AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791037500649
Les Arènes (15/01/2020)
2.95/5   10 notes
Résumé :
Nous sommes tous dépendants à quelque chose : certains sont addicts à la cigarette, à l'alcool ou à la nourriture, d'autres à leur portable, aux jeux vidéo ou aux réseaux sociaux, d'autres enfin à leurs ruminations mentales ou à leur ego.
Pourquoi est-il si difficile de se débarrasser de ces dangereuses habitudes ? Parce que nous sommes prisonniers du craving, ce besoin irrépressible et quasi maladif qui nous pousse à continuer alors que nous aimerions nous l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Apoapo
  25 octobre 2021
Misère, misère ! Où en sommes-nous réduits, actuellement, dans la recherche universitaire psychiatrique et dans la clinique états-unienne sur les addictions... Il y a cinquante ans déjà, Olievenstein, en se fondant sur une solide base psychanalytique, avait pu développer la notion de « manque », au-delà de la substance addictive, comme un pathogène lié à un traumatisme infantile. Et aujourd'hui, qu'en est-il du « craving », défini dans le DSM-5 comme : « […] désir puissant ou compulsif d'utiliser une substance psychoactive ou d'exécuter un comportement gratifiant alors qu'on ne le veut pas à ce moment-là » (cit. en exergue, p. 10) ? Nous en sommes réduits au comportementalisme. Retour à Skinner, à la boucle de répétition : déclencheur-action-récompense, aux « grandes » expériences de laboratoire sur les stimulus-réponses avec force IRMf (il ne manque plus que les rats récompensés ou électrocutés !)... Et pourtant, le démantèlement théorique du paradigme comportementaliste ne date pas d'hier : Arthur Koestler l'avait brillamment accompli déjà dans les années 1960 avec : The Ghost in the Machine. Mais voici : aujourd'hui un neuro-scientifique s'attelle à dénoncer les méfaits des « giclées de dopamine », cette sécrétion endocrinienne qui forge les habitudes par des récompenses éphémères, comme s'il s'agissait du fruit empoisonné du péché originel, ou d'un étalon de l'éthique individuelle, et à s'extasier de la réduction de l'activité du cortex cingulaire postérieur (CCP), comme si ce dernier était une partie honteuse de notre cérébro-anatomie... Mutatis mutandis, on en est au puritanisme avec d'autres fantasmes sexuels : gare à la dopamine, méfiez-vous de votre CCP !
Et puis, notre air du temps est au syncrétisme et au New age : la thérapeutique de l'addiction passe donc par la méditation, la pleine conscience, MBSR : « Mindfulness Based Stress Reduction » et toute la métaphysique bouddhiste... Non que cela soit nocif de pratiquer la méditation, d'acquérir une conscience de la vacuité des désirs, surtout à une époque et dans une société de consumérisme, naturellement. Mais souvenons-nous des prémisses : il s'agit ici de thérapeutique des toxicodépendances...
Et ce n'est pas par hasard que l'auteur vante les succès de sa méthode, de son « approche révolutionnaire » est-il indiqué dans la quatrième de couverture... sur le tabagisme et le surpoids ! Serait-ce là la limite actuelle de la lutte contre les addictions ? Sans doute. En effet : « Le traitement du sevrage tabagique par la pleine conscience conçu par le Dr. Judson Brewer s'est révélé cinq fois plus efficace que les méthodes traditionnelles remboursées par les assurances santé » - lit-on ibidem. Gros sous pour petits caprices d'addicts de luxe. Et les camés à l'héro, aux amphétamines, au crack, aux cocktails médicamenteux détournés : les soigne-t-on aussi par la méditation, par la pleine conscience, par la théologie bouddhiste ? Non, sans doute ne les soigne-t-on pas du tout, car ils n'ont pas de mutuelle, on les jette en détention aux États-Unis : après tout, ce ne sont que des Noirs et des pauvres ! Alors, cela laisse aux bons citoyens plein de ressources pour alimenter la recherche universitaire sur les effets de la méditation sur la réduction de l'activité du cortex cingulaire postérieur, dûment mesurée avec force IRMf !
Et tout le reste du livre, c'est du blabla insupportable, même pas bien écrit, plein de confusion entre habitudes et addictions (Facebook, le soi, l'amour, la pensée et quoi encore... !), plein d'anecdotes autobiographiques insignifiantes et prétentieuses, et de répétitions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Bruno_Cm
  29 mars 2020
« Le livre que vous tenez entre vos mains met en avant l'idée que, si nous prêtons suffisamment attention à la façon dont nos habitudes sont formées, nous pouvons les briser. »
Voilà le parti pris. Ou les partis pris. le craving est une habitude inscrite au fur des répétitions, avec une implication neuronale déterminée. On peut avoir du craving pour toutes les habitudes, les comportementales bien sûr (fumer, boire de l'alcool, le sport intensif...) mais également dans ses habitudes de penser, de voir le monde.
