AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2-266-02782-4
Éditeur : Pocket (01/01/1986)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Au fil des contes imaginés ici par la belle Schéhérazade (on Chahrazade), c'est la face cachée d'un monde qui se révèle à nous : où la respectabilité se laisse vite bousculer, où la passion parle haut et clair.

Le lieu et l'époque (le monde musulman au début du XIIIe siècle) sont il est vrai le théâtre de bien des crises : pouvoir contesté, menaces aux frontières, désordres dans la rue comme dans l'intimité des demeures...

La femme; mil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Nastasia-B
  03 août 2015
Pouvait-il en être autrement ? Pouvais-je décemment passer à côté d'une occasion pareille sans la saisir ? Non ma bonne dame, certainement pas mon bon monsieur. Ma mille et unième critique ne pouvait convenir qu'à cette œuvre, particulière parmi toutes.
Je tiens tout d'abord et avant tout, à saluer l'extraordinaire contribution du traducteur René R. Khawam pour le remarquable travail de recherche et d'intelligibilité qu'il donne à ce texte, le seul en français et l'un des tout premiers au monde à ne s'appuyer que sur les manuscrits originaux du moyen-âge (XIIè-XIIIè siècles) et non sur des versions plus récentes passablement remaniées et/ou édulcorées.
Je l'avais déjà mentionné pour sa traduction de Sindbad Le Marin (texte plus ancien de presque quatre siècles par rapport à celui des Mille Et Une Nuits) mais c'est encore plus marquant ici. Les notes en bas de page sont parfaites ; elles n'interviennent que quand nécessaire et apportent une information claire et pertinente (sur un personnage historique, sur un lieu ou sur une coutume). Sa présentation (soit en édition pocket, soit désormais chez Phébus) vaut elle aussi le détour, car, tout bien pesé, l'histoire de ce texte est presque aussi fantastique et alambiquée que les contes qui s'y trouvent.
Je ne souhaite pas rentrer dans le détail ni paraphraser René Khawam qui le dit bien mieux que moi mais Les Mille Et Une Nuits ont été littéralement " inventées ", sorties de l'oubli, exhumée au tout début du XVIIIème après des siècles d'assoupissement, à la manière du génie de la lampe merveilleuse d'Aladin (qui, précision importante, ne fait pas partie des Mille Et Unes Nuits, car composé à une époque différente, mais y a été adjoint, tout comme Sindbad Le Marin ou Ali Baba Et Les Quarante Voleurs dans certaines éditions peu scrupuleuses, y compris cette toute première) par un remarquable orientaliste français du temps de Louis XIV, Antoine Galland.
Je vous passe les vicissitudes mais sachez toutefois que le texte des manuscrits est parfois assez cru, notamment sur la question du sexe et que, préciosité du moment et des mécènes oblige, le texte fut largement édulcoré. (Je l'ai d'ailleurs constaté à mes dépens, voulant lire cette version des Mille Et Unes Nuits à ma fille de sept ans, j'ai vite fait machine arrière en abordant certaines scènes torrides et/ou violentes.)
Ces versions " soft " ont eu pour effet de cantonner ce texte à l'univers enfantin, ce qui est selon moi un tort. René Khawam signale au surplus que " mille et un " en arabe signifie " beaucoup de " et que certaines éditions, désireuses de coller absolument au nombre probablement pour faciliter une lecture du soir vis-à-vis de la jeunesse se sont attachées à tronçonner ces contes et ces histoires emboitées pour tomber pile sur 1001 à la fin. Or, c'est une absurdité.
L'ensemble des contes se présente sous forme de quinze sous-ensembles de taille très variable, totalement indépendants les uns des autres. Chacun de ces ensembles peut être perçu comme une poupée gigogne recelant en son une ou plusieurs histoire(s) emboitée(s).
Ce tome 1 de l'édition de R. Khawam propose quatre de ces sous-ensembles : La Tisserande Des Nuits (en gros l'histoire de Shéhérazade, qui en fait devrait être nommée Chahrazade si l'on s'en tient à la dénomination originale), Le Marchand Et Le Djinn, Le Pêcheur Et Le Djinn et enfin, Le Portefaix Et Les Dames. Le sous-ensemble le plus copieux des quatre est le dernier, lequel donne principalement son titre à ce tome.
Dois-je vraiment vous dire que cette œuvre est majeure et qu'elle a influencé à peu près tous les pans de l'art occidental moderne ? Je vais me limiter à trois exemples seulement, tous pris dans cet unique volume, pour vous montrer que je n'ai pas besoin de creuser très profondément pour vous en trouver.
Tout d'abord, souvenez-vous de votre jeunesse ou de la jeunesse de vos enfants (en fonction des générations) avec le fameux film de Walt Disney : Merlin L'Enchanteur. Eh bien sachez que la scène probablement la plus intéressante et la plus excitante du film, celle de la bataille de magie entre Merlin et la sorcière Madame Mim provient de l'Histoire Du Deuxième Derviche Qalandar dans le sous-ensemble Le Portefaix Et Les Dames.
Alors vous allez me dire que si l'œuvre n'a influencé que Walt Disney, cela ne va pas bien loin, certes, mais écoutez plutôt ; Le Nom De La Rose d'Umberto Eco, grande œuvre de littérature pour adulte s'il en est et admirable film de Jean-Jacques Annaud, et bien ce Nom De La Rose a pour nœud de l'intrigue, pour clef de l'énigme (je ne vous précise pas laquelle au cas où vous n'auriez ni vu le film ni lu le roman) l'Histoire Du Roi Des Grecs Et Du Médecin Doubane dans le troisième sous-ensemble, Le Pêcheur Et Le Djinn. Umberto Eco n'a fait que prélever textuellement cet épisode lui qui écrit si bien dans ce roman : « Les livres parlent aux livres. »
Enfin, si vous êtes plus adepte de grande musique (qu'est-ce que ça veut dire grande musique ?), à tout le moins de musique classique, sachez encore que le poème symphonique de Rimsky-Korsakov intitulé Shéhérazade puise abondamment dans ce tome, bien évidemment le thème même de Shéhérazade (Chahrazade) mais aussi et surtout celui du Prince Kalender qui provient quant à lui de l'Histoire Du Troisième Derviche Qalandar dans le sous-ensemble Le Portefaix Et Les Dames. (Au passage notez la déformation de Kalender, qui devient ici un nom alors que la désignation de qalandar, adjectif associé au mot derviche donne normalement une précision sur le type de derviche ; ici, il s'agit de derviches qui se rasaient entièrement le visage, cheveux et barbes évidemment, mais aussi sourcils, ce qui les différenciait grandement de l'homme de la rue qui était forcément barbu.)
Donc, vous l'aurez compris, une mine quasi inépuisable d'inspiration pour les auteurs modernes, tant le texte est foisonnant, tant il est féerique et tant il recourt au fantastique et au surnaturel. Il y est très souvent question d'amour, assez souvent question d'adultère. Il y est aussi beaucoup question de destin, notamment l'ascension ou la dégringolade sociale de roi à esclave ou inversement ou encore de l'état de richesse à celui de pauvreté ou inversement, comme c'est le cas aussi dans Sindbad Le Marin.
J'en terminerai en spécifiant que dans ce tome, la femme occupe une place prépondérante et, bien qu'il y soit constamment question d'Allah et du Coran (orthographié Qoran), j'ai le sentiment que la vision de la femme est beaucoup plus libre, épanouie et importante socialement en ce XIIème-XIIIème siècle que ce que certains " traditionalistes " voudraient nous faire accroire de nos jours. Par exemple, Chahrazade est éminemment lettrée et cultivée et elle s'oppose à son père, qui est pourtant vizir et finit par obtenir gain de cause.
Dans Le Portefaix Et Les Dames, les femmes peuvent avoir un commerce à elles et y prospérer sans qu'il y soit question d'homme et sans être sous l'autorité d'aucun d'eux, elles peuvent commander à des hommes ou faire venir des hommes inconnus chez elles sans être suspectées de mauvaise vie ni ennuyées d'aucune façon. Elles ont la possibilité, si elles le souhaitent, d'être lascives et aguichantes, bref, une vision à des années lumières de la burqa et de l'enfermement dans lesquels certains prétendent que l'Islam les oblige… à méditer et, ce faisant, à méditer aussi le fait que même les éditions arabes des Mille Et Une Nuits sont, le plus souvent, non conformes aux manuscrits originaux…
Mais retenez enfin que ceci n'est qu'un avis adultérin (exactement comme le fils de Billie Jean dans la chanson de Micheal Jackson, laquelle Billie Jean devrait d'ailleurs s'orthographier Billie Djinn si l'on se réfère aux manuscrits originaux) qui, convenons-en, ne signifie pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          763
Surbookee
  04 juin 2012
Tout le monde connaît l'histoire de Chahrazade et de ses Mille et Une Nuits mais qu'en est-il des autres contes qui les composent ?
Ce premier volume rassemble quatre contes principaux : La Tisserande des Nuits (l'histoire de Chahrazade), le Marchand et le Djinn, le Pêcheur et le Djinn et le Portefaix et les Dames. Chacun de ces contes comporte des récits enchâssés tels des poupées russes ce qui peut avoir tendance à rendre les histoires un peu longuettes par moment.
Les femmes occupent une place centrale dans ce tome mais celles-ci ont rarement le beau rôle. Elles sont rusées, perfides, infidèles et s'adonnent à la luxure et à la magie noire et sont toujours la cause du malheur des protagonistes (des hommes) mais paradoxalement, ce sont des femmes, magiciennes certes, mais vertueuses qui les délivrent de leurs tourments. C'est véritablement une relation amour-haine envers les femmes que traduisent les différents récits. Les femmes y apparaissent comme des créatures séduisantes mais aussi dangereuses à bien des égards.
Il est à noter que cette édition se base sur les manuscrits originaux et non pas sur les versions arabes qui ont été censurées ce qui nous livre toute l'authenticité des Mille et Une Nuits dont certains passages sont étonnamment érotiques pour de la littérature du monde musulman du début du XIIIe siècle.
Lien : http://unmondedelivres.xooit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   09 janvier 2016
— En ce cas, reçois ce qui te revient…
Et ayant prononcé ces mots, le fauve leva sa patte griffue et en frappa la jeune fille. Mais celle-ci, lui arrachant l'un des poils de sa crinière, transforma ce dernier en sabre effilé à l'aide d'une incantation de sa façon, et en frappa de toutes ses forces l'animal qu'elle trancha par le milieu en deux moitiés qui s'envolèrent chacune de son côté. La tête du monstre retomba alors sur le sol et devint scorpion, tandis que la donzelle, de son côté, se métamorphosait en un serpent gigantesque. Après une heure de combat, le scorpion se changea en vautour et s'enfuit du palais par la voie des airs, bientôt poursuivi par le serpent transformé pour l'occasion en orfraie. Tous deux disparurent un long moment à nos yeux, puis reparurent, surgis de la terre qui venait de s'ouvrir brusquement devant nous, sous l'aspect d'un chat à robe bigarrée qui miaulait, râlait et crachait à faire peur, talonné de près par un loup qui lui donna la chasse une bonne heure de temps d'une salle à l'autre du palais. Le loup vainquit le chat qui poussa un long miaulement et devint ver de terre, lequel rampa jusqu'au bord du bassin où se trouvait une grenade à l'intérieur de laquelle il se glissa. La grenade se mit aussitôt à grossir et grossir jusqu'à atteindre la taille d'un melon aux tranches bien renflées, mais le loup, ayant pris cette fois la forme d'un coq, fondait déjà sur elle. On vit alors le fruit s'élever dans les airs et tourner tout autour de la salle, pour retomber à la fin sur le dallage de marbre en laissant échapper une multitude de graines qui s'éparpillèrent sur le sol.
Le coq se précipita sur les graines et se mit à les picorer l'une après l'autre, mais il ne put avaler la dernière qui avait chu dans le bassin. On le vit alors crier jusqu'à s'égosiller, tout en battant des ailes et en nous faisant force signes de son bec, voulant nous signifier par là que nous eussions à chercher avec lui le pépin de grenade qu'il n'avait pas réussi à trouver. Comme nous ne comprenions pas son langage, il poussa un cri si terrible qu'il nous sembla un instant que le palais allait s'écrouler sur nos têtes ; puis, regardant plus attentivement autour de lui, il aperçut le pépin qui s'était réfugié contre la paroi de la pièce d'eau. Il se précipita dessus tout joyeux et allait s'en emparer quand ledit pépin se laissa glisser dans le courant, se changea en poisson et s'enfonça dans la profondeur des eaux. Ce que voyant, le coq à son tour devint poisson, mais de plus grande taille que son compère, et plongea à sa suite…

4. LE PORTEFAIX ET LES DAMES, Histoire du deuxième derviche qalandar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
Nastasia-BNastasia-B   02 août 2015
Chahrazade avait lu des livres et des écrits de toutes sortes, allant jusqu'à étudier les ouvrages des Sages et les traités de médecine. Elle avait retenu en sa mémoire quantité de poèmes et de récits, elle avait appris les proverbes populaires, les sentences des philosophes, les maximes des rois. Elle ne se contentait pas en effet d'être intelligente et sage ; il lui fallait encore être instruite et formée aux belles-lettres. Quant aux livres qu'elle avait lus, il ne lui avait pas suffi de les parcourir : elle les avait tous étudiés avec soin.
Un jour, elle dit à son père :
— Ô père, je voudrais te faire part de mes pensées secrètes.
— Quelles sont-elles ? demanda le vizir.
— Je désire que tu arranges mon mariage avec le roi Chahriyâr : ou bien je grandirai dans l'estime de mes semblables en les délivrant du péril qui les menace, ou bien je mourrai et périrai sans espoir de salut, partageant le sort de celles qui sont mortes et ont péri avant moi.
Lorsque le vizir entendit les paroles de sa fille, il s'écria d'une voix courroucée :
— Sotte que tu es, ne sais-tu pas que le roi Chahriyâr a juré de ne dormir qu'une seule nuit avec chacune de ses épouses pour la tuer le lendemain matin ? Tu veux que je te donne à lui ! Ignores-tu qu'après avoir passé une nuit avec toi, il m'ordonnera dès le jour suivant de te faire périr ? Et tu sais bien que je serai obligé de te tuer sans pouvoir m'opposer à ses ordres !
— Ô mon père, il faut absolument que tu me donnes à lui, répondit-elle. Laisse-le me tuer.
— Peux-tu me dire ce qui te pousse à pareille conduite, ce qui te presse de t'exposer à un tel danger ?
— Mon père, il faut absolument que tu me donnes à lui. Ma décision est irrévocable, mon choix est définitif.

