AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie Moscovici (Autre)Dominique Laure Miermont (Autre)
EAN : 9782020094825
150 pages
Éditeur : Seuil (01/02/1987)
2.75/5   4 notes
Résumé :
La plus libre des disciples de Freud, cette Lou Andreas-Salomé (1861-1937) qu’il appelle par son prénom et à laquelle il a confié la formation analytique de sa fille Anna, adresse au maître en hommage d’affection pour son soixante-quinzième anniversaire cette lettre ouverte. L’amie de Nietzsche et de Rilke, l’écrivain qui a laissé sur chacun d’eux la plus lucide des études, touche au cœur de l’analyse comme de l’écriture. Thérapeute, elle est du sérail. Freud n’hési... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  02 novembre 2015
Livre qui n'a pas une forme épistolaire contrairement à ce que laisse penser son titre.
Il s'agit presque d'un monologue technique, conceptuel, descriptif, de réflexions touchant à la psychanalyse en général. Avec de ci de là des interpellations à Freud, et quelques allusions à d'autres grands noms de la discipline. Ainsi que des appels à Nietzsche, Rilke.
Dans la préface : "Ce livre est ainsi une mine de réflexion sur le transfert et le contre-transfert, dont, à l'inverse d'elle, nous sommes généralement portés à parler trop et à ne pas dire assez."
"Dans sa réflexion personnelle se croisent ces deux pensées qui, dans la réalité, ne se sont pas croisées vraiment, celle de Nietzsche et celle de Freud. Ce faisant, Lou va au-delà du commentaire et propose à la psychanalyse des sources de réflexion qui n'ont pas été exploitée."
Lou Salomé revalorise la notion de "narcissisme primaire" versus le Ca qu'elle trouve trop protéiforme et interprétable de façon trop variées selon l'interprète.
Elle veut redonner sa place à la pulsion de mort (ou pulsion de destruction), ou plutôt sa juste place. Pour elle, Freud lui a accordé une position intenable, trop surplombante, alors que pulsion de vie et de mort auraient un côté interchangeable selon la philosophie ou la traduction que l'on a envie de leur donner...
Tente une assez surprenante analyse de la religion, essaie de concilier celle-ci, son origine, ses causes, son intérêt. Pareil pour l'art, qu'elle valorise terriblement par rapport à Freud, pas un bête avatar de refoulement, mais une expression émanant du plus profond de l'être. Intéressant débat pointu.
L'absolu et l'individuel, l'extérieur et l'intérieur, la vie et la mort, toutes ces tensions, ces antagonismes qui ne sont jamais au contraire qu'un flux, qu'une mer, dont l'Humain est un gué, un gué creusé entre deux mers artificielles qui n'en sont qu'une et une seule. L'humain est une illusion (divine).
Ce qui est surprenant c'est qu'on parle toujours de Freud en tant que grand maître ne supportant aucune insubordination, ni insubordinateur, les écartant parfois durement si pas cruellement. Et là, dans ce cas-ci, Lou Salomé, ça ne se passe pas de la même façon. C'est tout le mystère et le charme de ce personnage étonnant et attirant.
Bref, lisez Lou Salomé si vous aussi ce personnage vous attire, vous questionne, vous excite?
Et au-delà de cela, cet ouvrage est un essai relativement intéressant et qui a également un intérêt historique (de la discipline).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Moglug
  01 novembre 2014
En neuf chapitres, Lou Andreas-Salomé aborde les grandes questions de la psychanalyse freudienne : sexualité, rapport homme-femme, religion, processus de création, etc. Je suis malheureusement bien incapable de vous en faire un résumé. Les passages sur la foi et la religion sont, à mes yeux, les plus intéressants. Sur ces points, Lou Andreas-Salomé s'opposait à Sigmund Freud et elle tente ici d'exprimer son point de vue tout en restant cohérente avec la psychanalyse freudienne. Tout un art…
Si ce n'était le Challenge ABC, je n'aurais probablement pas chroniqué ce texte. Toutefois, je ne reste pas indifférente au personnage de Lou Andreas-Salomé, et si je ne peux pas comprendre dans le détail son raisonnement, je reste fascinée par sa très grande liberté.
