AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213701479
Fayard (10/10/2018)
3.51/5   90 notes
Résumé :
« J’ai écrit mon journal à partir de 11 ans, adressé à Munkey, mon confident, ce singe en peluche, gagné dans une tombola. Il a dormi à mes côtés, il a partagé ma vie avec John, Serge, Jacques, il a été le témoin de toutes les joies et toutes les tristesses. Devant la dévastation de mes enfants, j’ai déposé Munkey dans les bras de Serge dans le cercueil où il reposait, tel un pharaon. Mon singe pour le protéger dans l’après-vie.
En relisant mes journaux, il m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,51

sur 90 notes
5
5 avis
4
8 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
3 avis

cascasimir
  13 décembre 2020
"Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
Dis moi que tu m'aimes encore si tu l'oses
J'aimerais que tu te trouves quelque chose
De mieux" Serge Gainsbourg.

C'est un journal intime (de 1957 à 1982) dans lequel Jane parle d'amour et de séparation (avec John Barry le compositeur d'Amicalement vôtre."). Elle attendait à la maison, John Barry qui batifolait avec d'autres femmes...
De Serge Gainsbourg, de leur amour et de disputes légendaires... Jane se met à nu... Puis de Jacques Doillon.

"Je t'aime, moi non plus.
Je vais, je vais et je viens
Entre tes reins
Et je me retiens."

Le singe en peluche que tient Jane sur la couverture du livre repose avec Serge Gainsbourg, dans sa dernière demeure.
"Je ne veux pas m'excuser à nouveau, je l'ai si souvent fait. Il dit que c'est ma faute, on se rabiboche, mais c'est toujours moi qui suis désolée."

"Ex fan des sixties.
Petite baby doll
Comme tu dansais bien le rock'n'roll
Ex fan des sixties
Où sont tes années folles"
Jane parle aussi de Kate, sa première fille (qui se suicida?)
" ...mes bras seront autour de toi pour toujours, je te bercerai, je t'embrasserai si tu as mal, tu me fais pleurer de te voir si malheureuse"

"69 année érotique.
Gainsbourg et son Gainsborough
Ils s'aiment et la traversée
Durera toute une année
Il pardonnera ses caprices jusqu'en 70."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10210
Eroblin
  21 avril 2020
Comme j'aime bien Jane Birkin, je me suis laissé tenter par cet ouvrage qui rassemble ses journaux intimes écrits entre 1957 et 1982 entrecoupés de textes écrits par elle, où elle précise des faits, des noms, des anecdotes. J'ai eu un peu de mal au départ à entrer dans la vie de cette artiste fantasque car les premiers chapitres correspondent à l'adolescence de Jane et ses réflexions semblent décousues ou symptomatiques d'un esprit qui se construit. Et puis, à partir du moment où elle rencontre John Barry, puis Serge Gainsbourg, les pages deviennent plus intéressantes. C'est l'occasion de s'apercevoir que John Barry fut une rencontre avortée dès le départ, visiblement la différence d'âge, les attentes différentes de Jane et de John ont très vite mis un terme à leur couple. Et puis il y a la rencontre avec Serge Gainsbourg qui a profondément marqué Jane Birkin et même, après l'avoir quitté, on sent dans ses écrits qu'il est resté un homme primordial pour elle. Elle explique d'ailleurs en préambule que le singe en peluche que l'on voit sur la couverture, a été déposé par ses soins dans le cercueil de Gainsbourg, comme pour veiller sur lui.
On rit beaucoup dans ce journal, notamment parce qu'elle décrit des scènes cocasses qui se sont déroulées dans sa vie personnelle ou professionnelles : j'ai en mémoire notamment la description d'une soirée organisée lors d'un tournage où elle a vu arriver Yul Brunner déguisé en clown. On rit mais aussi on s'émeut lorsqu'elle parle de ses filles et notamment de sa fille aînée qui, je le rappelle s'est suicidée. Et enfin on pleure devant la tristesse de Jane Birkin quand elle a pris la décision de quitter Serge Gainsbourg. On sent en elle un éternel regret tout en sachant qu'elle devait le quitter. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
ChatDuCheshire
  31 mai 2020
Je ne m'attendais pas à découvrir un destin d'artiste exceptionnelle. Chacun sait que Jane Birkin fut principalement une égérie, reconnaissant elle-même avoir eu la chance d'être dotée d'un physique "à la mode" de son époque. Je ne m'attendais pas non plus à une "ravissante idiote", caractérisation qui lui aura sans doute été souvent donnée, car pour vivre la vie qu'elle a vécue il fallait quand même, dans le contexte du début des années 60, être dotée d'une certaine force de caractère. Et là j'ai été plutôt déçue. Non pas que Jane Birkin soit une ravissante idiote mais que plutôt l'orientation qu'a prise sa vie n'avait finalement pas grand-chose de profondément original. Birkin est née en effet au sein de l'une de ces familles dont l'Angleterre a le secret, quelque part entre l'aristocratie et la bohême artistique, sa mère, notamment, ayant été une actrice de théâtre de renom. Milieu relativement aisé et enfance passablement ennuyeuse (passer le cap du premier cinquième du bouquin n'est pas une mince affaire tant cette lecture m'a semblé dénuée d'intérêt). Par la suite, évidemment, les choses s'animent un peu : la rencontre toute jeune avec John Barry, bien plus âgé qu'elle, qui en fait une sorte de trophée dont il se lassera vite, Birkin tombant par ailleurs dans le piège de la femme adoratrice attendant son Seigneur et maître à la maison, espérant le retenir en lui faisant la cuisine. Dans son journal elle le quitte, elle a l'honnêteté d'ajouter une note signifiant qu'en réalité c'est lui qui lui aura en quelque sorte signifié son renom. Barry ne fut probablement pas un pervers narcissique mais un homme collectionnant les femmes et tout ce qui va avec la gloire à son époque, certainement pas prêt alors à se caser et encore moins avec une immature comme Birkin à l'époque. Elle se retrouve donc seule avec l'enfant, Kate, qu'elle a eue de John Barry et ne tardera pas à rencontrer Serge Gainsbourg qui en fera sa "chose". Compagnon autoritaire et auto-centré, il ne comprendra vraiment l'importance de Birkin dans sa vie, après douze ans de vie commune, que lorsqu'elle le quittera pour Jacques Doillon. La relation avec Gainsbourg est relatée à la fois avec force détails (jamais très intimes toutefois et c'est sans doute une bonne chose) et en pointillés car il s'agit d'extraits de journaux qui n'ont pas été tenus quotidiennement et dont certains se sont perdus. Au final l'intérêt de ce livre me semble limité, même pour les fans des protagonistes. On se rend compte que leur époque fut un âge d'or pour les artistes, que l'argent coulait à flots et que les beuveries s'enchaînaient les unes aux autres. J'ai été surprise de découvrir une Birkin nettement moins accessibles, bien plus bourge aristo (ses origines sans doute) que je ne m'y attendais : les nurses pour s'occuper de ses filles, Kate et Charlotte, les réflexions involontairement méprisantes (qui m'ont fait penser à... Marie-Antoinette) à propos d'un paysan vivant seul avec sa mère, le récit de sa déception lorsqu'un commerçant accepte la grosse somme d'argent proposée par Gainsbourg pour un objet décorant sa vitrine et auquel ce commerçant était attaché (et Birkin de conter sa "déception" vis-à-vis du commerçant, étrange renversement de perspective alors que son homme était probablement bien plus blâmable pour son cynisme). Ces traits désagréables du personnage n'empêchent toutefois pas un certain courage, celui d'avoir quitté Gainsbourg qui devenait Gainsbarre et dont on devine qu'il a dû lui faire subir des violences domestiques. J'ai apprécié sa retenue dans ce récit-là et au final je pense qu'il s'agit d'un itinéraire de femme plutôt honnête même si beaucoup moins libre et originale que ce que l'on pourrait penser au premier abord...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Rebus
  06 janvier 2019
Quand vous commencez à lire ce livre, attendez-vous à entendre dans le creux de votre oreille (et même voir à vos côtés) la plus française des anglaises, Jane Birkin. On accompagne Jane à partir de ses 11 ans, quand elle entre en pensionnat, et on la quitte vers 35 ans, enceinte de sa troisième fille, Lou.
Quelle émotion d'entrer dans son univers, dans ses pensées, dans ses doutes de petite fille puis de femme, dans ses joies, ses amours, dans son quotidien de mère. C'est un beau cadeau pour qui aime le personnage. Ca aurait pu être casse-gueule, ça aurait pu être indécent. C'est assez courageux finalement.
C'est une vie hors norme, racontée à son Munkey, son compagnon d'enfance devenu célèbre, le doudou fétiche de toute une tribu.
Une très très belle découverte.
Commenter  J’apprécie          270
Billie72
  16 janvier 2022
Je lis ce journal et j'entends le doux timbre de Jane Birkin, avec ce terrible accent anglais qui contribue à son charme.
Dans son « diary » Jane s'adresse à Munkey, un grand singe en peluche qui ne l'a jamais quittée jusqu'au décès de Serge Gainsbourg, en 1991. Jour après jour, elle consigne ses petites joies et ses grandes peines, ses angoisses, ses espoirs et les moments de bonheur intense auprès de ses proches.
Des parents aimants, un grand frère et une petite soeur. Une enfance en pension, une scolarité laborieuse. le fait que sa mère fut actrice a été décisive pour la carrière -et la vie- de Jane, qui passe son premier casting à 17 ans.
17 ans est aussi l'âge auquel le compositeur John Barry, de 13 ans son aîné, lui demande de l'épouser. Il est un homme, Jane encore une enfant. Une enfant qui 2 ans plus tard accouche d'une petite Kate. Très vite le couple se délite, et Jane s'enfuit avec Kate sous le bras.
Un an plus tard elle s'éprend de Serge Gainsbourg. C'est le début d'une grande histoire d'amour, une vie trépidante et fantasque consacrée par la naissance d'une petite Charlotte en 1971.
J'espère ne choquer personne, et surtout pas Jane si un jour elle me lit, en la décrivant comme une femme-enfant. Sensible, émotive, entière. La jolie poupée que l'on séduit assez facilement, et que l'on fait souffrir avec encore plus de facilité. La maman-copine aussi, qui aime ses filles d'une façon viscérale et joue avec elles comme si elle était elle-même encore une enfant.
Le journal alterne les compte-rendus d'événements anodins ou extravagants et des réflexions intimes sur les liens d'amour, le désir, l'affectivité, l'attachement.
Ce n'est pas particulièrement « bien » écrit, mais les mots sont sincères et sonnent juste, et c'est là le plus important. Ce texte très émouvant ne manquera pas de toucher les fans des sixties - et de Jane - dont je suis.
Munkey diaries s'arrête en 1982, sa suite Post-scriptum est dédiée aux années 1982-2013.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124


critiques presse (1)
Lexpress   18 octobre 2018
Au fond, même si Birkin fait parfois la fête avec Mick Jagger et Polanski, ces Munkey Diaries dessinent une trajectoire dans laquelle beaucoup de femmes pourront se reconnaître : le poids des convenances familiales, un mariage trop jeune, un époux étouffant, l'émancipation salutaire, etc. Jane se souvient des jours heureux. Et elle rit plus qu'elle ne pleure.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Billie72Billie72   11 janvier 2022
Combien de fois je t'ai blessée par erreur ? Petite Yotte, petit bijou sombre. Quelle jolie et unique âme tu es. Une telle personnalité que parfois je pense que tu étais là avant.Si sage que tu me regardes parfois et je me sens stupide, si raffinée que je me sens vulgaire. Quels talents tu as, qui ne sont qu'à toi.
Commenter  J’apprécie          60
Billie72Billie72   11 janvier 2022
La chambre est sombre, une lune glacée s'est retirée avec tact pour laisser place à une brume grise. Ma tête bourdonne des blessures de la nuit. J'ai perdu mon rêve.
Commenter  J’apprécie          10
CannobiaCannobia   29 janvier 2020
Ma petite Kate, si un jour ta fille à 12 ans lit cela, toi qui m'as donné tant de plaisir, tant de joies, pourvu que ta fille soit aussi douce que toi tu l'as été pour moi, et n'oublie pas, même à 60 ans, même à 100, tu es mon bébé et je te prendrai dans mes bras quand tu auras besoin de moi. Et même si je ne suis pas vivante, et si toi, à 100 ans, tu as besoin de moi, pense à cette nuit et mes bras seront autour de toi pour toujours, je te bercerai, je t'embrasserai si tu as mal, tu me fais pleurer de te voir malheureuse... mon Dieu comme je t'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EveduChambonEveduChambon   29 janvier 2019
Je sais maintenant ce qui est magique chez Serge, ses défauts. Il est si égoïste, une petite chose jalouse, avec un caractère dominateur, mais il est drôle ; profondément gentil et original jusque dans les bêtises les plus stupides qu'il fait. Il n'y a personne comme lui. Son visage de petit garçon vilain, son ivrognerie incontrôlable, son charme fou. Le plus humain, le plus perspicace, le plus ouvert, le plus sentimental et beau que... oh je ne sais pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CannobiaCannobia   29 janvier 2020
Comme la vie de ceux qu'on aime est courte ! Ma propre vie a de moins en moins d'importance, je ne m'accroche plus vraiment à l'idée de continuer. À part pour mes filles, elles vont bien et peut-être qu'elles ont une meilleure opinion de moi maintenant que quand je serai vieille et triste et beaucoup moins amusante. Si je perds mon sens de l'humour, je n'ai plus rien. J'aime les faire rire, moi à 40 ans, qu'est-ce que ce sera ? J'étais si mal à 30. L'idée de continuer, oh là là ! Parfois je suis si fatiguée de moi que la seule chose qui me pousse à me lever le matin est le 'regard' des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jane Birkin (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jane Birkin
Jane Birkin - Munkey Diaries
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Lire et chanter avec Jane B, au cinéma, ou ailleurs !

Elle crève l'écran la première fois dans Blow Up d'Antonioni, un film librement inspiré d'une nouvelle de ...?... intitulée La babas Del Diablo. Elle y joue le rôle de La jeune fille blonde...

Alejo Carpentier
Juan Rulfo
Julio Cortázar
Jorge Luis Borges

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Jane BirkinCréer un quiz sur ce livre

.. ..