AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Le Boeuf (Traducteur)
ISBN : 274275833X
Éditeur : Actes Sud (03/01/2006)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 575 notes)
Résumé :
Après un long séjour à l'hôpital, d'écrivain Sidney Orr reprend goût à la vie. Mais il est accablé par l'ampleur de ses dettes et par l'angoisse de ne pas retrouver l'inspiration. Un matin, il découvre une nouvelle papeterie au charme irrésistible. Il entre, attiré par un étrange carnet bleu. Le soir même, dans un état second, Sidney commence à écrire dans ce carnet une captivante histoire qui dépasse vite ses espérances. Sans qu'il devine où elle va le conduire, ni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
latina
  23 février 2018
Voilà encore un grand Paul Auster, qui s'est déchainé dans « La nuit de l'oracle ». Quelle maestria intellectuelle ! Quel sens du personnage et de la situation ! Tout s'enchaine naturellement et sans effort, alors même que tout est emberlificoté, où la réalité et la fiction s'emmêlent de façon extérieurement raisonnable, je dis bien « extérieurement ».
Chaque fois (ou presque) que je lis « du » Paul Auster, je jubile, je souris, je ris même toute seule.

Reprenons : Sid est un jeune écrivain qui sort d'un séjour de quatre mois à l'hôpital, où il a failli mourir. Il est marié à Grace, et est tombé amoureux d'elle grâce à son « absence de lutte intérieure, équilibre mental qui semblait lui épargner les conflits et les agressions habituels de la vie moderne : doute de soi, envie, sarcasme, le besoin de juger ou de diminuer autrui, l'intolérable et brûlante souffrance de l'ambition personnelle ».
« Je suis tombé amoureux du silence radieux qui brûlait en elle » : que c'est beau, n'est-ce pas !
Mais le monde n'est pas si simple qu'on ne le croit... Ceci est un roman austérien, donc il faut s'attendre à ce que le hasard fasse bien – ou mal – les choses !
« le monde n'est pas raisonnable et ordonné, il est régi par le hasard. Des événements fortuits nous guettent à chaque jour de nos vies, et ces vies peuvent nous être ôtées à tout moment – sans la moindre raison ».

Et là, Paul Auster va s'en donner à coeur joie : son héros croit régir le monde qui l'entoure, mais il sera confronté en l'espace de neuf jours à une série d'évènements décalés, tragiques ou moins tristes, imaginés ou réels. de l'inénarrable Mr Chang, propriétaire du « Paper palace », (la papeterie où il trouvera un carnet bleu made in Portugal qui l'enchantera, au sens littéral du terme) au grand ami de la famille, John Trause et son fils famélique et démoniaque, en passant par son héros de papier Nick qui échappera de peu à une poutre tombée d'un toit et qui par la même occasion laissera tout tomber pour recommencer une autre vie...tous, je dis bien tous valent leur pesant de vie. Tous ont l'épaisseur de la réalité, et tous se cogneront aux réalités et aux rêves de la fiction.
Car chez Auster, tout part de et revient à la littérature, à l'acte d'écrire.

Quand je vous disais que c'est jubilatoire ! La littérature, c'est la vie, et la vie, c'est la littérature. Paul Auster, par le plus grand des hasards, nous le fait comprendre de façon magistrale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6315
Allantvers
  14 janvier 2019
Plus je lis Paul Auster, plus je prends plaisir au sentiment de vertige qu'il imprime sur le lecteur, à perdre pied dans les multivers à travers lesquels il le fait avancer. A perdre le fil également, certaine que je suis qu'au vu de la maîtrise du récit dont il fait preuve malgré les apparences, je vais forcément retomber sur mes pieds. Ou pas?
La structure de cette Nuit de l'oracle est particulièrement osée : on entame un récit, dans lequel s'ouvre un deuxième, puis nous voilà dans un roman dans le roman, et au final on ne sait plus précisément où l'on est, si ce n'est perdu dans les pages d'un carnet bleu vaguement maléfique dont le livre que l'on a en main semble être la restitution : bribes d'écritures apparemment décousues mais au final parfaitement cohérentes, et formidablement immersives.
Le pitch? sans importance finalement! La plume d'Auster coule comme de l'eau et il suffit de s'y immerger pour y croiser, au coin d'une rue de New York, un auteur revenu d'entre les morts, le fameux carnet bleu, une femme au passé peut-être trouble,une homme enfermé dans une cave, un commerçant chinois un peu magicien et très susceptible ou encore une incarnation fantomatique du mal. A chacun de remettre les morceaux de ce puzzle dans le bon ordre : la balade en vaut la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
kuroineko
  27 mars 2018
De la quatrième de ce livre, je n'ai repéré que les mots "papeterie" et "carnet bleu". Amatrice de calepins et autres fournitures d'écriture, il ne m'en a pas fallu plus pour m'emparer dudit volume. Quand ren plus celui-ci est signé Paul Auster, aucune hésitation à avoir.
Je me suis retrouvée littéralement envoûtée par le récit. Plutôt devrais-je dire les récits car l'auteur nous entraîne dans une histoire qui contient une histoire qui en comporte une autre. Véritable roman gigogne, avec en sus de longues digressions en notes de bas de pages sur plusieurs feuillets d'affolée, un autre romancier aurait pu nous perdre complètement et donner un tour labyrinthique et fastidieux à son intrigue. Au contraire, le roman de Paul Auster demeure limpide et accessible, passionnant à suivre et criant de véracité bien qu'un certain réalisme magique imprègne les pages autour de ce carnet relié bleu fabriqué au Portugal.
En filigrane, on se rend compte de la chance qu'on a avec le système de la sécurité sociale. Car suite à sa longue maladie, le narrateur ressort non seulement amoindri physiquement mais également criblé d'une dette hospitalière de 36000$. Ça fait très mal. Et l'Obama Care n'était pas encore passé par là, l'intrigue se déroulant en 1982.
Elle court d'ailleurs principalement sur neuf jours. C'est peu à l'échelle d'une vie mais suffisant pour en bouleverser plus d'une. Et ça, le pauvre Sid va s'en rendre compte avec fracas.
Mais pour en savoir plus, je vous renvoie à votre bibliothèque ou librairie préférée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
LiliGalipette
  23 août 2014
L'écrivain Sidney Orr relève d'une longue maladie. Alors qu'il pensait ne plus pouvoir écrire, il retrouve l'inspiration grâce à un carnet bleu. « Ces carnets sont très sympathiques, mais ils peuvent aussi être cruels et tu dois prendre garde à ne pas t'y perdre. » (p.53) Il commence à écrire l'histoire de Nick Bowen, personnage qui a trouvé le manuscrit de Sylvia Maxwell, La nuit de l'oracle. Absorbé par son nouveau roman, Sidney a l'impression que les frontières entre réalité et imagination deviennent poreuses. « C'était un lieu illusoire qui appartenait à ma tête, et où je me trouvais aussi. Dans ces deux lieux en même temps. Dans l'appartement et dans l'histoire. Dans l'histoire dans l'appartement que j'écrivais encore dans ma tête. » (p. 39) Alors que les mots lui reviennent enfin, il doit faire face à des difficultés d'ordre privé. Très amoureux de son épouse Grace, il a le sentiment que celle-ci lui échappe et il n'a que son imagination pour combler les blancs. « Depuis que j'ai acheté ce carnet, tout se déglingue. Je ne pourrais plus dire si c'est moi qui me sers du carnet ou le carnet qui se sert de moi. » (p. 166 & 167)
Les longues notes de bas de page de Sidney Orr sont des explications, des souvenirs et des justifications qui finissent par constituer une histoire parallèle à celle qu'il raconte. Dans ce roman, Paul Auster propose en fait une multitude d'histoires : il y a l'histoire racontée par Sidney Orr et ses interminables digressions en bas de page, le roman que celui-ci écrit et le manuscrit La nuit de l'oracle – texte que l'on aurait furieusement envie de lire tant il semble obséder le personnage créé par Sidney Orr. À la fois histoires gigognes et histoires en maillons, chacune dépendant de l'autre, ces textes se contaminent les uns les autres et entraînent le lecteur dans un labyrinthe narratif tout à fait étourdissant. Sans aucun doute, La nuit de l'oracle est le meilleur roman de Paul Auster que j'ai lu jusqu'à présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
gouelan
  13 novembre 2017
Sur le carnet bleu, l'écrivain en mal d'inspiration se retrouve comme par magie comblé de mots. Le stylo est bavard, presque sorcier lorsqu'il rencontre le papier du carnet précieux.
Qui écrit ? L'auteur ou les mots ? Les mots ont-ils le pouvoir sur l'écrivain, vont-ils écrire le récit de sa vie, son futur, en le piégeant entre les lignes fantastiques ?
Un livre à l'écriture originale où on ne se perd jamais malgré les histoires qui s'entrecoupent, entre réalité et imaginaire. Au lecteur de choisir ce qu'il veut que la réalité soit, s'il veut la pimenter d'un peu de fantastique.
Les histoires dans les romans sont vivantes et peuvent changer le cours d'une vie...
Commenter  J’apprécie          372
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
AllantversAllantvers   11 janvier 2019
Tel était le pouvoir du silence de Grace. Si on voulait l'aimer de la façon dont elle exigeait d'être aimée, il fallait accepter la ligne qu'elle avait tracée entre elle et les mots.
Commenter  J’apprécie          60
AllantversAllantvers   12 janvier 2019
On ne meurt pas dans ses propres rêves, tu sais. C'est comme ça que ça marche. Tant qu'on est dans un rêve, il y a toujours un moyen de sortir.
Commenter  J’apprécie          00
gouelangouelan   31 octobre 2017
Je ne rédigeais pas encore l'histoire, je ne faisais que l'esquisser à grands traits et je ne pouvais pas me permettre de m'enliser dans le détail de considérations secondaires. Cela m'aurait contraint à prendre le temps de réfléchir et, pour le moment, je ne souhaitais que foncer droit devant moi, découvrir où allaient me conduire les images que j'avais en tête. Il ne s'agissait pas de maîtrise ; il ne s'agissait même pas de faire des choix. Mon boulot, ce matin-là, consistait simplement à suivre ce qui se passait en moi et pour faire cela, j'avais intérêt à laisser courir ma plume aussi vite que je pouvais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gouelangouelan   31 octobre 2017
"Les pensées sont réelles, disait-il. Les mots sont réels. Tout ce qui est humain est réel et parfois nous savons certaines choses avant qu'elles ne se produisent, même si nous n'en avons pas conscience. Nous vivons dans le présent, mais l'avenir est en nous à tout moment. Peut-être est-ce pour cela qu'on écrit, Sid. Pas pour rapporter des évènements du passé, mais pour en provoquer dans l'avenir."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
kuroinekokuroineko   26 mars 2018
Je suis heureux de déclarer que je me trompais. Je trouve toujours stimulant de découvrir de nouveaux exemples de mes préjugés et de ma stupidité, de me rendre compte que je ne sais pas la moitié de ce que je crois savoir.
Commenter  J’apprécie          290
Videos de Paul Auster (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Auster
Coffret Noël littérature étrangère https://www.lagriffenoire.com/100784--coffret-litterature-poche.html - Les inséparables de J. Cohen éd. Mercure de France - Miss Jane de Brad Watson éd. Grasset - Les fureurs invisibles du c?ur de J. Boyne éd JC Lattès - L'Arabe du futur - volume 4 (4) de R. Sattouf éd Allary https://www.lagriffenoire.com/125718-achat-bd-l-arabe-du-futur---volume-4.html - Indélébiles de Luz éd. Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/131207-achat-bd-indelebiles.html - Je vais m'y mettre de F. Oiseau éd Pocket https://www.lagriffenoire.com/90782-divers-litterature-je-vais-m-y-mettre.html - Je suis Jeanne Hébuterne de O. Elkaim éd. Points https://www.lagriffenoire.com/109376-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html - Mille jours à Venise Mille jours à Venise de M. de Blasi éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/123385-poche-mille-jours-a-venise.html - Les Cygnes de la Cinquième Avenue de M. Benjamin éd. Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Hollywood Boulevard de M. Benjamin éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Valentine ou la belle saison de A-L. Bondoux éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/127219-divers-litterature-valentine-ou-la-belle-saison.html - le roi chocolat de T. Montoriol éd. Gaïa https://www.lagriffenoire.com/121462-divers-litterature-le-roi-chocolat.html - Habemus piratam de P. Raufast éd. Alma https://www.lagriffenoire.com/127247-divers-litterature-habemus-piratam.html - Vidocq, du bagne à la préfecture de B. Roy-Henry éd. Archipel https://www.lagriffenoire.com/133369-encyclopedie-vidocq--du-bagne-a-la-prefecture.html - Alain Decaux raconte l'histoire de France de A. Decaux éd. Perrin https://www.lagriffenoire.com/134981-article_recherche-alain-decaux-raconte-l-histoire-de-france.html - L'Affaire Rose Keller de L. Miserole éd. French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html - Ça raconte Sarah de P. Delabroy-Allard éd. de Minuit https://www.lagriffenoire.com/123573-divers-litterature-ca-raconte-sarah.html - 4 3 2 1 de P. Auster éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/102638-divers-litterature-4-3-2-1.html - J'ai couru vers le Nil de A. El Aswany éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/123188-divers-litterature-jai-couru-vers-le-nil.html - L'immeuble Yacoubian de A. El Aswany éd. Babel https://www.lagriffenoire.com/23382-poche-l-immeuble-yacoubian-babel-843.html - Femme à la mobylette de J-L. Seigle éd. J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/126808-romans--femme-a-la-mobylette.html - Chien-Loup de S. Joncour éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121299-divers-litterature-litterature-francaise---chien-loup.html - Tu t'appelais Maria Schneider de V. Schneider éd. Grasset https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html - Un fils obéissant de L. Seksik éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121295-divers-litterature-litterature-francaise---un-fils-obeissant.html - La Croisière Charnwood de R. Goddard éd. Sonatine https://www.lagriffenoire.com/131891-nouveautes-polar-la-croisiere-charnwood.html - Tout cela je te le donnerai de D. Redondo éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109560&id_rubrique=338 - Concours pour le Paradis de C. Renucci éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-divers-litterature-concours-pour-le-paradis.html - La vérité sort de la bouche du cheval de M. Alaoui éd. Gallimard https://www.lagriffenoire.com/121725-romans--blanche---la-verite-sort-de-la-bouche-du-cheval.html - le douzième chapitre de J. Loubry éd. Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/124878-nouveautes-polar-le-douzieme-chapitre.html - Les fantômes du vieux pays de N. Hill éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/122638-essai-les-fantomes-du-vieux-pays.html - Présumée disparue de S. Steiner éd. Les Ar
+ Lire la suite
autres livres classés : écrivainVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Paul Auster

Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

Paul Dupin
Paul Retsua
Paul Benjamin
Paul Palace

10 questions
224 lecteurs ont répondu
Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre
.. ..