Lien : http://synchroniciteetserend..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   29 octobre 2015

La psychanalyse n'a rien créé - au sens d'inventer quelque chose qui n'existait pas -, elle n'a fait qu'exhumer, découvrir, dévoiler, jusqu'au moment où - comme une eau souterraine que l'on entend à nouveau couler, comme le sang comprimé que l'on sent à nouveau pulser - la totalité vivante peut se manifester à nos yeux. La psychanalyse n'est rien d'autre qu'une mise à nu, opération que l'homme encore malade évite parce qu'elle lui arrache son masque, mais que l'homme guéri accueille comme une libération ; quand bien même, revenu à la réalité extérieure, laquelle entre-temps est demeurée inchangée, il se trouve assailli de difficultés : car, pour la première fois, c'est la réalité qui vient rejoindre la réalité, et non un spectre un autre spectre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MoglugMoglug   01 novembre 2014
[…] Nous sommes lancés, inéluctablement, dans le tourbillon de toute réalité, avec pour seul choix d’y consentir. Si sans aucun doute, cela veut dire : traverser un océan sur un frêle esquif, telle est bien notre condition humaine – et il ne serait d’aucun secours de s’imaginer qu’on navigue à la remorque du plus puissant des bateaux à vapeur, vers des destinations inexistantes : notre attention au vent et au temps ne pourraient que s’en trouver diminuée. Plus nous nous plongeons, sans en rien retrancher, dans l’ « exigence du moment », dans l’instant tel qu’il se présente, dans des conditions variables d’un cas à l’autre, au lieu de suivre le fil conducteur de prescriptions, de directives (écrites par l’homme ! ), plus nous sommes, dans nos actes, justement en relation avec le tout, poussés par la force vivante qui relie tout avec tout, et nous aussi. Qu’importe alors si les tâtonnements de notre conscience sont entachés de toutes les erreurs possibles. Si quelqu’un taxe ce comportement d’immoralité, d’arbitraire et de présomption, nous serions à plus forte raison autorisés à taxer de confortable incurie morale l’esclavage infantile de celui qui s’en tient au respect des prescriptions !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Bruno_CmBruno_Cm   30 octobre 2015
... notre propre corps n'est en effet rien d'autre que la part d'intériorité la plus proche de nous, inséparable de notre intimité, de notre identité ; mais nous en sommes aussi coupés, au point qu'il nous faut apprendre à le connaître et à l'étudier de l'extérieur comme tout autre objet. Ainsi, dans nos relations d'objet, il est à la fois le champ de séparation, qui nous coupe de tout le reste, et le lieu de rencontre avec toute chose - ce qui délimite notre individu et le fond avec tout le reste - jusque dans notre formule chimique, par laquelle nous sommes assimilés à l'inorganique, étant constitués des mêmes éléments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Bruno_CmBruno_Cm   30 octobre 2015
Car, en réalité, la mort n'est pas uniquement ce qu'on nous fat subir, c'est au contraire nous qui en sommes les acteurs : éprouvant le passage de notre corps, c'est nous qui réalisons au niveau psychique l'accomplissement de la mort ; nous ne subissons pas seulement la résistance qui lui est opposée, nous sommes aussi des êtres déliés de leurs contradictions ; nous ne sommes pas seulement la trame rompue des liens qui nous retenaient, nous sommes aussi les restaurateurs de cette réalité qui n'avait jamais cessé de nous englober, bien que toute notre vie consciente l'ait reléguée à l'arrière-plan et s'en soit détournée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_CmBruno_Cm   29 octobre 2015
... guérir est un acte d'amour. Rentrer en soi, c'est tout d'abord retourner chez soi avec le sentiment d'être accueilli, comblé dans la totalité de notre être ; c'est ensuite y trouver une force qui vient de nous et nous pousse à agir, au lieu de rester remplié sur nous-mêmes et d'avancer sans but.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Lou Andreas-Salomé (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lou Andreas-Salomé
Émission "Une vie une oeuvre" diffusée sur France Culture le 05 avril 2014. Par Tiphaine de Rocquigny. Réalisation : Marie-Laure Ciboulet. Lou Andreas-Salomé (1861-1937), l'esprit libre. Tour à tour muse, romancière, psychanalyste et interlocuteur privilégié des plus grands penseurs de son temps, Lou Andreas-Salomé fut la disciple de Nietzsche, l’amante de Rilke et la confidente de Freud. Objet de fantasmes et de légendes, on la présenta comme une mangeuse d’hommes, véritable Messaline pour certains, Reine Vierge pour d’autres, et cette image a longtemps dissimulé celle de l’écrivain, célébré à Paris, Vienne et Berlin, bercé par la philosophie de Spinoza et de Kant, la femme libre, voyageuse, profondément spirituelle. La petite Liola von Salomé naît à Saint-Pétersbourg en 1861, l'année où le servage est aboli en Russie. Elle grandit au sein d'une société brillante et bénéficie d'une formation d'exception auprès du pasteur hollandais Hendrik Gillot. Ce prédicateur adulé tombe fou amoureux d'elle et la demande en mariage. Premier amour, premier refus. La jeune femme de 19 ans tient à sa liberté et part poursuivre ses études en Suisse. À Rome, elle rencontre le moraliste Paul Rée puis le philosophe Friedrich Nietzsche. Tous deux demandent sa main. En vain. Lou a d'autres projets : elle leur propose de former une « Trinité » intellectuelle, véritable communauté d'esprits qui ne verra jamais tout à fait le jour. A l'aube du 20ème siècle, elle rencontre celui qui deviendra son amant et l'un des plus grands poètes de son temps, René Maria Rilke. Leur passion durera trois ans, leur amitié plus de vingt. La dernière grande rencontre de la vie de Lou a lieu en 1911 au Congrès de psychanalyse de Weimar. Lou fait la connaissance de Freud et se plonge à corps perdu dans l'exploration de l'inconscient et de la psyché féminine. Le père de la psychanalyse accueille en Lou l'écrivain consacré : il sera le grand confident et le soutien indéfectible de ses dernières années. La postérité a fait de Lou une figure de l’égérie, la muse par excellence, mais elle a oublié ses écrits. Une œuvre riche, complexe, restée dans l’ombre d’une vie dense et intense. On connaît la relation passionnée que Lou a entretenu avec Rilke, de quatorze ans son cadet. On connait moins l’influence profonde, déterminante, qu’elle a eue sur sa poésie. On en a fait la seule femme jamais aimée par Nietzsche et on a mis de côté ses réflexions, novatrices, sur le narcissisme et la sexualité féminine. Sainte ou femme fatale, mystique ou demi-mondaine, Lou Andreas-Salomé demeure une énigme que seuls ses écrits et son immense correspondance semblent en mesure d’éclaircir.
Avec : - Stéphane MICHAUD, spécialiste de l'histoire des femmes, auteur de “Lou Andreas-Salomé, l’alliée de la vie” (Le Seuil, 2000). - Élisabeth BARILLE, écrivain. - Isabelle MONS, docteur en littérature comparée, auteur de “Lou Andreas-Salomé” (Éditions Perrin, 2012) - Dorian ASTOR, biographe de Nietzsche et de Lou Andreas-Salomé. - Élisabeth ROUDINESCO, historienne de la psychanalyse.
Thèmes : Arts & Spectacles| Littérature Etrangère| Psychanalyse| Lou Andreas-Salomé
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Philosophie et théorie>Systèmes, écoles>Systèmes psychanalitiques (329)
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre