AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791097125929
374 pages
Éditeur : Black Ink Editions (18/02/2019)

Note moyenne : 4.47/5 (sur 30 notes)
Résumé :
« Tu es enfermée ici, mais je le suis avec toi. Toujours. Ne l?oublie pas. » Que feriez-vous si vous vous réveilliez un matin dans une cellule, pris au piège d'un détraqué possessif et mystérieux ? Que feriez-vous si vous deviez lutter pour votre survie tout en combattant pour préserver votre esprit ? Captive d'une pièce aux murs froids, Faustine n'a que deux possibilités : s'accrocher à la vie en se soumettant aux caprices de son ravisseur ou affronter ses t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Marlene_lmedml
  18 février 2019
UN HUIS CLOS SAISISSANT… UN COUP DE MAÎTRE !
[THE MISSING OBSESSION] est un récit dont vous ne ressortirez pas indemnes, vous allez laisser une partie de vous à l'intérieur de cette cellule, vous allez sombrer au plus profond de l'âme humaine, emportés par un tourbillon d'émotions, manipulés une fois de plus par l'esprit retors d'Angel Arekin.
[THE MISSING OBSESSION], c'est un huis clos saisissant, c'est un coup de maître. Une histoire hors norme orchestrée avec intelligence et machiavélisme !
Etes-vous prêts à lutter contre votre esprit ? Etes-vous prêts à subir cet enfer aux côtés de Faustine ? Pousser les portes de cette cellule, à vos risques et périls.
« Tel un fantôme, il me garde prisonnière dans les entrailles de la Terre. »
[…]
Les premières heures, j'ai cru devenir folle de terreur. Chaque bruit, chaque pas, chaque mouvement m'ont tirée d'une torpeur catatonique. J'ai eu le sentiment qu'on s'apprêtait à me torturer jusqu'à l'agonie et cette pensée m'a liquéfiée de l'intérieur. J'ai vomi ma peur dans les toilettes. »
DES PERSONNAGES VIBRANTS D'HUMANITÉ !
Je ne vais pas réellement vous parler des personnages, la surprise doit être totale… Une fois de plus, Angel Arekin nous offre des personnages singuliers, absolument captivants. Une héroïne aux prises avec un choix impossible, un geôlier mystérieux qui promet bien des tourments…
Les personnages sont absolument sublimes, façonnés avec brio. Leur psychologie est ahurissante, mon dieu, je me suis laissée embrumer l'esprit par chacune de leurs interactions. Angel Arekin est très forte pour aller puiser dans l'esprit humain, elle aime explorer la psyché de ses personnages, elle aime les tourmenter et elle le leur rend bien en leur permettant d'exister.
« Je me laisse tomber dans le bassin, le visage à moitié sous l'eau, et je sens les larmes couler au milieu des gouttes. Me voilà aux prises avec un psychopathe cherchant à jouer à un jeu, dont la fin marquera la dissolution de moi-même. Rester libre et mourir ou m'asservir et tenter de survivre. Ou bien dois-je trouver un équilibre entre les deux, pour atteindre un jour la sortie de cette geôle ? »
Vous ne resterez pas insensible à la situation de nos héros. Ce roman se déroule en huis clos, ce qui accentue le côté anxiogène de l'histoire. Vous allez très vite vous attacher aux personnages, vos émotions vont être déchirées de part et d'autre. J'ai adoré Faustine et notre Anonymous, ce sont deux personnages qui brillent dans les ténèbres. Deux intelligences hors norme qui vont s'affronter…
UN SCÉNARIO ABSOLUMENT TRANSCENDANT…
Pour apprécier ce roman, vous devrez mettre de côté toutes vos certitudes, vous devrez ouvrir votre esprit et être alerte à tout ce qui va se passer…
Ce scénario, bordel ! Merde, quoi ! Désolé pour ce petit dérapage, mais vous voyez, Angel Arekin m'a encore retourné le cerveau avec ce roman, peut-être même un peu plus qu'avec ses précédents romans. [THE MISSING OBSESSION] est un récit très sombre, et on s'en rend compte dès les premières lignes. L'immersion est totale, brutale et dérangeante.
L'intrigue est intelligente, menée avec beaucoup de sadisme. C'est un peu le but me direz-vous, et c'est vrai. Ce roman, c'est une merveille, ce n'est pas un récit ordinaire, et tout dans l'intrigue est exceptionnel.
Je me suis mise dans la peau de Faustine, je voulais ressentir la moindre émotion, la peur, l'angoisse, la folie, la démesure et l'incertitude. La colère, l'envie et le doute ! C'était grandiose une fois de plus.
PSYCHOLOGIE, QUAND TU NOUS TIENS !
Peu d'auteurs peuvent se targuer de savoir manipuler l'esprit humain… Angel Arekin est maître en la matière, elle nous l'a déjà démontré avec ses romans [Sans coeur] et [Sans âme], elle a clairement besoin d'un leitmotiv pour écrire, elle aime dépasser les bornes et nous pousser au bord du précipice, ce n'est pas une nouveauté en soi, mais ici je suis restée sans voix. Mais genre, uppercut quoi, j'étais tout simplement K.O de découvrir enfin le pourquoi du comment.
Toute la psychologie de ce roman est fascinante. C'est ce genre de récits que je recherche plus que tout, cela stimule tellement mon imaginaire, cela me pousse à voir au-delà des apparences. Je me suis vraiment triturée l'esprit pour essayer de deviner là où Angel voulait en venir, peine perdue… Ce roman est imprévisible, tout comme ses personnages.
Angel Arekin a réussi à se frayer un chemin dans mon esprit, elle s'est approprié mes pensées, elle en a fait ce qu'elle voulait, me forçant à éprouver des émotions dévastatrices. Ce roman, je l'ai ressenti au plus profond de mon être, il m'a contaminé tel un poison, me plongeant dans une espèce de transe malsaine, j'ai eu l'impression de rendre les armes trop rapidement, de me laisser influencer par les paroles de notre geôlier, c'était à la fois captivant et très frustrant…
UNE DARK ROMANCE ABSOLUMENT FANTASTIQUE…
Vous vous demandez très certainement comment une romance peut-elle naître dans un tel contexte… C'est une très bonne question ! Et la réponse va vous mettre à genoux, vous êtes prévenus !
L'amour ? Qu'est-ce que c'est ? Y-a-t-il plusieurs façons d'aimer ? Angel Arekin explore le moindre recoin de cette notion d'amour… C'est particulier, le contexte historique rend les choses perturbantes mais pas moins plausibles. J'ai été tourmentée par l'attirance que j'ai ressenti pour Anonymous, c'est vrai quoi, comment est-ce possible de se sentir attirer dans de telles conditions ? Je n'ai pas de réponses concrètes, seulement des faits…
Notre autrice favorite aime nous offrir des romances qui dépassent l'entendement ! Et merci, franchement, merci pour cela. Ici, je pense que j'ai succomber à une succession de phénomènes inexplicables, j'ai tout simplement donné les commandes à mon corps et à mon esprit.
UNE PLUME SENSATIONNELLE, UN STYLE UN PEU FOU ET ADDICTIF !
La folie ? Parlons-en, non parce que voilà quoi ! Angel Arekin est folle, vous voyez un génie… Une artiste qui laisse son esprit vagabonder… A mes yeux, les artistes, quels qu'ils soient regorgent de folie… Et le plus important, c'est qu'ils la partagent avec nous, non ?
Bref, en ce qui concerne [THE MISSING OBSESSION], l'écriture de l'autrice est très riche. le langage est tellement recherché que l'on se retrouve complètement déboussolés au milieu de ce qui se joue sous nos yeux. La manipulation mentale est totale !
J'ai tellement aimé l'ambiance de ce roman, je me suis conditionnée pour vivre cette aventure à fond, quitte à y laisser des plumes. Angel Arekin se met sans cesse en danger, elle aborde des thèmes complexes et elle les exploite à merveille. C'est vraiment sa plus grande force, elle ose quoi qu'il arrive ! J'ai été séduite par son style qui s'avère très imagé, je pense que ce roman sera perçu différemment d'un lecteur à l'autre, personne n'aura le même cheminement psychologique face à une telle intrigue. L'ampleur de cette histoire est sans limite, elle s'épanouie avec beaucoup de finesse. Plus j'y repense, et plus je jubile, plus je me dis que ce chef d'oeuvre est dément !
EN BREF :
[THE MISSING OBSESSION] est un gros coup de coeur, j'ai haït, détesté, aimé, jalousé Angel Arekin tout au long de cette lecture. Mais quel putain de génie cette nana ! Prenez garde, ce récit c'est de la dynamite, c'est psychédélique et un peu fou. C'est sombre, brillant et addictif ! Quand vous aurez ouvert la boite de pandore, vous ne pourrez plus la refermer ! Une romance hors norme qui m'aura entraînée dans une chute libre sans filet de sécurité, et c'était bon de ne rien maîtriser, de ne rien deviner… Enfin voilà quoi, maintenant c'est à vous de pousser les portes de cette cellule, attention… vous n'en ressortirez très certainement pas indemnes, ni sains d'esprit ^^
Lien : http://www.lmedml.fr/2019/02..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Beli_LivreSaVie
  04 mars 2020
Depuis que j'ai lu le cri du silence et Tes notes pourpres, j'ai envie de prolonger le plaisir de découvrir d'autres romans de Angel Arekin, car j'adore sa plume. Elle n'a pas son pareil pour nous proposer des romances assez sombres, où ses personnages sont obscurité et elle en assume parfaitement les particularités, cela nous donne alors des romans à lire tout à fait bluffant et haletant du début à la fin. Celui-ci trainait dans ma PAL depuis un moment, c'était l'occasion de le sortir !
L'action principale de ce roman va se passer en huit clos, un huit clos angoissant, mais captivant car l'héroïne, Faustine se retrouve séquestrée par un homme masqué qui se joue d'elle et qui ne se détournera pas de son objectif. Imaginez un cachot sombre et humide où la lumière semble irréelle et ne reflète que d'autant plus l'obscurité des lieux et de la situation. Imaginez une jeune femme séquestrée, qui se rend compte que personne ne signalera sa disparition, qui se retrouve à la merci de cet homme qui semble si bien contrôler la situation. A aucun moment, il n'a failli, il n'a rien laissé au hasard et elle se retrouve à sa merci. Cet homme, masqué, l'effraie au plus haut point, car il semble bien décidé à mener à bien sa mission. Il l'intrigue, le connait-elle ? Cette voix, ce masque... il lui avoue l'observer depuis de nombreuses années, l'avoir guettée jusqu'au moment où il pourrait l'enlever. Il a toujours été auprès d'elle, et n'a jamais pu l'oublier, il a essayé mais n'y est jamais parvenu. Autant de révélations qui ne font qu'accroitre cette angoisse qu'il provoque en elle.
Faustine nous allons la découvrir au fil du roman, sa vie avant d'être enlevée semble être assez banale, disons qu'elle n'est pas campée dans un schéma particulier, on n'évoque que peu ce qu'elle vit avant de se retrouver dans ce cachot. Il y a donc une sorte de no man land autour de qui elle est de nos jours, nous restons dans le flou. Par contre, à travers ses souvenirs et tous ces moments que son ravisseur va évoquer, nous allons découvrir qu'elles furent toutes ses années passées. Des années où elle a enchainé les hommes, sans jamais s'attacher, n'hésitant pas à s'envoyer en l'air dès que l'occasion se présentait, de façon légère et plus que libérée. Nous descellons assez rapidement tout de même que la jeune femme a agit de telle façon pour fuir des émotions et un vécu particulier, son passé nous est alors dévoilé. C'est une fille complètement paumée que nous dévoile les révélations sur ce qu'elle est, une jeune femme qui a tenté par tous les moyens possibles d'oublier des moments difficiles et qui dans son malheur, a entrainé bien des personnes qui lui sont chères dans son sillage.
Lui Seth, est un homme qui par le mystère de son identité, nous est tout de suite rendu captivant. La façon dont il mène le jeu, à la fois contrôlée mais en le sentant bien fébrile à se contrôler font de lui un homme qui n'est pas dénué d'émotions. Il est effrayant quand on voit de quelles façons il se joue d'elle, mais aussi face à la maitrise de son jeu, cela en est complètement déstabilisant car il octroie une aura très sombre mais l'on reste focalisé et fasciné par cette personnalité si sombre. Je n'ai pas pu à aucun instant, ne pas être attirée par son personnage, car on comprend très rapidement qu'il cache quelque chose, et qu'il semble être le seul à avoir les réponses à toutes ces interrogations qui vont naitre au fil de notre lecture, sur lui mais aussi sur elle, et sur ce passé qu'ils ont en commun mais d'où nous n'arrivons pas à percer le mystère. le fait que l'auteure propose la double narration, qu'elle utilise au grès de ses besoins qu'elle a de nous dévoiler tel ou tel moment, nous permet de découvrir ce qu'il faut en temps voulu et c'est judicieusement bien amené.
Ce huit-clos, l'évolution de cette histoire est captivante, envoutante et on comprend aisément ce que chacun d'eux éprouve tout du long du récit. Faustine nous livre la frivolité de sa vie, dont Seth n'a pas loupé une miette, il a été spectateur de ces années-là, mais plus on avance dans le récit, plus on se rend compte qu'il en a été aussi l'acteur de différentes façons. le récit de leur histoire est obnubilant, ce qu'ils vivent durant cette captivité à lui seul, est envoutant, nous passons de la frayeur de l'inconnu à la passion de ce rapprochement tout aussi effrayant. Et quand nous sont dévoilés les secrets qui entourent leur vie, alors le récit n'en est que plus profond et envoutant. C'est alors que nous progressons dans l'histoire et que nous découvrons la personnalité de la jeune femme, que lui aussi va se dévoiler à nous. Seth devient alors quelqu'un d'identifiable qui a un vécu, un vécu commun à celui de Faustine. Leur passé commun explique alors tant d'actes et de réactions qu'ils vont avoir. Les révélations nous happent dans une histoire que l'on aurait jamais pu même concevoir, et j'ai adoré la part de ces révélations en huit-clos tout comme l'après. A travers une expérience traumatisante, des moments d'angoisse terrible qui occasionnent des conséquences terriblement traumatisantes, on était loin de s'imaginer quelle était l'histoire qu'ils partageaient tous deux.
Une Dark Romance, c'est bien un genre que j'adore lire, mais je m'étais essoufflée à en lire de trop mais ici, il s'agit d'une romance très sombre d'où la classification en Dark Romance, même si elle est bien plus que cela encore. Avec la proposition de Angel Arekin sur ce récit, je me suis plu dès le début, dans la première partie, tout comme la deuxième qui nous révèle alors tant de choses. Au commencement, on n'a qu'une envie, c'est savoir ce qu'il va se passer et ce qui fait de ce roman qu'il est très bon, c'est que Angel Arekin a su se jouer de nous avec sa proposition qu'elle a mené avec succès. J'ai été happée par l'histoire et pas tous ces moments qu'ils partagent, avec toujours ce sentiment de ne pas pouvoir haïr, mais avec cette capacité de pouvoir les accompagner pour mieux les découvrir. Notre haine et nos ressentiments trouveront toutefois des personnages sur qui se reporter. Angel Arekin aborde encore une fois à travers son roman, des thématiques fortes et percutantes et il est déchirant de constater comment des vies ont pu exploser en mille morceaux suite à un moment qui a eu tant de conséquences.
Angel Arekin avec ce troisième roman que je lis d'elle, devient pour moi une référence sure de plonger dans un récit sombre qui propose des personnages rongés par l'obscurité de leur vie, mais qui en nous révélant leur vécu, nous dévoileront qui ils sont réellement. J'ai adoré chacune de mes lectures de ses romans, et j'espère en découvrir d'autres encore. Sa plume est envoutante et elle nous propose des personnages charismatique et des romances complètement atypiques et hypnotisantes. En refermant ce roman, je ne suis pas déçue de ma lecture et de ses conclusions, au contraire, je suis assez admirable de la façon dont tout cela nous est présenté et que je reste bluffée de voir de quelles façons tout cela s'est passé. J'apprécie d'autant plus que Angel Arekin en nous proposant des personnages hors normes et très instables, campent sur ses positions et que tout ne devient pas d'un coup tout rose. La romance telle qu'elle nous l'offre ici, revêt d'une image dérangeante mais l'amour peut vivre sous bien des formes et il reste un puissant sentiment qui peut être incontrôlable.
Lien : http://www.livresavie.com/th..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lixia
  24 mars 2019
P"%#*@% de B*%:&# de M:*(#% !!! 😱😱😱
Une histoire complètement déroutante qui nous happe, nous force à l'apnée jusqu'à la toute fin, qui nous laisse sur le cul !!!
Voilà une Dark romance psychologique d'une rare intensité. Dérangeante. Effrayante. Libératrice.
Une ôde d'une rare passion sur un thème que je vous laisse découvrir par vous-même.
Une plume envoûtante qui emmène sans hésiter jusqu'au tréfond de la folie, mais comment définir la folie ? Jusqu'au confin de l'amour et de la haine, mais comment distinguer les deux et les dissocier clairement ? Jusqu'au limite de la souffrance psychologique, mais n'est-elle pas différente, unique selon chaque personne qui la ressent ?
Une auteure à l'écriture compliquée aussi sombre qu'encourageante et lumineuse, destinée à un public aussi dérangé qu'elle finalement !!! 🤣🤣🤣 J'ai adoré m'immerger dans cette atmosphère ténébreuse qui nous englue malgré nous au plus profond de nous-même et de leur histoire si singulière.
La solitude, l'enfermement est une forme de liberté finalement. Celle de l'esprit. Avec les bonnes questions, les bonnes actions, cela permet un recul, une prise de conscience sur des vérités occultées parce que trop douloureuses et difficiles à accepter.
Voilà une chronique qui sera extrêmement difficile à écrire afin de ne rien vous spoiler, que vous puissiez garder le frisson, le dégoût, l'espoir, l'émerveillement jusqu'au bout de ces ligne si traîtres et tentatrices.
Faustine est enfermée dans une geôle humide et obscure, se battant contre son bourreau autant que contre elle-même.
Pourquoi est-elle là ? Pourquoi elle et pourquoi maintenant ?
Des questions et encore toujours plus de questions se forment au fur et à mesure d'une lecture aussi effroyable qu'addictive. Nous faisant emprunter un chemin fait de surprises et de rebondissements toujours plus nombreux.
Nous avons à faire à une jeune femme brisée et fragile mais qui cache une force insoupçonnée pour les causes qui lui tiennent à coeur, toujours prête à se battre pour ce en quoi elle croit et pour protéger ceux qu'elle aime.
Notre ravisseur, nommé Anonymous par le port de ce masque spécifique et unique, est troublant, dégoûtant, énervant mais finalement de plus en plus attachant. Contradictoire mais tellement sensible.
On adore le détester, trouvant une forme d'admiration, morbide je le conçois, dans sa façon de vouloir libérer Faustine de son propre carcan trop étroit et solitaire pour son essence lumineuse dont l'intensité s'étiole bien malgré elle.
On apprend à le connaître, à le comprendre, à l'apprivoiser pour finalement l'aimer de tout notre coeur. Voilà un bourreau que j'acceuillerai sans sourciller ❤️😜
Un moment de lecture fort et entrecoupé de pause volontairement involontaire. J'aurai voulu le lire d'une traite mais mon cerveau a eu besoin des quelques pauses dûes à une surchauffe face à une réflexion intense face à ce sac de noeuds qui se resserre autant qu'on arrive à le dénouer ne serait-ce qu'un peu.
Un coup de maître qui engendre un coup de coeur ❤️
Ma première immersion dans la plume de Angel Arekin qui me conforte dans l'idée d'y revenir sans hésiter 😊
Plongez-vous dans l'obscurité dérangeante emplie de lumière malgré tout de la vie de Faustine et de son Anonymous 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Clem_YCR
  19 juillet 2019
J'ai connu Angel Arekin à travers sa saga fantasy parue chez Plume Blanche : le porteur de mort dont je suis une grande fan ! Cela faisait un petit moment que je souhaitais découvrir une de ses romances sans pour autant oser franchir le pas. J'ai repéré The missing obsession (notamment car c'est un one shot) à sa sortie mais je dois vous avouer que le sujet m'effrayait un peu, d'autant plus que je n'avais jamais vraiment lu de dark romance; Hate to love de Penelope Douglas étant ce qui s'en rapproche le plus je pense.
C'est finalement une promo et l'incitation d'une bookstagrammeuse qui m'auront convaincue, et je me suis plongée dans cette romance avec une petite appréhension.
Cela fait plusieurs jours que je l'ai terminé et je n'arrive toujours pas à dire si j'ai aimé ou pas. Il va être très difficile de rédiger cet avis parce que je ne souhaite rien révéler de l'intrigue, mais expliquer mon ressenti sans le faire n'est pas chose aisée !
La plume d'Angel Arekin est juste fabuleuse ! C'est vraiment très bien écrit, tant du point de vue lexical - elle s'exprime avec un vocabulaire riche, des phrases bien tournées et a une réflexion poussée - que du rendu des sentiments et de la justesse des émotions. On ressent toute la détresse, la peur de Faustine et ses réactions sont décrites avec beaucoup de réalisme. On visualise sans aucun problème sa cellule et chacun de ses mouvements en présence de son agresseur. Je dois avouer que c'est assez dérangeant à lire; j'ai eu une boule dans le ventre durant une grande partie de ma lecture.
L'auteure nous offre quelques chapitres / paragraphe du point de vue du ravisseur de Faustine : Seth, ce qui nous permet de comprendre un peu son état d'esprit. Elle est assez sadique tout au long du récit; déjà, parce que, dès le prologue, elle nous plonge dans l'esprit de Faustine au moment de son évasion, puis, nous revenons à l'instant où elle se réveille dans sa cellule; mais le prologue a semé quelques graines dans notre esprit et nous ne savons pas à qui ou quoi nous fier ! Et je peux vous dire qu'elle nous retourne complétement le cerveau ! Si j'avais plus ou moins compris quel était cet évènement passé à l'origine de ce confinement, je ne m'attendais absolument, mais absolument pas à ce retournement de situation alors que nous nous retrouvons au point de départ du récit.
Si j'ai parfois trouvé quelques longueurs… il faut dire que des journées enfermée dans une cellule sans grandes distractions peuvent vite devenir ennuyeuses, Angel réussi à maintenir l'intérêt du lecteur sans trop de difficulté, avec les bras de fer mentaux que mènent Faustine et Seth. Bizarrement, Seth, qui est plutôt sensé être un personnage antipathique, nous apparait torturé et passionné et, même si j'ai eu un peu de mal avec ses méthodes, on s'attache à lui en s'interrogeant sur ce qui a pu conduire à de tels actes (parce que quand même, c'est un peu extrême ^^). Je me suis même demandée si le lecteur pouvait être atteint du syndrome de Stockholm !

Les échanges entre les deux personnages sont profonds, presque philosophiques parfois. On sent la partie d'échec qui se joue entre eux, où chacun calcule son coup pour espérer s'en sortir indemne. Plus d'une fois, l'auteure fait des parallèles avec L'amant de Lady Chaterlley (que je n'ai malheureusement pas lu) que Faustine a trouvé dans sa cellule.
Les personnages sont hyper complexes et la psychologie construite par Angel est à couper le souffle, tout est si recherché, calculé, rien n'est laissé au hasard. Ce que l'on découvre d'eux au fur et à mesure ne peut que nous surprendre et nous émouvoir.
C'est un amour comme on en voit rarement, c'est tragique, c'est beau, ça dépasse l'entendement. Les sentiments véhiculés par ce livres sont tellement puissants et percutants.
Donc oui, j'ai forcément aimé, mais en même temps The missing obsession m'a tellement bousculée et dérangée que le bilan n'est pas que positif. C'est un amour extrême, qu'on peut avoir du mal à comprendre, mais c'est aussi une histoire de culpabilité, de pardon, d'acceptation, de cicatrices, d'apprentissage de l'autre… d'amour d'enfance.
1, 2, 3... cap' de plonger ?
Lien : https://sawisa.wixsite.com/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Julitdelaromance
  04 mars 2019
Souvent synonyme de déguisement, le masque, visage artificiel aux multiples significations et interprétations symboliques permet à la personne qui le porte de se dissimuler derrière une apparence. de se cacher ou de se protéger. Placé entre soi et le reste du monde, il exprime bon nombre d'émotions, reflet de forces ou de blessures émotionnelles comme l'amour, la peur, la mort, la colère ou la folie. Mais il peut être aussi engagé, porteur de message, en devenant l'emblème de la défense des libertés, comme peut l'être celui de l'Anonymous.
Véritable paradoxe, quand on voit que celui qui la détient porte ce masque. Oui, lui, l'Anonymous, geôlier de Faustine, cet homme dont on ne voit que les yeux bleus dérangeants, dont on n'entend que la voix rocailleuse et autoritaire et dont on devine dans la pénombre, un physique à se damner. Oui, il nous fascine autant qu'il nous terrifie. Nous entraînant insidieusement avec eux dans cet cellule, spectateur de ce huis clos angoissant où pour comprendre et percevoir ce qui n'est pas perceptible, vous allez devoir abandonner, tout comme moi, votre pragmatisme. Parce que les apparences peuvent être souvent trompeuses et que, parfois, il faut savoir détruire pour mieux reconstruire.
Tel un fantôme observateur, on erre aux côté de Faustine, prisonnière sans aucune échappatoire de cette prison où le temps s'est arrêté et où règne comme un parfum de démence. On est dévasté face à cette jeune femme, diplômé d'un Master en littérature et qui se retrouve, sans savoir pourquoi, aux griffes de cet homme qui va lentement, comme un jeu dans lequel il aurait établi ses propres règles, la pousser dans ses retranchements, en lui faisant prendre conscience de ses peurs et des démons de son passé. Incontestable duel mental, échiquier sur lequel il va poser les pièces d'une partie terrifiante et captivante. Celle qui dévore l'esprit et se repaît de nos pires cauchemars. On ressent tellement la détresse de Faustine dans ce duel psychologique. On est immergé dans cette ambiance étouffante et oppressante où l'on a, nous aussi, l'impression de perdre le contrôle face à nos propres certitudes sur l'issue de cet affrontement. Une empathie étrange nous submerge alors face à ce ravisseur, cet amalgame de douceur et de monstruosité qui va semer la confusion, le chaos et le désordre dans la tête de Faustine mais aussi dans la nôtre.
Parfois la frontière entre le bien et le mal est mince et, comme les deux faces d'une même pièce, l'Anonymous, nous donnant l'illusion d'une tragédie inéluctable, va s'infiltrer à l'intérieur de cette forteresse qu'est notre coeur et notre esprit jusqu'ici mal-mené. de façon brutale et déchirante, on se rend compte que le passé ne peut pas être changé mais que le mal peut être guérit par le mal. Dans cette relation ambivalente et protectrice, il y a beaucoup de souffrance et de culpabilité qui vous touche au plus profond. On est empreint de haine et d'envie de vengeance, face à l'histoire de ces deux êtres cabossés et brisés par un passé douloureux et tourmenté.
Je découvre ici pour la première fois la plume de Angel Arekin et me voilà complètement séduite par sa sensibilité, sa délicatesse mais aussi cette faculté qu'elle a de nous entraîner dans les méandres de la noirceur et de la folie. Elle nous exprime au plus juste ce qu'elle veut nous décrire. Elle aborde ici une thématique difficile dans un scénario d'une grande subtilité. Je suis dingue de la façon qu'elle a eu de traiter ce sujet et de l'interprétation inattendue qu'elle nous en donne. Je dois vous avouer que je ne suis pas particulièrement fan des Dark Romance, mais là ne vous arrêtez pas à cet a priori car vous risqueriez de passer à côté d'un roman qui marquera de façon indélébile votre coeur. 
Je suis à la fin de cette lecture, empreinte d'un sentiment des plus étranges, la sensation d'être atteinte du syndrome de Stockholm. Amoureuse de mon ravisseur qui n'est autre que ce livre. Il m'a rendue captive de cette histoire bouleversante. Véritable coup de foudre pour cet amour "irraisonnable" et passionnel. Celui qui n'a aucune barrière, aucune limite. Une véritable dévotion à l'autre. Celui qui est prêt à faire des sacrifices énormes. Une forme inconditionnelle, un lien redoutable, qui permet de remettre en question, pour le plaisir d'un seul instant de bonheur, de plénitude et de liberté, toute la destinée d'une vie. Car c'est souvent dans sa propre folie qu'on trouve sa propre liberté.
Lien : https://julitdelaromance.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
LarosedesmotsLarosedesmots   09 mai 2020
- Il n’existe aucune raison pour aimer, Faustine. C’est un tas de petits rien, c’est physique, viscéral, dans les tripes et dans le cœur. Ce n’est pas réfléchi ou calculé, ce n’est pas non plus un simple désir. C’est un coup de poing qui fait chanceler, qui détruit tes propres croyances, qui te pousse à l’excès, qui t’entraîne loin, vers des pentes que tu ne pensais pas emprunter. C’est de la démence. Alors, comment, quand chaque parcelle de mon être n’aspire qu’à toi depuis toujours, pour tous ces petits rien, pour un simple regard de toi, je pourrais pousser mon esprit et mon cœur à en aimer une autre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   18 février 2019
« Je me laisse tomber sur le lit et me demande si, comme dans les livres à l’eau de rose, je risque de finir par m’attacher à mon ravisseur contre tout bon sens, ou bien comme dans un thriller machiavélique, mourir dans d’atroces souffrances. La deuxième option me semble la plus plausible. Je ne parviens pas à concevoir que l’on puisse s’émouvoir et développer des sentiments pour une créature inhumaine telle que lui, qui fait abstraction de l’autre, qui est incapable de se montrer altruiste, raisonnable ou raisonné, dont l’esprit a disparu dans les ténèbres.
C’est là que je me trouves.
Cette cellule, c’est le cœur de ses ténèbres. Et j’y ai une place étrange. Que je ne peux m’expliquer. Qui n’a aucun sens. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Book-inBook-in   27 avril 2020
— Je trouve que les imperfections d’un être sont plus intéressantes que ses perfections. Quand c’est trop lisse, ça m’effraie, je cherche systématiquement la faille. Personne n’est si beau. Au moins, une créature imparfaite est plus passionnante à interpréter. Elle peut intéresser une vie entière, alors qu’un être parfait, on finit par s’en lasser, non ?
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2019
Tu ne représentes rien pour moi. Tu n’es personne ! J’avais le droit de coucher avec qui j’avais envie. J’avais le droit de boire si je le désirais. J’avais le droit de me détruire si je le voulais ! Ça ne regarde que moi, et certainement pas un foutu psychopathe, incapable de montrer son visage. Tu viens te frotter à moi comme un clébard, en attendant que je te donne un os à ronger, et après, tu te plains parce que j’étais prête à coucher avec toi comme avec n’importe quel mec qui devait te ressembler à l’époque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LarosedesmotsLarosedesmots   09 mai 2020
Parfois, je me demande s’il essaie de bâtir un socle qui pourrait soutenir sa folie ou bien si, par son acte criminel, il se débrouille pour finir de tout annihiler.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Angel Arekin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angel Arekin
Le 17 mars dernier, alors que non loin de là se déroulait Livre Paris, les éditions BMR ont choisi de se différencier en organisant un évènement inédit : La Maison BMR. Louée spécialement pour l'occasion, cette maison dédiée à la new romance lors d'une journée à acceuillit nombreuses lectrices et évènements. Au programme de la journée, un atelier cupcake animé par Chloé Saada, une battle Dark Romance VS Light Romance avec les auteures Pascale Stephens (Not Easy et Speedway) et Pauline Libersart (Jeux de Glace, Nick and Sara, Baltimore..) mais également beaucoup d'autres ateliers et des dédicaces avec Angel Arekin (No Love No Fear, No Love No Pain, Sans Coeur, Sans Âme) et Chrys Galia (Parier mais pas jouer). Un évènement fédérateur, pour une communauté toujours plus grande.
+ Lire la suite
autres livres classés : dark romanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3723 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..