AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 220715937X
Éditeur : Denoël (03/01/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Il faut un lieu pour faire une famille. Il faut une terre, même regrettée, même imaginaire ou, à défaut, promise. Chez nous, aucune trace. Tout a été soigneusement oublié. Pas d’adresse, pas de nostalgie, pas d’histoire. Pas d’arbre. Pas de recette de cuisine. Pas de tradition. Aucune tradition. Rien. Des gens de passage. »

L’auteure s’accroche aux branches de son arbre généalogique pour retrouver les femmes de son ascendance et tenter de comprendre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Maudbouquine90
  14 janvier 2020
À l'origine de cette quête de son histoire familiale, il y a une rupture amoureuse. À Delos, sur cette île grecque. Comme une toile de fond, comme un tableau. C'est à partir de cette rupture que tout commence. C'est à la mort de sa mère que tout semble s'intensifier.
L'auteure se plonge alors dans son passé familial pour comprendre, pour combler un vide, un manque, c'est certain, pour se définir aussi, se trouver, enfin. Entre ce qu'elle sait, ce qu'on lui dit , ce qu'elle apprend grâce à ses recherches notamment, elle tente de reconstituer le « puzzle » de sa famille, une famille paternelle et une famille maternelle que tout oppose.
Entre réalité et imagination, entre ce qu'elle sait ou apprend et ses propres intuitions, l'auteure cherche ses origines, et se cherche : « Si je parviens à me reconstituer une terre, je pourrai sauver ma peau. »
« Je porte le prénom de la radio qui a fait connaître à toute une génération, l'année de ma naissance, « All you need is love ». Je suis un pirate. »
Il y a cette famille paternelle, qui a une maison . Une mémoire. Une terre. Cette « maison arabe » au centre du roman . Une maison qu'on rase, qu'on gomme, qu'on efface. Il y a cette douceur , cette tendresse. de cette famille sont nées des femmes qui ont eu une vie impressionnante. Des femmes libres, insolentes, rebelles.
Il y'a cette famille maternelle qui comptent parmi elle des femmes en souffrance, qui se taisent, et un schéma qui se reproduit , celui de la mère qui n'aime pas sa fille.
Il y a ses parents qui s'aiment follement , puis cet amour qui petit à petit se brise.
Ce père a une histoire, une vie extraordinaire, il est aimé de tous, il est solaire, c'est un homme « haut en couleur » qui « travaille pour la France » : « J'aime l'idée qu'en imposant la création de cette institution [ il est entre autres à l'origine de la création de la sécurité routière] , et en s'amusant à trouver des slogans [...], il ait contribué à sauver des vies, des dizaines de milliers de vies. »
Cette mère, bien que forte et courageuse, libre elle aussi, qui donne tout est une femme secrète, silencieuse, discrète, qui se sacrifie.
La description de la relation de Caroline avec sa mère m'a profondément touchée....
Cette relation « électrique », cet amour manqué, « mal enclenché » et « mal développé », ce « grand malentendu », des sensations, des sentiments qui me parlent . Et pourtant, malgré les regrets, il y a cet amour, grand, puissant , qui transparaît dans les mots de l'auteure ! le pouvoir des mots ......
Il y a des cultures, différentes, problématiques .
Des non-dits, et des suppositions. Quelques certitudes.
Et au fil de la lecture sur cette quête vitale de l'auteure sur ses ancêtres, il y a Caroline .
Cette femme , hyper-sensible , effacée, qui a peur de l'abandon, toujours inquiète, a l'impression d'être différente, incapable de rentrer dans une case, de se fondre dans la masse.
Il y a cette laryngite émotionnelle ; ce traumatisme récurrent de l'enfant qu'on arrache à sa mère ; ce manque de confiance en elle ; ces départs qui tantôt bouleversent , tantôt rassurent.
Une fois encore, je suis conquise par la plume de l'auteure, subtile, tendre , précise.
Les chapitres sont courts, ce qui dynamise le récit. Chacun annonce dès les premiers mots de qui ou de quoi il va être question .
Les personnages , les faits, défilent tel le reflet des informations recueillies au fil du temps, les destins se croisent, et Caroline , petit à petit trouvé un apaisement certain. Il y a d'ailleurs une alternance entre le passé de sa famille et le présent de sa vie , qui apporte beaucoup à la narration. Finalement, je le redis, ce récit est d'une subtilité, et d'une sensibilité grandioses.
Touchée, je l'ai été donc à maintes reprises : je pense au pachira et au ficus offerts par son amie Dominique, je songe aussi au problème aux yeux dont Caroline est atteinte (moi-même atteinte d'une maladie aux yeux ......), je songe au chapitre 81, aussi.
Pour conclure, le sentiment qui m'habite après avoir refermé LE roman de cette rentrée, c'est l'admiration.
Force est de constater qu'il aura fallu à Caroline Bongrand une force, un courage, une détermination incroyable pour se lancer dans cette quête de ses origines.
Ce roman impose au lecteur , de par son questionnement constant, une réflexion intense sur la part , consciente et inconsciente que prend la vie de nos aïeux dans notre propre existence. Nos origines sont-elles déterminantes dans notre vie ? Jusqu'à quel point ? Savoir d'où l'on vient , à quelle famille on a appartenu , cet héritage, à quel point fait-il de nous ce que nous sommes ?
Ce récit délivre , surtout . Dans tous les sens du terme . Oui, il délivre Caroline puisqu'on sent clairement une forme de sérénité l'envahir , un regard porté davantage vers l'avenir grâce à son travail de recherches et ce qu'il lui a appris. Devenir soi, avec cette hérédité certes, mais grâce à son propre et unique développement.
Il délivre de multiples messages pour vivre en paix avec soi-même , presque des conseils. Plus qu'une réflexion ,ce livre m'a apporté une véritable méditation littéraire.
Je n'ai plus qu'un mot à dire , MERCI ♥️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nadael
  15 mars 2020
La fin d'un amour à Délos, déception et désillusion, la mort de la mère, mésentente et malentendu, des maux physiques psychologiques émotionnels impénétrables, le sentiment que son nom sonne faux, des interrogations à foison sur l'arbre familial, des blancs, des doutes… autant d'éléments épars et pensants qui engorgent la vie de Caroline Bongrand. Plus que tout, elle désire lever le voile sur le passé pour réveiller – révéler – son présent. Cela devient pour elle viscéral d'en savoir davantage, pour comprendre ses propres agitations attitudes et décisions concernant ses relations amoureuses destructrices, son lien filial trouble, son hypersensibilité. Alors elle remonte le temps du côté maternel et paternel, tente de reconstituer le puzzle familial. À travers des photographies, des témoignages, des documents, elle dessine le portrait des hommes et des femmes – s'attardant sur elles évidemment – de sa lignée. Des femmes différentes ; des taiseuse qui s'effacent, et d'autres qui brillent, extravagantes et déterminées. Avec de part et d'autre, des amours passionnelles. Au cours de ses recherches, l'auteure fait des découvertes étonnantes, souvent émouvantes où l'histoire familiale et l'Histoire avec un grand H se croisent – elle apprend notamment que Michel Bongrand son père, résistant coordinateur de la France Libre, est sauvé de la mort par un soldat qui se sacrifie pour lui : un dénommé Jean Piot ; Ernest Raudnitz son arrière-grand-père, couturier célèbre, qui avait pour cliente Madame Proust avait fait fabriquer une petite chaise pour le petit Marcel lors des essayages… On lui a aussi parlé de la maison arabe à Orsay, endroit extraordinaire malheureusement détruit. Elle se rendra d'ailleurs sur ce lieu de mémoire en pélerinage, et sous les gravats trouvera une étoile de David gravée sur une marche, intacte -. Et lorsque les manques ne sont pas comblés – ou ne la comble pas!? – par les traces anciennes, elle convoque la littérature. Elle invente, elle crée de toute pièce les liens. Assemble les fragments.
Un roman autobiographique prenant, une écriture spontanée, une construction narrative faite d'allers et retours temporels, une quête de sens intime qui soulève des questions existentielles universelles – les agissements de nos aïeux déterminent-ils les nôtres? Existe-t-il une prédisposition familiale, relative à nos comportements à nos amours à nos aspirations?
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Calimero29
  24 février 2020
Alors que sa dernière histoire d'amour se termine et que sa mère disparaît, Caroline Bongrand éprouve le besoin viscéral, devant cette béance, de se retourner vers l'histoire de sa famille et plus particulièrement celle des femmes du côté paternel et maternel et de s'interroger fiévreusement sur ses racines.
Ce texte n'est pas un roman mais plutôt un récit intime autobiographique fictionnel; en effet, Caroline Bongrand utilise toute une série d'indices (lettres, conversations, témoignages, souvenirs personnels...) sur sa famille dont elle comble les interstices vides par de la fiction.
Elle nous offre de très beaux portraits de femmes dans leur diversité de réaction face à la vie et aux épreuves; l'amour passionnel, souvent destructeur, y joue un grand rôle.
Les liens mère-fille offrent les plus beaux moments d'émotion du livre, en particulier ceux qui ne se sont pas tissés entre l'auteur et sa mère, marqués par l'incompréhension de l'autre; Caroline Bongrand ne se rapprochera de sa mère et ne comprendra l'extrême pudeur de cette femme que quelques jours avant sa mort, pudeur qui retenait en elle tout manifestation d'amour à l'égard de ses enfants, pas de câlins, pas de je t'aime.
Le thème de la construction personnelle en lien avec le passé familial parcourt l'ensemble du texte : quelles cicatrices du passé portons-nous inconsciemment en nous et en quoi elles nous déterminent? Ce questionnement est étroitement imbriqué avec le thème de l'assimilation/intégration selon le critère religieux. Doit-on s'assimiler au risque de perdre sa culture, ses racines ou doit-on s'intégrer au risque d'être rejeté, rester en marge?
Grâce à ce retour sur l'histoire de sa famille, aussi douloureux et incomplet a-t-il été, et l'écriture comme exutoire semblent avoir apaiser Caroline Bongrand qui délivre ainsi un message d'espoir à tous ceux et celles qui cherchent leurs racines, leur terre.
Cependant, malgré la très belle écriture et l'émotion que j'ai ressentie à l'évocation des relations mère-fille, les nombreuses digressions intempestives m'ont dérangée; un arbre généalogique simplifié, reprenant les membres de la famille évoqués, aurait été le bienvenu car j'ai dû revenir en arrière plusieurs fois et faire un petit schéma pour m'immerger dans l'intimité de cette famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   03 février 2020
Pour pallier le manque, le vide, l’absence, Caroline Bongrand a écrit "Ce que nous sommes". Elle remonte aux sources de sa famille où certaines identités d'origine avaient été méticuleusement masquées.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NadaelNadael   15 mars 2020
« Il faudra que je regarde la définition du mot « excursion ». Est-ce sortir de soi? Il y a des endroits qui nous changent. L’on en attendait rien. On ne fait que s’y trouver. Et quelque chose vient nous surprendre au fond de nous, nous sortir d’une routine ou nous réveiller d’une mélancolie tue, ou, là : faire écho. »
Commenter  J’apprécie          20
Calimero29Calimero29   24 février 2020
Espérer, c'est déjà mendier. Il faut renoncer à tout. La liberté est là. Et manquer d'amour, rechercher l'amour, vouloir l'amour, ce n'est rien d'autre qu'une sorte d'esclavage auto-infligé.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Caroline Bongrand (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caroline Bongrand
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • La Part des flammes de Gaëlle Nohant aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/6913-romans-la-part-des-flammes.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • Ce que nous sommes de Caroline Bongrand aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029493-divers-litterature-ce-que-nous-sommes.html • Trois définitions de l'amour (ROMAN) de Caroline Bongrand aux éditions Robert Laffont Vous aimer de Caroline Bongrand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1031985-article_recherche-vous-aimer.html • Fredric, William et l'Amazone de Jean-Marc Lainé et Thierry Olivier aux éditions Comix Buro. https://www.lagriffenoire.com/1030937-achat-bd-fredric--william-et-l-amazone.html • La Naissance en bandes dessinées - Tome I - Découvrez vos super pouvoirs ! de Lucile Gomez aux éditions Mama https://www.lagriffenoire.com/1031986-article_recherche-la-naissance-en-bd-----decouvrez-vos-super-pouvoirs-.html • La mère morte de Blandine de Caunes aux éditions Stock. https://www.lagriffenoire.com/1029206-romans--la-mere-morte.html • Journal d'Irlande: Carnets de pêche et d'amour, 1977-2003 de Benoîte Groult aux éditions Livre de Poche. https://www.lagriffenoire.com/1029780-romans--journal-d-irlande-----carnets-de-peche-et-d-amour--1977-2003.html • Jours brûlants à Key West de Brigitte Kernel aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/1007768-poche-jours-brulants-a-key-west.html • le secret Hemingway de Brigitte Kernel aux éditions Flammarion. https://www.lagriffenoire.com/1030190-divers-litterature-le-secret-hemingway.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionslivredepoche #editionsgrasset #editionsdenoel #editionspocket #editionscomixburo #editionsmama #editionsstockflammarion
+ Lire la suite
autres livres classés : roman autobiographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le souligneur Caroline Bongrand

Comment s'appelle la meilleure amie de Constance ?

Sophie
Jeanne
Fanny

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le souligneur de Caroline BongrandCréer un quiz sur ce livre