud : pins parasol, cigales, piscine, tennis club.
C'est le dix-septième été de Marius, un garçon énigmatique venu d'on ne sait où passer ses vacances avec on ne sait pas très bien qui (au début).
La tension tranquille qui sous-tend cet excellent premier roman de Thomas André nourrit sa singularité : L'Avantage n'a rien (ou pas que) d'un thriller psychologique à la Patricia Highsmith, ou Joncour (période U.V.), mais rien non plus d'un guide de préparation mentale pour sportifs !
Le narrateur est un jeune joueur de tennis amateur engagé dans un tournoi de plage.
Pas assez « dans le court », il perd au premier tour contre un adulte qui joue trop vite pour lui.
Ça ne l'embête pas plus que ça : il va pouvoir traîner au bord de la piscine de ses amis et les suivre dans leurs virées nocturnes bien arrosées.
Pourtant quand la juge-arbitre lui impose de remplacer un joueur forfait au deuxième tour, il n'ose pas refuser.
La dramaturgie exceptionnelle de L'Avantage réside d'abord dans la succession des matchs de Marius, dans sa progression dans le tournoi, tranquille, méthodique et concentré, comme détaché. Un point, un jeu, un set, un match, un après l'autre. Six ou sept confrontations... quand on aime, on ne compte pas ; plus, ce serait de la gourmandise !
« On est comme ça, nous les joueurs de tennis, on croit toujours que nos souvenirs de matchs intéressent les gens. »
Je m'aperçois en recopiant cette citation, qu'elle est écrite au présent alors que la narration du roman est presque toute entière à la première personne du passé composé à l'exception des dialogues peu nombreux.
Après l'avoir appréciée pour son réalisme burlesque à la première lecture, je la trouve maintenant intrigante : elle ne sonne pas comme la réflexion que se serait faite un Marius de dix-sept ans...
Il y aurait-il un autre Marius hors texte, adulte, qui se revoit jouer, qui raconte, écrit peut-être ? mais à qui ? et quand ?
Pas à son père à en tout cas ; il sait déjà qu'il lui dira en le retrouvant « qu'il n'y a rien à raconter ».
Un père absent auquel il a peu pensé pendant ce séjour, sauf pour essayer de ne pas oublier de lui envoyer une carte postale, à Lens.
On saura à peine que la famille chez qui il a été invité à passer l'été le connait depuis l'enfance, quand les garçons des deux foyers s'entraînaient ensemble, mais que l'année précédente Marius n'était pas venu... que son père a quitté son travail pour un poste moins exigeant physiquement, sans précision. Rien sur sa mère.
C'est tout.
Son copain Cédric est plus âgé, hâbleur et casse-cou, mais il a une soeur en première année de fac qui ne laisse pas Marius insensible. Quant aux parents-hôtes, ils sont d'un grand laxisme sur les horaires et d'une discrétion tout à fait enviable !
Tout à coup j'ai l'air d'en savoir long sur Marius, contrairement à ce que je disais au début, mais je me vante.
L'auteur n'est vraiment pas prodigue en indices sur l'histoire de son personnage principal avant cet été-là.
C'est ce qui fait le charme étrange de L'Avantage, ce qui fait naître et excite la curiosité, l'envie de deviner, jusqu'à la dernière balle jouée.
Je sais aussi que si Marius n'a pas trop le sens de l'orientation, il a celui, très développé de l'observation : l'insecte qui se pose sur son banc au changement de côté, les fourmis sur la margelle de la piscine, la lente réapparition de la saucisse de hot-dog dans l'eau bouillante !
Il possède également un sens aigu de l'interprétation des comportements de ses adversaires sur le terrain, un peu moins de ceux des filles, mais il apprend.
Marius est touchant dans sa solitude et sa recherche de lui-même (il n'y a encore que sur le court qu'il se connaisse un peu), ne faisant confiance à personne, se méfiant de ceux qui, même avec tact, cherchent à l'aider : une juge-arbitre bourrue mais maternelle, un spectateur fidèle et discret.
Comme son héros, Thomas André n'en fait jamais trop. Juste ce qu'il faut, mais à fond.
Cette apparente retenue dans la construction comme dans l'écriture crée une atmosphère singulière très excitante qu'on a envie de retrouver au plus vite dans un second roman.

Lien : https://tillybayardrichard.t..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
diesirem
  11 janvier 2021
Marius est un jeune joueur de tennis en vacances chez des amis.
Il participe à un tournoi de tennis local. Nous assistons aux matches et au déroulement de ses vacances. 
THOMAS ANDRE a écrit dans ce premier roman  l'histoire d'un personnage sans histoire, racontée de l'intérieur par un héros sans bataille.
Il rame dans sa barque sur le lit de son quotidien qui coule, transporté par une écriture simple et à la longue enivrante 
Rien n'est prévisible dans ce récit, tout a eu lieu simplement. L' AVANTAGE de la simplicité dans un roman c'est qu'on ne l'attend pas. Elle devient alors une surprise à chaque page qui finit par nous toucher.
Ici rien n' a d'importance, le tout est important et nous emporte. Une réussite.

Commenter  J’apprécie          122
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  27 avril 2021
Cet été, Marius a été invité par son ami Cédric à passer quelques temps dans la maison familiale du Sud de la France avec ses parents et sa soeur Alice. Sous un soleil de plomb, les jours s'écoulent de manière diffuse jusqu'à ce que Marius, jeune homme plutôt malléable, accepte de participer à un tournoi de tennis, poussé par Cédric, au caractère bien plus assuré et compétiteur. Sur le court, Marius s'abandonne à la concentration presque mécanique que nécessite le tournoi. Mais entre les matchs, tandis que la pression augmente, le malaise tenace et le sentiment d'irréalité qui l'habitent s'intensifient.
Sous la plume de Thomas André, les sets se suivent, narrés avec une précision scrupuleuse qui restitue aussi bien la succession des gestes techniques que la fluidité des pensées du joueur en plein match. Cette remarquable écriture sportive, aussi technique que prenante, s'insère dans un premier roman à la dramaturgie resserrée, à la fois économe et tendue. Centré sur ce personnage d'adolescent anxieux et distant, qui semble considérer ce tournoi tantôt comme un rite de passage aux enjeux trop grands pour lui, tantôt comme une occupation dérisoire dont l'absurdité déborde sur l'ensemble du monde qui l'entoure, L'Avantage fait du court de tennis l'espace d'une introspection mentale aiguë, où se joue sans fin la crise existentielle d'un jeune homme spectateur de sa propre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LesInrocks   05 janvier 2021
Un premier roman captivant, tout en smashs et revers.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   25 février 2021
INCIPIT
Je n’arrivais pas à exister. Il allait me prendre mon service encore une fois et plier le match en deux sets. Mais qu’est-ce que je pouvais faire, Ça jouait trop vite pour moi.
Sur ma ligne, j’ai fait rebondir la balle trois ou quatre fois avant de servir. J’ai forcé sur mon bras et c’est sorti d’un bon mètre. J’ai poussé ma deuxième dans le terrain et il a retourné long. Il m’agressait dès la première frappe. Il cherchait à venir au filet, sans se précipiter. J’ai insisté sur son revers, en essayant de varier les trajectoires, mais ça ne servait à rien. Il a accéléré long de ligne, s’est engouffré dans le terrain et a claqué son smash. Voilà, ça faisait déjà 3-1, c'était bientôt fini.
Je lui ai renvoyé les balles et j’ai croisé le regard de Cédric derrière le grillage. Il a mis ses mains en haut-parleur et m'a crié de me secouer, que je n’étais pas un punching-ball. J'ai détourné le regard. Je m’en foutais de perdre, peut-être même que j'en avais envie. Le soir commençait à tomber. Il faisait toujours aussi chaud, mais les couleurs avaient perdu de leur superbe. La terre battue était fatiguée sous nos pieds, sèche et toute pâle. Elle ne collait même pas à nos semelles, elle se contentait de cramer sous le soleil. On aurait dit de la poussière.
Sur son service, il a continué sur le même rythme. Il utilisait son chop pour me couper les jambes, trouvait toujours de la longueur, des angles, Je me sentais dépassé, comme un nageur emporté par le courant. À 40/30, il m’a mis au supplice en coup droit, avant de conclure le point sur une amortie sortie de nulle part. Je n’ai même pas essayé de courir, c’était trop bien touché,
Je me suis assis sur mon banc et j’ai étendu les jambes. Mes chaussettes étaient pleines de terre battue. Il y avait des mouches qui me volaient autour, attirées par la chaleur de mon corps. J’ai remarqué que l’ombre commençait à se déployer sur le bord du court. Bientôt, l’atmosphère deviendrait presque respirable. Je pouvais peut-être essayer de tenir jusque-là, pour voir. Je me suis essuyé les paumes sur mon tee-shirt et j’ai bu une gorgée d’eau. Elle était tiède, ça m’a donné envie de vomir.
J'ai servi mollement, sans plier les jambes, et j’ai commencé à refuser le jeu, juste mettre la balle dans le court, encore et encore. Il ne s’est pas démonté, il a essayé d’ouvrir lentement une brèche dans ma défense. Je me contentais de jouer long, sans mettre d’intensité. D’un coup, je suis venu au filet et j’ai arraché le point comme ça, par surprise. Je me suis replacé l’air de rien, et j’ai servi une première balle bien cotonneuse. Plutôt que de me rentrer dedans, il a retourné en slice. J’ai accéléré et son passing a fini dans le couloir.
Sur balle de jeu, 1l s’est mis à jouer comme moi. Il y avait de la tension sur le court maintenant. On a frappé la balle une vingtaine de fois chacun, avant qu’il craque en coup droit. J’étais peut-être plus patient que lui. J’ai renvoyé les balles par-dessus le filet et j’ai jeté un coup d’œil sur le bord du court. L’ombre, oblique, se rapprochait déjà de la ligne intérieure du couloir.

On est arrivés à 30/A. Entre chaque point, il replaçait sa tignasse rousse dans son bandeau. Il prenait tout son temps avant de servir. On tenait chacun notre ligne sans reculer d’un pas. Rompant la monotonie de l’échange, il est venu au filet d’un chop furtif. J’ai joué mon passing en demi-volée et, au dernier moment, il a dérobé sa raquette pour laisser passer la balle. Elle a plongé juste devant la ligne de fond, il n’y avait rien à dire. C’était le genre de point qui fait basculer un match. Je me suis penché en avant pour attendre son service. Il a tenu longtemps, dans la diagonale revers, avant de craquer une nouvelle fois.
Je suis retourné sur mon banc. Cédric a essayé de se glisser dans mon champ de vision mais j’ai enfoui mon visage sous ma serviette. Je ne voulais pas de ses encouragements. Je me sentais trop fatigué, je n’avais pas envie de continuer à me battre. Juste quelques mètres d’ombre encore, et puis terminé.
Les points duraient longtemps maintenant. Il m’a fait cavaler d’un coin à l’autre du terrain avant de me perforer en coup droit. Derrière, il s’est ouvert le court au service et m’a mis à deux mètres de la balle. Il avait l’air d’avoir repris du poil de la bête pendant le changement de côté. Son tennis avait retrouvé toute sa fougue, tout son allant. J'ai joué trop court à nouveau, et il m’a puni en deux coups de raquette.
J’essayais de tenir l’échange, mais c’était peine perdue, il jouait trop vite, trop long, je n’avais pas le temps. Il m’a travaillé côté revers, bombant les trajectoires, puis son slice est venu s’échouer juste dans l’angle du carré de service. Les deux pieds dans le court, il m’a tranquillement ajusté dans le contre-pied.
Je suis allé voir la marque et je l’ai effacée du bout de la semelle. Je savais qu’elle était bonne, je voulais juste reprendre un peu mon souffle. Je suis retourné me placer d’un pas traînant. L’ombre avait gagné toute une partie du terrain maintenant, mais comme on avait changé de côte, je continuais à griller dans le soleil. J’ai suivi un court croisé au filet et il m’a lobé d’un coup de poignet. Rien de ce que Je faisais ne pouvait le surprendre. Il a lâché son service sur le T et mon retour est resté dans ma raquette. On s’est serré la main et j’ai fourré mes affaires dans mon sac. Je n’ai toujours pas regardé dans la direction de Cédric qui entrait sur le court. Il s’est arrêté pour dire un mot à mon adversaire et s'est approché de moi. J’ai levé la main de mauvaise grâce et il a tapé dedans avant de m’ébouriffer les cheveux. Ce sera pour la prochaine fois, il a dit. C’est ça, J’ai fait.
Dans le club-house, on a bu un verre tous les trois. Je n'avais pas tellement envie, mais ils ont insisté pour que je prenne une bière. Mon adversaire nous a demandé ce qu’on faisait dans le coin. Pendant que Cédric lui racontait nos vies, lui n’arrêtait pas de gratter son début de barbe, comme si elle le démangeait. Il nous a expliqué qu’il habitait la région depuis quelques années. Il avait raccroché les raquettes petit à petit — le boulot, la vie quoi — mais l’année dernière, comme ça, sans crier gare, il avait eu envie de s'y remettre. Après avoir dit ça, il a laissé planer une espèce de sourire et il a fouillé dans ses poches à la recherche de ses cigarettes. Cédric en a accepté une et ils sont allés la fumer dehors, pendant que je restais seul à finir ma bière. J’ai observé un peu mon reflet dans le miroir moucheté de noir, derrière le bar. J’étais vraiment pâle, malgré le sang qui mt battait aux tempes. La juge-arbitre, occupée à mettre des bouteilles de Coca au frigo, m’a regardé d’un drôle d'air. Elle a eu l’air de vouloir dire quelque chose, mais finalement elle s’est ravisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BazartBazart   31 janvier 2021
J’ai détourné le regard. Je m’en foutais de perdre, peut-être même que j’en avais envie. Le soir commencait à tomber. Il faisait toujours aussi chaud, mais les couleurs avaient perdu de leur superbe. La terre battue était fatiguée sous nos pieds, sèche et toute pâle. Elle ne collait même pas à nos semelles, elle se contentait de cramer sous le soleil. On aurait dit de la poussière.
Commenter  J’apprécie          120
BazartBazart   01 février 2021
« J’ai mis un sachet dans le fond de ma tasse, avant de verser l’eau chaude. Je me sentais fatigué, mais mon cerveau continuait de vrombir. Je me suis brûlé la langue en buvant la première gorgée et, en attendant que ca refroidisse, je me suis assis sur le bord de la piscine. Il y avait des petites bestioles qui flottaient à la surface. J’en aidé une à sortir, en la recueillant dans ma paume. Elle s’est secouée et s’est envolée. J’aurais bien aimé que la chouette se manifeste mais elle n’était toujours pas là. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tillytilly   02 février 2021
Sandra est venue à ma rencontre. Bah alors, qu'est-ce que tu fous ? elle a dit. Derrière elle il y avait un grand type tout maigre et c'était mon adversaire. Sur le terrain, il balançait des coups droits dans tous les sens et moi, pris au dépourvu, je jouais beaucoup trop court pour l'inquiéter. J'étais encore tout gluant de sommeil et il fallait courir partout sur le terrain. Ça faisait déjà 2-0 pour lui. Il jouait bien, cette fois j'allais enfin me faire battre. Je me suis quand même concentré pour mettre quelques jeux. Je suis revenu à 2-1. Il faisait les points gagnants et les fautes, et moi, de la figuration. Bizarrement, ma gueule de bois n'était pas si terrible. C'était presque agréable. Quand j'étais sur la balle, je tentais un passing, sinon tant pis. Mais il n'est pas parvenu à se détacher et même à 4-4, j'ai pris l'avantage. Je suis monté à contre-temps, j'ai serré le jeu en coup droit, et j'ai mis mon service blanc. À 5-4, 30/A, il a fait une double faute et je n'ai pas réalisé tout de suite que j'avais balle de set. J'ai retourné dans le court, et il a fait une nouvelle faute.
J'étais un peu gêné en me rasseyant sur mon banc. J'avais gagné le premier set sans le faire exprès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   25 février 2021
Sandra est venue à ma rencontre. Bah alors, qu'est-ce que tu fous? elle a dit. Derrière elle il y avait un grand type tout maigre et c'était mon adversaire. Sur le terrain, il balançait des coups droits dans tous les sens et moi, pris au dépourvu, je jouais beaucoup trop court pour l'inquiéter. J'étais encore tout gluant de sommeil et il fallait courir partout sur le terrain. Ça faisait déjà 2-0 pour lui. Il jouait bien, cette fois j'allais enfin me faire battre. Je me suis quand même concentré pour mettre quelques jeux. Je suis revenu à 2-1. Il faisait les points gagnants et les fautes, et moi, de la figuration. Bizarrement, ma gueule de bois n'était pas si terrible. C'était presque agréable. Quand j'étais sur la balle, je tentais un passing, sinon tant pis. Mais il n'est pas parvenu à se détacher et même à 4-4, j'ai pris l'avantage. Je suis monté à contretemps, j'ai serré le jeu en coup droit, et j'ai mis mon service blanc. À 5-4, 30/A, il a fait une double faute et je n'ai pas réalisé tout de suite que j'avais balle de set. J'ai retourné dans le court, et il a fait une nouvelle faute.
J'étais un peu gêné en me rasseyant sur mon banc. J'avais gagné le premier set sans le faire exprès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : tennisVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre