AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Enrico Camanni (Éditeur scientifique)
EAN : 9782207239124
336 pages
Éditeur : Denoël (05/11/1991)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Dino Buzzati était alpiniste, pratiquant, passionné. Il écrivit entre 1932 et 1971 ces textes, tantôt sensibles, drôles, tantôt dramatiques où il a mis le meilleur de son bénie de grand écrivain au service de ce sport singulier. Chez Kafka, l'homme est prisonnier de mécanismes qui lui sont extérieurs : c'est " quelque chose " qui lui arrive. Chez Buzzati, l'homme est prisonnier de lui-même. Cela devient un jeu-drame de boîtes chinoises, l'une dans l'autre et puis da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bellonzo
  22 décembre 2013
On sait que le grand Dino n'a jamais quitté le Corriere della Sera.Ce livre regroupe essentiellement des articles sur la montagne et des réflexions sur l"évolution de ces Dolomites qui l'ont vu naître et qu'il aimait tant.Ces textes courent ainsi sur quarante ans de drames montagnards,d'exploits,de réflexions sur la nature, d'écologie avant l'heure.Buzzati esquisse ainsi le portrait des plus grands alpinistes italiens,portrait souvent très amical qu'on est tenté de prendre avec un peu de recul tant l'auteur du plus grand roman de l'après-guerre(à mon sens) est un proche de ces gens-là.Auteur du dessin de couverture Dino Buzzati était aussi bon grimpeur qu'illustrateur.Sa formation journalistique fait de lui un formidable éditorialiste des Alpes.Ces lignes brisées traçant l'approche de ces montagnards m'ont cependant laissé un peu de glace,ce qui est normal dans ce genre d'ascension.Mais rassurez-vous,amis désertophiles drogomaniaques,l'inquiétude buzzatienne n'est jamais loin.ll ne manquerait plus qu'un Dino béat et serein.

Outre les hommes il y a les montagnes,ces Dolomites si méconnues en France,dont les couleurs sont si particulières que selon Buzzati aucun peintre n'est parvenu à en rendre compte.Ces Dolomites de verre,on peut parfois les apercevoir d'une terrasse vénitienne mais il faut approcher le Sass da Mur au nom déjà infranchissable pour saisir les "à-pic rose et jaunes,les vires horizontales poudrées de blanc, les cônes d'éboulis, la nudité, les crêtes déchiquetées". Et ces verticales,ces arêtes,ces vertiges en ces parois qui, caractéristiques, s'empourprent à l'aube et au crépuscule,ont tout pour séduire et troubler l'auteur du Désert. Je crois pour ma part que le Fort Bastiani est né là,pas si loin de Cortina d'Ampezzo,dans ce Nord où les Italiens portent des noms germaniques et dont l'adolescent Buzzati arpentait déjà les contreforts.

"Mais ils ne s'arrêtent donc jamais,les maudits": ce disant,Buzzati parle des jours,des mois,des années et du vieillissement.Ce vieillissement qui hante son oeuvre et mes jours par la même occasion depuis que,jeune adulte car je l'ai découvert tard,le Lieutenant Drogo m'accompagne à chaque instant.A travers ces articles que l'on dirait maintenant "verts", ces instantanés de silhouettes accrochées et que la vie dévisse parfois, souvent, ces quelques nouvelles sur la Neige noire ou L'ombre en attente,titres hautement et dolo-mythiquement buzzatiens,tout l'univers d'un immense écrivain est là.Vous savez bien,cet écrivain qui est là sur cette page,un peu plus bas à droite,sentinelle attentive de mon amour pour la littérature,vigie de ma livresque passion, estafette de l'escouade qui lui emboîte le pas.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
nathalie_MarketMarcel
  30 juillet 2013
C'est aussi un voyage dans le temps car il s'agit de la montagne du début du XXe siècle. La montagne n'est pas encore démocratisée et d'ailleurs on s'ébahit devant les premiers skis, ramenés de Norvège. Il s'agit encore de conquérir les Alpes et dans les années 50-60 on commence à tourner les regards vers l'Himalaya, le nouveau lieu des exploits. Cela s'accompagne de beaucoup de réflexions sur le passage du temps, sur les jeunes et les vieux alpinistes et ce qui les distingue, sur les nouvelles générations, sur l'arrivée du tourisme en montagne, sur sa propre expérience de grimpeur dans sa jeunesse. Buzzati mesure la fuite du temps à l'aune de l'immobilité de la montagne.
L'auteur exprime de l'enthousiasme pour louer la beauté de la montagne, de la crainte devant son immobilité et sa puissance. Il explique l'intérêt des expéditions à ceux qui n'ont jamais mis les pieds dans la montagne. Il relate les exploits et se désole des catastrophes, car il y a beaucoup de morts tragiques dans ce livre.
Il y a aussi une vraie sensibilité à la nature, à la beauté et à la solitude des espaces libres, sans non plus renoncer au développement économique. Buzzati essaie de concilier une vision contemporaine avec son besoin de poésie.
Moi qui ne connais pas la montagne, qui n'aime ni la neige ni le caillou, qui n'a aucune envie de tâter du ski ou de l'escalade, j'ai découvert un monde. Je suis enchantée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pnoth
  26 novembre 2013
Ce livre est un recueil de chroniques écrites par Buzzati dans le Corriere della Sera, auquel il collabora durant des décennies. Ce n'est donc pas le meilleur choix pour découvrir l'écrivain - le Désert des Tartares aurait été plus judicieux. Mais comme j'avais entendu parler de Buzzati à travers des livres de montagne, je souhaitais le découvrir sur cette thématique-là.
D'un côté, il faut bien avouer que les sujets abordés font partie d'un temps révolu. Les réflexions portent sur un alpinisme d'après-guerre (voire même d'avant-guerre) qui a tant évolué depuis. Certaines de ces chroniques, sans doute percutantes lors de leur parution à l'époque, perdent de leur force ainsi déconnectées de l'actualité, d'autres font même sourire par leur désuétude.
On trouve cependant des pensées encore actuelles de nos jours, comme l'industrialisation de la montagne et la commercialisation de l'alpinisme. On ressent également l'humilité du personnage, sa passion pour sa vallée, sa région, son massif (les Dolomites).
Pour moi qui n'ai jamais mis les pieds dans les Dolomites, les exploits qui s'y sont déroulés me parlent moins que s'ils se déroulaient dans un décor plus familier, comme les Alpes Valaisannes ou l'Himalaya. Des illustrations auraient aidé à situer les grandes dates de l'alpinisme transalpin. de même, on peut reprocher au livre les énumérations de guides locaux, de formidables grimpeurs italiens dont les noms ne diront rien à la grande majorité des lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   30 juillet 2013
En voiture je remonte la vallée et je vous regarde, ma jeunesse est là-haut.
Et il n’en reste rien.
J’avais cru laisser pour toujours quelque chose de moi sur ces roches si fières, si franches, si solides, aux précieuses petites prises intelligentes juste où il faut, oui, j’avais cru y inscrire pour toujours quelque chose de moi, et voici qu’au contraire je passe en voiture à vos pieds, et je vous regarde, et je ne retournerai plus, jamais plus sur vos parois, même si chaque année, au début de l’été, se réveillent en moi des rêves dérisoires de reconquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   30 juillet 2013
En voiture je remonte la vallée et je vous regarde, ma jeunesse est là-haut.
Et il n’en reste rien.
J’avais cru laisser pour toujours quelque chose de moi sur ces roches si fières, si franches, si solides, aux précieuses petites prises intelligentes juste où il faut, oui, j’avais cru y inscrire pour toujours quelque chose de moi, et voici qu’au contraire je passe en voiture à vos pieds, et je vous regarde, et je ne retournerai plus, jamais plus sur vos parois, même si chaque année, au début de l’été, se réveillent en moi des rêves dérisoires de reconquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   30 juillet 2013
Pour attaquer le rocher, il faut être en état de grâce ; c’est à ce moment décisif qu’on fait le plus grand effort sur soi-même ; il faut chasser résolument toutes les petites lâchetés qui murmurent pour vous séduire, qui vous conseillent de rentrer. Il y a un intense conflit psychique jusqu’à ce que les mains soient entrées en contact avec la roche.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Dino Buzzati (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dino Buzzati
Dino Buzzati : Le Désert des Tartares (1953 / France Culture). Photographie : Portrait daté du 22 août 1967 de l'écrivain italien Dino Buzatti. AFP/Archives. Diffusion sur France Culture le 15 mars 1953. Adaptation du roman de Dino Buzzati par Jean Rousselot. Musique originale : Maurice Le Roux. Réalisation : Henri Soubeyran. Résumé : Heureux d'échapper à la monotonie de son académie militaire, le lieutenant Drogo apprend avec joie son affectation au fort Bastiani, une citadelle sombre et silencieuse, gardienne inutile d'une frontière morte. Au-delà de ses murailles, s'étend un désert de pierres et de terres desséchées, le désert des Tartares. À quoi sert donc cette garnison immobile aux aguets d'un ennemi qui ne se montre jamais ? Les Tartares attaqueront-ils un jour ? Drogo s'installe alors dans une attente indéfinie, triste et oppressante. Mais rien ne se passe, l'espérance faiblit, l'horizon reste vide. Au fil des jours, qui tous se ressemblent, Drogo entrevoit peu à peu la terrible vérité de fort Bastiani.
Avec : Renaud Mary (Drogo) Julien Bertheau (capitaine Ortiz) Louis Arbessier (Morel) Muni (Maria)
Et Charles Camus, Jean Daguerre, Daniel Mendaille, Maurice Nasil, Jean Péméja, Guy Piérauld, Jean Topart, André Var et Nathalie Nerval (la récitante).
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Mélanges littéraires (68)
autres livres classés : alpinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dino Buzzati

A quelle lettre de l'alphabet peut-on associer Dino Buzatti?

le Z
le K
le D
le T

11 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Dino BuzzatiCréer un quiz sur ce livre