1. LA TISSERANDE DES NUITS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-BNastasia-B   12 novembre 2015
— Je ne pus trouver la patience nécessaire pour m'empêcher d'aller à la porte prohibée. Je me livrai au diable et ouvris le battant couvert de plaques d'or. À peine étais-je entré dans la pièce que je respirai une odeur extraordinaire, qui me fit tomber à terre de tout mon long et me tint évanoui une heure. Puis j'arrachai mon âme du fond de mes entrailles, fortifiai mon cœur et, me relevant, je pénétrai jusqu'au fond de la chambre. Elle était tapissée de fleurs de safran ; des bougies l'éclairaient, ainsi que des lampes en or et en argent, alimentées par une huile précieuse qui dégageait en brûlant un parfum pénétrant ; quant à la cire des bougies, elle était piquée d'aloès et d'ambre. Je vis d'énormes encensoirs, chacun de la grosseur d'un chamelon, remplis de braise ardente, qui laissaient échapper des volutes d'ambre gris mêlé d'encens, de musc, de cire parfumée et de safran. J'aperçus pour finir, ô dame, un cheval de belle race, noir comme une nuit aveugle, qui avait devant lui une mangeoire de cristal blanc, remplie d'un côté de sésame décortiqué, de l'autre d'eau de rose parfumée au musc. Ses rênes et sa selle étaient d'or rouge.
Tout ce spectacle ne laissait pas de m'étonner et je me dis que cette bête devait posséder une puissance peu commune. Alors Satan m'inspira l'idée funeste de tirer le cheval, de l'amener jusqu'à la porte du palais et de le monter. Je mis ce plan à exécution. Mais quand je fus installé sur le dos de l'animal, il ne bougea pas et resta fièrement campé à sa place. Je le piquai au talon : en vain. Plein de colère, je pris un fouet, dont je lui cinglai les flancs. Sentant le coup, il fit retentir un hennissement aussi puissant que le tonnerre. Il ouvrit alors deux larges ailes, et m'emporta dans les airs, si haut que je ne distinguai plus les objets au-dessous de moi, sur la surface du sol. Après un parcours d'une heure environ, il s'abattit sur la terrasse d'un autre palais et se débarrassa de moi d'une ruade. Puis il me fouetta de sa queue et m'atteignit au visage si cruellement qu'il me creva l'œil, le fit couler sur ma joue, et m'affligea de cette infirmité où vous me voyez maintenant.

4. LE PORTEFAIX ET LES DAMES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nastasia-BNastasia-B   03 septembre 2015
Le soleil parut, déversant sa lumière sur toutes choses. Les deux frères guettaient la porte secrète qui ne tarda pas à s'ouvrir, et l'épouse du roi Chahriyâr en franchit le seuil, selon son habitude, escortée par ses vingt servantes. Elles se promenèrent un instant sous les arbres et furent bientôt rendues sous les murs du palais où se trouvaient les deux rois. Dans l'instant les dix esclaves noirs enlevèrent leurs vêtements féminins et furent aussitôt sur les dix dames qu'ils se mirent en devoir de conjoindre. Quant à la reine, elle criait déjà :
— Mas'oud ! Ô Mas'oud !
Sur-le-champ l'esclave noir sauta de son arbre, retomba lestement sur ses pieds et la rejoignit en disant :
— Qu'as-tu donc, ô mon trou ? Vois comme je vole à ton secours, moi, Sa'd-al-Dine, surnommé Mas'oud, le " Fortuné " !
Ces mots la firent rire aux éclats. Sans plus attendre, elle s'étendit sur le dos et l'esclave entra en elle, s'employant à lui faire son affaire à l'exemple des dix autres. Après quoi tous procédèrent à leurs ablutions.

1. LA TISSERANDE DES NUITS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Nastasia-BNastasia-B   18 novembre 2015
Garde ton secret,
ne le confie à personne,
car celui qui confie son secret
l'a déjà perdu.

Si ta poitrine à toi s'avère incapable
de le contenir, comment pourra le garder
la poitrine de celui
qui l'a reçu en dépôt ?
[…]
Seul l'homme digne de confiance
sait tenir un secret ;
hors le cœur du meilleur des hommes,
aucun secret n'est en lieu sûr.

Veut-on m'en confier un,
je l'enferme aussitôt chez moi
et referme sur lui ma porte
que commande une bonne serrure.

La clé de cette porte ?
Je l'ai perdue.
Ainsi est-elle aussi bien close
que si je l'avais fait sceller.

4. LE PORTEFAIX ET LES DAMES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Lire un extrait
Video de Anonyme (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Anonyme
Bonne Année 2019
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Que de mystère..!

Dans quelle ville ce déroule l'histoire ?

Santa Mondega
Salvador
Paramaribo

11 questions
283 lecteurs ont répondu
Thème : Le Bourbon Kid, tome 1 : Le Livre sans nom de AnonymeCréer un quiz sur ce livre