AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1728993849
Éditeur : Auto édition (19/10/2018)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Pourquoi n’est-il pas rentré ? Valentin est sur répondeur. Ce n’est pas un retard, il s’est volatilisé. Il a douze ans. Début du cauchemar.
Un enfant émotif et introverti, une mère au supplice. Un professeur ambivalent, un directeur qui ment. Dans le prestigieux collège Sainte-Sophie, les secrets sont à double tranchant, les mensonges jouent contre le temps.
Nathalie, maman solo saignée à blanc, va sombrer dans l’angoisse glaçante d’une disparition. Un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
frgi
  01 juin 2019
Rebonjour cher Matthieu Biasotto,
Depuis que je vous ai découvert l'an passé, je me suis dit que j'avais du travail sur la planche afin de lire toute votre bibliographie. Car oui, bien que n'étant de premier abord pas très chaud à la lecture d'un roman auto édité, j'ai été littéralement séduit par votre plume à la lecture de "11 juin", un huis clos à couper le souffle. Dès lors, je suis rapidement revenu vers vous avec "Ewa" et "Persécutée" que j'ai tout autant adorés.
Aujourd'hui c'est avec 72h que je poursuis ma découverte de votre univers littéraire. Force est de constater que j'aime toujours autant votre style et votre capacité à nous emmener dans une direction alors que la vérité est ailleurs.
Votre performance ne réside pas uniquement dans le travail d'écriture mais également dans la recherche qui est réalisée sur les couvertures de vos livres qui sont tout simplement magnifiques et qui ont l'art d'attirer le regard. Chose très importante dans le choix de mes lectures puisque depuis quelques années mes critères de lecture sont : un titre et une couverture accrocheurs. C'est d'ailleurs comme ça que j'en suis arrivé à lire "11 juin", aidé en cela par les conseils avisés d'une collègue, fan inconditionnelle de vos romans.
Je vais de ce pas me plonger dans la lecture de votre dernier roman et reviens très bientôt pour une nouvelle chronique je l'espère aussi positive !
PS : seul petit bémol lors de ma lecture, un petit tic d'écriture m'a un peu gêné. Pourquoi désigner aussi régulièrement les personnages féminins en utilisant la couleur de leur chevelure? Je ne sais combien de fois vous avez utilisé le terme "la brune" au fil de ce roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Cindol
  19 octobre 2018
Et voici donc que débarque le petit dernier de Matthieu Biasotto. Les sorties de cet auteur sont toujours pour nous un petit évènement. Celui-ci ne déroge pas à la règle et confirme bien que dans le monde des auteurs auto-édités, on y trouve parfois de véritables petites pépites qui n'ont rien à envier aux gros mastodontes médiatisés. Ce 72h révèle non seulement le titre mais également le temps maximal que durera ce roman entre vos mains car croyez-le bien, les mots vont happer votre regard et vous hypnotiser jusqu'à ce que fin s'en suive….
Fidèle à son habitude si vous connaissez la plume de cet auteur : ici, point de gore, point de meurtre glauque mais du thriller psychologique pur souche et qui fonctionne admirablement. Vos nerfs seront soumis à rudes épreuves et vos ménages fumeront à force de vouloir découvrir le fin maux ( 😉 ) de l'histoire mais c'est sans compter sur l'imagination débordante de Matthieu.
C'est simple, dans ce thriller, vous allez avoir l'impression de passer dans une machine à laver en mode essorage tellement vous serez balloté parmi les indices que vous penserez décisifs pour comprendre le scénario. C'est vraiment le style de roman que j'affectionne : celui où durant la lecture je passe par les différentes phases de : « Ah bah c'est lui c'est sûr, j'ai compris », à : « Ah bah non en fait, j'ai rien compris », pour suivre avec : « Aaaah ok, bien vu, étant donné que untel à dit ça et que trucmuche à fait ça, c'est lui au final », pour finir avec le fameux : « ou pas… ». En clair, rien n'est acquis, toutes les convictions en cours de lecture sont destinées à être balayées au bout de quelques pages et tout est fait pour nous faire tourner en bourrique. Et vous savez quoi ? on tourne en bourrique 😉
En ce qui concerne le scénario justement, force est de constater que l'auteur s'est décarcassé pour trouver le bon découpage des scènes et nous distiller les infos quand il faut, où il faut, pour que rien ne vienne gâcher le plaisir de cette fin qui en surprendra plus d'un, pour ne pas dire tout le monde.
Aujourd'hui je peux dire que mon expérience de lecture dans ce genre de roman est assez conséquente et je me fais de plus en plus rarement surprendre par une histoire. Mais là, je dois avouer que je me suis fais avoir comme un bleu, je n'ai rien vu venir et ça fait diablement plaisir.
Voici donc un thriller psychologique qui je suis sûr en ravira plus d'une et plus d'un et si vous n'avez pas encore posé vos yeux sur cette plume, c'est une des plus belles occasions pour le faire car ce roman fonctionne de bout en bout et dans tous les registres du genre. En tout cas, moi, j'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
ValerieLacaille
  04 janvier 2019
Un thriller efficace sur fond de disparition d'enfant, avec un « détricotage » des faits habilement mené puisque le suspens dure jusqu'aux dernières pages.
L'intrigue tourne autour de Valentin, 12 ans, qui disparaît subitement. Sa mère, Nathalie, l'a pourtant inscrit dans l'établissement le plus côté de la ville de Saintes, le très prestigieux et rigoureux collège Sainte Sophie afin de lui permettre d'avoir un meilleur avenir que le sien. En effet, pour joindre les deux bouts, elle tient un petit cabinet de massages au coeur d'une cité malfamée. Jamais elle n'aurait pu imaginer qu'il arrive quoi que ce soit à son fils alors qu'il était au collège.
On cherche alors ; est-ce un pari stupide propagé sur les réseaux sociaux, du genre « disparaître pendant 72h » ? Est-ce un enlèvement ? Une multitude de pistes vont s'ouvrir, et Nathalie va se retrouver trop souvent seule à retourner la fange de l'élite saintongeaise pour tenter de retrouver son fils. Que cache le directeur de Sainte Sophie ? Et le professeur de français, aux gestes troublants ? Et puis ce dessin de sucette rouge qui revient dans les carnets de dessins de Valentin ; à quoi correspond-il ?
Les masques vont tomber…
Un roman bien écrit, qui se lit d'une traite, mais qui contient un bémol à mes yeux : la présence de fautes de grammaire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Marie-Nel
  20 octobre 2018
Lire un roman de Matthieu Biasotto fait partie pour moi des valeurs sures, je n'ai pour l'instant jamais été déçue par l'un de ses écrits. À chaque nouveau roman, je me dis qu'il a été encore meilleur que le précédent.
Je suis déjà tombée amoureuse de la couverture de 72h, il y a plein d'éléments dessus, le sablier, l'enfant, la sucette rouge, la croix...au début j'ai examiné chacun d'eux et me suis demandée quel rapport il pouvait bien y avoir. En lisant le résumé, j'ai trouvé la signification de l'enfant et du sablier, la croix également en rapport avec le collège privé...mais la sucette...elle aura pourtant une grande importance dans l'histoire, et elle ne joue pas le rôle que je lui avais prédestiné en premier lieu.
Je ne vous parlerai que très peu de l'histoire, je ne voudrais surtout pas trop en dévoiler, le mystère doit planer et rester entier au moment où vous allez commencer votre lecture. le résumé en dit déjà assez, et il faut lire sans rien savoir pour recevoir tous les effets de ce qu'a concocté Matthieu Biasotto.
Tout va se passer autour de la disparition de Valentin, il est scolarisé au collège Sainte-Sophie, il vit avec sa mère célibataire. Elle n'a pas les moyens pour payer une telle scolarité, mais son fils voulait tellement y aller qu'elle se saigne, se débat avec son banquier pour que Valentin aille dans ce collège. Elle trouve des astuces pour se faire un peu d'argent. Valentin est un enfant renfermé, il a peu de copains, il va disparaître sans raisons apparentes. Nous lecteurs, nous savons dès le début ce qu'il se passe, mais pas sa mère Nathalie. Elle veut absolument le retrouver, va remuer ciel et terre, les forces de police, les autres parents du collège, les habitants de la ville...mais le temps s'écoule, s'écoule, et toujours rien..
Comment ne pas être réceptif à la terreur de Nathalie, à son angoisse grandissante avec les heures qui s'égrènent ? En tant que lectrice, j'ai ressenti la peur et les angoisses de cette maman, son obsession, ses insomnies, sa presque folie dans ses recherches. Matthieu Biasotto laisse au fil de la lecture des indices, des révélations, alors j'ai cherché un ou des coupables, me suis demandé où était Valentin, pourquoi il gardait le silence, ce que pouvaient cacher certaines personnes. Et quand les réponses arrivent, que les pièces du puzzle commencent à se mettre en place, je suis restée bouche bée, je ne m'attendais pas à un tel enchevêtrement de situations et de cas, et surtout je ne pensais pas que la raison de cette disparition allait être celle-là et allait mener à des actes graves...
Tous les personnages de ce roman sont très bien travaillés, dans leurs points positifs comme dans les négatifs. On pense connaître une personne, et en fait, elle cache quelque chose, les secrets peuvent faire très mal, les on-dits aussi. Cette histoire nous montre tous les méfaits de ces silences, de ces explications que l'on tait. L'auteur parle avec justesse de notre société à travers ses personnages, leurs opinions, leurs positions sociales, les différences...une belle représentation.
Ce qui m'a époustouflée le plus est la facilité à laquelle Matthieu Biasotto a su se mettre dans la peau d'une femme, d'une mère, du lien puissant qu'elle a avec son fils. J'ai oublié par moment, que l'auteur était un homme tellement la souffrance de Nathalie est criante de vérité.
Ce roman fait partie de ceux qui se lisent en totale addiction. Impossible de décrocher, chaque fin de chapitre donne envie de savoir la suite, et pourtant le suivant part sur un autre personnage, ce qui pousse à aller encore plus vite. Il y a ces chapitres courts écrits en italique qui nous font prendre conscience de l'urgence et de la gravité de la situation de Valentin, on comprend qu'il y a quelqu'un derrière tout cela, mais qui...
J'ai passé un excellent moment de lecture, je suis restée scotchée dedans à en oublier le temps qui passe et les obligations personnelles. J'ai même retardé certaines activités pour pouvoir la terminer et savoir le mot de la fin, qui m'a bouleversée et marquée. Je ne suis pas prête d'oublier cette histoire et tous les personnages qui l'habitent. C'est le genre de roman qui va me hanter, dont je pourrais parler après quelques temps encore. Et maintenant que le puzzle est entier, je prendrai un énorme plaisir à le relire, afin de dépister les indices parsemés par l'auteur tout au long du roman.
Vous l'aurez compris, je ne peux que vous recommander la lecture de 72 h. Vous vivrez des moments intenses, stressants, angoissants, une course contre la montre, une envie de savoir et de comprendre. En bref, une excellente lecture.
Un énorme merci à Matthieu Biasotto pour tout cela, pour tout ce que j'ai vécu en moins de 72h pour ma part... j'ai déjà hâte de le retrouver dans un nouvel opus pour voir où il va bien pouvoir encore m'emmener...
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
bbpoussy
  04 août 2019
Je ne me lasse pas de lire un livre de Matthieu Biasotto depuis que je l'ai découvert avec "Un jour d'avance".
Celui-ci est toujours aussi surprenant, prenant, un vrai page-turner.
J'ai tremblé pour Nathalie et pour son fils Valentin. J'ai souhaité des oh non pas ça, il ne peut pas faire ça à des ah ben non, c'est effectivement pas ça. J'ai accusé tout le monde à tour de rôle.
J'ai eu la chance de faire une Bêta Lecture pour son dernier roman "Blanche" et depuis j'ai dû mal avec les autres romans et sur celui-ci je me suis prise au jeu de la Bêta Lecture en le commentant à chaque fin de chapitre.
J'ai trouvé un auteur qui me met dans le même état que quand je lisais les Agatha Christie, surtout avec Hercule Poirot. J'ai mis mes cellules grises en mode combats et mais elles ont été mises en mode échecs par le maître de ce suspense haletant.
Je me suis régalée. Je vous le recommande donc ainsi que ses autres romans, dont j'ai la chance de ne pas avoir tout lu, d'autres bonnes lectures en perspective donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Armony22Armony22   19 octobre 2018
Oui, Sainte-Sophie jouit d'une excellente réputation et nul ne se doute que dans la poussière recouvrant le vieux matériel entassé là, le souffle haletant d'un homme écrase le silence glacé d'un enfant.
Commenter  J’apprécie          10
Armony22Armony22   19 octobre 2018
La haine est conjuguée au présent, leur mariage à l'imparfait.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Matthieu Biasotto (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matthieu Biasotto
Découvrez trois sorties littéraires immanquables d'août dans notre nouvelle vidéo !
---------------------- Les livres dont on vous parle dans cette vidéo : - L'Unité Alphabet de Jussi Adler-Olsen : http://bit.ly/2KorquD - le supplément d'âme de Matthieu Biasotto : http://bit.ly/2OE0wlG - La tête sous l'eau d'Olivier Adam : http://bit.ly/2MdjMot
Rejoignez notre Bookclub Bookeen : http://bit.ly/2ASauI7 et ne manquez pas notre article sur les 10 immanquables d'août : http://bit.ly/2LZAfjn
---------------------- Vous pouvez également venir parler littérature et lecture numérique avec nous sur : - Twitter : https://twitter.com/Bookeen - Facebook : https://www.facebook.com/Bookeen - Instagram : https://www.instagram.com/bookeen_cafe/
---------------------- Musique de fond : I Will Not Let You Let Me Down (Instrumental Version) by Josh Woodward (licence CC) http://bit.ly/2qSEksB
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1752 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..