AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020099071
Éditeur : Seuil (01/02/1988)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 468 notes)
Résumé :
Inspiré d'un fait divers authentique, ce roman raconte la vie d'Ahmed, huitième fille d'un couple qui, sans héritier mâle, décide d'élever celle-ci comme un garçon. Découvrant peu à peu dans le trouble et l'incertitude ce qui est dissimulé aux yeux de tous, Ahmed choisit d'assumer la révolte de son père, de vivre en homme et d'épouser une fille délaissée, bientôt sa complice dans une vertigineuse descente aux enfers du mensonge social le plus fou.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
Zebra
  19 septembre 2012
« L'Enfant de sable » est un roman qui peut se lire à plusieurs niveaux.
C'est d'abord l'histoire d'une fille (« naître fille est une calamité » – page 166), la huitième, que son père - au désespoir de n'avoir toujours pas d'héritier - nomme Ahmed, faisant ainsi croire à tout le monde que c'est un fils, et qu'il élève comme un garçon. En ce sens, le livre retrace la naissance, la vie puis la mort de ce garçon fabriqué et de cette fille manquée, de cette osmose instable et éphémère, de cet enfant de sable, enfant confisqué dans son sexe et dans son être. C'est le récit de l'échec d'une vie, d'un martyre provoqué par un père et accepté par son enfant, l'histoire d'une solitude quasi-absolue. Déchirant, d'une cruauté parfois insoutenable, c'est d'une descente aux enfers qu'il s'agit.
C'est également une analyse de la société traditionnelle marocaine, de ses tabous notamment en matière de sexualité, et de ses espoirs : la femme marocaine est présentée comme une usine à fabriquer des enfants (de préférence, des mâles), éternellement soumise, humiliée et contrainte par les hommes ; le mâle est présenté comme usant et abusant des pouvoirs que lui confère la tradition, rigidifié par son éducation (en « créant » Ahmed, son père cherche à perpétuer l'honneur de son propre nom de famille), ancré dans ses certitudes, obnubilé par le sexe et par le regard de l'autre (« ce peuple est affamé de sexe ; chaque regard sur la femme est un arrachage de djellaba et de robe ») mais devant en permanence bâillonner la violence de son désir. le lecteur évolue au milieu d'une société où règne le mensonge familial (les soeurs sont au service de leur « frère » mais il n'y a aucune solidarité entre elles, pas plus qu'il n'y a de solidarité entre leur mère et elles), le mensonge collectif, le poids de la tradition (la femme est idéalisée au rang de femme fatale mais cantonnée dans son rôle de reproductrice) et de la religion.
C'est aussi un essai sur les rôles respectifs du réel et de l'imaginaire : le réel est embelli ou transformé grâce au conteur (le griot) ou à l'écrivain (public ou privé), lesquels s'essayent à mêler, avec habileté et talent, contes, légendes, rites, personnages et situations. L'individu, dans ce théâtre de la vie, en est réduit à jouer un rôle : être soi-même, c'est être conscient de l'existence de son propre masque mais aussi de la nécessité de le garder sous peine de cesser de jouer le rôle, donc d'exister. Ce rôle doit être joué dans le respect du scénario, en préservant ce qui ne peut être dit : le secret crée un vide que l'imaginaire vient combler, rendant ainsi la réalité acceptable. Dans cette entreprise de « construction » du réel, les conteurs jouent eux-même un rôle de première importance : par la médiation du texte et de leurs corps, ils arrivent à falsifier les histoires des autres (page 171) et à surmonter la négation sociale du corps féminin, quitte à raconter l'histoire autrement (page 204).
C'est en outre une analyse de la place laissée à l'écrit : les mots utilisés peuvent comporter une part de lyrisme, de mystère et de poésie, le style peut être tantôt clair, tantôt énigmatique voir ésotérique (les quarante dernières pages, qui donnent l'impression que c'est au lecteur de choisir la fin de l'histoire d'Ahmed, en sont une illustration criante) mais au final l'écrit reste. L'écrit consigne ce qui est et ce qui doit être, et il énonce la vérité. le cahier d'Ahmed, cahier autobiographique décrivant des événements mais aussi une longue série de lettres anonymes échangées avec un mystérieux correspondant - elles-mêmes encastrées dans le récit du conteur -, montre la complexité du réel, complexité que l'écrit a pour fonction de révéler et de transmettre, alternant mots et silence, réel et leurres. Ahmed libère son corps grâce au verbe et à l'écrit, marquant ainsi sa douleur et hurlant ses entraves. Mais attention, le livre est un labyrinthe (page 178) fait à dessein pour confondre les hommes, avec l'intention de les perdre.
C'est enfin et surtout une réflexion sur l'identité et la construction identitaire de l'individu : le thème du sexe et la question de l'essence féminine et masculine (naît-on ou devient-on femme ?) cachent en fait, sur le ton de la confidence, la question de la personnalité et du rapport au corps (enveloppe portant tout individu de l'intérieur mais l'emportant également vers l'extérieur). le désir de se dépasser et de s'échapper du corps devient une nécessité pour l'individu qui refuse son corps : le corps est donc à la fois objet et sujet d'écriture. La fascination et la nostalgie de l'androgyne, être qui présente l'avantage d'offrir un double et une unicité, sont réelles : Tahar Ben Jelloun exhume ainsi, comme le rapporte Kahina Bouanane in « le corps en cris et écrits », le mythe d'Aristophane (dans le Banquet de Platon) de la coupure originelle, le concept de l'homme double et la quête de la deuxième moitié perdue. « A l'origine, l'homme et la femme ne faisaient qu'un, ils étaient considérés comme un être rond, parfait qui se confondait avec le cosmos » (Kahina Bouanane in ouvrage cité). Ni impuissant, ni homosexuel, Ahmed est un double sexué vivant. Fatima, l'épouse épileptique d'Ahmed, refusait son propre corps : Ahmed a découvert le courage, le désespoir, le masque, l'envie de vide et l'absence du sexe de son épouse (Fatima porte une gaine de chasteté). Miroir d'Ahmed, Fatima permet non seulement à Ahmed d'avoir une apparence sociale mais aussi de solidifier sa dimension sexuée.
Roman un peu long, polyphonique, de lecture assez fluide, débordant de rebondissements et de situations vraisemblables mais imprévisibles, à la fois biographie et conte, générant ainsi (dans cette surenchère de conteurs et cette pluralité de voix) un peu de brouillage narratif, « L'Enfant de sable » est un ouvrage hyper-réaliste mais innervé de spiritualité, un conte philosophique (Ahmed étant en quête de son identité) et une exploration des fractures que connaît le Maroc contemporain : une société hypocrite (page 146), résignée (page 155), très dure (page 160) où on réprime sans quoi on est réprimé (page 121), générant cauchemars, angoisses (Ahmed, dans sa réclusion, est effrayé à l'idée que son père puisse le mettre à mort sous prétexte qu'en redevenant femme, il a trahi ; il en vient à rêver de la mort de son père, son géniteur et le créateur de l'androgyne, mort qui a le pouvoir de l'affranchir de l'éternelle malédiction) et tensions (l'armée en vient même à tirer à balles réelles sur ses propres enfants). Bombe à retardement ou critique à fleuret moucheté, dans un contexte géopolitique ou le destin ( = le fatum) pourrait conduire à effacer la notion de culpabilité, « L'Enfant de sable » est un ouvrage remarquable où corps et écriture se conjuguent à tous les temps et sur tous les tons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          880
jeunejane
  20 avril 2017
Le roman se passe dans une ville arabe.
Hadj Ahmed, un riche commerçant, a déjà sept filles.
Quand son huitième enfant apparaît, c'est la honte ; Zahra vient au monde. Encore une fille !
Il répand un mensonge fou.
Il va déclarer à tous qu'un fils lui est né, il se nomme Ahmed.
A partir de ce moment, un long chemin de souffrance commence pour Ahmed ( Zahra ) qui jouera jusqu'au bout le jeu de son père en demandant une fille en mariage.
La beauté du livre réside dans les cahiers écrits par Ahmed-Zahra la nuit, sous la toute jolie plume de Tahar Ben Jelloun qui transforme cette histoire en conte.
L'enfant de sable constitue le premier tome. le deuxième " La nuit sacrée" a reçu le prix Goncourt en 1987.
Je viens de relire celui-ci, pas du tout en lecture rapide car l'histoire, les sentiments, l'écriture valent la peine de s'y attarder une nouvelle fois.
Commenter  J’apprécie          657
NathalC
  26 février 2018
Ce roman est l'histoire de la quête d'identité d'une jeune fille/jeune homme.
C'est un conte raconté par les uns et par les autres, un conte qui voyage dans l'espace et dans le temps.
Au fil des pages, on ne sait plus où est la vérité, ce qui est vrai, ce qui est enjolivé, ce qui a été déformé...
C'est une histoire violente écrite avec douceur par Tahar Ben Jelloun.
C'est une histoire sans fin, où chacun y rajoute des petites notes, où chacun y trouve sa poésie...
Commenter  J’apprécie          451
Iboo
  02 avril 2016
"Ô hommes du crépuscule ! Je sens que ma pensée se cherche et divague." déclare le premier conteur de la vie d'Ahmed.
Et bien voilà ! C'est bien ce qu'il me semblait... il divague.
Je ne comprends absolument rien à ses envolées, ses métaphores, son délire. Pendant que sa pensée se cherche, moi, je me perds.
Au tiers du livre, un autre conteur prend la place du premier et la narration devient un peu plus claire. Un peu plus claire mais guère plus intéressante. De situations répétitives en redondantes jérémiades existentialistes... on tourne en rond. Avec, malgré tout, quelques percées pour se recentrer sur l'histoire en elle-même afin de ne pas nous perdre totalement en dépit de toutes les invraisemblances dont elle est truffée.
Et les choses ne s'arrangent pas quand, au deuxième tiers, trois ou quatre autres conteurs entrent en scène, chacun y allant de sa version de l'affaire.
On se croirait sur une place de marché où des commères, se donnant des airs de philosophes, surenchérissent à grands renforts de sensationnel, de nébuleux, et de sordide.
J'avais envie de lire une histoire, envie d'être étonnée, de voyager, et je suis restée assise sur le bord du chemin à tenter de rester attentive à la démonstration logorrhéique d'un auteur que je ne connaissais pas et dont j'espérais beaucoup.
Au bénéfice du doute, je lui accorde néanmoins deux étoiles car il se peut que, agacée par l'ensemble, je sois passée à côté de ce roman.
Il me reste à lire "La nuit sacrée" mais je vais attendre un peu... juste le temps qu'il faut pour que ma déception s'estompe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
aouatef79
  07 mars 2019
" L' enfant de sable", est un roman de l' écrivain franco-marocain ,Tahar Ben Jelloun .Cette histoire est inspirée d' un fait-divers réel .Le père de famille Si-El-Hadj , est un homme prospère .Mariée depuis quinze années et il a sept filles.Pour les sociétés maghrébines , la venue d' une fille dans un ménage est considéré comme un déshonneur ,une catastrophe ou une calamité !
Lorsque la femme de Si-El-Hadj accouche de sa huitième fille , il déclare à tout le monde qu' il s' agit d' un garçon qu' il prénomme , Ahmed .En réalité ,Ahmed est une fille .Son prénom est Zahra .Pour le père , cet enfant doit se comporter comme un garçon .Elle va grandir ainsi et subir un dédoublement .
Alors , il faut s' imaginer que sera le vécu et la vie de Zahra qui doit se faire violence et taire sa féminité .Un destin tragique .Tout ça est dû aux superstitions et les mentalités rétrogrades .Une douloureuse histoire .


Commenter  J’apprécie          397
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
NathalCNathalC   24 février 2018
La place est propre. Plus de charmeurs de serpents, plus de dresseurs d'ânes ni d'apprentis acrobates, plus de mendiants montés du Sud à la suite de la sécheresse, plus de charlatans, plus d'avaleurs de clous et d'épingles, plus de danseurs ivres ni de funambules unijambistes, plus de djellabas magiques aux quinze poches, plus de gamins simulant l'accident sous un camion, plus d'hommes bleus vendant des herbes et du foie de hyène pour jeter le sort, plus d'anciennes putains reconverties dans la voyance, plus de tentes noires fermées sur le mystère à garder précieusement au fond de la mémoire, plus de joueurs de flûte qui charment les jeunes filles, plus de boutiques où l'on mange des têtes de mouton cuites à la vapeur, plus de chanteurs édentés et aveugles qui n'ont pas de voix mais qui s'entêtent à chanter l'amour fou de Qaiss et Leila, plus de montreurs d'images érotiques aux fils de bonne famille, la place s'est vidée. Elle n'est plus une place tournante. Elle est juste un lieu propre pour une fontaine inutile.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
ZebraZebra   19 septembre 2012
page 94

[...] "15 avril. Je me suis assez donné. A présent je cherche à m'épargner. Ce fut pour moi un pari. Je l'ai presque perdu. Être femme est une infirmité naturelle dont tout le monde s'accommode. Être un homme est une illusion et une violence que tout justifie et privilégie. Être tout simplement est un défi. Je suis las et lasse. S'il n'y avait ce corps à raccommoder, cette étoffe usée à rapiécer, cette voix déjà grave et enrouée, cette poitrine éteinte et ce regard blessé, s'il n'y avait ces âmes bornées, ce livre sacré, cette parole dite dans la grotte et cette araignée qui fait barrage et protège, s'il n'y avait l’asthme qui fatigue le cœur et ce kif qui m'éloigne de cette pièce, s'il n'y avait cette tristesse profonde qui me poursuit ... J'ouvrirais ces fenêtres et escaladerais les murailles les plus hautes pour atteindre les cimes de la solitude, ma seule demeure, mon refuge, mon miroir et le chemin de mes songes." [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
genougenou   05 mars 2017
Ma vie fut principalement aux livres. J'en ai écrit, publié, détruit, lu, aimé... Cette femme, envoyé par une main bienfaisante, vint, juste la nuit, me donner une dernière image, offrir à mon souvenir son visage entièrement tourné vers un passé que je devais deviner. Je ne suis dit que ce n'était pas un hasard, mais bien le fait d'une bonté anonyme : emporter dans un voyage souterrain l'image d'une beauté émue. J'entrai dans l'obscurité accompagné de ce visage qui allait, plus que les livres, occuper ma vie, ce long couloir du crépuscule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
jmlire92jmlire92   05 août 2019
Naître garçon est un moindre mal... Naître fille est une calamité, un malheur qu'on dépose négligemment sur le chemin par lequel la mort passe en fin de journée... Oh ! je ne vous apprends rien. Mon histoire est ancienne... Elle date d'avant l'Islam... Ma parole n'a pas beaucoup de poids... Je ne suis qu'une femme, je n'ai plus de larmes. On m'a tôt appris qu'une femme qui pleure est une femme perdue... J'ai acquis la volonté de n'être jamais cette femme qui pleure. J'ai vécu dans l'illusion d'un autre corps, avec les habits et les émotions de quelqu'un d'autre. J'ai trompé tout le monde jusqu'au jour où je me suis aperçue que je me trompais moi-même. Alors je me suis mise à regarder autour de moi et ce que j'ai vu m'a profondément choquée, bouleversée. Comment ai-je pu vivre ainsi, dans une cage de verre, dans le mensonge, dans le mépris des autres ? On ne peut passer d'une vie à une autre juste en enjambant une passerelle. Il fallait quant à moi me débarrasser de ce que je fus, entrer dans l'oubli et liquider toutes les traces. L'occasion allait m'être donnée par les gosses, tous ces gamins des bidonvilles, renvoyés des écoles, sans travail, sans toit, sans avenir, sans espoir. Ils étaient sortis dans les rues, d'abords les mains nues, ensuite les mains pleines de pierres, réclamant du pain. Ils hurlaient n'importe quel slogan... Ils n'en pouvaient plus de contenir leur violence..., des femmes et des hommes sans travail les rejoignirent. J'étais dans la rue, ne sachant quoi penser... , je n'avais pas de raison de manifester avec eux. Je n'avais jamais connu la faim. L'armée a tiré dans la foule. Je me suis trouvée mêlée aux gosses presque par hasard. J'étais avec eux face aux forces de l'ordre. Je connus ce jour-là la peur et la haine. Tout a basculé sur-le-champ. Je reçu une balle à l'épaule, des femmes qui étaient à leur porte pour encourager les manifestants me ramassèrent en vitesse et me cachèrent chez elles. En entrant dans cette maison de pauvres, recueillie par des femmes dont les enfants devaient être parmi la foule, j'eus une émotion très forte jusqu'à oublier la douleur causée par la blessure. Elles s'occupèrent de moi avec efficacité et gentillesse. Depuis ce jour, je m'appelle Fatouma. Elles me gardèrent longtemps chez elles. La police recherchait partout les blessés pour les arrêter. Elle gardait même les cimetières. Le principe était de nettoyer le pays de la mauvaise graine pour empêcher de nouvelles émeutes. Hélas ! le pays ne fut pas vraiment nettoyé... , d'autre émeutes, plus sanglantes, eurent lieu quinze et vingt ans après...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
araucariaaraucaria   05 septembre 2018
Ma retraite a assez duré. J'ai dû dépasser les limites que je m'étais imposées. Qui suis-je à présent? Je n'ose pas me regarder dans le miroir. Quel est l'état de ma peau, ma façade et mes apparences? Trop de solitude et de silence m'ont épuisé. Je m'étais entouré de livres et de secret. Aujourd'hui je cherche à me délivrer. De quoi au juste? De la peur emmagasinée? De cette couche de brume qui me servait de voile et de couverture? De cette relation avec l'autre en moi, celui qui m'écrit et me donne l'étrange impression d'être encore de ce monde? Me délivrer d'un destin ou des témoins de la première heure? L'idée de la mort m'est trop familière pour m'y réfugier. Alors je vais sortir. Il est temps de naître de nouveau. En fait je ne vais pas changer mais simplement revenir à moi, juste avant que le destin qu'on m'avait fabriqué ne commence à se dérouler et ne m'emporte dans un courant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Tahar Ben Jelloun (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tahar Ben Jelloun
Roman traduit du suédois par Esther Sermage Lu par Bernard Gabay **La Fille qui devait mourir** ? le grand finale de David Lagercrantz dans la série Millénium ? est un cocktail redoutable de scandales politiques, jeux de pouvoir à l?échelle internationale, technologies génétiques, expéditions en Himalaya et incitations à la haine qui polluent l?Internet et qui trouvent leurs origines dans des usines à trolls en Russie.
L?interprète Bernard Gabay a débuté au cinéma et joué dans de nombreux films et téléfilms ainsi que dans une trentaine de pièces de théâtre, avec une prédilection pour les auteurs contemporains. Il est aussi la voix française de Robert Downey Jr, Viggo Mortensen, Daniel Day-Lewis. Il a participé à de nombreuses lectures publiques et prêté sa voix, dans de nombreux livres audio, à des auteurs tels que Serge Joncour, Tahar Ben Jelloun, Haruki Murakami, Philip K. Dick?
FORMAT : 13,7 x 18,8 / DURÉE D?ÉCOUTE : 12H / 2 CD / MEV : 22 AOÛT 2019
+ Lire la suite
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tahar Ben Jelloun

De quelle nationalité est Tahar Ben Jelloun?

Tunisienne
Marocaine
Algérienne
Egyptienne

10 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Tahar Ben JellounCréer un quiz sur ce livre
.. ..