AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791095438298
Éditeur : L' Iconoclaste (11/01/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Une introduction simple et joyeuse à la méditation. Chaque jour, trois minutes pour respirer, se concentrer et lâcher prise. Trois minutes en apesanteur avec soi-même.

Voilà plus de deux mille ans que l’on médite, en Orient comme en Occident. Aujourd’hui, les bénéfices de la méditation sont confirmés par de nombreuses études scientifiques. Laïque et accessible, la méditation de pleine conscience se pratique dans les cabinets des médecins, à l’école, d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
anlixelle
  14 février 2018
Que les choses soient claires... je suis une inconditionnelle des ouvrages de Christophe André, et du personnage public. Mais avec 3 minutes pour méditer,  j'ai trouvé qu'il avait encore gravi une marche supplémentaire dans mon estime.
En effet, quelle  brillante idée il a eu (ou bien on lui a donné !) de nous rapporter ces très courtes 40 respirations méditatives lumineuses  à l'impact physiologique scientifiquement prouvé.
Présence à soi,  présence au monde, que de défis pour une vie digne de ce nom.
Ce livre est une boîte de friandises : surtout ne pas tout consommer d'un coup. Mais savourer, piocher, écouter la voix unique du psy le plus célèbre de France. La voie donnée par l'écriture  et / ou la voix entendue sur le CD audio.
Entre outil psychologique, détour philosophique, initiation à la méditation, il nous offre la possibilité de développer notre aptitude à mieux traverser l'adversité grâce à une présence accrue aux petits rien du tout de chaque minute passée.
C'est vrai que ce n'est pas gagné tous les jours, mais comme "tout" se muscle, s'entraîne. .. trouver 3 minutes par jour, ça devrait rentrer dans les cordes de tous les aspirants à un peu plus d'intériorité quotidienne.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Palmyre
  12 février 2017
Trois minutes à méditer permettra aisément aux novices de s'initier à la méditation, quant à ceux qui sont plus expérimentés, ils pourront varier ou découvrir de nouveaux exercices à appliquer quotidiennement.
Christophe André a réuni dans cet ouvrage 40 exercices précédemment diffusés sur France Culture. Vous avez également la possibilité de les consulter en podcast sur Internet.
Pour ma part, j'avais déjà lu du même auteur, "Je médite, jour après jour" et j'avais entendu parler de cette émission, mais ne l'avais pas encore écoutée. J'ai donc trouvé ce livre très facile d'accès et bien présenté.
J'ai suivi le conseil de l'auteur, j'ai "savouré" ses exercices comme si je dégustais une boîte de chocolat. C'est donc à mon rythme sans me jeter précipitamment dessus que j'ai lu ce livre. Je pense même relire les exercices qui ont particulièrement retenus mon attention, comme "le bavardage des pensées", "la méditation de l'arbre", etc.
L'ouvrage se présente de la manière suivante : une citation, puis une introduction, un exercice à faire puis des conseils, le tout dans une présentation simple et aérée, très agréable à la lecture. A la fin du livre, vous trouverez un CD audio qui vous permettra d'écouter les exercices.
Une fois de plus, je suis conquise. Je ne dirai pas que je suis une novice, ni même une adepte, mais je dois dire qu'il m'arrive de pratiquer la méditation, et je pense que cet ouvrage m'a permis d'élargir les exercices que je pratique.
Je vous recommande donc vivement cette lecture. N'hésitez à tester, c'est prouvé scientifiquement la méditation en pleine conscience à de nombreuses vertus.
Merci à Babelio et à l'opération Masse critique, aux éditions L'Iconoclaste pour m'avoir permis de lire ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
NathalC
  13 janvier 2018
Un manuel de sérénité à garder proche de soi, dans lequel se plonger un peu chaque jour.
Une belle approche de la méditation.
Commenter  J’apprécie          263
El_Gabier
  09 juillet 2018
La sécheresse étant-là, ça va pas fort pour Bubulle ; il passe ces jours au congélateur et cela jette un froid entre nous. Je sais c'est un grand glaçon maintenant qu'il est adulte, mais quand même. C'est inuit cette histoire, un poisson qui végète à rien ! Il paraît qu'il a perdu confiance et estime depuis l'affaire des poissons de la couronne.
Je l'ai pris par la main, ouais bon c'est une nimage bien sûr que Bubulle il a pas de main, ni aujourd'hui d'ailleurs… enfin bref on est allé à pied tous les deux chez Christophe André, je sais pas si on a eu Christophe ou André, mais j'ai pas demandé des fois qu'il changerait le prix. A peine installé dans ses toilettes (oui le cabinet était déjà occupé), le voilà qu'il crie en regardant Bubulle avec son regard de merlan frit : « Aie confiance, crois en moi, ton kaa ne m'est pas inconnu dans cette jungle », je suis le piton pour te retenir.
Aie confiance, mouais. Pour le premier pas de problème je maitrise, mais pour la fiance j'y connais rien. Alors on va se fier, se méfier, se défier, se déifier… me voilà devenu homéoptote maintenant. Non pas le petit copain de Juliette, lui depuis qu'Agnès lui a dit qu'il avait un effet placebo sur Juliette, Homéo patie, bon il a réussi à être remboursé sécu FD. Mais revenons à notre fiance ; à force de se fiancer avec tout, on a cru s'y fier et on a fini aux clous avec l'ami Jésus, me voici devenu bon larron.
Le grand Dédé (pas celui qui soigne les bleus en Russie, enfin moi je préfère l'arnica) nous promet d'y arriver en quelques étapes seulement. Cool ça va être moins long et difficile que le tour de France, tant mieux parce qu'avec mon asthme j'aurais du mal à intégrer le ciel. Je suis champion du monde du tricycle à cinq roues moi ! Un Paris-Brest je l'avale en trente seconde moâ, et la montée de l'Alpes d'Huez je l'ai fait trente fois en voiture, trop fastoche.
Premier conseil méditer. Je veux bien mais j'ai rien à publier, alors je m'édite à Nantes, on me révoque à Fontainebleau ; je proteste ! C'est l'exode.
Deuxième conseil : en chacun de nous il y a un univers, j'ai ouvert Bubulle du coup pour vérifier, ben j'ai rien vu, lui il doit avoir un trou noir à l'intérieur. T'inquiètes pas Bubulle on va te sauver.
Ben Bubulle, pourquoi tu parles plus, Bubuuuuullleuh….
Je tiens à remercier les éditions moi-même pour cette découverte, aux éditions Pleine conscience de m'éditer, je m'excuse auprès de Christophe et d'André pour avoir dépassé les trois minutes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          85
LiseFleur
  18 février 2017
J'ai d'abord été attirée par ce livre à cause de la photo de l'auteur sur le bandeau qui couvre une partie la couverture. Très médiatique, on voit et on entend Christophe André sur de nombreux plateaux télé. Il a ainsi éveillé ma curiosité.
Ensuite le titre : trois minutes à méditer. Trois minutes, c'est pas grand-chose, et dans une vie au rythme rapide où on n'a jamais le temps de rien, trois minutes on doit pouvoir les prendre non ? Et puis méditer, se retrouver, c'est quelque chose dont j'ai envie en ce moment. La quadratitude peut-être… En tout cas bien m'en a pris de me laisser porter par cette curiosité, puisque j'ai trouvé ce petit livre extra.
Il est organisé en 40 chapitres thématiques, qui comme promis peuvent chacun se lire en trois minutes. Évidemment, on peut – on doit ? – se plonger dans les exercices pour prolonger l'expérience, mais rien ne nous y oblige. Et c'est ce qui est bien aussi, pas de contrainte. le choix, le libre arbitre, la possibilité de continuer ou non, de faire les exercices ou non, ce qui n'empêche pas de passer au chapitre suivant, sans échelon contraignant dans la progression. C'est avec le plus grand plaisir que j'ai pu m'octroyer un chapitre par jour. Jamais plus. Parfois moins. Rappelez-vous, pas d'obligation, pas de contrainte.
Et j'ai pu "savourer", comme dit le chapitre trois, ou "contempler la nature" chapitre sept, ou chercher la "bienveillance", plus présent dans le chapitre dix qu'en moi-même. Voilà, je ne dirais pas que le but est atteint, comment saurais-je être si prétentieuse, mais j'ai fait un pas sur le chemin. J'aime bien ce livre, qui me permet de réfléchir et d'être d'accord, ou éventuellement pas, avec l'auteur. En tout cas une bonne tartine de réflexion, mais sans prise de tête que je conseille absolument, seulement si vous en avez envie, et seulement trois minutes. L'ouvrage s'accompagne d'un CD audio qui reprend les différentes méditations. Pratique pour ceux qui préfèrent l'oralité ou pour ceux qui ont du mal avec la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
NathalCNathalC   13 janvier 2018
Il y a des sourires qui agacent, comme ceux des politiciens ou des stars, lorsqu'ils veulent plaire ou séduire : ce sont les sourires superficiels, artificiels, affichés à l'approche des objectifs des caméras ou des appareils photo, sourires sans intérêt. Et puis il y a des sourires qui touchent, qui émeuvent, celui de la Joconde ou du Bouddha, celui de l'enfant ou de l'inconnu, celui de l'émerveillement ou de la bonté ; sourires profonds, plein de force et de douceur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
NathalCNathalC   04 janvier 2018
Prenez conscience que vous êtes en vie, à cet instant, que le monde suit son cours, que la Terre tourne sur elle-même, que le Soleil éclaire une moitié de la planète, que les abeilles butinent et font leur travail, que les oiseaux chantent, que des enfants jouent, qu'il y a des gens qui vous aiment et que vous aimez... Conscience qu'à cet instant, vous êtes vivant...
Commenter  J’apprécie          330
babel95babel95   18 janvier 2017
. Le message de l'auto-bienveillance, c'est qu'il est inutile de s'infliger une double peine : la vie se charge de nous envoyer la première flèche, car, à l'origine, c'est bien le réel qui nous blesse une première fois. Inutile d'ajouter une seconde blessure, une seconde peine, en nous malmenant, en nous agressant, en nous critiquant, ou en ignorant nos besoins de consolation et de réparation.
. Prendre soin de soi est alors le meilleur moyen pour ne pas rester bloqué dans la plainte, la rumination ou le ressentiment, qui nous éloignent de toute forme de réparation, de consolation et d'action lucide.
. Vivre en amitié avec nous-même nous aide ainsi à vivre en amitié avec le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
PalmyrePalmyre   07 février 2017
Méditer, ce n'est pas se couper du monde, mais se relier à lui avec encore plus de conscience, et donc encore plus d'amour et de gratitude. Certes, on se met souvent à l'écart pour apprendre à méditer, ou pour approfondir sa pratique, mais la finalité de la méditation, c'est d'aimer le monde et de mieux l'habiter.
Commenter  J’apprécie          230
NathalCNathalC   06 janvier 2018
Un manuel de méditation célèbre s'intitule Après l'extase, la lessive. Il nous rappelle que nous seront plus souvent amenés à faire la lessive qu'à connaître l'extase. Alors, autant apprendre à nous approcher de l'extase en faisant la lessive, ou en faisant la cuisine.
Commenter  J’apprécie          261
Videos de Christophe André (101) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe André
« Un soir, dans sa chambre, les larmes le prirent ; il se jeta désespérément à genoux devant son lit, il pria. Qui priait-il ? Qui pouvait-il prier ! Il ne croyait pas en Dieu, il croyait qu'il n'y avait point de Dieu. Mais il fallait prier, il fallait se prier. Il n'y a que les médiocres qui ne prient jamais. Ils ne savent pas la nécessité où sont les âmes fortes de faire retraite dans leur sanctuaire. Au sortir des humiliations de la journée, Christophe sentit, dans le silence bourdonnant de son c?ur, la présence de son Être éternel.» Romain Rolland, Jean-Christophe.
La prière consiste à tourner son esprit vers Dieu. Serait-elle donc réservée aux croyants ? Ou en existe-t-il une version non religieuse ? Sans doute, en tout cas, le besoin de prier existe même chez les non-croyants. Lorsqu?on est bouleversé par l?inquiétude ou par la gratitude, lorsqu?on est confronté à l?indicible et l?illimité ; à chaque fois que nous nous trouvons face à des phénomènes qui nous dépassent, nous essayons de partager leur mystère par la prière, qu?elle soit adressée à un Dieu que nous connaissons ; à un autre, plus incertain, que nous espérons ; ou encore à des équivalents laïques : destinée, providence, principes qui régissent l?univers?
Quels liens la prière a-t-elle avec la vie intérieure ? À première vue, elle est tournée non pas vers l?intérieur, mais vers le supérieur. Pourtant, toutes les traditions religieuses rappellent que Dieu réside dans le c?ur même de l?être humain?
Dans la prière, il y a un double mouvement : celui de la prise de conscience, de la réflexion, de la tension ; puis celui de l?abandon, du lâcher-prise. La prière, même laïque, est un acte de foi, une confiance sans certitude. Nous offrons nos espérances, nos craintes, nos remerciements, sans avoir la preuve que nous sommes entendus, et encore moins qu?une réponse viendra. C?est enfantin et magnifique. D?où la subtile observation de Claude Nougaro dans sa chanson Plume d?Ange : « La foi est plus belle que Dieu ».
Je n?ai évidemment aucune leçon à donner sur l?art de bien prier, ce n?est pas mon domaine ! Juste une expérience personnelle d?humain, de psychiatre et de méditant?
Chacun sait qu?on prie mieux dans un corps stable, en général immobile, agenouillé ou assis. Mais il y a une autre stabilité importante, celle de notre attention : on ne peut pas prier avec l?esprit dispersé. D?où l?importance de poser son attention, en se focalisant sur son souffle, ou sur la répétition d?un mot ou d?une phrase brève : les Orientaux parlent alors de mantra, les chrétiens de prière monologique (du grec monos-logos : une seule parole). C?est sans doute pour cela que la philosophe Simone Weil écrit : « L?attention absolument pure est prière ».
Pour ne pas être qu?un rituel, que l?on accomplirait l?esprit absent, la prière suppose aussi d?avoir établi un lien sincère et attentif à soi-même. D?où son importance pour la vie intérieure des humains, depuis toujours.
Car les moments de prière sont des espaces où l?on est à l?écoute de sa vie intérieure, mais sous une lumière particulière : celle de Dieu, ou celle des grandes forces qui régissent ce Monde. Ce sont des introspections tournées vers le Ciel ! Et donc baignées par les sentiments d?humilité et d?appartenance. de gratitude aussi : nous sommes dépositaires de qualités qui nous dépassent, que nous n?avons ni mérité ni demandé : la vie, la conscience, l?intelligence? Comment ne pas être bouleversé par cela ? Et comment ne pas avoir envie de prier pour remercier ? Même si l?on ne sait pas très bien à qui adresser tous ces mercis, on peut tout de même prendre le temps de les exprimer intérieurement. Maintenant, par exemple?
À demain, et ne perdez jamais le lien? avec vous-même.
Par Christophe André, en partenariat avec France Culture
Plus d'info : https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/la-vie-interieure/
+ Lire la suite
autres livres classés : meditationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Christophe André ?

Quelle profession exerce Christophe André ?

neurologue
pédiatre
psychiatre

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Christophe AndréCréer un quiz sur ce livre
. .