Comment apprend-on et/ou devient-on accroc ? A travers les connaissances déjà reçues de Skinner, et les méthodes actuelles d'imageries, l'auteur développe divers concepts (la plupart sont déjà connus - redéfinit le craving, le Mode Par Défaut, décrit la mindfulness, revient sur l'idée de flow...)
Il argumente de façon claire, illustrée par de exemples tout aussi clairs, ainsi qu'il relate des parties de son parcours de vie, qui l'ont amené à la médecine, puis à la méditation, nous donnant ainsi un peu de chair dans un livre scientifique qui sort de l'aridité potentielle.
L'auteur a élaboré des concepts, donc ainsi qu'un questionnaire sur les tendances comportementales, les votres, celles qui peuvent être modifiées peut-être...
« ... nous avons découvert que les tendances comportementales s'alignent sur les mécanismes modernes d'apprentissage par association - approcher, éviter, s'immobiliser. Nous avons testé 43 questions sur environ 900 volontaires et, à partir de ces données, nous avons préparé et validé un "questionnaire de tendances comportementales" (QTC) en 13 questions auxquelles n'importe qui peut répondre le QTC est actuellement examiné comme outil pour prévoir et personnaliser les pratiques modernes de pleine conscience. »
L'auteur aborde les addictions technologiques : facebook essentiellement.
Et le gros du livre concerne la méthode pour en sortir, la pleine conscience. le fait de prendre un recul sur ses habitudes, ne plus les juger, et trouver comment faire et vivre autrement.
Au-delà des aspects apaisants et bénéfiques pour la santé de la méditation. Celle-ci serait l'outil indispensable.pour tout qui souffre de craving.
Laissons la parole au « maïtre » de la mindfulness, John Kabat-Zinn : « Comme vous le découvrirez, le craving semble être la cause première de beaucoup de nos souffrances grandes et petites. Nous nous laissons manipuler, jusqu'à tout oublier, surtout par les technologies numériques addictives et par nos modes de vie toujours plus rapides. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'une fois que nous en avons pris conscience nous pouvons nous libérer de cette souffrance et mener une vie bien plus satisfaisante, saine, originale, éthique et vraiment productive. »
Conclusion : livre très intéressant sans être révolutionnaire. Il met en avant des choses assez connues, mais en les conceptualisant peut-être autrement. Il redonne sa force et sa juste place à F.B. Skinner. Et propose des outils technologiques, modernes, plus attrayants peut-être pour nos jeunes vivants, qui ont besoin de rythme... La méditation... la méditation... Prendre conscience... Observer nos habitudes... Les changer si on le veut... Oui... Un travail, le travail de toute une vie...
NB : le livre est un livre scientifique mais l'écriture et le mélange entre exemple, parcours personnel et théorie en fait un livre très lisible. Même pour les non-avertis.
NB2 : J'apprécie le lexique des concepts et des noms propres, et la bibliographie bien foutue. Bravo aux éditeurs : Les Arênes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
carolinelaan
  19 juillet 2020
Ce livre est absolument exceptionnel et je vous le recommande vivement. C'est un point de vue totalement nouveau et pertinent sur l'addiction. Ou comment le craving : un besoin irrépressible lié à l'apprentissage de la récompense nous pousse vers des habitudes de souffrance. L' addiction au tabac, à l'alcool, la drogue mais aussi aux écrans et aux réseaux sociaux, à l'égo en étant accro à notre vision de nous-mêmes liés au biais subjectif jusqu'à être addict à une célébrité, l'addiction aux pensées et à l'amour. L'auteur qui est un neuroscientifique américain reconnu n'elude rien et nous partage ses expériences. Un nouveau regard sur les addictions très accessible qui peut aider des personnes qui souhaitent s'en sortir.
Commenter  J’apprécie          140
silverfab
  03 mars 2020
Je dois avouer que j'espérais secrètement que le livre de Judson Brewer proposerait des exercices un peu plus "pratique" pour lutter contre le "Craving", surtout dans le domaine de la nourriture (sucrée pour ne rien vous cacher) ici on fait plutôt l'éloge, semble t-il justifiée de la pratique de la Pleine Conscience, largement appuyée par les expériences et résultats de Brewer au fil des années de recherches.
Un ouvrage à conseiller plutôt aux gens prêts à tenter l'expérience d'une certaine forme de méditation qui emprunte jusqu'au préceptes du bouddhisme; mais peut être que ceux, comme moi, qui souhaite tester des méthodes plus directes et pratiques pour arrêter de dépendre de quelque chose (sans pour autant être "accro maladif") devront aller voir ailleurs?
Commenter  J’apprécie          71
flolabbe
  18 mars 2020
317 pages ! j'avais des attentes lorsque j'ai coché la case pour cette masse critique "non-fiction" , la quatrième de couverture m'avait paru très intéressante et lorsque le livre est arrivé à la maison, j'étais ravie.
J'ai regardé le sommaire, commencé à feuilleter, à lire, à rechercher ce que je pensais y trouver et là déception totale !
Comme l'a souligné une autre critique, il est question de pleine conscience mais pas d'exercice, rien du tout. Des chapitres qui se succèdent et surtout un "je" de l'auteur omniprésent. le renvoi à de nombreuses études sans conclusions concrètes en fait un livre dont le fond est très difficile à intégrer.
Je remercie Babelio et l'éditeur pour cet envoi dans le cadre de la Masse critique. Mon avis est sévère et n'engage que moi. Ce documentaire conviendra sans doute à certains lecteurs mais je recommande de l'acheter après avoir pris le temps de le feuilleter afin de s'assurer qu'il correspond bien à l'idée que l'on s'en fait.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (138) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   25 mars 2020
La limite de 140 caractères n'a rien de magique. Ce chiffre a été spécifiquement choisi parce que nous lisons automatiquement les messages de cette longueur. C'est là que l'imprévisibilité entre en jeu : chaque fois que nous entendons le signal sonore inattendu, notre cerveau lance une giclée de dopamine. [...] le renforcement intermittent provoque le type d'apprentissage le plus solide, le plus "collant". En acceptant ces alertes afin d'être plus disponibles et plus réactifs aux messages, nous nous sommes conditionnés comme les chiens de Pavlov.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bruno_CmBruno_Cm   29 mars 2020
Pour rester concentrés, nous pourrions traiter les états d'esprit et attitudes (la curiosité, par exemple) comme des conditions qui mènent naturellement à la concentration. En ce cas, nous abandonnerions les méthodes fondées sur la force brutale, moins clairement liées  nos processus naturels d'apprentissage basé sur la récompense. Ces outils et compétences pourraient être inhérents à l'apprentissage basé sur la récompense. Dans ce cas, nous pouvons les utiliser pour changer notre vie sans retrousser nos manches, sans les efforts, le sang et les larmes qu'impliquent la méthodologie inscrite dans notre psyché occidentale. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   26 mars 2020
La méditation n'est pas du repos, loin de là pensions-nous. Mais nous avons eu beau observer tut le cerveau, nous n'avons pas pu découvrir une seule région qui montrait plus d'activité chez les experts que chez les novices. Bien embêtés, nous y avons regardé à deux fois. Et nous n'avons rien trouvé.
Ensuite, nous nous sommes demandé si certaines régions cérébrales montraient une activité moindre chez les experts que chez les novices. Gagné ! Nous en avons découvert quatre, dont le cortex préfrontal médian et le cortex cingulaire postérieur, les principaux cente du MPD [Mode Par Défaut].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   01 avril 2020
... la récompense du lâcher-prise est plus agréable que le malaise. Notre cerveau se dispose à apprendre. Dès que nous voyons clairement la différence entre une récompense contractée, source d'autorenforcement, et une récompense ouverte, joyeuse, source d'expansion et d'oubli de soi, nous avons appris à lire la boussole. Nous pouvons alors nous orienter et partir dans l'autre direction, vers le vrai bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DonaSwannDonaSwann   31 juillet 2020
La distinction critique entre ces types de récompenses est que la joie naît de l'attention et de la curiosité. Ce type de conscience est possible pratiquement à tout moment de veille. Il ne requiert aucun effort, puisque la conscience est toujours disponible, nous pouvons nous reposer en étant simplement conscients. L'excitation, en revanche, exige qu'il nous arrive quelque chose ou que nous nous procurions une chose que nous désirons : il faut faire quelque chose afin de l'obtenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Judson Brewer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Judson Brewer
Sucre, nourriture, alcool, tabac, réseaux sociaux et téléphone portable : notre cerveau est addict et ce phénomène a un nom : le craving. Comment s'en libérer ?
Il faut d'abord comprendre ce qui se produit dans notre cerveau quand ce besoin irrépressible de scroller, liker, manger, fumer se fait sentir. le système de récompense s'active et nous rend accro à la dopamine, ce shoot de plaisir intense qui nous empêche de nous arrêter.
Le neuroscientifique et psychiatre Judson Brewer a développé une méthode pour sortir de la boucle destructrice de nos mauvaises habitudes grâce à la pleine conscience. Il l'explique dans son livre, le craving, disponible ici : https://www.placedeslibraires.fr/livre/9791037500649-le-craving-pourquoi-on-devient-accro-et-comment-se-liberer-judson-brewer/
#Addiction #Neuroscience #Dopamine #Craving #Pleineconscience #Psychologie
Abonnez-vous à la chaîne Les Arènes du Savoir https://www.youtube.com/c/lesarenesdusavoir/?sub_confirmation=1
Suivez-nous sur les réseaux Facebook https://www.facebook.com/editionslesarenes Instagram https://www.instagram.com/les_arenes Twitter https://twitter.com/les_arenes
+ Lire la suite
autres livres classés : dépendancesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
360 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre