AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2490700006
Éditeur : Projet Sillex (23/11/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Polyxène est une jeune fille qui arrive très vite aux bonnes conclusions. Pourtant, confrontée à une île qui défie la science, entourée d’adolescents qui prétendent appartenir à des époques différentes, il lui faudra toute la capacité d’abstraction dont elle est capable. Surtout quand le seul moyen de quitter sa prison est a priori de tuer un dragon et que sa seule arme est son intelligence…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Dionysos89
  25 novembre 2018
De temps en temps, il y a encore d'irréductibles fans du livre qui montent de nouvelles librairies, de nouvelles maisons d'édition ou de nouvelles associations. En l'occurrence, à l'automne 2018, c'est une maison d'édition qui se monte autour d'un nouveau roman d'Isabelle Bauthian au titre alléchant, Face au dragon !
Une nouveauté un peu particulière
Face au dragon est ainsi le premier des Projets Sillex. Cette maison d'édition se fonde sur un credo attrayant : rémunérer davantage ceux qui sont à la base de la filière du livre, les auteurs. En cela, ils espèrent « faire des étincelles » et peut-être apporter leur contribution, notamment au mouvement #PayeTonAuteur encore très porteur cette année. Pour lancer cette publication, hors les services de presse envoyés ça et là (dont nous faisons partie, merci à eux), c'est par un financement participatif que ça se passe : d'ailleurs, même si ce roman est désormais certain d'être publié et diffusé, le financement participatif (via leur site, c'est important de le souligner) se poursuit jusqu'à la fin novembre 2018. Ce roman d'Isabelle Bauthian semble avoir particulièrement attiré leur attention, pour commencer par celui-ci : l'autrice, très reconnue en bande dessinée (Alyssa, Versipelle, Je ne me suis jamais sentie aussi belle, etc.), s'est lancée dans une série de fantasy chez ActuSF (Anasterry, Grish-Mère) et passe ici à la littérature jeunesse/young adult.
Un casting restreint, mais pêchu
Face au dragon compose un casting de cinq personnages principaux : le preux Olri, la débrouillarde Menine, l'explorateur Nigel, le serviable Simon et l'ingénue Poly(xène). C'est cette dernière la véritable héroïne et qui nous fait découvrir le décor un peu particulier du roman. Mal à l'aise à l'école et globalement dans son rapport aux autres, nous trouvons Poly déprimant et se minant. Errant dans la forêt près de chez elle, elle ne reconnaît plus son chemin (qu'elle connaît pourtant par coeur) et émerge dans un lieu boisé qui lui est inconnu. Sans accès au réseau, sans davantage de repères connus, Poly se fait surprendre par une bête et seul un jeune homme lui vient en aide. Celui-ci lui part d'un camp, d'une île… Bref, très vite dans l'action et dans l'étrange, le roman nous emmène à la suite de Poly dans un monde parallèle au nôtre où elle rencontre ce petit groupe de survivants tels les naufragés de la série Lost. Comme cela nous est dévoilé extrêmement vite, leur premier intérêt est qu'ils viennent tous d'époques différentes, au point d'être très complémentaires. le tableau est complet quand l'héroïne comprend qu'elle se trouve bien dans un endroit « autre » habité par un bestiaire légèrement différent du nôtre…
Un roman plutôt young adult, voire pour adolescents
Avec sa couverture chatoyante et son héroïne engagée, Face au dragon se casera facilement sur les rayons littéraires dits « young adult ». Comme parfois dans cette littérature, les genres sont volontairement mélangés : ici, le début fait penser à un roman fantastique puisqu'on doute franchement de la réalité, puis on émerge dans un monde de fantasy où le dragon nous guette, et finalement la résolution pointe vers la science-fiction, même si toutes les réponses ne sont pas tout à fait dévoilées. L'histoire se veut très pédagogique, puisqu'un bon nombre d'action mène à des enseignements de bons sens, bien utiles, sur l'intérêt de connaître son propre corps, sur l'énorme avantage de collaborer avec ses semblables plus que de vouloir les dominer, sur bien d'autres choses encore, ce qui en fait sous bien des aspects un bon roman initiatique. Dans cette perspective, l'autrice se permet, et c'est agréable, d'aborder par petites touches quantité de sujets contemporains (racisme, sexisme, violence sociétale plus ou moins contenue, etc. ; pas trop féminisme par contre dans ce roman-ci) sans débarquer avec de trop gros sabots. Certains lecteurs pourront pointer certaines longueurs dans quelques dialogues, une fois passé le milieu du roman ; toutefois, c'est aussi une façon choisie pour que, davantage que l'action, l'intrigue tente continuellement de nous ramener vers la réflexion avant le combat. Même si es fils de l'intrigue peuvent se deviner une fois ce constat fait, la résolution est intéressante, parce qu'elle laisse tout de même des sujets à interprétation concernant l'existence de ce petit îlot particulier.
Face au dragon est donc une découverte intéressante, rafraîchissante et qui devrait donner de bonnes idées aux lecteurs young adult.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Igguk
  13 décembre 2018
Isabelle Bauthian s'est lancée dans une sacrée aventure avec Projets Sillex, un nouvel éditeur qui souhaite donner plus de pourcentage à ses auteurs en taillant un peu dans les innombrables trucs qui parsèment la chaine du livre. Pour ça, ils ont lancé une campagne de financement participatif avec Face au dragon. Et devinez quoi ? Ils ont réussi.
Face au dragon est donc une réalité ! Et je m'en vais vous dire ce que j'en ai pensé ! Merveilleux ! Dame Bauthian nous raconte donc les aventures de Poly, 17 ans, pataude, complexée, pas beaucoup d'amis… Une adolescente quoi… La jeune fille perd patience face à une emmerdeuse et, pour la première fois de sa vie, décoche une jolie baffe. Elle part en courant pour broyer du noir tranquillement dans la forêt (une adolescente quoi…) quand tout d'un coup, abracadabra, elle se retrouve dans un endroit inconnu. Voilà qu'elle va devoir apprendre à survivre avec des compagnons d'infortune sur une île mystérieuse avec des bestioles qui mordent, des artefacts mystérieux et un dragon un peu énervé. Et il faudra trouver un moyen de rentrer.
L'autrice part sur un schéma très classique, voire un peu désuet : L'adolescente limite asociale qui se fait un peu martyriser et tombe dans un univers parallèle pour se découvrir, ça fait old-school sans être désagréable. Puis l'île mystérieuse en question est assez intrigante pour pousser le lecteur à rester accroché, on sait pas trop ce que c'est, on découvre en même temps que Poly. Elle va devoir relever des défis et se liera d'amitié avec 4 autres jeunes gens qui sont là depuis bien plus longtemps qu'elle.
Une grosse partie de l'histoire va se reposer sur les interactions de ces aventuriers, qui se sont petit à petit construit une vie de Robinson. Face au dragon est un roman vraiment axé sur ses personnages et leur vie ensemble, ces cinq là sont vraiment attachants et bien en place. On a Simon le dragueur sympatoche, Nigel l'explorateur renfrogné, Ménine la castagneuse et Olri le chevalier chevaleresque. Et dernier « détail » rigolo : ils viennent tous d'une époque différente et ont débarqué chacun dans des circonstances qu'on découvrira. Ce décalage permettra d'aborder toutes sortes de sujets sociaux en confrontant les points de vue des protagonistes. On va aborder des thèmes bien sérieux mais avec cette force de l'adolescence qui se confronte à tout ça d'un regard presque neuf et se construit sa réflexion tout seul malgré les préconceptions qu'on lui a infusé dans le ciboulot. Cet aspect est très juste, très réussi.
