AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070321896
187 pages
Éditeur : Gallimard (20/03/1980)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Quand il faudra fermer le livre/Ce sera sans regretter rien/J' ai vu tant de gens si mal vivre/Et tant de gens mourir si bien.' Rédigés pendant la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il a été mobilisé, les poèmes du 'Crève-coeur' et du 'Nouveau crève-coeur' mêlent élans patriotiques et élans amoureux...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
frandj
  04 décembre 2018
L'intérêt principal du recueil "le Crève-coeur" réside dans la date de sa rédaction: en 1939-1940, alors qu'Aragon était mobilisé pendant la guerre; d'autres poèmes ont été écrits après la défaite militaire de l'armée française. Ce contexte joue un rôle important dans ses textes. J'ai trouvé vraiment intéressante la manière dont Aragon fait allusion à son ressenti en tant que soldat. Sa fibre de communiste est aussi facile à deviner. Par ailleurs, le recueil contient aussi des poèmes d'amour pour Elsa. Au final, ça fait des poésies très agréables à lire, conformes au génie d'Aragon.
Commenter  J’apprécie          20
michfred
  25 janvier 2015
On les connaît presque tous par coeur...A lire et à relire!
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED
  08 avril 2013
Il ne quitte plus mon sac à dos......
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   20 avril 2014
À la première Pâque il fleurit des lilas
La terre est toute verte oublieuse d'hiver
Tout le ciel est dans l'herbe et se voit à l'envers
À la première Pâque

À la Pâque d'été j'ai perdu mon latin
Il fait si bon dormir dans l'abri d'or des meules
Quand le jour brûle bien la paille des éteules
À la Pâque d'été

À la Pâque d'hiver il soufflait un grand vent
Ouvrez ouvrez la porte à ces enfants de glace
Mais les feux sont éteints où vous prendriez place
À la Pâque d'hiver.

Trois Pâques ont passé revient le Nouvel An
C'est à chacun son tour cueillir les perce-neige
L'orgue tourne aux chevaux la chanson du manège
Trois Pâques ont passé

Revient le Nouvel An qui porte un tablier
Comme un grand champ semé de neuves violettes
Et la feuille verdit sur la forêt squelette
Revient le Nouvel An.

Saisons de mon pays variables saisons
Qu'est-ce que cela fait si ce n'est plus moi-même
Qui sur les murs écris le nom de ce que j'aime
Saisons de mon pays
Saisons belles saisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
PiatkaPiatka   15 octobre 2014
UN AIR D'OCTOBRE

Un air comme une traine immense
Un air qui ne finit jamais
Un air d'octobre une romance
Plus doux que le mois de mai
Un air qui toujours recommence

Tes yeux ont le mal d'horizon
Fou qui trouve assez bleu l'azur
A qui le ciel n'est pas prison
Il faut aimer à démesure
Ce n'est pas assez que raison

Bel automne aux mains de velours
C'est la chanson jamais chantée
C'est la chanson de notre amour
C'est la chanson des roses thé
Dont le coeur est couleur du jour

Est-il assez profond sanglot
Pour dire les déserts physiques
Pareils aux ronds qu'on fait dans l'eau
Les mots valent-ils la musique
Du long désir au coeur enclos

Un air Elsa de la démence
Un air qui ne finit jamais
Un air d'octobre une romance
Plus doux que n'est le mois de mai
Un air comme une traine immense
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
OrpheaOrphea   05 août 2013
Le monde illustré

Les hommes ont cette saison
Des pieds de peur des yeux de pierre
Et les songes sous leurs paupières
Semblent des fauves en prison

La poussière du paysage
Est faite de fer et de feu
Le jour a l'air d'un vaste jeu
Qui survit aux anciens ravages

Dans la forêt désenchantée
Les loups vont à pas de velours
C'est la peste de tous les jours
Au soleil de ta cruauté

Nous tenons entre gloire et honte
Entre espérance et reniement
La balance des châtiments
Au livre maudit des décomptes

Nous sommes au gué décevant
Qui va des vivants chez les morts
La passerelle du remords
Qui va des morts chez les vivants

Entre le cœur et la chemise
Il n'est de place qu'au couteau
Est-il trop tard est-il trop tôt
Tout a le parfum des traîtrises

Le vent secret des tyrannies
A fait tourner d'étranges têtes
De qui ces gens sont-ils en quête
Dont la parole désunit

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
Elsa je t'aime

Au biseau des baisers
Les ans passent trop vite
Évite, évite, évite
Les souvenirs brisés

Oh toute une saison qu'il avait fait bon vivre
Cet été fut trop beau comme un été des livres
Insensé j'avais cru pouvoir te rendre heureuse
Quand c'était la forêt de la Grande Chartreuse
Ou le charme d'un soir dans le port de Toulon
Bref comme est le bonheur qui survit mal à l'ombre
Au biseau des baisers
Les ans passent trop vite
Évite, évite, évite
Les souvenirs brisés

Je chantais l'an passé quand les feuilles jaunirent
Celui qui dit adieu croit pouvoir revenir
Il semble à ceux qui meurt qu'un monde recommence
Il ne reste plus rien des mots de la romance
Regarde dans mes yeux qui te voient si jolie
N'entends plus mon coeur ni moi ni ma folie
Au biseau des baisers
Les ans passent trop vite
Évite, évite, évite
Les souvenirs brisés

Le soleil est pareil au pianiste blême
Qui chantait quelques les seuls toujours les mêmes
Chérie Il te souvient e ces jours sans menace
Lorsque nous habitions tous deux à Montparnasse
La vie aura coulé sans qu'on y prenne garde
Le froid revient Déjà le soir Le coeur retarde
Au biseau des baisers
Les ans passent trop vite
Évite, évite, évite
Les souvenirs brisés

Ce quatrain qui t'a plu pour sa musique triste
Quand je te l'ai donné comme un trèfle fleuri
Stérilement dormait au fond de ma mémoire
Je le tire aujourd'hui de l'oublieuse armoire
Parce que lui au moins tu l'aimais comme on chante ô ma méchante
Au biseau des baisers
Les ans passent trop vite
Évite, évite, évite
Les souvenirs brisés

Rengaine de cristal murmure monotone
Ce n'est jamais pour rien que l'air que l'on fredonne
Dt machinalement des mots comme des charmes
Un jour vient où les mots se modèlent aux larmes
Ah fermons ce volet qui bat sans qu'on l'écoute
Ce refrain d'eau tombe entre nous comme une goutte
Au biseau des baisers
Les ans passent trop vite
Évite, évite, évite
Les souvenirs brisés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BruideloBruidelo   18 juillet 2020
Nous sommes des rois lâches
Nos rêves se sont mis au pas mou de nos vaches
A peine savons-nous qu'on meurt au bout des champs
Et ce que l'aube fait l'ignore le couchant.

Nous errons à travers des demeures vidées
Sans chaînes sans draps blancs sans plaintes sans idées
Spectres du plein midi revenants du plein jour
Fantômes d'une vie où l'on parlait d'amour
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Louis Aragon (111) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Aragon
CARTE BLANCHE À BERNARD NOËL - LA PLACE DE L'AUTRE Avec Bernard Noël, Jean-Luc Bayard, Léonard Novarina-Parant, Jean-Luc Parant, Laurine Rousselet, Esther Tellermann & autres invités
Né en 1930, Bernard Noël signe son premier livre Les Yeux chimères, en 1953 et en 1958, Extraits du corps. Ce n'est que dix ans plus tard qu'il publie son troisième ouvrage, La Face de silence. La publication de ces poèmes lui ouvre alors les portes de l'édition où il travaille comme lecteur, correcteur et traducteur. À partir de 1971, Bernard Noël prend la décision de se consacrer entièrement à l'écriture. Il compose ainsi une oeuvre majeure, où s'exprime une révolte contre toute tentative de “sensure” - oeuvre couronnée du Prix National de la Poésie en 1992, du Prix Max Jacob en 2005, du prix international de poésie Gabriele d'Annunzio.
Salué par Aragon, Mandiargues et Blanchot, son oeuvre, immense par son engagement et son exigence, compte près d'une centaine de titres (dont le Château de Cène, roman érotique qui lui vaut d'être l'un des derniers écrivains français à subir un procès pour outrage aux bonnes moeurs), ainsi que de très nombreux livres d'artistes.
Dans le cadre de la Périphérie du 36e Marché de la Poésie
À lire - Bernard Noël, le poème des morts, Fata Morgana, 2017 - La Place de l'autre, Oeuvres III, P.O.L., rééd. 2013 - Comédieintime, Oeuvres IV, P.O.L., rééd. 2015.
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Aragon (difficulté moyenne)

Aragon a été journaliste dans un de ces journaux. Lequel ?

Minute
Le Figaro
Libération
L'Humanité

10 questions
116 lecteurs ont répondu
Thème : Louis AragonCréer un quiz sur ce livre