AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791033907725
342 pages
Harper Collins (14/10/2020)
4.29/5   336 notes
Résumé :
Charlie déteste Blade, et Blade le lui rend bien. Elle a essayé de s’entendre avec ce grand brun – vraiment ! – mais entre eux, ça ne passe pas. Le problème, c’est que Blade est un ami de James, le nouveau petit copain de la meilleure amie de Charlie. Alors, autant dire que l’éviter est sans espoir car, si les filles ont la réputation de n’aller aux toilettes qu’à deux, les hommes, eux, sont visiblement incapables de boire une bière sans leurs homologues testostéron... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (131) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 336 notes
5
64 avis
4
46 avis
3
11 avis
2
2 avis
1
0 avis

pascontent
  23 décembre 2021
Pour fêter dignement la " magie de Noël ", une petite comédie romantique un peu acidulée : "Tu fais quoi pour Noël ? Je t'évite !"
Charlie ( prénom féminin...) déteste Blade, et Blade le lui rend bien. Entre eux, ça ne passe pas : " La semaine dernière, ma bière a fini sur sa tête. Celle d'avant, le karaoké s'est terminé en règlement de comptes – il n'a pas apprécié que je lui fasse une interprétation de « Fuck You » de Lily Allen, les gestes obscènes allant de pair. "
Et quand Charlie s'adresse à lui malicieusement :
- Tu comptes m'annoncer que les statues grecques ont été moulées à partir de ton corps, aussi ? raille-t-elle.
- Juste les meilleurs morceaux.
- Je comprends mieux pourquoi elles ont toutes de petits pénis.
La jeune femme caustique décrit l'apollon : "Blade a des yeux insupportablement clairs : ils sont du même bleu que les sacs-poubelle pour le tri sélectif. Et, perso, barboter au milieu des ordures n'est pas mon activité favorite."
Blade lui rend la politesse :
- Je ne me ferai jamais à ton rire, j'ai l'impression d'entendre le rot d'un cochon malade et le bruit de l'ouvre-boîte en même temps, dit-il.
- J'ai un rire de princesse !
- Elle a été mangée par Shrek et recrachée par le mauvais tuyau, ta princesse."
Une amie de Charlie résume parfaitement la situation : " Si elle ne se focalise pas sur autre chose, les testicules de Blade finiront accrochés au-dessus de son lit en guise d'attrape-rêve. " En guise d'attape-rêve, comme c'est romantique !
Enfin bref, une comédie sentimentale comme on les aime et quel suspense insoutenable ! Comment tout cela finira-t-il ?
En guise de conclusion cette jolie pensée de Charlie dans son langage chatié : "La famille, même quand elle chie dans la colle, c'est important."
Bon Noël en famille, ou pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5131
cicou45
  05 octobre 2019
Bon, ok, j'avoue que je me suis laissée prendre au jeu même si la fin était prévisible dès le début - j'ai joué le jeu et j'ai plutôt aimé ça ! J'en profite d'ailleurs pour remercier Babelio ainsi que les éditions Harlequin qui m'ont envoyé cet ouvrage par erreur lors d'une opération Masse Critique Privilégiee (comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses car en me l'envoyant par erreur, ils ne pouvaient pas s'imaginer qu'ils allaient viser dans le mille !)
Moi qui suis un peu noëlophobe depuis quelques années mais pour des raisons en particulière, je me suis beaucoup identifiée au personnage de Charlie (notre héroïne qui, elle, est noëlophobe depuis sa plus tendre enfance et qui, contrairement à moi, elle, a un caractère de cochon, surtout lorsqu'elle se retrouve en face d'une certaine personne du sexe opposé répondant au prénom de Blade).
Charlie et Savannah sont les meilleures amis du monde, plus que cela même. Elles ont toutes deux grandi dans le même foyer alors autant dire que pour elles deux, c'est à la vie à la mort ! Aussi, lorsque Sav' rencontre celui qui sera l'homme de sa vie, James, propriétaire du Misc boutique de réparation ou de transformation d'objets cassés (on est en plein dans l'actualité du jour avec les diverses opérations lancées un peu partout sur le territoire "Zéro déchet" et les divers ateliers de réparation), Charlie ne peut que se réjouir pour son amie, d'autant plus que maintenant, tous les vendredis soirs, après la fermeture de la boutique, le "parton" et ses employés (qui sont en réalités plus ses amis qu'à considérer dans le sens hiérarchique qui le voudrait), à savoir Sally Grayson et, pour le plus grand malheur de Charlie, cet opportun de Blade. Si elle ne le porte pas dans son coeur, c'est vraiment réciproque et tous deux s'amusent à le faire savoir à la terre entière en s'insultant (mais avec grâce, enfin tant que le degré d'alcool ingurgité lors de ces dites soirées n'est pas encore trop élevé ou à se faire des crasses en douce - cela en est même devenu presque une coutume pour eux, pour le plus grand dam de leurs amis, qui, à force, ne trouvent même plus cela rigolo et voient avant eux, l'évidence qui crève les yeux). C'est au cours d'u voyage de Noël en Laponie (destination choisie par Blade afin d'empoisonner le vie de sa meilleure ennemie) que les langues vont se délier (et pas que) et pas seulement pour ces derniers.
Alternant des chapitres où 'on voit le point de vue de Blade et d'autres, celui de Charlie, l'auteutre nous permet de prendre un peu de hauteur et de ne pas trop vite prendre parti pris pour l'un ou pour l'autre. Une comédie légère, qui se lit très rapidement et même si le goût du suspense m'a été gâché d'entrée tant cela m'a semblé tellement gros pour être évident, je réitère ce que j'ai dit en commençant cette lecture, à savoir que j'ai passé un moment très agréable et que je vous recommande donc cette lecture surtout, si, tout comme moi en ce moment, vous n'avez pas trop envie de réfléchir mais simplement de vous évader un peu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
Saiwhisper
  02 octobre 2019
Une comédie romantique dans l'esprit de Noël ? Ce n'est pas forcément le type de fiction après laquelle je cours en général… Néanmoins, je me suis mise à la new romance et un peu plus aux histoires d'amour cette année. J'ai donc essayé de plonger dans ce titre en faisant fi de mes idées reçues ou de mes appréhensions. Or, le moins que l'on puisse dire, c'est que je me suis régalée ! Je n'ai pas décroché de mon livre de la journée, j'ai gloussé plusieurs fois et j'ai senti mon rythme cardiaque s'accélérer lors d'un ou deux passages. Certes, le scénario est hyper prévisible et on devine le dénouement concernant chaque personnage, mais je me suis quand même laissée prendre par l'ambiance !
Mon enthousiasme pour ce titre, je le dois surtout au tandem principal : la fougueuse Charlie et le taquin Blade. Leur relation est tumultueuse, car depuis leur première rencontre, ils ne cessent de se quereller. Tous deux sont incapables de se supporter ou de prendre sur eux lorsqu'ils se savent dans la même pièce ! Ils ne cessent de s'envoyer des piques bien senties, en viennent aux mains ou se font des crasses ! J'aime beaucoup ce rapport chien et chat, en particulier lorsque les protagonistes ont autant de répartie. Ainsi, j'ai ri à plusieurs reprises, me délectant de chaque échange entre ces narrateurs à la langue bien pendue. Comme si les choses n'étaient pas assez compliquées, Savannah, la meilleure amie de Charlie, sort avec James, le patron de Blade. Pour souder les liens de son équipe, James organise chaque semaine une soirée avec ses employés. Hélas, un soir, le groupe décide unanimement de partir ensemble en vacances. Dès lors, le duo sait que ce séjour va se révéler très compliqué, puisqu'aucun des deux ne souhaite temporiser les choses. On assiste alors à une guerre sans merci où tous les coups sont permis ! Ces actions m'ont divertie et je me plaisais à essayer de deviner quelle serait leur prochaine perfidie. Bien sûr, j'attendais également LE moment où tout basculerait car, comme on le répète souvent, il n'y a qu'un pas entre la haine et l'amour…
Le récit ne manque pas de rythme ! Entre échanges envenimés, coups bas, découverte de la Laponie avec diverses sorties, festivités, soirées et contretemps, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Par ailleurs, l'auteure aborde plusieurs sujets sensibles comme l'adoption, les familles d'accueil, la résilience, les conflits au sein d'une famille et la passion d'un métier. Juliette Bonte a su trouver le bon tempo pour faire progresser le scénario, tout en développant les personnages secondaires. Ces derniers m'ont agréablement surprise. D'ailleurs, je ne pensais pas tous les apprécier, car je craignais qu'on les laisse de côté aux dépens du tandem principal ! Finalement, l'énergique Savannah, le protecteur James, la bienveillante Sally et l'amusant Grayson ont réussi à me convaincre. J'en suis venue à regretter de les quitter si vite… Vous l'aurez compris, j'ai réellement accroché à « Tu fais quoi pour Noël ? Je t'évite ! ». Ce fut une comédie romantique légère, sympathique, sans prise de tête et ni guimauve ou niaise. À mes yeux, son seul défaut est sa trame cousue de fil blanc… Un point noir que j'ai volontiers balayé ! Merci à Babelio et aux éditions Harlequin pour ce cadeau de Noël avant l'heure.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          267
domi_troizarsouilles
  28 décembre 2021
Ce livre a une note moyenne élevée et des critiques très enthousiastes ; dès lors, quand il a été proposé en Book Club sur Livraddict comme lecture de Noël, je n'ai guère hésité. Et voilà : je suis plutôt déçue…
Oh ! ce livre a pas mal de qualités ! La première est indéniablement une écriture sympathique et même pétillante, qui met en avant des valeurs fortes telle que l'amitié, de cette amitié qui permet de se créer une espèce de famille « recomposée » quand les familles originales sont soit inexistante, soit complètement dysfonctionnelle. En outre, l'autrice invite au voyage – bon, de façon légère : ce n'est pas avec ce livre qu'on va faire une visite touristico-culturelle approfondie de la Laponie, mais clairement l'autrice s'est renseignée un minimum et sait de quoi elle parle, pour en transmettre au moins quelques bribes qui font authentique. du coup, c'est une romance plus hivernale-et enneigée que noëlesque, même si les allusions à et autour de Noël sont très nombreuses, mais en tout cas elle sort son épingle du jeu parmi la pléthore de ces fameuses « romances de Noël » qui inondent le marché de la littérature sentimentale depuis quelques semaines, comme c'est le cas chaque année.
On notera aussi la mise en avant d'un métier peu connu malgré le fait qu'il se pratique de plus en plus (je crois, en tout cas j'ai vu récemment plusieurs émissions ou lu d'autres histoires qui traitaient peu ou prou du sujet) : c'est celui du « bricoleur » qui reprend les objets divers et variés dont les gens ne veulent pas et viennent porter à l'atelier, et ces objets sont alors soit retapés quand c'est possible, avec d'éventuelles modifications si nécessaire, et si le client le désire ; ou bien servent de nouveau matériau, bien entendu entièrement recyclé alors, pour créer de nouvelles choses qui plairont à d'autres. J'ai apprécié cette façon de mettre en avant une activité professionnelle toute écologique, très actuelle, mais l'air de rien, sans cette « éco-agressivité » que je ressens parfois dans certains livres qui se veulent à la pointe d'une démarche verte, en exagérant souvent un peu trop les choses… Ici c'était exposé de façon simple mais avec intelligence, bravo !
Pour autant, une fois n'est pas coutume (ah ah !), je ne rejoins pas les avis dithyrambiques d'une majorité de lecteurs, et pour une raison qui gâche tout d'emblée car elle touche à un aspect essentiel du roman : c'est que toute l'histoire est sensée avoir la forme d'un classique « ennemies to lovers »… or, je n'ai pas cru une seule seconde à l'aspect « ennemies », du coup l'intrigue était plutôt ratée à mes yeux ! En effet, dès le début, nos deux personnages principaux ont une relation tendue, ce qu'ils répètent encore et encore à tour de rôle – car le roman se présente, comme c'est souvent le cas en romance, sous la forme d'un choral à deux voix. Mais bon, le dire, ça ne suffit pas pour que le lecteur l'intègre… ou alors je suis devenue mauvais public, mais franchement, je n'ai jamais réellement ressenti cette animosité entre les deux. Et vas-y que je te dise une méchanceté (souvent risible), que j'évite ton regard ou que je te fusille du mien, et vas-y que je te serve un petit-déjeuner horrible, etc. – pour moi, ces petits actes de l'un envers l'autre ne sont pas le signe d'une profonde détestation, mais ressemblent bien davantage à des blagues de potaches, qui ne s'entendent peut-être pas tout à fait bien (ou peut-être que si, en fait ?), mais qui n'ont pas l'intensité dramatique à laquelle je m'attendais.
À défaut, d'autres lecteurs ont souligné que ces joutes verbales les ont bien faits rire… mais là aussi c'est un flop pour moi. Ces pseudo-joutes ne m'ont même pas fait sourire, j'avais plutôt l'impression de me retrouver certains jours à table au milieu de mes enfants (qui ont entre 9 et 14 ans, je précise…) quand ils ont décidé de se chamailler ! On les considère avec un haussement d'épaules, car on sait que, dans le fond, ils s'aiment, mais ça n'en est pas moins agaçant. Et voilà : grâce à ce livre, me revoici dans un schéma trop classique à mon goût, avec cependant des personnages qui ne sont pas mes enfants mais des jeunes adultes avec un boulot, des choix de vie etc. Eh bien, tout à coup, j'avais du mal à y croire, j'avais plutôt l'impression d'être dans une cour de récréation où ça crie bien inutilement, car ça reste bon-enfant ! Sérieusement, où est la haine là-dedans ? Je la cherche encore…
Mais donc, comme je disais : comme toute l'histoire part de cette relation antagoniste pour évoluer vers le « lovers », pour moi c'était cousu de fil blanc dès les toutes premières pages, et à aucun moment l'autrice ne quitte cette ligne – même les pseudo-tentatives de drague (pour un quelconque personnage secondaire) de Blade ou de Charlie lors du voyage du groupe en Laponie ne semblent réellement « dangereuses » ou capables de mettre en danger leur relation pourtant officiellement inexistante.
Et le pire, ça a bien sûr été la révélation finale, quand on sait enfin pourquoi les deux se détestent tant. Je ne vais pas le dévoiler ici, ce serait divulgâcher, mais d'une part j'aurais voulu que ce soit révélé beaucoup plus tôt dans l'histoire pour pouvoir ancrer cette idée d' « ennemies » que je ne trouvais pas ; d'autre part je me suis dit : tout ça pour ça ?! À nouveau, ce point de départ, cette première rencontre qui a dérapé, n'a franchement rien de dramatique à mes yeux – l'autrice fait tout un plat d'un malheureux petit pois !
Ainsi donc, ma 2e romance de Noël de la saison n'est guère plus convaincante que celle que j'ai lue il y a déjà quelques semaines, et moi qui me réjouissais tant d'entrer dans ce type de lectures ! Non seulement j'en ai été empêchée pour diverses raisons (dont mon obsession à terminer « correctement » les divers challenges auxquels je suis inscrite et qui prennent fin pour beaucoup le 31, et aussi le ralentissement de lecture que je connais depuis le mois passé…), mais en plus mes deux premières expériences me laissent un petit goût mitigé, dommage. Je suis passée complètement à côté de celle-ci en tout cas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LightandSmell
  08 décembre 2020
J'ai décidé de lire ce roman dans le cadre du Cold Winter Challenge, et je dois dire que la magie de Juliette Bonte a tout de suite opéré sur moi malgré mon manque d'appétence pour les romances de Noël. Il faut dire que le livre suit le schéma « ennemies to lovers » que j'aime beaucoup d'autant que dans ce domaine, l'autrice semble exceller !
Je me suis d'ailleurs tellement laissée prendre au jeu que j'ai lu le livre d'une traite, le terminant à trois heures du matin, le sourire aux lèvres et le coeur empli de jolis moments d'amitié, de rire, de complicité et d'amour. Certes, Juliette Bonte ne révolutionne pas le genre, mais elle a réussi à se l'approprier pour nous en proposer une version pleine de charme, de peps et de mordant qui pourra plaire autant aux amateurs de romance qu'aux lecteurs voulant s'initier au genre en douceur.
En effet, au-delà de la relation tumultueuse entre deux protagonistes, le roman aborde des sujets sérieux, mais avec une certaine légèreté, les personnages n'étant pas du tout du genre à s'apitoyer sur leur sort. Non, bien au contraire, si la vie ne les a pas gâtés, ils ont réussi à avancer et à se créer un nouveau cocon, un havre de bienveillance et de tolérance dans lequel chacun est accepté tel qu'il est, avec son passé, ses failles, ses douleurs, sa personnalité et ses talents. Et ce petit miracle, on le doit à James, créateur et propriétaire du Misc, un endroit dans lequel on redonne vie aux objets vieillissants ou dont les propriétaires ne veulent plus.
Donner sa chance à d'anciens objets pour en proposer quelque chose de nouveau, en voilà une démarche dans l'air du temps ! Mais en voilà surtout un projet dont la symbolique finit par nous frapper à mesure que l'on découvre l'histoire personnelle de chacun. Abandon et adoption, familles dysfonctionnelles, parents intolérants et obnubilés par la réussite scolaire et sociale, nonobstant l'épanouissement de leurs enfants… Au fil des pages, on comprend à quel point le Misc est important pour James, Sally, Grayson et Blade. Ce n'est pas seulement un lieu de travail avec un patron et des collègues sympas et originaux, c'est une véritable famille !
Une famille qui s'est agrandie avec l'arrivée de Savannah, en couple avec James, et par association avec l'arrivée de Charlie, les deux jeunes femmes étant inséparables depuis leur plus tendre enfance… Si la première est acceptée par tous, la seconde est viscéralement rejetée par Blade. Quant à savoir pourquoi, il vous faudra vous plonger dans le roman pour le découvrir, mais je peux néanmoins vous dire que la révulsion est réciproque et que tous les deux sont bien décidés à remporter la guerre des nerfs dans laquelle ils se sont lancés…
Et ça commence par des vacances en Laponie, pays rêvé pour les amoureux de Noël, cauchemar pour Charlie, ce dont était bien conscient Blade avant de proposer ce lieu de villégiature au groupe. Diabolique, n'est-ce pas ? Mais rassurez-vous, Charlie n'est pas mal dans son genre et saura trouver les moyens de se venger et de prouver à Blade qu'à ce jeu, elle possède aussi quelques atouts dans sa manche. Vous découvrirez également que son esprit de revanche est particulièrement retors et n'a rien a envié à l'esprit tordu de Blade.
Entre les regards tueurs, les petites et grosses vacheries, les réparties qui fusent, les noms d'oiseaux qui volent, les petits coups en douce et les chamailleries constantes, Charlie et Blade assurent le spectacle ! Les deux meilleurs ennemis possèdent l'art et la manière de se tirer dans les pattes pour le plus grand plaisir des lecteurs qui se régalent de leurs échanges musclés, piquants et savoureux. Si comme moi, vous aimez voir deux personnages se détester plus ou moins cordialement, avant de se rapprocher et de transformer la haine en un sentiment bien plus doux, vous allez tout simplement adorer la relation entre ces deux fortes têtes.
En plus de la relation entre Charlie et Blade pleine de sel et de l'amitié omniprésente, on appréciera le doux esprit de Noël et de partage qui règne sur cette romance et le fait que l'autrice ne tombe jamais dans la guimauve. Elle n'hésite d'ailleurs pas à détourner certaines traditions avec espièglerie. le dépaysement offert par le voyage en Laponie devrait, quant à lui, vous donner envie de braver le froid pour découvrir ce pays qui marquera un tournant majeur dans la relation entre Charlie et Blade… Mais seront-ils prêts à l'affronter ?
En conclusion, Tu fais quoi pour Noël ? Je t'évite ! fut une excellente surprise que je ne peux que conseiller aux lecteurs appréciant les romances dans lesquelles les personnages se détestent de toute leur âme avant de finir par se rapprocher. Entre les coups bas et les réparties qui fusent, vous ne verrez pas les pages défiler d'autant qu'en plus d'une histoire d'amour pleine de peps, d'humour et de piquant, l'autrice nous offre également une magnifique histoire d'amitié, nous prouvant que la vraie famille, c'est avant tout celle que l'on choisit.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   04 octobre 2019
"_Les gens n'aiment pas la nouveauté, la différence. Elle leur fait peur. Ils préfèrent rester sur leurs acquis, là où tout n'est que sécurité. Si le talent d'un Van Gogh, d'un Vermeer ou d'un Gauguin n'a pas été reconnu à temps, c'est parce que personne n'a eu le courage de leur faire confiance. Pas même leur famille."
Commenter  J’apprécie          220
SaiwhisperSaiwhisper   02 octobre 2019
- Un seul manteau suffit, Gray. Tu es constamment dans l'excès !
- Je me laisse le choix. Si tu faisais pareil, ça te permettrait de ne pas porter ce truc immonde tous les jours, dit-il en tirant sur la manche de son anorak.
- Tu n'as aucun goût.
- La couleur ressemble à celle d'un vomi de tortue intoxiquée à la salade périmée.
- Si tu savais comme je regrette parfois de te connaître...
Commenter  J’apprécie          80
Morgane_De_MussetMorgane_De_Musset   06 janvier 2020
Je ne peux rien te garantir, dit-il enfin. Tu me rends fou, j'ai une prédisposition à t'emmerder et j'aime ça. Je n'arrive pas à voir un futur où on se promène dans Chicago main dans la main, parce qu'on finirait par se broyer les doigts. Je ne nous imagine pas dans le cadre d'un dîner aux chandelles, parce qu'il y a fort à parier que tu me balancerais la cire chaude en plein visage. Toi et moi, c'est illogique. Mais demain, après-demain et les jours qui suivent, je veux qu'ils soient faits de toi. De ton caractère exécrable. De nos disputes. Je ne sais pas lire l'avenir, mais une chose est sûre : tu es incluse dedans. Invariablement. Fais-moi confiance sur un point, Charlie : j'ai aimé tes défauts avant tes qualités. c'est une bonne base pour démarrer une histoire solide, tu ne penses pas ?

J'acquiesce. Je le crois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cicou45cicou45   02 octobre 2019
"_Ce n'est pas Noël qui te dégoûte, c'est le souvenir que tu en as. Ton passé salit ton présent, et ce n'est pas une tare. Ça ne fait pas de toi une erreur, juste quelqu'un qui a un vécu. Et donc, quelqu'un de normal."
Commenter  J’apprécie          132
SaiwhisperSaiwhisper   02 octobre 2019
Parfois, j’aimerais que le physique d’une personne reflète son âme. Ce serait tellement plus simple… Dans les films, par exemple, on reconnaît immédiatement celui qui veut détruire le héros : il lui manque un nez, il est plein de cicatrices, émacié, tout pâle, déformé… la sorcière dans Blanche-Neige, elle fout les jetons ! Et Davy Jones, dans Pirates des Caraïbes ? On en parle de Davy Jones ? Le type a quand même une tête de poulpe. Pourquoi Blade n’a pas de tentacules qui se baladent sur son menton ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52

Video de Juliette Bonte (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Juliette Bonte
Promis, on reste amis - Juliette Bonte
autres livres classés : noëlVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4704 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre