AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782381631134
192 pages
Le Bélial' (25/01/2024)
4.06/5   17 notes
Résumé :
Sommaire

Éditorial, par Org

NOUVELLES

Le Charme discret de la machine de Turing, de Greg Egan
Renaissance, de Jean-Marc Ligny
RêveVille, de Thierry Di Rollo
Rayée, d’Audrey Pleynet

RUBRIQUES ET MAGAZINE

Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
Anthos à gogo, par Philippe Boulier
Paroles d’illustratrice : Saralisa Pe... >Voir plus
Que lire après Bifrost, n°113 : L'intelligence artificielle !Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Rares sont les numéros de Bifrost à ne pas être consacrés à une autrice ou à un auteur de l'imaginaire, c'est le cas de cet opus 113 spécialement dédié à l'Intelligence Artificielle (qui pourraient être les grandes autrices de demain !).

Après un édito consensuel et plutôt sage, le lectorat plonge directement au coeur du sujet avec quatre nouvelles autour des IA et des problématiques qu'elles peuvent ou pourraient engendrer. Quatre axes, quatre points de vue différents pour quatre instants de plaisir.

Le charme discret de la Machine de Turing - Greg Egan
Les nouvelles de Greg Egan font toujours un peu peur (ses novellas et ses romans aussi !). L'auteur australien n'est pas réputé pour être un auteur facile et accessible mais parfois certains de ses textes sont très classiques, compréhensibles par tous. C'est le cas ici où il met en scène un américain moyen se retrouvant au chômage quand son poste est remplacé par une intelligence artificielle. Malgré de nombreuses recherches, Dan ne retrouve pas d'emploi et se rend compte qu'il est loin d'être le seul dans ce cas, le problème touchant tout le monde quel que soit le boulot, ce qui enclenche un cercle vicieux entre la production et la consommation.

Greg Egan fait mouche avec ce texte, d'autant plus qu'il ne s'arrête pas au simple remplacement de l'Homme par la Machine mais amène une réflexion plus profonde sur nos sociétés. Encore une fois, il démontre qu'il est un grand auteur, un visionnaire (le texte original a été publié en 2017), un homme en avance sur son temps.

Renaissance - Jean-Marc Ligny
Auteur français très prolifique qui, à l'instar de Thierry di Rollo, n'est pas connu pour son optimisme foudroyant mais reconnu pour son éco-sensibilité et ses prises de positions tranchées. Avec Renaissance, Jean-Marc Ligny revient dans son univers des Ages Sombres, qu'il avait déjà abordé dans un précédent numéro de la revue et qu'il a développé dans un recueil publié chez l'Atalante.

Un homme raconte son histoire, sa vie passée dans la Cité Renaissance, ville autosuffisante entièrement contrôlée par des IA et construite plusieurs décennies auparavant par quelques richissimes Hommes de l'ancien monde, avant l'effondrement et l'avènement des Ages Sombres, et son départ de celle-ci.

Dans cette court nouvelle, l'auteur aborde la dépendance extrême aux IA quand l'homme n'a plus aucun but, aucun objectif. Tout étant réalisé par les machines, il est un spectateur de sa propre vie. Optimiste ou pessimiste ce récit peut se lire de deux façons différentes. Encore une fois un magnifique texte de l'auteur.

Rêve Ville - Thierry di Rollo
L'auteur se fait trop rare selon l'équipe du Bélial et quand un texte, même très court arrive, c'est l'effervescence. Rêve Ville c'est cinq petites pages intenses et sombres dans la lignée des écrits de Thierry di Rollo. Il faut beaucoup de talent pour emporter le lectorat en si peu de mots, pour arriver à dresser tout un univers, décrire une scène de vie et terminer sur une chute bien que prévisible mais terriblement caustique. Sans être un grand fan de l'auteur, je m'incline devant l'exercice présenté ici : du grand art !

Rayée - Audrey Pleynet
On ne présente plus Audrey Pleynet qui s'impose petit à petit dans le paysage imaginaire français. Rayée est la deuxième nouvelle de l'autrice à être publiée dans les pages de Bifrost après l'excellente Encore cinq ans.

Dans un monde post-apocalyptique où l'Homme a régressé depuis qu'il a décidé de détruire toutes traces d'Intelligences Artificielles, leur reprochant de ne pas avoir su le guérir d'un mal étrange qui lui fait perdre plusieurs pans de son "humanité". Chacune de ces pertes est symbolisée par une lettre tatouée sur l'avant-bras de chaque individu, et chaque fois qu'une de ses qualités disparait, la lettre est rayée. Agathe, une ancienne informaticienne, espère ne pas oublier cette humanité grâce à la puissance créative d'une petite machine qui a échappé à la destruction. C'est à travers son récit que l'on découvre la fin d'un monde...

Encore une fois, Audrey Pleynet arrive à nous bluffer par son originalité, son univers foisonnant et le questionnement qu'elle apporte en si peu de pages. Intense, sombre et poétique, ce texte confirme tout le talent de l'autrice.



S'ensuit le traditionnel cahier des critiques qui confirme ce que je disais le trimestre dernier, la Science-Fiction (re)devient le parent pauvre de l'Imaginaire, il n'y a pas pléthore de titres et ceux publiés, à quelques exceptions près, ne sont pas si enthousiasmants que cela.

Avant de passer au dossier "Intelligence Artificielle", la parole est donnée à l'Illustratrice Saralisa Pegorier qui a dessiné la couverture du Bifrost consacré à Anne Rice.

Le dossier spécial Intelligence Artificielle commence par deux rétrospectives de sa présence dans la littérature grâce à Pierre-Paul Durastanti et sur les différents écrans d'après Nicolas Martin. Deux articles complémentaires et très intéressants. Mais ce sont les quatre interviews menées par Eric Jentile qui permettent de comprendre toute la difficulté d'arriver à un consensus sur le sujet. Les illustrateurs Nicolas Fructus et Marc Simonetti, le fondateur de Clarkesworld Neil Clarke et l'écrivain chinois Chen Qiufan nous parlent de leur rapport à l'IA, de l'utilisation qu'ils en font (ou pas), des dérives et des dangers inhérents à leurs proliférations et de leurs capacités grandissantes. Quatre approches différentes, contradictoires et complémentaires à la fois. Passionnant ! On retrouve ensuite avec plaisir Frédéric Landragin, qui avait déjà abordé le sujet dans son essai publié dans la collection Parallaxe Comment parle un Robot, et qui à travers deux IA célèbres C3PO de Star Wars et le T-800 de Terminator, nous explique le fonctionnement et les limites de ces IA. le dossier se termine par la présentation d'une dizaine d'ouvrages incontournables sur le sujet, et cerise sur le gâteau, par un court article d'Ada Palmer plein d'optimisme et d'espoir qui va à contre-courant de la pensée dominante. Une lumière dans la nuit...

La revue se termine par le traditionnel Scientifiction, quelques infos du monde de l'Imaginaire, les résultats du prix des lecteurs Bifrost 2023 et la fameuse page finale.

Un numéro 113 de toute beauté qui nous informe, nous éclaire et nous interroge.

Lien : https://les-lectures-du-maki..
Commenter  J’apprécie          40
Le charme discret de la machine de Turing de Greg Egan : 9/10
Ce récit d'anticipation décrit un monde qui ressemble finalement déjà beaucoup à notre présent. Ainsi, c'est un tableau précis et affuté de notre société moderne, des effets délétères de son fonctionnement économique et de sa déshumanisation qui est dépeint. le ton est juste et percutant, criant de vérité. C'est un très bon texte qui traite de l'IA et bien au-delà.

Rennaissance de Jean-Marc Ligny : 9/10
Le thème a déjà été bien exploité par d'autres auteurs mais cette nouvelle variation de l'allegorie de la caverne de Platon est très agréable à lire.

Rêveville de Thierry di Rollo : 8/10
La nouvelle est très courte et dévoile son intérêt dans le dernier tiers. le texte développe une vision radicale et effrayante d'un avenir possible mais déjà entamé. le ton est ironique et grinçant.

Rayée d'Audrey Pleynet : 7,5/10
Un texte sympathique et agréable à lire. Il y manque peut-être un peu de piment.
Commenter  J’apprécie          20
Lecture terminée : un dossier IA solide pour la partie théorique (même si j'ai un peu de mal à partager l'optimisme d'Ada Palmer, que voulez-vous, l'optimisme et moi...) - en tout cas ça m'a paru solide moi qui n'y pipe pas grand chose et ne me suis jamais passionné pour le sujet ; une sélection de nouvelle, qui, à l'inverse, m'a paru plutôt faiblarde (mention "pas mal" néanmoins pour celle de Greg Egan, auteur que je lis pour la première fois et dont j'avais peur - à tort - qu'il n'écrive que de la Hard-SF pour spécialistes).
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
La seule route assurée vers une réelle dystopie est de se convaincre que celle-ci est inévitable, et d'échouer à essayer quelque chose de mieux. [Ada Palmer, 181]
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : autre Voir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4851 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}