AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 221368071X
Éditeur : Fayard (25/02/2015)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 232 notes)
Résumé :
Un médecin qui a perdu le goût de vivre décide de mettre fin à ses jours. Il monte dans un taxi pour régler quelques affaires à l'hôpital et rencontre la conductrice, une vieille dame excentrique, qui possède le don de deviner le moment exact de la mort des gens. Elle lui propose de lui laisser 7 jours pour revenir sur sa décision. Il cède à sa proposition. L'ouvrage est paginé à rebours.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (97) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  09 février 2015
Un grand merci à Babelio et aux éditions Fayard pour cette rencontre improbable...
La quarantaine à peine entamée, des vêtements sombres pas toujours nets, un visage triste, le Docteur est inconsolable depuis que sa femme est morte. En ce jour d'hiver enneigé, sous un soleil radieux, il a décidé que ce soir, il allait mettre fin à ses jours...
Alors qu'il sort de chez lui pour se rendre à l'hôpital trier quelques papiers, il remarque un taxi juste à côté, une vieille dame, vêtue d'une élégante robe de soirée mais parfaitement saugrenue, une montre colorée à chaque poignet, à son volant. Une odeur de tabac froid mélangée à celle du cuir et d'un parfum capiteux envahit l'habitacle. Il lui demande de le déposer à la clinique Ouest, chose qu'elle refuse immédiatement. Au lieu de quoi, elle lui propose un café infect mais des beignets excellents au bistrot du coin. C'est alors qu'elle lui dit qu'elle sait qu'il veut en finir. Un don que sa tante Maria lui aurait transmis... Abasourdi, il lui explique pourquoi. Etrangement, elle lui demande de lui accorder encore trente jours de sa vie. Trente jours pour le convaincre que la vie vaut la peine d'être vécue. Elle a intérêt de faire au plus vite, les trente jours sont réduits à sept...
Une sacrée rencontre que celle de Mark ou Teddy Bear (surnom que la vieille a aussitôt donné au Docteur) et celle de Lady Sarah Madeline Titiana Elizabeth van Kokelicöte... Deux êtres qu'en apparence rien n'aurait dû se faire se rencontrer. Et, pourtant, ils vont devoir passer sept jours ensemble avant l'enterrement. Sept jours au gré des humeurs de chacun mais surtout au gré des extravagances de Sarah. Evidemment, on la suit les yeux fermés en se demandant si elle n'a pas d'autres desseins que de sauver Mark et de lui redonner goût à la vie. Celui-ci n'est pas au bout de ses surprises. Dans ce conte à rebours, où les personnages sont plus que jamais touchants, l'auteur distille ici et là de belles pensées, d'anecdotes croustillantes lorsqu'il remonte dans les souvenirs du Docteur et nous livre un final inattendu et émouvant. L'écriture, souvent drôle et enlevée, ne manque pas de rythme.
Alors vous ne serez plus jamais triste... une jolie promesse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          896
ninosairosse
  04 décembre 2017
♫ C'est une bougie, le bonheur
Ris pas trop fort d'ailleurs
Tu risques de l'éteindre
On l'veut le bonheur, on l'veut, ouais !
Tout le monde veut l'atteindre
Mais il fait pas de bruit, le bonheur,
non, il fait pas de bruit
Non, il n'en fait pas
C'est con le bonheur, ouais, car c'est souvent après qu'on sait qu'il était là... ♫
Il est où le bonheur ? - Christophe Maé- 2016-
Des 'silences', il en a même plein les 'oreilles'
'Cause' élevé dans l'ouate, il a pas 'son' pareil
Le Comble, "bourrer les morts", son sale travail
sinon le corps se vide par le bas, bye bye
après putréfaction de toutes entrailles
Boucher l'anus , avec, le qu'en-dira-t-on !
silence ! avec un bouchon de coton !
...........Silence ........... chuuuuttt......
"tous les silences ne font pas les mêmes bruits"
"vivre et guérir en silence, on appelle ça vieillir"p87
Tout compte fait, c'est quoi un conte de fée !?
"la fin de l'histoire est souvent marquée
par la mort symbolique du protagoniste
et sa renaissance" p83
voire bourrer le mort par un 'proctologiste' , pour toute re-Con-naissance....
Un conte à Rebours
très riche en calembours
impression libre-cours
pages numérotées sans trompettes ni tambours
un Vrai Conte Areuh Bourre.
L'histoire d'un docteur, d'un imposteur
On lui tend la main, il est là le bonheur...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          662
latina
  09 février 2015
« Il vous reste tant de choses nouvelles à goûter, tant de voeux à faire, de levers de soleil à contempler. Détachez-vous du passé, trouvez la force de détruire ce que vous êtes pour devenir un homme nouveau. Je ne dis pas sans amours ni souvenirs. Je dis sans entraves, neuf. Pour reconstruire, il faut détruire... »
C'est ce qu'une vieille dame, sortie de nulle part, s'applique à faire comprendre à notre héros qui était déterminé à se suicider suite à la mort de sa femme, 6 mois auparavant. A coups de phrases sentencieuses, ou rigolotes (« On doit tous mourir un jour, voilà pourquoi je travaille la nuit ») et même poétiques (« Tordre le cou à la nostalgie, dépoussiérer le parquet du bonheur, gesticuler dessus et rendre la piste de danse aux vrais artistes : nous, les vivants »), celle-ci s'efforce de faire renoncer le veuf à son but ultime. Et c'est un deal : en 7 jours, sinon, c'est fichu.
Et nous voilà embarqués dans ce drôle de « conte » à rebours, qui commence à la page 271 et se termine à la page 0. Bien malgré moi, d'ailleurs, car je suis rétive, pour ne pas dire davantage, aux fameuses « leçons de vie » dont nous abreuve la littérature actuelle. Mais ici, les phrases sont distillées avec tant de tendresse qu'elles passent sans - trop - de mal.
C'est surtout la fin qui est débarrassée des quelques clichés du genre, une fin exquise et naturelle.
Un héros bougon et malheureux, une vieille dame fée et empêcheuse de tourner en rond...alors, vous ne serez plus jamais triste.
Enfin, c'est ce que je vous souhaite.
Merci à Babelio et aux éditions Fayard pour ce cadeau de vie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
jeunejane
  15 novembre 2016
Un médecin est malheureux. Il est veuf, seul et a perdu toute capacité de soigner ses patients. Il décide donc de mettre fin à ses jours.
Ce serait sans compter sur une mystérieuse dame, chauffeur de taxi qui l'attend en bas de sa rue en robe de soirée. Elle est dotée d'un pouvoir magique, celui de lire dans les pensées de ceux qui veulent mettre fin à leurs jours. Elle devine donc l'intention de notre homme qu'elle surnomme Teddy Bear puis Mark. Elle obtient de lui un sursis de 7 jours avant qu'il ne mette son plan de fin de vie à exécution.
Comme il s'agit d'un compte à rebours, l'auteur a numéroté ses pages à partir de la dernière.
Le conte est parsemé de petits extraits très intéressants.
Les intitulés de chapitres sont tellement charmants que je suis allée les relire chaque fois que j'arrivais à la fin.
Certains sont écrits en italiques et font référence à une expérience vécue entre le médecin et un patient.
Tous les chapitres ont un dénominateur commun : ils sont courts.
L'écriture est charmante, nous faisant aller du conte à la poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
canel
  23 mars 2015
Depuis le décès de sa femme, ce chirurgien en pédiatrie a perdu le goût de vivre. Voilà six mois qu'elle est morte, il ne s'en remet pas, il a décidé de mettre fin à ses jours. Sa rencontre inattendue avec Sarah va bousculer cet ultime projet.
Sarah est une vieille femme excentrique et usante, à la fois tendre et sans pitié, généreuse et pénible, gaie et rude, qui sait le pousser dans ses retranchements. Elle fait suivre à celui qu'elle a baptisé Mark un parcours initiatique à l'envers. Elle se donne une semaine pour le familiariser avec ce qui l'attend après sa mort (cimetière, pompes funèbres, obsèques), histoire de le faire réagir, et pour lui asséner quelques leçons d'optimisme et lui réapprendre à savourer la vie.
Ce roman est sous-titré "Conte à rebours". Deux raisons à cela :
- les pages sont numérotées de 271 à 1, en compte à rebours jusqu'au suicide programmé de cet homme (va-t-il y renoncer ? le différer ?)
- l'histoire a en effet des allures de conte, le ton reste assez naïf malgré la gravité des sujets, et la vieille dame ressemble à ces marraines/fées qui prennent un orphelin sous leur aile.
Cet ouvrage évoque la maladie, la mort et le deuil, mais avec cette forme choisie par l'auteur, il n'est pas plombant.
La lecture est très agréable, notamment grâce à l'humour, au découpage en courts chapitres des aventures communes de Sarah et Mark, et aux petits intermèdes (trop rares) sur l'expérience médicale de Mark.
Ce récit m'a fait penser à la fois à Eric-Emmanuel Schmitt (fable et bons sentiments) et à Martin Winckler (médecine et émotion) ; j'aurais préféré que le côté Winckler l'emporte davantage.
Merci Marina !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294

critiques presse (1)
LeFigaro   16 avril 2015
Une version moderne de l'histoire de Job.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   05 décembre 2017
- A l'heure où je vous parle, nous voyageons à plus de 220 000 mètres par seconde à travers le cosmos. Il y a plus de planètes dans l'univers que de grains de sable sur terre. Les océans recouvrent 70 % de la surface terrestre, le corps humain est fait de 70 % d'eau. L'atome est fait de nucléons et d'électrons; le reste, c'est du vide et des forces invisibles. Nos corps contiennent 7x10 puissance 27 atomes. Ils sont tous âgés de plusieurs milliards d'années et remontent au silence où sont nées les étoiles. Vous, moi, le boulanger, le président, les politiciens, nous sommes faits de 99.9999999 % de vide et aucun des protons, neutrons ou électrons qui nous constituent n'est identique à ceux avec lesquels nous sommes nés, car les nutriments que nous assimilons par l'alimentation renouvellent la totalité de nos atomes en moins de deux ans. Nous changeons entièrement de corps tous les vingt-quatre mois environ. [...]
A chaque instant, la biologie vous donne l'occasion de devenir, au sens propre du terme, quelqu'un de nouveau.
p81-80
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
ninosairosseninosairosse   06 décembre 2017
- Imaginez que vous vous trouviez devant Dieu, quelle question lui poseriez-vous ? [...]
- Je lui demanderais où disparaissent les chaussettes dans la machine à laver. Comment il a réussi à se faire passer pour un homme aussi longtemps, alors que je sais bien, moi, que c'est une femme. Je la remercierais pour avoir inventé les biceps des Italiens, les cuisses des Allemands et le chou romanesco, qui sont les plus éclatantes démonstrations de son savoir-faire. Le romasco...soupira-t-elle. Ensuite, je me moquerais d'Elle à cause de la taupe à nez étoilé, un animal très laid que les scientifiques appellent Condylura cristata, et qu'Elle a complètement ratée. Elle rira aussi parce qu'Elle a le sens de l'humour...
p230
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
ninosairosseninosairosse   02 décembre 2017
- [...]. Et j'ai des mouchoirs , si vous voulez pleurer.
- Il en faudrait trop.
- J'ai une serviette dans le coffre, elle servait pour les chiens.
- Ils pleuraient ?
- Non, ils empestaient ! Imaginez deux gros labradors fous et excessifs, ajouta la vieille dame. Un jour, j'ai lancé un morceau de bois, ils m'ont rapporté un arbre !
p274
Commenter  J’apprécie          440
petitsoleilpetitsoleil   08 juin 2015
Je leur parle d'une princesse aveugle, d'une vieille magicienne qui combat un dragon et le transforme en cendres. Il y a un chevalier qui n'a plus la force de se battre, des labyrinthes interminables, une grande et noble histoire d'amour.
Je leur parle de pays en flammes, puis de paix restaurée.

Les enfants écoutent, rient, pleurent, tremblent, crient, et sitôt l'histoire terminée la redemandent encore et encore.

Je le fais parce que c'est important, les contes.
Ca parle de la vie et du courage qu'il y a à s'y aventurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
ninosairosseninosairosse   07 décembre 2017
Aimer, boire, danser et, quand il est minuit à la grande horloge de la vie, marcher dans la lumière, mais le dos droit et la mine fière...
p144
Commenter  J’apprécie          530
Videos de Baptiste Beaulieu (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Baptiste Beaulieu
À l'occasion de la parution de "La ballade de l'enfant-gris", Baptiste Beaulieu a répondu à quelques unes de nos questions !
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13639 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .