AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Iawa Tate Giuliani (Traducteur)
EAN : 9782846260190
588 pages
Au Diable Vauvert (02/11/2001)
3.95/5   111 notes
Résumé :
Californie 2032. La fille de Lauren, Asha, créatrice de jeux virtuels, découvre le journal dans lequel Lauren a posé les bases de Semence de la Terre, bible humaniste et pacifiste.
Dans un pays au comble du chaos, les élections portent au pouvoir le révérend Jarret, un chrétien fondamentaliste. L'Amérique renoue avec la grande tradition de l'esclavagisme, dernière étape avant l'ouverture de camps de détentions destinés aux rebelles. C'est le sort réservé à la... >Voir plus
Que lire après La parabole des talentsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 111 notes
5
8 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je me demande ce qui provoque le désir de lire un livre plutôt qu'un autre. le nom de l'auteur.e, d'abord. le titre, sans doute. La couverture, parfois. le genre, peut-être. La recommandation d'un.e ami.e, évidemment. En ce qui me concerne, tous ces éléments ont une importance. Mais il y a une chose à laquelle je me reporte toujours, sans aucune exception : l'argument donné en 4ème de couverture. Rien ne me donne plus envie de lire un livre ou de ne pas le lire que ces quelques lignes qui me permettent de me projeter dans ma future lecture et d'évaluer si cela pourrait me plaire.

Mais plus le temps passe, plus m'apparaît clairement le défaut majeur de cette habitude. Ma lecture est en effet modelée par cette courte présentation, contrainte en quelque sorte. Dans le livre dont il est question ici, j'ai ressenti cela de manière flagrante. Attention je ne parle pas du fait de dévoiler des éléments-clés de l'intrigue, à la manière de certaines bandes-annonces, dont la vision se termine invariablement par un commentaire du type « Bon bah c'est bon, on a tout vu, pas la peine d'aller au ciné ».

Ici, le synopsis, au lieu d'introduire l'intrigue, la détourne. le roman, tel que je l'ai lu, fait le récit des aventures de Lauren Oya Olamina, prêcheuse païenne à la tête d'une petite communauté de fidèles, mais vu à travers les yeux de sa fille, Asha, qui lit et commente le journal écrit par sa mère. Cette relation à distance entre la mère et la fille est au coeur de l'ouvrage, son ambiguïté en est l'intérêt profond, bien plus à mon sens que la vision dystopique d'une Amérique déclassée et en proie à la violence.

Or cette analyse rétrospective du roman a été polluée tout au long de la lecture par l'idée que j'avais en tête depuis le départ, suite à ma consultation de la 4ème de couverture. J'étais ainsi persuadé que La Parabole des talents, suite de la Parabole du semeur, narrerait les aventures d'Asha en 2032, « célèbre créatrice de jeux virtuels », qui « entre en résistance à son tour », à la suite de sa mère. C'est triplement trompeur. D'abord parce que si l'action démarre en 2032, la lecture du journal débute elle au plus tôt en 2090. Ensuite parce que la profession d'Asha n'est évoquée qu'en passant, dans les dernières pages, mais que cela n'influe nullement sur l'histoire dont il est question. Enfin parce que,

Pourquoi insister sur ces quelques lignes et pas sur le roman ? Parce que je me suis rendu compte à cette occasion à quel point ma lecture s'est retrouvée prisonnière de ce résumé, à quel point je suis passé à côté du sujet en me demandant quand, enfin, le roman rejoindrait le chemin tracé par le synopsis de la 4ème de couverture, quand la fille succèderait à la mère en tant qu'héroïne. Cela ne s'est jamais produit.

C'est bien dommage, car le travail d'Octavia E. Butler sur la foi, la filiation, l'absence, la construction de l'identité est à bien des égards passionnant. J'en tirerai une leçon pour l'avenir : pour se laisser porter et emporter par un roman, mieux vaut en savoir le moins possible !

Je remercie néanmoins sincèrement Babelio et la maison d'édition de m'avoir offert cette lecture dans le cadre de l'opération « Masse Critique ».
Commenter  J’apprécie          422
[Nouvelle publication d'une critique parue sur une autre édition du livre, ce que je me dois de corriger pour remplir mon engagement dans le cadre de l'opération "Masse critique"]

Je me demande ce qui provoque le désir de lire un livre plutôt qu'un autre. le nom de l'auteur.e, d'abord. le titre, sans doute. La couverture, parfois. le genre, peut-être. La recommandation d'un.e ami.e, évidemment. En ce qui me concerne, tous ces éléments ont une importance. Mais il y a une chose à laquelle je me reporte toujours, sans aucune exception : l'argument donné en 4ème de couverture. Rien ne me donne plus envie de lire un livre ou de ne pas le lire que ces quelques lignes qui me permettent de me projeter dans ma future lecture et d'évaluer si cela pourrait me plaire.

Mais plus le temps passe, plus m'apparaît clairement le défaut majeur de cette habitude. Ma lecture est en effet modelée par cette courte présentation, contrainte en quelque sorte. Dans le livre dont il est question ici, j'ai ressenti cela de manière flagrante. Attention je ne parle pas du fait de dévoiler des éléments-clés de l'intrigue, à la manière de certaines bandes-annonces, dont la vision se termine invariablement par un commentaire du type « Bon bah c'est bon, on a tout vu, pas la peine d'aller au ciné ».

Ici, le synopsis, au lieu d'introduire l'intrigue, la détourne. le roman, tel que je l'ai lu, fait le récit des aventures de Lauren Oya Olamina, prêcheuse païenne à la tête d'une petite communauté de fidèles, mais vu à travers les yeux de sa fille, Asha, qui lit et commente le journal écrit par sa mère. Cette relation à distance entre la mère et la fille est au coeur de l'ouvrage, son ambiguïté en est l'intérêt profond, bien plus à mon sens que la vision dystopique d'une Amérique déclassée et en proie à la violence.

Or cette analyse rétrospective du roman a été polluée tout au long de la lecture par l'idée que j'avais en tête depuis le départ, suite à ma consultation de la 4ème de couverture. J'étais ainsi persuadé que La Parabole des talents, suite de la Parabole du semeur, narrerait les aventures d'Asha en 2032, « célèbre créatrice de jeux virtuels », qui « entre en résistance à son tour », à la suite de sa mère. C'est triplement trompeur. D'abord parce que si l'action démarre en 2032, la lecture du journal débute elle au plus tôt en 2090. Ensuite parce que la profession d'Asha n'est évoquée qu'en passant, dans les dernières pages, mais que cela n'influe nullement sur l'histoire dont il est question. Enfin parce que,

Pourquoi insister sur ces quelques lignes et pas sur le roman ? Parce que je me suis rendu compte à cette occasion à quel point ma lecture s'est retrouvée prisonnière de ce résumé, à quel point je suis passé à côté du sujet en me demandant quand, enfin, le roman rejoindrait le chemin tracé par le synopsis de la 4ème de couverture, quand la fille succèderait à la mère en tant qu'héroïne. Cela ne s'est jamais produit.

C'est bien dommage, car le travail d'Octavia E. Butler sur la foi, la filiation, l'absence, la construction de l'identité est à bien des égards passionnant. J'en tirerai une leçon pour l'avenir : pour se laisser porter et emporter par un roman, mieux vaut en savoir le moins possible !

Je remercie néanmoins sincèrement Babelio et la maison d'édition de m'avoir offert cette lecture dans le cadre de l'opération « Masse Critique ».
Commenter  J’apprécie          360
Dès le prologue, mes réserves émises sur la place de la religion dans "La parabole du semeur" ont été balayées par un changement de perspective tout à fait surprenant.
On découvre en effet le point de vue très critique de Asha sur sa mère alors que, devenue adulte, elle entreprend de chercher à connaître ses parents.
" En dépit de toutes ses protestations ou dénégations, elle a toujours éprouvé le besoin d'être entourée de fidèles attentifs, de vrais disciples, capables de boire ses paroles comme du petit lait."
Avec une grande intelligence, Octavia Butler désacralise Olamina en proposant une version plus narcissique de sa personnalité. Sans remettre en cause son parcours exceptionnel, elle offre une version plus nuancée de ses motivations

Alors que le premier volume avait pour seule narratrice Lauren Olamina par le biais de son journal, le second volume choisit de confier la narration à sa fille Asha qui va prendre en charge la transcription du journal de sa mère, quelques extraits de celui de son père et le récit de sa propre expérience.
L'intervention de Bankole permet à l'autrice de présenter un troisième point de vue sur Semence du présent, un point de vue de scientifique, loin de tout mysticisme. " Par certains aspects, son dieu se rapporte à l'évolution biologique, à la théorie du chaos, à celle de la relativité, au principe d'incertitude, à la seconde loi de la thermodynamique."
Il n'empêche que pour Olamina, et pour tous ses disciples, il est toujours question d'une religion qui s'évalue en termes de foi au même titre que toute autre croyance.

Cinq ans après l'installation réussie de la communauté sur les terres de la Chênaie,  l'Amérique est toujours en proie au chaos, à l'intégrisme religieux, à l'esclavagisme, à la pauvreté et aux épidémies. le traffic d'êtres humains, esclaves et prostitués, prend une dimension terrifiante avec l'appui de la technologie. Les colliers d'esclaves permettent à ceux qui possèdent la télécommande de torturer leurs esclaves jusqu'à la mort sans qu'il soit possible de les retirer. Les enfants ne sont pas épargnés.

Cependant, les institutions fonctionnent toujours à minima et amènent à l'élection d'Andrew Steele Jarret, un intégriste chrétien qui promet le retour d'une Amérique forte (Make America Great Again! ) et veut rétablir l'ordre en punissant les traîtres.
" Les suppôts de Jarret se sont déjà constitués en groupes armés, tout le monde est au courant. Ils ont immolé des gens sur le bûcher après les avoir accusés de sorcellerie. Des sorciers, en 2032 ! Un sorcier, de leur point de vue, ce peut être indifféremment un musulman, un juif, un hindouiste, un bouddhiste aussi bien, dans certaines régions, qu'un Mormon, un Témoin de Jéhovah ou même un catholique. Les athées correspondent aussi à cette définition sommaire, les “sectateurs”, et même les bourgeois un peu excentriques. Quant aux “sectateurs”, c'est un terme fourre-tout destiné à recevoir ceux qui ne trouvent leur place dans aucune autre catégorie, tout en ne répondant pas tout à fait à la définition du christianisme selon Jarret."

La répression par une armée de croisés (connotation moyen-âgeuse), plonge le roman dans une horreur qui va en s'amplifiant au fur et à mesure. La communauté, considérée comme païenne, est réduite en esclavage et le travail d'anéantissement est digne des pires snuff movies.

Tout en s'engageant dans la dénonciation de cet esclavage du XXIe S, dont la résurgence technologique donne le frisson, Octavia Butler aborde un autre thème qui lui tient à coeur, celui du sexisme.
" Je m'en suis aperçue à maintes reprises, si deux prisonniers sont pris en faute, un homme et une femme, neuf fois sur dix, la punition s'abattra sur cette dernière. Nous incarnons le demon tentateur, nous entraînons sur la voie du péché de pauvres garçons qui ne demandent qu'à se tenir tranquilles. Cette influence néfaste ne s'est jamais démentie depuis Adam et Eve. "

Cet imaginaire guerrier dans l'armée de Jarret, que l'on sait propre à l'extrême droite, renvoie à la fois aux croisades et aux chasses aux sorcières.
L'idéologie oppressive et fanatiquement religieuse s'appuie donc sur une histoire peu reluisante du christianisme. Et, comme le souligne l'autrice, les femmes sont en ce cas les victimes désignées. C'est pour cette raison qu'Olamina choisit de se travestir en homme lorsqu'elle doit partir sur les routes, afin d'éviter d'apparaître comme une proie facile.

Il s'agit donc pour Butler de résister, mais, si possible, avec d'autres armes que les oppresseurs. Ses héroïnes sont fortes et courageuses, mais elles sont en plus dotées d'un super pouvoir, celui de l'empathie ou même de l'hyper empathie. En fait, ce que ces femmes présentent comme une faiblesse est en fait leur force.
De l'empathie à l'humanisme, il n'y a qu'un pas qui permet de construire une société solidaire sans aucune discrimination. Ce modèle de société, promu par des femmes, aboutit donc ici à la construction de communautés capables de s'adapter. Autre qualité d'Olamina, son opiniâtrete qui lui permet d'accéder à ses rêves.

J'ai préféré le second volume des Paraboles qui m'a semblé plus abouti et plus nuancé. Au-delà de ses qualités humanistes, le roman est aussi un excellent roman de SF plein de rebondissements et d'épreuves.
Si le discours d'Octavia Butler est alarmiste quant à l'état du monde, il est cependant empli d'espoir, et il défend l'idée que, quoiqu'il arrive, l'humanité trouvera un moyen d'assurer sa survie.
Superbe conclusion pour un roman de science-fiction : "Il n'y a rien de nouveau sous le soleil, mais il y a d'autres soleils"
Commenter  J’apprécie          204
Quatre ans que je repousse cette lecture après avoir fini La Parabole du semeur, le premier tome de ce diptyque. Et je confirme qu'il vaut mieux attendre d'être dans le bon état d'esprit pour le lire, car la violence du premier tome ne fait que croître dans le second. Aux viols et tortures déjà omniprésents s'ajoute un retour à l'esclavage qui ne se cache même plus de l'être.

On y retrouve Lauren, l'héroïne de la Parabole du semeur, qui a réussi après bien des obstacles à implanter sa communauté et envisage de développer la religion qu'elle a créée. le tout dans un monde où catastrophes climatiques s'enchaînent, où règnent l'égoïsme et la loi du plus fort, et où les États-Unis s'enfoncent dans un fanatisme religieux qui les conduit à élire un président fasciste voulant « rendre à l'Amérique sa grandeur » (précision, le livre est paru en 1998).

Comme dans le premier tome, l'histoire nous est racontée à travers le journal de Lauren, qui s'étend cette fois de 2032 à 2035. Néanmoins, ce deuxième tome dispose d'une couche narrative supplémentaire avec le récit de la fille de Lauren, Asha, qui cherche à reconstituer l'histoire de sa mère soixante ans plus tard. Asha voue à celle-ci autant d'admiration que de rancoeur et porte sur la religion créée par sa mère un regard très critique. Cela rend le personnage de Lauren encore plus ambigu que dans le premier tome, où tout était vu de sa propre perspective. C'est peut-être pour cette raison que j'ai trouvé La Parabole des talents un cran au-dessus de la Parabole du semeur.

Ce diptyque dans son ensemble n'en est pas moins l'une des dystopies les plus crédibles et terrifiantes que j'aie lues dans ma vie. Et pourtant, elle n'est pas totalement sombre ni dénuée d'espoir. J'en conseillerais la lecture à quiconque a le coeur assez bien accroché.

En fait, lisez tout Octavia E. Butler.
Commenter  J’apprécie          170
Californie, 2032 -Dans les collines de Humboldt County se fête le cinquième anniversaire de l'installation de la communauté de la Chênaie, voulue et crée par Lauren Oya Olamina Bankole.
Près de soixante membres forment à présent ce groupe, travailleurs, solidaires et unis derrière leur leader charismatique ; ils sont Semence de la Terre.
Une telle unité fait peur, leur croyance gêne et certaines rumeurs les assimilent même à « des païens adorateurs du diable ». Et ce n'est pas l'élection du nouveau président qui va arranger leur affaire : un homme séduisant, à la voix suave et captivante, fondateur de l'Église chrétienne d'Amérique, nommé Andrew Steele Jarret. Lui et ses disciples désirent regagner une patrie perdue selon eux, un retour à une Amérique comme un pays glorieux et conquérant où tous les hommes croyaient à un Dieu unique ; ils veulent au-delà se débarrasser des Adorateurs de Satan, des impies, de la racaille… Et ce, par tous les moyens.
Ce sont de nouvelles épreuves qui attendent Lauren et ses proches, dans une Amérique proche du chaos et où de nouvelles formes de violence émergent. Toutes les réponses sont-elles dans le livre des vivants ?

Je termine l'année 2022 avec ce superbe diptyque socio-politique, qui aborde tout aussi bien des préoccupations climatiques qu'économiques ou sociales. Les enjeux mis en avant par l'auteure se retrouve déclinés dans ce second opus avec encore plus de puissance et d'investissement, tout en conservant une écriture efficace et humaniste.
J'ai découvert là une grande auteure dont je lirai avec plaisir d'autres écrits.
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Extrait du Souvenir d'Autres Mondes par Taylor Franklin Bankole
La période de grand chambardement, que la presse a pris l'habitude d'appeler «l'Apocalypse», quand elle ne le désigne pas sous le terme plus amer d'«Epidémie», aurait commencé en 2015 pour s'achever en 2030 ; une décennie et demie vouée au chaos. [...]. A ce jour, l'Epidémie est loin d'être jugulée.
Elle aurait été le résultat, ai-je lu également, de la conjonction accidentelle de trois crises : climatique, économique et sociologique. Il serait plus juste de reconnaître que le drame fut la conséquence de notre refus d'apporter en temps voulu une solution aux problèmes qui nous crevaient les yeux, dans chacun des domaines concernés. Après avoir été à l'origine de ces problèmes, nous sommes restés les bras ballants tandis qu'ils grandissaient jusqu'à prendre les dimensions d'une catastrophe. J'ai entendu bien des gens contester cette évolution, nier notre responsabilité dans l'avènement de l'Epidémie. Pour ma part, né en 1970, j'ai vécu assez longtemps pour savoir où se situe la vérité. Au lieu de pourvoir à la satisfaction d'un besoin essentiel pour le plus grand nombre, comme il se doit si l'on veut donner à la civilisation une chance de survie, j'ai vu l'enseignement se transformer peu à peu en un privilège réservé aux riches. Je suis resté passif, alors que la loi de la facilité, la recherche du profit et le laxisme légitimait des atteintes de plus en plus graves à l'environnement. J'ai assisté à l'extension inexorable de la pauvreté, de la faim et de la maladie.
En fin de compte, les effets produits par l'Epidémie furent équivalents à ceux qui auraient pu naître d'une Troisième Guerre Mondiale. Il s'est bien trouvé, au cours de cette même période, plusieurs conflits locaux pour ensanglanter la planète ici ou là. Il s'agissait toujours de sordides contentieux, coûteux en vies humaines et en richesse. Le prétexte invoqué, invariablement, était la défense des intérêts nationaux menacés par un voisin belliqueux. Le plus souvent, la responsabilité du déclenchement des hostilités incombait à des chefs incompétents, incapables de résoudre leurs problèmes intérieurs et ne disposant d'aucune autre solution de rechange pour conjurer un cuisant échec électoral ou éviter de graves troubles sociaux. Ces canailles savaient pouvoir réveiller la fibre patriotique de leurs concitoyens en flattant chez eux quelques misérables points faibles tels que la peur, la haine et la rapacité.
Commenter  J’apprécie          140
Pourquoi s'exposer inutilement à la souffrance et à la mort? Nous mentirons de notre mieux à ces assassins, kidnappeurs, pillards, esclavagistes. Nous leur dirons ce qu'ils veulent entendre, nous accepterons toutes les besognes qu'ils exigeront de nous. Un jour, leur vigilance se relâchera, leur matériel sera défaillant. Une échappée se présentera à la faveur de la chance ou bien nous parviendrons à ouvrir une brèche dans laquelle notre haine s'engouffrera. Nous les tuerons tous.
Commenter  J’apprécie          140
La douceur facilite le Changement
L'amour apaise les craintes.
Rien de tel qu'une obsession
Magnifique et constructive
Pour rendre supportable la douleur (...)
Pour détourner la colère,
Engager chacun d'entre nous
Dans la plus intense,
La plus décisive
De toutes les luttes qu'il nous appartient de mener.
Commenter  J’apprécie          160
On adresse jamais de prières
Qu'à soit-même
Et , d'une manière ou d'une autre ,
Toute prière reçoit sa réponse .
Priez donc ,
mais prenez garde .
Vos desirs , Qu'ils trouvent ou non leur accomplissement ,
Détermineront celui ou celle que vous deviendrez .
Commenter  J’apprécie          180
Êtes-vous adepte de Semence de la Terre,
Êtes-vous croyant?
La foi ne vous sauvera pas.
Seule l'action,
Guidée et déterminée par la foi et la connaissance,
Vous sauvera.
La foi
Amorce et oriente l'action,
Ou elle ne sert à rien.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Octavia E. Butler (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Octavia E.  Butler
Octavia E. Butler (1947-2006) est la première autrice afro-américaine de science-fiction.
En douze romans et un recueil de nouvelles, son oeuvre constitue une littérature qui pense l'oppression et la résistance. Plusieurs fois lauréate du prestigieux Prix Hugo, elle a aussi fait l'objet d'un hommage de la NASA sur... Mars ! Son chef-d'oeuvre visionnaire "La Parabole du semeur" (1993) prophétise l'avènement de Donald Trump dans un récit terriblement d'actualité, d'autant qu'il se déroule en 2024.
Pour parler de cette pionnière de la SF, Natacha Triou reçoit trois invités : Isis Labeau-Caberia, autrice de fiction et de non-fiction Jeanne-A Debats, autrice de science-fiction Marion Mazauric, créatrice et dirigeante des éditions Au Diable Vauvert
#sf #litterature #afrofuturism __________
Retrouvez d'autres grands entretiens scientifiques par ici https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrr_Kd-8Hzj20Jo6qwhHOKI7
Écoutez l'ensemble des émissions de la science, CQFD https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd
Suivez La science, CQFD sur Twitter https://twitter.com/ScienceCQFD
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (303) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4993 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..