AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246820215
88 pages
Éditeur : Grasset (25/03/2020)
3.48/5   49 notes
Résumé :
« Tu te souviens ? Cet été-là si chaud, on le sentait à nos pieds sur les carreaux devant la prairie, à tes jambes campées, fines et transpirantes. Depuis octobre tout était doux. Pas d’automne, pas d’hiver, et ce vent tiède comme dans les contes… »

En cette fin d’été, un homme grimpe à trente mètres, dans un hêtre qui domine la campagne. Il est élagueur, puissant et concentré. Là-haut, il observe les plaines, la tour de la cathédrale, son enfance... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 49 notes
5
5 avis
4
2 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis

Ladybirdy
  22 janvier 2021
Étrange impression en terminant ce petit livre. Je ne suis pas sure d'avoir cerné le message véhiculé par l'auteur. Et quand on se pose des questions sur la bonne compréhension d'un roman, c'est mal parti.
L'histoire est comme un charivari un peu décousu d'une histoire d'amour, une histoire de frelons asiatiques et enfin d'arbre, de climat, etc.
Le narrateur est élagueur. Un jour d'été (déjà quelle invraisemblance d'élaguer un arbre quand la sève est au plus haut), il se fait attaquer par un essaim de frelons asiatiques. Il se retrouve dans le coma.
Avant cet épisode, le narrateur nous parle de sa première brûlure, celui de son amour pour son épouse. Je m'y suis un peu perdue entre les différents narrateurs. Une fois l'homme, une fois la femme, sans aération dans le texte, ça m'a semblé assez confus.
Ensuite, il se penche sur sa brûlure corporelle, les stigmates que cette brûlure vont engendrer dans son regard sur la nature, la campagne, le soleil.
Un livre aux multiples horizons sans fil conducteur apparent qui ne m'aura pas laissé un souvenir prégnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          666
fanfanouche24
  19 février 2021
Littéralement emportée par l'extrême poésie de ce texte singulier…Une vraie musique. Ode à la Vie, aux arbres, à la sensualité, à l'Amour et à ce métier dangereux d'élagueur au sein de nos villes…
« J'ai fixé la hache dans mon dos, sous la corde que tu graisses avec moi pendant l'hiver. Harnais, couteau, tenaille, outils, tu connais le corps de l'ouvrier. Qui voit encore ces hommes dans les villes ? Je me prépare à l'éternel été: joyeux de me tenir bientôt au chevet de l'arbre. (p. 18)”
Le narrateur, l'élagueur, au début du texte et dans la troisième partie…Entre les deux, la femme de sa vie le veillant à l'hôpital, notre « grimpeur d'arbre » ayant été attaqué par une colonie de frelons asiatiques, se retrouve dans le coma, entre la vie et la mort, dans une douleur sans nom …
De nombreux sujets s'entrecroisent : l'amour d'un métier à risques [élagueur, « soigneur d'arbres »], la nature qui se porterait mieux sans les Humains, Une très belle histoire d'amour à la hauteur de la fragilité de la vie que « notre » élagueur risque quotidiennement… Un amour inconditionnel pour les arbres et tout ce qu'il représente en beauté, longévité, force…et ces « destructeurs », ces « abîmeurs » chroniques que sont les hommes … envers Dame nature !
« On devrait s'écarter. Offrir de l'espace. il y a un idéal pour un arbre : l'absence d'hommes. » (p. 114)
Merci à Olivia de Lambertie d'avoir su transmettre ce « coup de coeur », qui m'a aussitôt, conquise et convaincue.. !!
Un magnifique texte , une plume aérienne, dévoilant une sensibilité extrême pour notre terre et « nos Amis, les Arbres »… Après un tel récit, je regarderai les arbres d'un tout autre oeil, ainsi que ces élagueurs « valeureux »…qui soignent et font de leur mieux , au sein de nos villes…tiraillés parfois par des ordres contestables…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
cecille
  14 janvier 2021
Un véritable hymne à l'Amour à la nature et tout particulièrement aux arbres mais aussi à ces hommes, grimpeurs d'arbres que nous livre Christophe Bataille dans ce récit La Brûlure, signé aux éditions Grasset.
Dans une première partie, si je puis dire, à deux voix, tantôt celle de l'homme tantôt celle de la femme nous découvrons l'un et l'autre qui se dévoilent avec grâce et plénitude l'un avec l'autre, ils se nourrissent de leur corps et de cette nature qui les environne, des arbres.
Et puis il y a l'accident, un bon matin d'août, la brûlure qui va le condamner à un coma artificiel afin d'atténuer la souffrance, 150 piqures de frelons asiatiques, ce n'est pas rien .... c'est terrible, terrible quand le corps est ainsi la proie de tant de venin injecté en si peu de temps !
Elle est à son chevet, veille et respire cette peau brûlée.....anéantie tout en gardant l'espoir du réveil et surtout d'être là à ce moment précis, à ses côtés. Elle lui parle pour que sa voix l'aide à ne pas sombrer davantage dans les ténèbres dans lesquelles il doit voguer alimenté par les sur doses de morphine.
Dans la seconde partie, c'est le grimpeur d'arbres qui se raconte, qui témoigne avec une grande sincérité, de sa vie dans et avec les arbres, Philippe, nous confie ce qu'est sa mission, ce mystique de la nature comme il se définit nous livre ses joies comme ses peurs.
" Parfois la peur vient, revient, je la chasse.
Le récit est une brûlure.
Je pense à Luther : Si demain c'est la fin du monde, je plante un arbre. "
Magnifique ce texte, puissant, brûlant dans son verbe et sa poésie !
#Labrûlure #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Nuageuse
  20 mai 2021
J'ai lu d'une traite ce court roman qui est un coup de coeur.
Un élagueur parle de sa vie, de son rapport aux arbres, de la relation avec la femme qu'il aime.
Un jour, il monte élaguer un arbre et voit un nid de frelons asiatiques. Il sera piqué cent trente fois. Les piqûres de frelon asiatique sont redoutable car elles brûlent littéralement la peau et injectent du venin à celui qui est piqué. Les pompiers et le médecin de l'hôpital n'en reviennent pas que cet homme ait survécu. Ils le plongent dans le coma.
À ce moment du texte, c'est sa femme qui prend le relais. Elle raconte ses visites à son chevet, elle continue à lui parler pour qu'il ne perde pas le contact avec la réalité.
Leur voix s'alternent à partir du passage à l'hôpital.
Christophe Bataille a une plume délicate, tout en pudeur. Une grande poésie se dégage de ces pages.
La troisième voix est celle d'un autre élagueur qui a survécu à une chute spectaculaire. Il est piqué lui aussi par des frelons asiatiques et cette douleur remet en question sa passion pour ce métier.
Il faut savoir écouter les arbres. Ce roman a été rempli de sensations du début jusqu'à la fin : sensation physique, olfactive (avec la transpiration notamment).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Waterlyly
  02 février 2021
Le narrateur est élagueur. Lorsqu'un jour il est en plein travail, il va se faire piquer par des frelons asiatiques. Cela va changer radicalement son rapport à la nature et il va commencer à éprouver de la peur. Sa compagne prendra soin de lui pendant qu'il se remettra.
Ce petit récit, aux allures de nouvelle ou même de conte, m'a laissé un sentiment difficile à exprimer. En effet, je ne sais pas vraiment si j'ai été en mesure de bien saisir tous les messages que l'auteur a voulu faire passer et pourtant, je me suis laissée intéresser peu à peu par ce roman.
J'ai eu beaucoup de mal au départ à m'immerger totalement. J'ignorais totalement où l'auteur voulait en venir, et j'y ai finalement vu une ode à la nature. C'est peut-être trop court pour être en mesure de vraiment saisir tous les tenants et aboutissants. J'aurais apprécié quelques pages de plus.
D'autant plus que les thématiques abordées sont nombreuses et le tout ne suit pas forcément un fil rouge, passant d'un sujet à l'autre sans véritable transition. Même si le thématique de la nature et le travail d'élagueur prédominent dans ce récit, il y est également question d'amour et de couple.
La plume est sensible et très fluide. Malgré tout, je dois émettre un bémol quant à la forme qui m'a posée problème. Peu d'aération dans le texte et surtout, aucune indication pour nous mentionner que le narrateur change de route en plein récit. En effet, si au départ c'est l'homme qui parle, d'un coup, ce sera sa femme qui prendra la parole. J'aurais apprécié une délimitation plus claire.
Un roman qui constitue une véritable ode à la nature, mais qui est peut-être trop court pour approfondir toutes les thématiques dont il est question. Une belle plume fait de cette lecture une belle découverte.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (5)
LaLibreBelgique   17 février 2021
À travers les yeux d’un élagueur, un magistral récit de Christophe Bataille sur le chamboulement climatique.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeMonde   15 février 2021
L’écrivain et éditeur livre un beau roman, témoignage de sa façon de partager une expérience mais également allégorie de ses deux métiers.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Bibliobs   05 février 2021
Du haut de son hêtre, un élagueur devient la proie de deux mille frelons asiatiques. Un bref roman où tout brûle.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   28 janvier 2021
Un couple amoureux du paysage où il a grandi sent venir de grandes perturbations.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesInrocks   13 janvier 2021
Le nouveau livre de Christophe Bataille chante à l’unisson la passion des arbres et leur maltraitance par les hommes. L’apocalypse maintenant et la poésie toujours.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   10 juillet 2021
Je prends de jeunes stagiaires. Ils nous accompagnent partout, je leur montre des essences, des techniques. Ils ratissent les feuilles et préparent le chantier. Souvent ils ont froid. C'est la vie de dehors. La vie de nous autres.
Il y a des adolescents heureux, tout de suite ils comprennent ce qu'on fait. Ils ont envie. Ils regardent par la fenêtre. D'autres ne disent rien, ils retournent à l'école après quelques jours, et je reçois un coup de téléphone des parents : Merci, merci, c'était formidable. Le Môme s'est mis au travail : il a compris que ce n'était pas pour lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24fanfanouche24   18 février 2021
J'ai fixé la hache dans mon dos, sous la corde que tu graisses avec moi pendant l'hiver. Harnais, couteau, tenaille, outils, tu connais le corps de l'ouvrier. Qui voit encore ces hommes dans les villes ? Je me prépare à l'éternel été: joyeux de me tenir bientôt au chevet de l'arbre. (p. 18)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   18 février 2021
L'arbre est là pour mille ans, et il va s'en passer, autour de lui. Guerre ou cinéma, la neige, les nuits, les enfants à ses pieds, et les villes qui montent d'un coup. Il n'est pas à la même échelle que nous. Certains arbres étaient là depuis Saint-Louis, et soudain ils ont gêné. (p. 115)
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24fanfanouche24   19 février 2021
J'ai connu des aventures extraordinaires avec eux. Planter un arbre pour dix générations, c'est incroyable. Je crois que ça n'arrivera plus. (...) Nous, on est des violents. On voudrait leur arracher les racines, couper les branches puis la tête. (p. 115)
Commenter  J’apprécie          90
cecillececille   14 janvier 2021
Les arbres ont une intelligence supérieure à la nôtre. Attaqués de toute parts, ils vont réussir à vivre cent cinquante ans. Le bois a une force, une plasticité. Et l'homme ? Du pauvre bois.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Christophe Bataille (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Bataille
L'éditeur et romancier Christophe Bataille publie "La brûlure" chez Grasset. Ce roman raconte la vie d'un élagueur d'arbres soudain attaqué par des centaines de frelons asiatiques. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : arbresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
944 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..