J'ai déjà abordé le sujet du « Young Adult » ici, en défendant le point de vue qu'un bon roman sera bon qu'on soit ado ou adulte. Pourtant j'ai été confronté à quelque chose que j'avais pas vu venir : Pendant une bonne moitié de ma lecture, j'ai pensé effectivement que Face au dragon parlera plus aux adolescents qu'aux trentenaires comme moi. Pourquoi ? Et bien parce que Poly, qui est notre point de vue de lecteur, a vraiment cette manière toute adolescente de douter, de complexer sur n'importe quoi, de ressasser chaque interaction sociale qu'elle aura, de tortiller en mode « oh mais je sais pas qu'est-ce que je ressens », de sur-analyser TOUT. Est-ce mauvais pour autant ? Non, point du tout, c'est au contraire très bien fait, j'avais réellement l'impression d'être dans la tête d'une ado. Mais par tous les dieux de ce monde et des autres, être dans la tête d'un(e) ado, c'est exténuant ! Quand ma fille aura cet âge, il va falloir que je me mette sérieusement à la méditation.
Et pourtant, et pourtant… Les personnages mûrissent, cet aspect s'estompe pour nous amener vers une conclusion réjouissante. Et tu réalises que Face au dragon n'est pas un roman pour adolescents mais un roman SUR l'adolescence. Il raconte le cheminement de 5 jeunes gens dans une aventure troublante, difficile, qui va les amener à se confronter à eux-mêmes et au monde, à l'inconnu. Ils ont déjà un passé assez dur pour certains, et ils vont évoluer, renoncer à un équilibre pour en trouver un autre, s'adapter et devenir… Adultes… Presque… Ou plus que ça… La dernière partie du bouquin réserve son lot de surprises et de moments durs ou bouleversants (Fichtre, Simon…) qui montrent qu'on est pas dans du simple divertissement pour émouvoir la jeunesse entre deux journées au collège/lycée. Y'a une profondeur, un propos, des sujets graves, un cheminement et beaucoup d'humain là-dedans.
Honnêtement j'ai eu peur à un moment d'être dans un Lost avec des ados qui campent et se demandent qui va sortir avec qui, et qui va faire la vaisselle. Mais Isabelle Bauthian va bien au-delà (même si y'a parfois un peu de ça 😀 ), elle nous parle de courage, d'amitié, de tolérance, de lâcheté, de doutes… Même si certains lecteurs pourront finir frustrés parce qu'on n'a finalement pas toutes les explications au mystère de l'île, mais est-ce vraiment le plus important ?
Bouquin reçu en Service Presse de la part de Sillex, merci à eux
Lien : http://ours-inculte.fr/face-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
celindanae
  23 octobre 2018
Je n'ai pas hésité une seconde quand on a m'a proposé ce service presse pour plusieurs raisons, l'autrice de ce roman que je voulais découvrir et surtout le projet d'édition qui est très intéressant, et veut valoriser le rôle des auteurs et autrices en leur offrant une meilleure rémunération que celle offerte par le circuit éditorial classique. Pour cela, les instigateurs de ce projet ont recourt à un financement participatif sur un site dédié que voici : Projet Sillex. Je vous invite fortement à aller le voir, tout y est clairement expliqué et très bien fait. Pour le roman de lancement du projet, le roman choisi est signé Isabelle Bauthian, autrice de plusieurs scénarios de BD et de deux romans de fantasy (Anasterry, Grish-Mère qui a obtenue le prix Elbakin.net 2018 catégorie meilleur roman fantasy français).
Une pincée de fantasy, du fantastique et une énigme
Regardons maintenant de plus près ce roman qui sera uniquement disponible pendant la campagne de financement (du 8 octobre au 23 novembre 2018) et dont la couverture est signée Qistina Khalidah. le roman mélange de très belle manière plusieurs ingrédients appartenant à différents genres: on y trouve un dragon, de l'aventure, des mystères et une énigme qui tient le lecteur en haleine. Tout commence pourtant simplement, de nos jours, Poly, jeune fille moderne, intelligente mais pas très bien dans sa peau, est en vacances dans un village où elle a passé de nombreux été. Suite à une dispute malencontreuse, elle part se promener en forêt. Ses pas vont alors la mener vers un étrange sentier puis un endroit encore plus étrange: une île au milieu de nulle part. Non, nous ne sommes pas dans la série Lost, rassurez vous. Heureusement, Poly n'est pas seule sur cette île mystérieuse et va rejoindre 4 autres jeunes gens, prisonniers comme elle de cette île. Cependant, la vie en communauté n'est pas évidente, surtout quand les personnes ne viennent pas de la même époque.
Voici le point de départ du récit qui fait un peu penser à un escape game où 5 personnes sont coincées sur une île étrange et doivent trouver comment en sortir. Et une des possibilités de sorties serait peut-être de tuer un dragon qui vient de temps à autre sur l'île. Comme dans un escape game, les 5 personnages issus de milieu différent vont devoir mettre leurs qualités en avant et se transformer en aventuriers prêts au combat. le mélange d'aventures et de surnaturel fonctionne très bien et on se laisse facilement prendre au jeu. le style très fluide de l'autrice contribue à rendre le roman très immersif et on a du mal à lâcher le roman une fois commencé.
Des thématiques et des personnages fouillés
Outre son univers intéressant et immersif, le roman est aussi porté par ses personnages qui sont très travaillés. Il ne faut pas se fier au fait que ce soit des jeunes adultes pour penser que l'on va retrouver des personnages clichés. Au contraire, ils sont tous différents, attachants, avec des qualités, des peurs. le fait que chaque personnage vienne d'une époque différente allant du Moyen-Âge à la Seconde Guerre Mondiale, renforce cette mise en valeur des personnages. En effet, chacun a connu une jeunesse très différente, et a été plus ou moins marqué par son passé. Ils vont être amenés à devoir collaborer, à s'entendre pour essayer de s'en sortir, à développer l'esprit d'entre-aide, ce qui n'est pas facile pour tout le monde. L'autrice nous offre ainsi une belle galerie de personnages, variés et intéressants.
À travers ses personnages, Isabelle Bauthian aborde des thèmes assez durs comme la guerre, le viol, le harcèlement, la perte de souvenirs, de repères, de ce qui fait un humain. On trouve aussi au coeur de ce roman une volonté de mettre en avant la tolérance, le courage, et l'intelligence. le récit est vraiment intelligemment mis en scène et tout en nous prenant dans ses filets, nous fait réfléchir à beaucoup de choses.
Face au dragon est donc un roman mélangeant judicieusement l'aventure et le surnaturel en mettant en avant les qualités de courage et d'intelligence. Les personnages sont fouillés, et les thèmes abordés nombreux et durs, mais traités avec sensibilité. Alors laissez vous prendre au jeu et embarquez pour une aventure vers l'inconnu, vous ne devriez pas regretter le voyage!
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Nenvyal
  09 décembre 2018
Ce roman fait parti d'un circuit court ayant pour but d'offrir une meilleure rémunération aux auteurs/autrices. N'hésitez pas à aller sur leur site pour en savoir davantage. Vous pouvez contribuer à ce roman jusqu'au 23 Novembre 2018 !
Ce qui saute aux yeux en premier est la sublime couverture, réalisée par Qistina Khalidah. J'ai de suite flashé dessus. Elle est magnifique ! ♥
Poly, une jeune fille qui subit de la violence verbale à cause de la populaire du village, explose. Quand elle se rend compte de ce qu'elle a fait, elle s'enfuit et court se réfugier dans la forêt. Au lieu de trouver son coin favori, Poly voit une végétation différente. Inquiète elle avance jusqu'à ce qu'une sorte de gros félin surgit. Heureusement qu'elle est sauvée in extremis. Poly est sur une Île. Elle n'y croit pas. Elle fait la connaissance de Olri, Menine, Nigel et Simon, venant tous et toutes d'une époque différente. Et si elle restait coincée pour toujours sur cette île ? Cette fille emplie de curiosité et détestant ne pas comprendre, va-t-elle utiliser son raisonnement pour sortir de cette île ?
En lisant le résumé, je pensais que l'énigme de l'île soit plus exploitée. le roman est plus centré sur la quête d'identité avec une touche de fantasy et de SF. Certes, nous avons des renseignements et des petites révélations, sauf que le plus gros mystère, ce gros brouillard sur cette énigme subsiste dans l'obscurité. Ce qui m'intéressait en tout cas. L'histoire reste tout de même agréable. Un mot qui peut fâcher. Je sais. Les cent premières pages m'ont enjoué. Nous faisons la connaissance des personnages et de cet univers. Propulsée avec Poly dans ce nouvel environnement, je ne demandais qu'à visualiser la faune et la flore. Les descriptions nous permettent d'imaginer des créatures, les rives, et leur habitation. Au début, nous survolons des éléments et des petits détails qui m'ont fait tilter – d'ailleurs, je les ai oubliés pendant ma lecture – se dévoilent qu'à la fin… et encore. =P Ces pages là sont vraiment dynamiques, plusieurs rebondissements, que ça soit limite fatidique, psychologique ou relationnel, interviennent dans l'histoire. La confrontation également entre la force physique ou le raisonnement intellectuel en mettant en avant l'intelligence. J'étais contente d'en apprendre davantage sur les personnages et notamment sur les traits de l'île. Sur ce côté positif, j'ai malheureusement commencé à regarder le nombre de pages qui me restaient.
Et beh oui, les amourettes ont commencé vraiment à prendre le devant sur le reste de l'histoire. Pourquoi mettre des amourettes ? Pourquoi mettre de la « romance » ? Même si « nous nous aimons tous » est assez glauque. Trop focalisée sur cette phrase pour oublier les détails autour. Je suis très ouverte, mais là, je n'étais pas bien. Maintenant, avec le recul, ça va mieux mais c'est toujours aussi glauque. On ne peut pas garder une bande d'amis ? =P
Alors que j'attendais les révélations, les moments de solitude des protagonistes se sont manifestés davantage. Je me suis ennuyée en lisant les sentiments « amoureux » et les hésitations de Poly (and co) puisque le roman est de son point de vue à elle et écrit à la troisième personne. Elle m'a soûlé. Ça m'a soûlé. Je ne suis absolument pas fan du genre « ô rage, ô désespoir » et quand ça dure plus d'une cinquantaine de pages à la suite… ACHEVEZ-MOI !
Poly est réservée, ne disant pas un mot de travers, prenant tout sur elle, va commencer à s'affirmer pour comprendre et pour elle-même. Des passages m'ont énervé quand iels la forcent. Elle deviendra plus libérée et sereine, même si une scène j'avais envie de l'étriper (cf. avec Nigel). Après tout le monde fait des erreurs... Je pense qu'à la fin, le personnage que je préfère est Nigel et les autres, non. TCHAO !
Parallèlement de tout ça, comme je le disais plus haut, c'est une quête d'identité. Des thématiques, écho à notre actualité, sur le racisme, le harcèlement, le viol ou encore les préjugés. Au début je trouvais ça, absolument pas naturel. C'était les mettre comme ça, parce qu'il fallait avec l'actualité et non parce que ça existe. J'ai dû mal à m'expliquer. Les différentes personnalités se ressentent énormément dans le roman. Ils vont apprendre les uns des autres avec cette complexité des relations humaines. N'oublions pas les hormones (bon, ok, la bêtise…). Ça en devient énervant. Après c'est sûr quand on habite les uns sur les autres, au bout d'un moment, ça bout. J'attendais tellement plus sur l'histoire que le côté « quête d'identité » je ne l'ai pas tellement vu venir. Certes, venant d'époque différente, avec le bagage avec, ça allait être intéressant de voir les répercussions les uns sur les autres, particulièrement la confrontation. N'imaginez pas trop « d'explosion », tout le monde a son caractère. 😉 Ils ont chacun à leur manière, une blessure en eux. Que ça soit de la lâcheté, d'être seul, d'être abandonné, de ne pas se sentir à la hauteur, d'avoir peur. Trop libre pour leur époque. Traumatisés par ce qu'ils ont vécu. L'île, malgré les effets anxiogènes, les soigne à sa manière. L'autrice nous mène tout au long sur des pistes de leur personnalité, commençant superficiellement pour être étoffée à la fin.

C'est un roman sur la quête d'identité avec son lot de mystère et quelques réponses. Des personnes diversifiés et travaillés. Une histoire mettant en avant la relation humaine et le raisonnement. Malheureusement, pour moi, ça partait bien mais les personnages sont passés par là… Dommage. =)
Lien : https://de-fil-en-histoire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini
  23 octobre 2018
Pour les spécificités du Projet Sillex, passez sur le blog ;)
Et si on parlait un peu de la première publication maintenant ? J'ai eu la chance de recevoir un exemplaire de l'épreuve non corrigée du livre, un des seuls exemplaires déjà en circulation, merci Projet Sillex ! La couverture réalisée par Qistina Khalidah est juste magnifique, et la compréhension qu'on en a évolue au fil de la lecture. Je ne connaissais pas encore l'auteure Isabelle Bauthian, mais j'avais déjà entendu beaucoup parler d'elle avec ses deux précédents ouvrages : Anasterry et Grish-mère. J'étais donc ravie d'avoir l'opportunité d'enfin découvrir son travail !
Poly vient de gifler la fille de qui elle est le souffre-douleur depuis des années. Ce n'est pas une réaction qu'elle aurait eue normalement, mais là, elle n'en pouvait plus. Alors qu'elle s'enfuit dans la forêt pour trouver refuge et calme, elle ferme les yeux un instant et lorsqu'elle les ouvre à nouveau, elle ne reconnait plus le paysage. La faune et la flore se liguent contre elle et elle ne doit son salut qu'à sa rencontre avec Simon, qui va la mener dans un camp de fortune où d'autres rescapés se trouvent.
Poly va découvrir ses compagnons d'infortune et cela va lui réserver quelques surprises : ils sont 3 garçons (Olri, Nigel et Simon) et une fille (Menine) à venir d'époques différentes. Ce détail entraîne des problèmes, notamment sur la compréhension que chacun a du monde. Par exemple, Poly a la peau noire et les cheveux teints en rouge et cela va créer des réactions inattendues chez les habitants de l'île : Menine va la croire magique alors que Nigel la considère comme une personne inutile et faible. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteure travaille les relations entre les différents personnages. Bien sûr, elles évoluent au fil du roman, mais d'une façon très naturelle, avec des tensions et des crises bien sûr, mais aussi des rapprochements et des moments très forts et touchants. C'est une très belle leçon sur les relations humaines et la force d'une amitié sincère.
Poly n'a rien d'une héroïne : c'est une jeune fille intelligente, qui croit aux sciences et aux faits. Elle n'a cependant pas confiance en elle car elle n'apprécie pas son physique et qu'elle est atteinte de dyspraxie (maladresse aiguë pour faire court), ce qui ne l'aide pas lors des nombreuses activités physiques. Les dangers sur l'île sont nombreux et cette maladresse la met en danger, ainsi que ses compagnons. Elle va devoir apprendre à se battre et surtout à tuer pour survivre. Il va lui falloir beaucoup de courage pour faire face aux mystères de l'île et dépasser ses capacités, et cette force, elle la puise aussi dans sa relation avec ses compagnons. C'est un personnage très vrai, avec ses qualités et ses défauts, et surtout un caractère bien à elle !
Et l'île dans tout ça? On ne sait pas comment les jeunes y sont arrivés, mais elle ne semble pas avoir d'issue. Sa faune et sa flore sont très dangereuses et il a fallu de nombreuses expérimentations au plus ancien pour savoir ce qui était comestible ou non. Heureusement pour eux, l'île a un étrange pouvoir de guérison qui soigne les maux très rapidement. Mais est-ce que ce bienfait vient sans contrepartie? Leur campement est fait à partir d'éléments naturels et des rares objets que les jeunes gens portaient sur eux à leur arrivée. L'auteure y présente une nature sauvage et hostile, décalée par rapport à ce que nous connaissons, et peuplée de créatures étranges. D'ailleurs, Olri est persuadé grâce à un ancien livre qu'il faut tuer le dragon qui apparaît lorsque quelqu'un arrive sur l'île pour pouvoir en sortir.
J'aurais très envie de vous parler de la fin, que j'ai trouvée très réussie, mais je ne vais évidemment pas le faire pour ne pas vous spoiler. :D
Une île étrange et pleine de mystères sur laquelle cinq compagnons essaient de survivre et surtout de s'enfuir. Une quête qui semble impossible. Des liens puissants se créent et rendent chacun plus fort, plus confiant. Une très belle histoire portée par un très beau projet éditorial !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Elbakin.net   19 décembre 2018
C’est l’une des forces d’Isabelle Bauthian dans ce récit, l’épaisseur qu’elle confère à ses personnages, leur crédibilité. Il ne faudrait pas oublier qu’ils sont confrontés à une situation plus qu’étrange, isolés de tout sur cette île qu’aucun d’entre eux n’a cherché à rejoindre : chacun réagit donc comme il le peut dans ce milieu plutôt hostile, avec le bagage conféré par sa propre époque d’origine et son expérience de la vie.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   19 juin 2019
Alors, elle avait planté là l’explorateur – qui avait semblé ravi de se retrancher dans une remise pour s’occuper de l’extraction du miel tout seul – et s’était précipitée jusqu’à sa couchette, sur laquelle elle s’était jetée, tremblante, comme ces héroïnes de soap opera après avoir appris que leurs maris étaient en réalité leurs demi-frères, qu’elles croyaient morts, vingt auparavant, dans un accident de voiture le long d’un virage traître d’une route de Californie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FungiLuminiFungiLumini   23 octobre 2018
Poly n’avait aucune idée de quoi dire ou faire pour alléger la tension. Elle n’avait jamais été une grande experte des relations sociales, plus la reine des petites phrases qui installaient des silences gênés durant les dîners familiaux. Alors, face à un jeune homme des années quarante, sur une île mystérieuse peuplée d’aventuriers de toutes les époques, d’un chevalier en armure, de mouettes roses, d’une faune et d’une flore belliqueuse et, a priori, d’un dragon, il ne fallait pas trop lui en demander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FungiLuminiFungiLumini   23 octobre 2018
– Tu te rappelles, quand on a exploré le fond du jardin, que tu as vu des fées, et que ton père t’a dit que tu étais trop vieille pour croire à ces bêtises?
Elle fit la moue avant de réponde :
– Oui.
– Je veux que tu retournes dans le jardin, tous les jours, et que tu cherches encore des fées. Je veux que tu penses à moi en le faisant, et que tu te rappelles que tu ne seras jamais trop vieille pour rêver. Ne deviens pas une de ces tristes petites filles sérieuses pendant mon absence, promis?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLuminiFungiLumini   23 octobre 2018
Cela semblait à la fois si logique et tellement absurde.
Elle avait l’impression de croire en la magie.
Mais tout ce qui lui était arrivé, jusqu’à présent, était en parfaite adéquation avec cette explication.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Isabelle Bauthian (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Bauthian
Christophe Arleston vous présente les trois premiers titres de Drakoo, la maison d'édition de bandes dessinées dédiée aux genres de l'Imaginaire. Troisième partie : Dragon et poisons, l'épopée fantasy qui n'oublie pas de rire et de réfléchir, imaginée par Isabelle Bauthian, dessinée par Rebecca Morse et colorisée par Aurélie F. Kaori. Plus d'infos : bit.ly/DragonetPoisonsBD
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les enfants, ces héros

Dans «Le Monde de Narnia» de C. S. Lewis, quel est le passage emprunté par les enfants Pevensie pour se rendre dans les terres de Narnia ?

Une armoire
Un miroir
Une cheminée

20 questions
100 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , roman , littérature pour adolescentsCréer un quiz sur ce livre