AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330022115
Éditeur : Actes Sud (21/08/2013)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 111 notes)
Résumé :
"Changer. C'est ce qu'ils veulent tous. Il faut que j'arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d'être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. C'est ce que je voudrais, oui. À l'intérieur, je bous. J'aimerais être loin. Loin, genre à l'autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri."

Quentin, nouveau dans son lycée, est enrôlé dans un cours de théâtre pour jouer dans la pièce de Tennes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  15 octobre 2016
Voilà, mon tout premier livre de Jean-Philippe Blondel, auteur prisé des lycéens, entre autres. Un roman actuel, court, efficace. Une plume juste, directe et sincère.
Quentin, 17 ans, se cherche, se dissimule derrière une carapace nimbée de doute et de révolte...
Un joli récit sur les méandres de l'adolescence, la difficulté de faire des choix, la recherche identitaire, la complexité des sentiments.
(dès la 2nde)
Commenter  J’apprécie          759
marina53
  09 novembre 2014
Quentin, ado en 1ère L, a bien du mal à s'intégrer dans son nouveau lycée. En effet, viré par le directeur de Saint-Ex qui a conseillé à ses parents de le mettre chez les bourgeois, il se sent très différent d'eux aussi bien dans leur phrasé que dans leur comportement. Surtout pour lui qui vient de la classe ouvrière, son père étant ouvrier à l'usine et sa mère caissière. Ainsi, il se met à l'écart d'eux, reste seul à sa table et ne leur adresse pas la parole, se contentant d'assister au cours et de rentrer aussitôt la cloche sonnée. A la maison, l'ambiance est des plus froides: papa joue avec la zappette dès qu'il rentre du travail, maman concocte des petits plats ou s'active dans son ménage. Seule sa petite soeur trouve grâce à ses yeux. Elle vient souvent se blottir contre lui le soir venu tandis qu'il lui raconte une histoire. Les relations avec ses anciens amis du lycée se font plus rares, à son grand désespoir, même si aux yeux de ses parents, ils n'étaient pas trop fréquentables. le jeune homme semble bien étriqué dans cette vie pas faite pour lui. Mais, La Fernandez, sa prof de français et animatrice de l'atelier théâtre, va le réveiller. Alors qu'elle lui fait découvrir "La ménagerie de verre" de Tennesse Williams, Quentin va s'identifier au personnage principal et se poser des questions sur ce qu'il veut faire vraiment...
Jean-Philippe Blondel se met à nouveau dans la peau d'un ado et le fait parler directement. A la manière d'un journal, Quentin se livre et s'expose au regard d'autrui tout comme il osera s'exposer sur scène. Sa professeur de français, en plus de l'initier à la lecture, lui ouvrira les portes de son théâtre. le jeune homme comprendra bien vite que tout n'est que jeu dans la vie et que beaucoup jouent différents personnages. Lui-même coincé entre deux mondes, celui de la cité et celui des bourgeois, ne sait plus qui il est vraiment. Et elle saura l'aider à se découvrir. L'auteur nous offre un face à face touchant et percutant. Abordant des thèmes auxquels tout ado est confronté un jour tels que la drogue, la sexualité ou les relations familiales, l'auteur, en trois actes, nous livre un roman sensible et bien pensé où l'on se prend véritablement d'affection pour Quentin, le tout desservi par une écriture d'une incroyable justesse.
Double jeu... rideau...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
latina
  21 juillet 2017
« Est-ce que je vais perdre la course ? Est-ce que je vais laisser passer ma chance ? Qu'est-ce que c'est, ma chance ? Est-ce que je vais trouver ce que j'ai réellement envie de faire ? Est-ce que je vais avoir le choix ? Est-ce que je vais finir dans un clapier ? Qui sera mon prédateur ? »
Il est perdu, Quentin. Coincé, ballotté entre 2 mondes, entre 2 univers : celui des riches et celui des pauvres, celui du lycée Clémenceau et celui du lycée Saint-Exupéry, celui des élèves sages-en-classe et celui des élèves glandeurs. Et je pourrais continuer ainsi pendant 10 lignes.
Renvoyé de son lycée de banlieue pour insoumission, absentéisme, paresse, et envoyé de force dans un établissement haut de gamme pour qu'il y perde ses repères et en trouve d'autres, Quentin ne se sent à sa place nulle part. Qui sont ses vrais amis, finalement ?
Heureusement, il a une prof de français qui le pousse dans ses ultimes retranchements, ou plutôt qui le force à sortir du bois (que d'expressions métaphoriques...mais bon, c'est une prof de français tout de même). Comment ? En lui proposant, dans la pièce de théâtre « La Ménagerie de verre » de Tennessee Williams qu'elle met en scène, le rôle d'un homme coincé entre 2 existences. Tiens donc !
Et nous voilà partis à la recherche de Quentin, lui-même poursuivant le but de sa vie.
Curieusement, je n'ai apprécié que moyennement ce roman. Je l'ai trouvé trop dispersé, brassant un peu trop de thèmes sans jamais creuser, du sens à donner à sa vie à la relation entre le jeu théâtral et la vie, en passant par la différence de classes, l'homosexualité, et l'influence que peut avoir un enseignant passionné sur ses élèves. Intéressant, bien sûr ! Mais je n'ai jamais eu l'occasion de plonger vraiment dans l'histoire.
Ce qui est positif, c'est que j'ai vraiment envie de découvrir la pièce de T. Williams !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          425
Sachenka
  09 octobre 2018
Un adolescent a commis quelques bourdes à l'école, ses parents s'occupent peu de lui et son meilleur ami sombre dans la délinquance, risquant de l'entrainer avec lui. Aux grands maux les grands moyens, Quentin est transféré dans une école d'un quartier éloigné. Il essaie d'abord de jouer l'indépendant mais, graduellement, il se lie avec d'autres jeunes et, sans trop s'en rendre compte, il est enrôlé dans une pièce de théâtre. Mais tout ne se passe pas comme prévu et les mauvaises habitudes sont difficiles à changer. Quentin hésite entre tout plaquer ou montrer les poings. Ou peut-être aussi se réinventer un peu. Dans un pareil cas, quoi de mieux que l'art dramatique ?
Jean-Philippe Blondel est un auteur qui réussit à me surprendre à chaque roman. Et son Double jeu ne fait pas exception. On y retoruve encore un jeune, un adolescent, aux prises avec des difficultés à surmonter. Mais pas trop difficiles non plus. Et ce Quentin, il est très réaliste, loin des stéréotypes et des personnages de séries télé qu'on a vus mille fois. Ce n'est parce qu'il n'est pas sur la bonne voie qu'il est un monstre. C'est un adolescent comme les autres. Il se cherche tout autant qu'il cherche sa place. Pareillement pour les autres jeunes qui croisent son chemin. Et les situations qu'ils vivent sont toutes autant plausibles. Ainsi, c'est criant de vérité.
Toute cette vraisemblance se sent jusque dans le langage des jeunes, que ce soit la narration de Quentin ou ses dialogues et ceux de ses amis. Je peux facilement imaginer des adolescents s'exprimer comme ils le font. Ça paraît que Blondel est enseignant. Il connaît bien son public et ça se ressent. Ses romans sont brefs, habituellement autour de cent cinquante pages, ils vont à l'essentiel, aux émotions (je pense à quand Quentin revoit Dylan après plusieurs semaines ou tout ce qui entoure Julie), ils ne se perdent pas en longueurs, en descriptions à n'en plus finir. Et quelques moments «punchés» aident un peu (cette fois, c'est une scène avec Heathcliff qui me revient en tête). Pas étonnant que les étudiants adorent ses romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
murielan
  22 octobre 2013
Quentin est un ado à la dérive qui a du mal à se projeter dans l'avenir . Exclu de son lycée à la mauvaise réputation, il va devoir changer pour s'intégrer à Clémenceau, un établissement où les codes sociaux sont bien différents de ceux qu'il connait. Sa rencontre avec La Fernandez, prof de français qui met en scène La ménagerie de verre de Tennessee Williams, va être pour lui un déclic : elle lui fait confiance et lui propose le rôle de Tom, un rôle fait sur mesure pour Quentin...
Quentin est un personnage attachant : il est tiraillé entre la vie dans son quartier et l'envie de changer pour se construire un avenir meilleur, il manque de confiance en lui et doit faire face à la différence de milieu culturel et social entre Saint-Ex et Clémenceau. le théâtre, et particulièrement le rôle de Tom, sera sa planche de salut.
Le personnage de la Fernandez est intéressant : sous des airs sévères, cette prof de français sait trouver les mots justes pour guider Quentin dans ses choix et poser les bonnes questions.
J'aime beaucoup la plume de Jean-Philippe Blondel qui aborde toujours des thèmes de société avec justesse et pudeur.
Un roman sur l'adolescence à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
JeannepeJeannepe   04 avril 2018
Je déprime.
Sérieusement.
Je regarde autour de moi, ma mère, mon père, les bourges de Clemenceau, les ex-tueurs de Saint-Ex – Dylan et ses nouveaux potes –, je trouve tout minable, petit, resserré je ne vois pas comment je vais m’en sortir, pourtant il faut que je m’en sorte.
Je pose mon front sur une des vitres du couloir du bâtiment G. Les autres sont en récré. Il est 4 heures de l’après-midi. Le ciel est couvert. Le bâtiment est vide. Je n’ai pas le droit d’être ici, normalement. Un bruit de clés. La Fernandez sort de la salle. Manquait plus qu’elle.
– Vous faites quoi, là, Silber ?
– Je m’apprête à passer par la fenêtre.
– Vous allez vous rater.
– Une grande habitude chez moi.
– Vous allez arrêter votre Jérémie, oui ?
– Mon quoi ?
– Jérémie. Saint Jérémie. Il se plaignait tout le temps. D’où le terme « jérémiade ». Vous connaissez le terme « jérémiade » ?
– Je ne suis pas illettré.
– Oui, enfin, il y a des progrès à faire en grammaire.
Je ne réponds rien. Je n’ai pas envie de me battre. Même avec des mots. Même contre la Fernandez.
Elle reste là. Elle plisse les yeux.
– Vous êtes sûr d’aller bien, Silber ?
– Honnêtement ?
– Honnêtement.
– Pas trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rabannerabanne   14 octobre 2016
Les profs de français, ils s'imaginent qu'on passe notre temps à lire des romans et qu'on aura l'embarras du choix. Alors qu'ils n'ont qu'à regarder autour d'eux, leur mère, leur père, leur frère, leurs amis, ils font tout sauf lire - ils enchaînent les jeux vidéo, les séries télé, les concerts. De temps à autre un magazine people, une grille de mots fléchés, un sudoku et puis c'est tout.
Commenter  J’apprécie          2211
marina53marina53   09 novembre 2014
Changer. C’est ce qu’ils veulent tous. Il faut que j’arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d’être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. C’est ce que je voudrais, oui. À l’intérieur, je bous. J’aimerais être loin. Loin, genre à l’autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri.
Commenter  J’apprécie          230
FRANGAFRANGA   14 mai 2014
C'est difficile de lutter contre quelqu'un qui ne montre rien. Qui reste là, imperturbable. On a l'impression qu'on va l'entailler, l'émouvoir, la bouger mais on s'y casse les dents - et nos résolutions aussi.
Commenter  J’apprécie          130
FRANGAFRANGA   15 mai 2014
Parfois, dans l'amas et la complexité des relations humaines, se dégage quelque chose de simple et d'évident - une amitié. Improbable. Sidérante.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Jean-Philippe Blondel (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Blondel
La mise à nu de Jean-Philippe Blondel.
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

Année de naissance ?

1964
1970
1976
1982

12 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre
.. ..