AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709637930
250 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (22/08/2012)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 53 notes)
Résumé :
« Il n'y a plus que la cuisine et le mari, le ciel gris derrière la mousseline des rideaux, et ce présent dont il faut bien se contenter. Ce présent est sa prison. Plus jeune, elle l'a supporté parce que, concevant l'avenir comme un espace vierge, un monde à lui tout seul, elle a cru que celui-ci prendrait un jour la place de celui-là et changerait le goût de sa vie. Mais le temps n'a fait que traverser son corps. Il est passé, la laissant là, inchangée avec sa faço... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  04 avril 2020
Avec Les Choix secrets, Hervé Bel nous propose de nous immiscer dans l'intimité d'une femme , depuis ses émotions d'adolescente jusqu'à un âge avancé. Elle a et aura toujours une haute estime d'elle-même, du milieu dans lequel elle évolue, ressenti que lui auront transmis ses parents, père officier , mère femme d'officier, qui ont surfé sur la vague de la période coloniale, ajoutant un vernis exotique à leur décor à une époque où il n'était pas si courant que ça de franchir les fuseaux horaires.
Elle est somme toute assez odieuse , cette femme, imbue d'elle même , méprisante y compris à l'égard du mari qu'elle s'est choisie et qui sera son compagnon pour toute la vie. Et pourtant elle suscite la curiosité, et pas seulement pour savoir jusqu'où peut aller sa suffisance.
C'est un récit très intime , qui fait alterner les confidences à la première personne et un regard un peu plus extérieur.
C'est assez désespérant et il vaut mieux aborder le roman avec un moral d'acier au départ, au risque de descendre de quelques étages dans l'escalier de l'optimisme à tout crin..

L'écriture sauve l'affaire, dans sa sobriété et son absence de jugement.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          702
caro64
  09 janvier 2013
L'univers de Marie, 80 ans passés, s'est considérablement rétréci au fil des ans. Sa vie est rythmée par des rituels contraignants mais rassurants. Autour d'elle, tout doit être parfaitement à sa place et rien ne doit déroger à l'ordre établi de son existence. À ses côtés, il y a André, son mari, très affaibli, mais Marie ne le croit pas malade. Elle est certaine que ce petit instituteur sans ambition qui ne l'a jamais comprise veut juste lui nuire. Ah, si la vie ne s'était pas montrée si injuste et les autres aussi ingrats, elle aurait pu en faire des choses, devenir "quelqu'un" . C'est ce dont elle est convaincue, Marie, qui petit à petit s'est isolée avec ses chimères et a transformé sa vie en un film qu'elle est seule à regarder. de l'amour et des attentions généreuses, elle en reçoit pourtant, mais elle ne les voit plus, aveuglée par sa méchanceté, ses mesquineries et son égoïsme abyssal. Ce jour-là, c'est toute sa longue vie que Marie se remémore entre aigreur et complaisance, mais ce jour-là, tout va basculer...
Ce récit réaliste, bien écrit, plein de désillusions, jongle aisément entre le passé et le présent. Hervé Bel signe un roman particulièrement réussi sur un sujet des plus délicats. La vieillesse y est particulièrement bien dépeinte, pénible et sordide. La plume d'Hervé Bel touche juste avec beaucoup d'ironie et d'humour noir. C'est un texte qui surprend et accroche, qui dérange beaucoup et bouleverse tout autant, nous laissant un peu abasourdi par le portrait d'une femme machiavélique qu'il est pourtant impossible de détester. Un roman qui ne peut pas laisser indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
tynn
  12 octobre 2013
Une vieille dame se souvient.
Et cette vieille dame n'a pas toujours été une belle personne.
A petits pas et petits gestes, elle cohabite, grincheuse, avec un mari bronchiteux, entre bouderies et aigreur de vieux couple. Une vie de vieux où ne s'entretiennent plus ni les corps ni l'esprit, et où une journée de plus est une victoire sur la mort.
En intercalant le présent et le passé, Marie nous ouvre sa boite à souvenirs, depuis son premier choix qui a déterminé le reste de sa vie. Son mariage avec André a fait disparaitre l'illusion d'une vie exotique de femme d'officier de marine, pour celle d'épouse d'instituteur rural.
En suivront d'autres...des choix imposés, des cruels, des réfléchis, des solitaires et des intimes.
Au fil du temps Marie se dévoile, narcissique et manipulatrice, désarçonnée par la tiédeur de son époux, piégée dans un mariage sans passion, une petite vie médiocre et désargentée qui exacerbe sa jalousie naturelle.
Des premiers émois amoureux jusqu'à l'extrême vieillesse, toute une vie banale, teintée de regrets et de désillusions, pour deux êtres qui ne se sont jamais vraiment compris, avec les frustrations d'une femme exigeante et égoïste, face à un mari incapable de romantisme et qu'elle juge faible.
Entre mesquineries et pingreries, la détresse des personnes âgées est finement reconstituée, par ses rancoeurs, ses combats muets, ses mots rugueux de deux personnes qui se connaissent intimement et s'agacent pour des riens.
Tout est d'une tristesse palpable, d'une solitude infinie.
Et pourtant, j'ai lu, fascinée, le décryptage de cette vieillesse là, qui sent le vécu, sordide et misérable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
AudreyT
  03 avril 2020
****
Marie est une femme qui a rêvé sa vie. de petite fille gâtée par un père fonctionnaire colonial, à l'épouse toujours insatisfaite d'un petit instituteur de campagne, en passant par la mère froide et hautaine de 2 garçons, elle se pose en éternelle victime. Personne ne souffre plus qu'elle et ne donne autant de sa personne. Alors qu'elle se pensait aimé de tous, les jours gris de la vieillesse font tomber les masques...
Lu dans le cadre de la dernière sélection anniversaire des 68 premières fois, ce deuxième roman d'Hervé Bel est une totale découverte pour moi. Et c'est une très belle surprise !
Avec une écriture très agréable, fluide et travaillée, l'auteur prend suffisamment de distance avec ses personnages pour nous laisser la place de les détester... Eh oui, car il s'agit bien de cela ! Marie est une femme à la fois méprisante, méchante, calculatrice, jalouse et immorale. Aucune pitié ni compassion ne peuvent venir adoucir les émotions que l'on ressent à son égard.
Mais ce personnage central est cependant tellement puissant et fort, qu'il attire presque notre admiration...
J'ai apprécié cette ambiance froide et triste, j'ai été peinée par le manque d'amour dans chacune des relations qu'entretient Marie et j'ai été horrifiée par le dernier chapitre... Une femme d'une telle inhumanité peut-elle exister vraiment ?
Aucun besoin de lire des thrillers sanguinolents pour toucher du doigt le malheur du monde... Il suffit de côtoyer Marie et vous effleurerez alors une moment d'une solitude extrême...
Merci à Caroline Laurent pour l'avoir suggéré et aux 68 pour nous l'avoir envoyé...
Lien : https://lire-et-vous.fr/2020..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
DOMS
  29 mai 2020
A une époque où les filles écoutaient leurs parents pour le choix d'un époux Marie a décidé seule qu'elle convolerait en justes noces avec André. Ce bel homme qu'elle observait de loin lui semblait porteur de promesses. Marie, fille du commandant Cavignaux, expatrié en Indochine puis revenu au pays auréolé d'une gloire locale. Marie consciente de sa valeur, bien supérieure à celle des autres filles du village. A quatre-vingt ans passés, André son mari depuis soixante ans est toujours à ses côtés, fade, insignifiant, effacé, malade.
Une tuile du toit est tombée dans la nuit, il faut appeler le petit cousin Roger à la rescousse. Mais il va entrer dans la grande maison de famille, froide, à l'abandon, comme tout dans la vie de Marie, comme elle-même. Ce matin-là André souffre, il a passé une nuit horrible mais elle ne veut pas de médecin chez elle. Certaine qu'il veut lui faire honte, qu'il fait forcément semblant, Marie se mure dans son mépris pour cet époux malade, sa rancoeur d'une vie qu'il ne lui a pas offerte, sa jalousie du bonheur des autres. Elle s'obstine à ne rien voir, n'accepte pas la vérité.
Et avec le jour s'égrènent les souvenirs de 80 ans de vie. La jeunesse au village, le choix d'épouser André envers et contre tous, l'Indochine et le séduisant Hervé Perrot, qui lui fait la cour, un soupirant à sa mesure, promesse d'une vie meilleure. Elle hésite longtemps mais finalement ce sera le retour au pays, seule, pour épouser celui qu'elle s'est choisi. Marie est séduisante. C'est une belle femme qui aime s'habiller, sortir, recevoir pour le thé. Son instituteur de mari s'avérera sans ambition, puisqu'il n'aura même pas celle de devenir directeur d'école. Il lui aura tout fait subir cet homme qui n'a aucune envergure. Ils auront deux fils, l'un brillant qui disparait si jeune, l'autre qu'elle peine à aimer. Puis ce sont les années de solitude, le chagrin de la perte et du deuil, d'un père, d'un fils. La vie est dure, en tout cas elle se complaît à le penser. Marie est exigeante, austère, méchante, égoïste, et pourtant elle a vécu tant d'années aux côtés d'André.
Lire ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/05/25/les-choix-secrets-herve-bel/
Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (2)
LeMonde   02 janvier 2015
La narration oscille entre deux points de vue, plus ou moins distants, faisant alterner le passé, trop bref, et le présent, très long. Le lecteur assiste au lent triomphe ambigu de la méchanceté. Deuxième roman d’Hervé Bel, Les Choix secrets est réjouissant parce qu’impitoyable avec son personnage.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Actualitte   19 octobre 2012
Voilà ce qui vient tour à tour glacer, révolter, fasciner, émouvoir le lecteur de ce roman aussi remarquable que dérangeant : l'idée qu'on ne naît pas monstre. On le devient.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
caro64caro64   09 janvier 2013
Désormais, il n’y a plus que la cuisine et le mari, le ciel gris derrière la mousseline des rideaux, et ce présent dont il faut bien se contenter. Ce présent est sa prison. Plus jeune, elle l’a supporté parce que, concevant l’avenir comme un espace vierge, un monde à lui tout seul, elle a cru que celui-ci prendrait un jour la place de celui-là et changerait le goût de sa vie.
Commenter  J’apprécie          110
claraetlesmotsclaraetlesmots   07 septembre 2012
Déçue. Les souvenirs se résument en un mot, comme le résultat d'une opération arithmétique. compliquée qu'on serait capable de refaire, et qu'il est donc inutile de refaire. André s'est réveillé léger, si léger, qu'elle ne l'a pas entendu se relever, ni reprendre sa place, la figure si pâle qu'elle pourrait s'effriter comme du plâtre. Il ne voulait pas la déranger, il a passé sa vie à ne pas vouloir déranger qui que ce soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
caro64caro64   09 janvier 2013
L’âge c’est l’impossibilité de goûter la nostalgie. A peine née, elle se recroqueville, se dissout et c’est la mort que l’on voit au bout. Elle seule. A côté, toutes les simagrées sentimentales ne signifient plus rien. La tristesse, c’est encore la vie, l’espérance. Le désespoir, c’est autre chose, une plaine aride où le pleur est dérisoire.

Commenter  J’apprécie          30
caro64caro64   09 janvier 2013
Le grand drame de la vie de Marie, c'est de n'avoir jamais eu le sentiment de comprendre cet homme. Toujours, elle a eu cette impression qu'il était une matière molle qu'on peut enfoncer sans jamais rien trouver de dur.
Commenter  J’apprécie          30
bettybonmabettybonma   20 décembre 2013
Pierre a été enterré à Santus, avec les honneurs rendus par le saint-cyriens venus spécialement de Coëtquidan. Marie se souvient des uniformes bleus et rouges, des sabres levés vers le ciel, devant la fosse de Pierre collée à la chapelle, juste à côté de la tombe de Bon-papa et de madame Mère. Elle était malheureuse, mais n'avait pas pu s'empêcher de regarder autour d'elle la réaction des gens du village.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Hervé Bel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bel
Inédit ! Pour sa 24e édition, le Festival du premier roman de Chambéry propose une collection de portraits vidéo des auteurs invités autour d'une question essentielle : « Qu'est-ce qu'un premier roman ? »
Découvrez le "Portrait(s) d'un premier roman" par Hervé Bel, invité du 24e Festival, pour son premier roman paru chez JC Lattès : "la Nuit du Vojd"
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre