AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370720174
Éditeur : Éditions Delpierre (19/09/2014)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 32 notes)
Résumé :
« Les mots peuvent tuer. Littéralement. »

Dans une école bien particulière de Virginie, les étudiants n'apprennent pas l'histoire, la géographie ou les mathématiques, mais comment persuader, en usant du langage pour manipuler les esprits. Les mots sont des armes. Les plus doués prennent le grade de « poète », et intègrent une organisation anonyme au but inconnu. Emily Ruff est repérée par des agents dans les rues de San Francisco, et elle devient rapi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
MissReading
  20 octobre 2014
Tout d'abord, un grand merci à Babelio qui m'a fait découvrir ce thriller fantastique (dans les 2 sens du terme !!) lors du dernier Masse Critique. J'avoue que je l'avais cocher parce que j'étais intriguée par le résumé et que je voulais voir comment l'auteur allait tourner l'histoire. Je n'ai pas été déçue, ce thriller est tout bonnement génial, on ne s'ennuie pas une seule seconde. On suit deux histoires en même temps : celle d'Emilie Rush qui va passer les tests de l'Académie pour devenir "poète" et celle de Will qui doit fuir avec un inconnu (Tom, qui fait parti de l'organisation des "poètes" ) qui lui affirme qu'il est en danger à cause d'une certaine Virginia Woolf, une "poète" qui s'est retournée contre l'organisation. Les deux histoires s'entremêlent pour ne devenir qu'une seule... un véritable chef d'oeuvre. Même si l'on sait que les mots peuvent devenir des armes (comme dans "Le chuchoteur" de Donato Carrisi ). Ici, ils le deviennent pour de vrai et c'est là tout le côté fantastique/science-fiction du roman. Pour celles et ceux qui n'aiment pas le fantastique, rassurez-vous : c'est un côté très minime de l'histoire, alors n'hésitez pas un instant ! le roman est ponctué de pages de journaux ou d'email qui aide à comprendre l'histoire en elle-même. le seul petit reproche que je pourrais faire est qu'à un moment donné on se perd un peu dans les retour en arrière mais ce n'est pas un réel problème car après quelques paragraphes on s'y retrouve. Un belle découverte, un magnifique thriller, encore une fois, merci Babelio !
Lien : http://missreadingschronicle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Gr3nouille2010
  31 octobre 2014
J'ai été très attirée par le résumé. le concept en lui-même m'enthousiasmait au plus haut point mais ce fut de courte durée. L'idée est excellente et le rythme est assez bien dosé mais je n'ai simplement pas réussi à accrocher au style de l'auteur...

D'un chapitre à l'autre, on suit tantôt Emily, tantôt Will.
Emily est une arnaqueuse, repérée dans la rue par Eliot lorsqu'elle faisait son boulot. Voyant son potentiel, Eliot la convainc tout de suite de passer des tests dans une école hors du commun, afin qu'elle devienne une "poète". Sans trop de détails sur ce que cela signifie, elle finit par accepter grâce à la promesse d'argent...
Will est poursuivit par des personnes qui veulent sa mort afin d'étudier son cerveau. Il est différent, il résiste aux mots...

Ces deux histoires en parallèle finissent par se rejoindre. En attendant, il faut suivre... Dès le début, un dialogue est mis en place. On ne comprend pas ce qu'il se dit ni ce qu'il se passe mais ça titille la curiosité. Toutefois, au bout d'un moment, ça ne devient plus possible... Pour ma part du moins. Je suis déjà partie sur une base où je ne comprenais rien de ce que je lisais. Je me suis dit qu'en continuant, j'allais forcément finir par comprendre quelque chose donc j'ai persisté. Heureusement, certaines situations, et en particulier celles qui concernait Emily m'ont permise de cerner un minimum l'intrigue. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié les points de vue la concernant, mais je décrochais rapidement lorsqu'il s'agissait de Will, j'avais l'impression que trop de choses se mélangeaient et je perdais le fil... Au final, même si j'ai compris les grandes lignes, je suis trop souvent restée en dehors de l'histoire pour tout comprendre et tout apprécier. Ça me frustre quelque part car j'adore l'idée mise en avant !
Le côté thriller est bien plus mis en avant que la science-fiction, ce qui est une bonne chose mais je n'ai pas du tout adhéré au style d'écriture. Trop de dialogues où l'on ne sait pas toujours qui parle ni de quoi il retourne. Ça m'a beaucoup gênée. Toutefois, toutes nos questions trouvent des réponses tôt ou tard et le rythme est palpitant. Je suis juste déçue de ne pas avoir réussi à entrer dans l'histoire, je suis restée à côté tout du long et j'ai donc été plus ennuyée que captivée...

Parmi les personnages, il n'y a qu'Emily à laquelle je me suis véritablement attachée dès le début (c'en était même surprenant vu ma peine à être dans l'histoire...) ! J'ai l'impression que les autres personnages ont été moins élaborés qu'elle. Pour moi, c'est clairement elle qui sort du lot, qui rend les choses plus intéressantes (si on oublie que le concept l'est). Elle est très touchante de par son vécu, sa personnalité et sa façon de vivre.

Pour résumer, c'est un thriller qui a beaucoup de potentiel, et je suis sûre que je l'aurai pleinement apprécié si je n'avais pas bloqué sur la narration qui m'a parue brouillon au départ et qui a compliqué les choses finalement. le concept est saisissant, fascinant même ! Malheureusement, je suis complètement passée à côté...
Lien : http://uneenviedelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Bibliozonard
  27 mars 2015
Emily est une adolescente sans domicile fixe, elle vit du bonneteau, arnaques de rue avec des cartes. Son talent, sa tchatche surtout, est mis à profit par une académie spéciale. Celle-ci forme des jeunes à manipuler des individus avec des mots. À l'issue d'une formation poussée, les plus talentueux seront qualifiés de poètes et porteront le nom d'un auteur célèbre.
En parallèle, Will, la trentaine, est enlevé dans un aéroport. Il semblerait qu'il soit une exception, incontrôlable, que les mots n'atteignent pas. Il ne se souvient pas de cette partie de sa vie, australienne apparemment.
Broken Hill, Australie, est devenue une ville fantôme. Les habitants s'y sont entretués.
Un mot unique en serait l'origine. le lexème.

Une histoire d'amour, une course poursuite constante, la manipulation par le langage, le choix des mots, offre un tout très dynamique, osé et délicat, très scénarisé, avec peu de décors.
Par contre, il y avait beaucoup de possibilités sur les principes de suggestions, de vérité cachée à la masse, d'identité, de théorie du complot, qui n'ont pas été vraiment soulevées alors qu'elles étaient soumises en partie dans le livre. Pour cela, le concept semblait incomplet.
Tout se joue sur le dénouement de la chasse à l'homme plus que sur les capacités du phénomène et sur la place de la romance proche d'un roman d'ado comme dans Hunger Game.
De plus, c'est un peu aussi le principe de "Dôme" de Stephen King, où le sujet est d'une astuce jouissive (le dôme/pour Lexicon : c'est le langage secret, codé) et le contour, le reste, devient de l'habillage classique qui terne le côté brillant de l'idée de départ ou qui provoque l'incertitude d'après lecture.
CELA DIT, en cherchant un tout petit peu, vous découvrirez que le complot, le pouvoir et l'argent sont des thèmes récurrents chez l'auteur ; il développe ce que j'évoquais plus haut, à savoir, attaquer l'industrie massive et monopolistique toutes catégories ainsi que les stratégies commerciales et financières sans pudeurs dans ses autres ouvrages tels que « Soda & Cie » (2000 J-CLattès) ; ou surtout dans « Jennifer gouvernement » (2003-Calmann-Levy) : Dans le monde que décrit Max Barry, les écoles appartiennent à des entreprises privées, chaque citoyen est rebaptisé du nom de la société qui l'emploie, tandis que la police sous-traite ses opérations à de dangereux gangs. Mais lorsque deux cadres marketing dépassent les bornes de l'acceptable pour promouvoir leur nouveau produit, l'ordre économique et social mondial frôle le chaos. (alternatives économiques). Pour « Company » (2006) et « Machine man » (2011), pas encore traduit en français, les titres sont évocateurs.
Donc, Max Barry a développé ses sujets ailleurs que dans ce livre…
En conclusion, pour les moins difficiles que le commentateur qui gouverne ces lignes, le livre divertit sans problèmes, c'est un genre fantastique : une tendance légère de « Lie to me » et de « The Mentalist » avec une fine couleur de fond de « Carrie », et de films-où-plein-de-gens-armés-jusqu'au-dent-avec-appui-logistique-impressionant-pour-choper-deux-personnes-en-cavale, qui se lit très vite.
Pour terminer, la couverture est parfaite.
Lien : http://lirecrire.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pandaroux
  15 octobre 2014
Tout d'abord un clin d'oeil à l'opération Masse Critique qui m'a permis de faire une belle découverte grâce à l'envoie de ce livre.
La couverture du livre est un amalgame de lettre qui peuvent s'associer ou pas et nous fait rentrer dans un mystère linguistique total et cela est confirmé par le quatrième de couverture qui nous annonce que les mots tuent "littéralement".
L'histoire se déroule en 2 étapes avec un aller retour passé présent entre chaque. On y découvre :
- Will, jeune homme tranquille, qui se voit propulser dans une chasse à l'homme car il a quelque chose que les autres non pas. Des personnes veulent le tuer pour étudier son cerveau.
- Emilie, jeune fugueuse, est une arnaqueuse. Elle manipule les gens avec les mots et c'est comme ca qu'elle gagne sa vie. Lorsqu'un jour son don est exploitée et elle découvre l'art de la manipulation dans une école spécialisée dans ce domaine.
L'auteur fait souvent un retour passé présent de chaque personnage et lie ces deux personnages avec un personnage récurrent Tom. Tom est à la fois le persécuteur de Will et l'Ange Gardien d'Emilie.
Le roman est bien construit, il fait froid dans le dos.
Est il possible que des êtres humains manipulent d'autres être humains? Sans qu'on est notre libre arbitre? Est il possible que nous soyons classifiés selon des codes?
Bref le roman soulève des questions d'éthique sur l'art de la persuasion,
Le titre est d'ailleurs excellemment bien choisi : le lexicon est à la base un jeu de mot.
Ce livre est plein de mot qui peuvent vous amener à votre perte :).
Bref j'ai aimé mais cela a soulevé des interrogations.
A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LeaTouchBook
  25 décembre 2014
Cette année aura été riche en découvertes et nouvelles aventures dont notamment l'arrivée dans le monde du livre des éditions Delpierre. Cette maison d'édition m'intriguait énormément : des genres différents, un format agréable et une très bonne liste de parutions pour une première année. J'ai ainsi ouvert les portes de cette maison avec Lexicon, des portes que je ne fermerai jamais : ce livre est tout simplement impossible à fermer avant la dernière page !
Je voulais absolument lire ce livre qui traitait de l'art de la rhétorique sous un aspect de polar et je peux vous dire qu'il tient réellement ses promesses. On peut se perdre dans le style de l'auteur qui je dois l'avouer m'a un peu perturbé surtout dans l'histoire de Will mais cela ne m'a pas empêché d'adorer cette lecture.
Le point fort de ce livre c'est le mélange entre thriller et anticipation, deux genres qui s'harmonisent parfaitement et ce surtout parce que Max Barry sait jouer avec nos nerfs : on se demande constamment ce qu'il se passe entre les deux protagonistes, entre le passé et le présent : tout se confond et de nombreuses questions restent longtemps en suspens : je n'ai rien deviné !
J'ai adoré le personnage d'Emily : on s'attache très facilement à cette femme et je pense sincèrement que c'est le personnage qui est le plus travaillé de l'ensemble du roman : une indomptable et une arnaqueuse.
Enfin l'idée centrée sur le pouvoir des mots : leur pouvoir de manipulation est vraiment géniale et permet de construire un récit implacable qui saura vous mener droit à la folie ! Petite anecdote j'ai été heureuse de voir "citer" Virginia Woolf sachant que c'est une auteure que j'aime énormément et qui trouve admirablement bien sa place dans ce roman futuriste.
En définitive, un roman effrayant, frappant, Delpierre frappe fort et j'ai hâte de lire les parutions de 2015, j'en ai vu un petit échantillon et je vous assure que vous allez vous régaler !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
pandarouxpandaroux   15 octobre 2014
Et bien, il y a deux semaines, je me suis présenté à un entretien d'embauche, et ils ont tourné un ordinateur vers moi en me demandant : "C'est vous?". Et là, je vois ces trucs que j'avais postés il y a des années, des photos de moi ivre mort, des coups de gueule d'ados sur des conneries, tu sais....

Alors inutile de te dire que j'ai pas eu le poste.

Du coup, avant ce nouvel entretien, j'efface tout : Facebook, Twitter, tout ce que je peux trouver. J'arrive et la première question qu'ils me posent, c'est : "Est ce que vous avez Facebook?" Je réponds non. Alors ils me demandent si je suis inscrit à un blog d'anciens élèves, ou sur LinkledIn. Je réponds non. Ils se regardent et ils me disent que leur société n'emploie que des gens au passé irréprochable, et que le problème, c'est que, dans mon cas, ils n'ont aucun moyen de vérifier. Non pas qu'ils m'accusent de quoi que ce soit mais quelqu'un qui n'a pas Facebook, c'est quelqu'un qui a l'air d'avoir des choses à cacher.

Sérieusement y a pas moyen de gagner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MissReadingMissReading   20 octobre 2014
- Woolf aussi est une poète ?
- Ouais, dit Tom en doublant une voiture.
- Et quand vous dites "poètes", poursuivit Will puisque Tom semblait enclin à répondre à ses questions, vous faites référence au nom de l'organisation, ou...
- Je veux dire qu'elle est douée avec les mots, répliqua Tom. Maintenant, ferme-la.
Commenter  J’apprécie          50
laulauttelaulautte   20 janvier 2015
- Je ne comprends toujours pas comment il peut s'agir d'un mot. Les mots ne tuent pas les gens.
- Bien sûr que si. Les mots tuent les gens tout le temps.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Max Barry (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Max Barry
Max Barry visits Google headquarters to discuss his book, "Company" This event took place on January 11, 2007, as part of the Authors@Google series.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vinland Saga

Qui est l'auteur de cette série?

Makoto Yukimura
Naoki Urasawa
Chiba Tetsuya
Yukito Kishiro

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : mangaCréer un quiz sur ce livre