AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hélène Zylberberg (Traducteur)
EAN : 9782070326372
320 pages
Éditeur : Gallimard (24/05/1991)
4.08/5   13 notes
Résumé :
Aucun écrivain n'a eu une influence aussi décisive sur l'évolution du roman moderne que Franz Kafka.
Il avait peu publié de son vivant et, lorsqu'il mourut en 1924, il demanda à son ami et exécuteur testamentaire, Max Brod, de détruire tous ses manuscrits inachevés. Max Brod, après de longues hésitations, décida de passer outre, et nous devons à cette décision Le Procès, Le Château et tant d'autres chefs-d'œuvre. Cette biographie, l'œuvre d'un ami, reste le s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
oiseaulire
  18 août 2019
Max Brod écrivit en 1937 "Franz Kafka, eine Biographie" traduit en français en 1945 sous le titre "Franz Kafka, souvenirs et documents".
Max Brod fut l'ami intime et l'exécuteur testamentaire de Kafka. Nous lui devons, entre autres, le sauvetage de deux oeuvres majeures, "Le procès" et "Le château" que leur auteur lui avait recommandé de brûler après sa mort.
A la lecture de ces deux textes, Brod ne se sentit pas le coeur d'obéir aux prescriptions de son ami, disparu en 1924. Il les fit éditer dès l'année suivante ("Le procès" en 1925 et "Le château" en 1926), s'en absolvant en considération de l'ancienneté de la demande et des fréquents atermoiements de Kafka en matière de publication.
Dix ans plus tard il écrivit cette biographie que je recommande vraiment tant elle déborde d'intelligence, d'amitié sincère et de lucidité bienveillante envers la personne de l'écrivain qui poursuivit toute sa vie, au moyen de l'écriture, une quête passionnée de vérité et de spiritualité. Elle éclaire en outre les écrits d'une lumière qui n'est pas celle de l'absolu désespoir qu'on y voit le plus souvent, mais d'une vision métaphysique des relations de l'homme avec Dieu.
Elle dresse le portrait d'un homme discret, attentif, amateur de randonnées et de natation, plutôt enjoué, aux prises avec les affres d'une nature hésitante mais paradoxalement constant dans la poursuite des devoirs sacrés à ses yeux : honorer son travail d'écrivain et fonder une famille. On sait que s'il échoua sur le second point, il parvint à l'excellence sur le premier, malgré une disponibilité obérée par un gagne-pain ennuyeux et la maladie.
J'ai terminé cette biographie avec l'impression de m'être fait deux amis : Max Brod et Franz Kafka.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Cosaque
  20 décembre 2013
Ce livre fait la lumière sur l'homme qui se cache derrière l'écrivain Kafka. Au fil des pages en plus de la biographie on voit se développer l'amitié entre Max Brod et Franz Kafka. C'est un livre touchant et triste.
Commenter  J’apprécie          21
Uzbek
  15 juillet 2011
Connaître Kafka à travers ses mots, son amitié, ses bris et débris choisis par Max Brod, et apprécier encore plus...
Commenter  J’apprécie          21
laulevec
  17 mai 2015
Le meilleur ami de l auteur
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
PetitebijouPetitebijou   15 avril 2012
"Immensité du monde que j'ai dans ma tête", les Carnets débordent de plans, d'ébauches, de débuts,dont fort peu de chose a été achevé. Mozart se défendait, répondait à son père. Kafka se tut. Mais je possède de lui une lettre qui rend sensible la funeste importance qu'eurent pour sa vie les entraves professionnelles. A mon avis, c'est ici que se trouve le germe de cette évolution qui le menait toujours plus profondément au coeur de la souffrance, avant de le conduire à la maladie et à la mort. Dans la mesure où ce complexe outré le retenait sous le harnais de sa profession, il collaborait à la fatalité : celle-ci consistait essentiellement dans la contrainte qu'un homme si merveilleusement doué pour la création devait s'imposer pour s'employer, en pleine jeunesse, à des fonctions qui n'avaient rien à voir avec ses aspirations profondes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
stekasteka   07 février 2014
Bien souvent les admirateurs de Kafka, qui ne le connaissent que d'après ses livres, se font de lui une image tout à fait fausse. Ils croient qu'il devait produire sur ses amis l'impression de quelqu'un de triste et même de désespéré. C'est tout le contraire. On se sentait à l'aise avec lui. Par la richesse de ses pensées exprimées d'habitude sur le mode badin, il était, pour employer un mot bien terne, l'un des hommes les plus captivants que j'ai connus, malgré sa modestie et son calme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
stekasteka   05 février 2014
C'est avec un haussement d'épaules et une nuance de mépris que l'homme fort considère le sensitif qui attend passionnément de sa famille une confirmation de son être le plus intime, et s'effondre lorsqu'il n'est pas compris. Dans son évolution, en effet, l'homme fort en arrive vite au point où il se dit, à tort ou à raison : Allons, il n'y a rien à tirer de la famille, elle est incorrigible. Mais le monde est vaste. Il y a bien d'autres instances encore. C'est devant celles-là que je ferai mes preuves, sans me soucier de ce que pourront en penser les autres à la maison ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
stekasteka   05 février 2014
Dans tout ce qu'il voyait, Kafka cherchait l'essentiel, l'émanation de ce monde de la vérité.
C'est pourquoi il était celui qui savait le mieux écouter, celui qui savait le mieux questionner, lire, critiquer. Combien il s'embarrassait peu dans ses considérations de tout ce qu'on nomme "niveau", "école littéraire", "classement de valeur". Partout il allait à l'essentiel.
Commenter  J’apprécie          30
DidishaDidisha   09 février 2015
Il se sentait violemment remué dans ses sentiments de solidarité sociale lorsqu'il voyait les mutilations que les ouvriers s'étaient attirées par suite de déficiences dans les appareils de sécurité. "Comme ces hommes sont humbles, me confiait-il un jour avec un regard fixe. Ils viennent nous solliciter. Au lieu de prendre la maison d'assaut et de tout mettre à sac, ils viennent nous solliciter."
Il est évident que Kafka dut une grande part de ses connaissances humaines, sans compter son pessimisme alimenté de scepticisme, à ses expériences d'employé: il fut en contact avec les ouvriers victimes de l'iniquité des hommes, il connut la lenteur des rouages administratifs et la vie stagnante des bureaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : testamentVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1161 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre