AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christian Molinier (Traducteur)
ISBN : 225807942X
Éditeur : Les Presses De La Cite (08/01/2009)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 172 notes)
Résumé :
"Je t'aime. Dors bien, ma chérie. Je t'en prie, ne te fais pas trop de souci." Telles furent les dernières paroles que Rob Hall, guide himalayen chevronné, adressa à sa femme depuis le sommet de l'Everest. Il ne devait pas redescendre vivant. Le 10 mai 1996, le Toit du monde fut le théâtre d'une véritable hécatombe. En route vers le sommet, quatre expéditions furent prises dans une violente tempête. En vingt-quatre heures, huit alpinistes, dont deux guides réputés, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
QueLire
23 septembre 2015
Ça faisait longtemps qu'un livre ne m'avait passionné à ce point !
« Tragédie à l'Everest » ou le récit d'une expédition sur le toit du monde qui a mal tourné.
Jon Krakauer, écrivain et alpiniste, travaille pour le magazine Outside qui lui commande un article sur l'Everest, il accepte de l'écrire à une condition qu'on lui laisse un an pour sa préparation physique. le journal accepte et le 29 mars 1996, il s'envole vers une aventure désespérément périlleuse. Il rejoint un groupe totalisant 8 personnes avec comme guide l'illustre Rob Hall d'origine Néo-zélandaise. Sur ces 9 personnes, cinq arriveront au sommet, mais un seul en reviendra vivant.
Quelques semaines après son retour, Jon Krakauer écrira son article, recoupant les témoignages de ceux qui tentaient l'ascension à cette période, c'est à dire début mai 1996.
La tragédie s'est produite le 10 mai, une tempête de neige s'abat sur la montagne, les éléments se déchainent et les alpinistes, pris au piège devront lutter pour résister au froid, à la fatigue, au manque d'oxygène et à l'individualisme. Cette lecture nous en apprend énormément sur l'expérience des aventuriers, leur préparation, les périodes d'acclimatation en haute altitude, la concurrence qui se joue entre les diverses expéditions commerciales. Les guides, anciens aventuriers, qui à un moment donné se voient contraints d'arrêter l'escalade sponsorisée, car trop dangereuse. Qui pourrait imaginer que pour attirer les sponsors, il faut surenchérir, aller toujours plus haut et quand on est allé au sommet, recommencer avec plus de contraintes.
Il faut beaucoup de détermination pour atteindre le sommet, il faut beaucoup d'intelligence pour faire demi-tour à quelques dizaines de mètres seulement. En tant que lectrice qui n'a jamais pratiqué l'escalade, je pensais que le plus dur était d'atteindre l'objectif. Ce à quoi je ne pensais pas, c'est qu'une fois arrivé, il faut redescendre. Franchir une seconde fois tous ces passages périlleux en ayant accumulé la fatigue de la montée, de ces jours où l'oxygène s'était raréfié. Je pensais bien aux gelures des doigts, du nez, mais pas aux oedèmes. Je m'imaginais les tensions qui pouvaient naître au sein du groupe, je n'imaginais même pas la compétition entre équipes. Je m'imaginais des alpinistes aguerris, j'étais loin de penser que les tickets pour l'Everest s'achetaient très cher, l'appât du gain augmentant les risques pris par le groupe. Un seul homme ou une seule femme ne sachant plus se gérer seul devient un danger pour les autres. D'ailleurs, on apprendra dans ce récit qui l'école russe, pousse les alpinistes à ne pas s'occuper des plus faibles, le but étant de monter et de rester en vie, pas de secourir autrui.
Il y a tant de choses dont je voudrais encore vous parler, mais le mieux, c'est de lire ce livre, qui vient de passer en tête de mon classement des lectures de l'année. C'est une histoire passionnante, prenante, enrichissante et qui vous fera voir l'alpinisme extrême d'une autre façon.
Vous l'aurez compris, « Tragédie à l'Everest » de Jon Krakauer, vient de rentrer dans ma catégorie coup de coeur. Et pour couronner le tout, Jon Krakauer qui est également l'auteur d"'Into the wild" possède une écriture très rythmée qui fait que l'on ne s'ennuie pas une minute.

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          513
Marple
05 mars 2017
Contesté et peut-être contestable, Tragédie à l'Everest est le témoignage passionnant de Jon Krakauer sur la mortelle ascension du sommet à laquelle il participa le 10 mai 1996.
Ce jour-là, ils furent une trentaine à partir avec leurs piolets, 24 à parvenir tout en haut, mais 8 de moins à redescendre. La faute au blizzard, à l'encombrement des voies d'accès en ce jour d'affluence, aux mésententes entre les guides ou les sherpas, aux mauvaises décisions, aux candidats incompétents, mal préparés ou trop équipés, à l'ivresse des cimes qui empêche de renoncer...
Jon Krakauer décrit tous ces petits grains de sable dans les rouages qui seraient anodins en plaine mais se révèlent catastrophiques dans la 'zone de la mort', cette partie de la montagne au-delà de 7500m d'altitude où le manque d'oxygène, le froid, le vent et les crevasses empêchent de vivre très longtemps. C'est son interprétation qu'il donne, apparemment différente de celle que d'autres survivants ont donné dans d'autres livres, mais elle est bouleversante et fascinante.
En alpiniste passionné et compétent, il raconte aussi l'histoire de la conquête de l'Everest, les rêveurs et les inconscients qui s'y sont attaqués, les différents camps pour y parvenir, les phases d'acclimatation à respecter, les dérives des expéditions commerciales, le rôle des sherpas, la pollution, la polémique sur les bouteilles d'oxygène, le quotidien morose des alpinistes rythmé par les douleurs ou les malaises, l'impossibilité de penser correctement quand on est si près du but, la concurrence entre les équipes, l'individualisme ou la connerie de certains...
Je ne sais pas si c'est très normal ou moral d'avoir autant apprécié un témoignage sur la mort de 8 personnes dans des conditions glaciales et glaçantes. Mais le fait est que j'ai énormément aimé cette lecture, bien plus que Into the wild du même auteur.
Challenge Multi-Défis 15/52
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Nastie92
19 mai 2015
Tragédie à l'Everest est un ouvrage unique parmi les livres d'alpinisme.
Si vous entamez cette lecture, autant vous prévenir : ce que vous y trouverez n'est pas très joli.
Je serais tentée de vous mettre en garde et de vous dire : "Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance." Toute espérance et toute foi en l'être humain.
Jon Krakauer raconte, de l'intérieur, un drame qui s'est déroulé sur l'Everest en 1996 ; drame qui a coûté la vie à huit personnes, dont deux guides chevronnés. Un drame qui aurait pu, qui aurait dû, être évité.
À l'origine, l'auteur, journaliste pour un magazine d'aventure et excellent alpiniste lui-même, devait faire un reportage sur les expéditions commerciales.
Que viens faire le commerce avec l'alpinisme de haute altitude me direz-vous... et vous aurez raison !
Mais la nature humaine étant ce qu'elle est, la volonté de profit à tout prix, et la bêtise de penser que tout peut s'acheter se sont rencontrées et ont donné naissances aux agences commerciales spécialisées dans l'Everest.
Vous rêvez de vous "payer" le toit du monde ? Si votre compte en banque est suffisamment garni, aucun problème. Il suffit de vous inscrire, et l'agence organise tout pour vous : la mise disposition d'un guide, le recrutement d'une équipe de sherpas, la logistique... bref, tout, absolument tout.
Vous n'avez pas le niveau physique et encore moins mental pour vous lancer dans l'aventure ? Pas grave ! Vous payez, c'est tout ce qu'on vous demande.
Il va sans dire que les différentes agences se font une concurrence féroce, et essaient à tout prix d'avoir les meilleures statistiques, les meilleurs taux de réussite pour attirer le client. D'où des risques inconsidérés et des décisions déraisonnables, quelquefois lourdes de conséquence, à des altitudes où cela pardonne rarement.
Alors, que nous raconte Krakauer ? Toute l'histoire, et pas seulement celle de la tragédie, mais celle de toute l'expédition.
Après un bref rappel historique, l'auteur démarre le récit des évènements de 1996. L'arrivée à Katmandou, l'installation au camp de base, la progression dans les différents camps supérieurs. Un récit banal si j'ose dire, pas au sens péjoratif, mais au sens d'habituel, comme on peut en lire dans d'autres ouvrages. Une qualité d'écriture en plus, car Jon Krakauer écrit vraiment bien. Son livre est une chronique précise, vivante et humaine de l'aventure ; pleine d'émotion également, car l'auteur a écrit ce texte quelques mois seulement après les évènements.
Krakauer détaille les dangers et les conséquences physiologiques et psychologiques de la très haute altitude, en particulier dans ce que l'on appelle couramment la "zone de la mort", au-dessus de huit mille mètres. On comprend alors très bien pourquoi les sommets de plus de huit mille mètres forment une catégorie à part, et pourquoi ils sont réservés à des alpinistes spécialement entraînés physiquement et mentalement. On comprend également pourquoi dans l'ascension de l'Everest, à partir du moment où l'on atteint ce palier fatidique, il faut se dépêcher, et ne pas rester trop longtemps dans cette zone hostile à l'homme : la survie en dépend.
On comprend parfaitement bien, grâce au récit de Jon Krakauer, l'enchaînement des évènements qui ont conduit à la tragédie.
Du fait de l'encombrement lié au trop grand nombre d'alpinistes (dont certains, absolument pas au niveau, sont plus ou moins tirés et poussés par des sherpas) attaquant le sommet le même jour, les différentes cordées doivent faire la queue pour franchir le ressaut Hillary. Absurde ! Vous imaginez ? Une queue, comme à un remonte-pente d'une station de ski. À plus de huit mille mètres d'altitude ! L'heure limite raisonnable (14 heures) à ne pas dépasser pour entamer la descente dans de bonnes conditions se trouve en conséquence largement dépassée, et de nombreuses personnes, au lieu d'être à l'abri au camp, sont encore dehors lorsqu'une tempête se lève, et que la nuit tombe. On connaît le résultat.
Tragédie à l'Everest est un vibrant réquisitoire contre la dérive des expéditions commerciales. Que penser, lorsque l'on connaît l'histoire, de ces mots d'un guide de l'une de ces entreprises : "Nous avions décidé de fixer à 14 heures l'heure limite. Quiconque n'était pas tout près du sommet à cette heure-là devait faire demi-tour et redescendre. C'était à Scott d'obliger les clients à faire demi-tour. Nous en avions parlé et je lui avait dit que tant que troisième guide je ne me sentais pas à l'aise pour dire à des clients qui avaient payé 65 000 dollars de redescendre." Voilà. C'est à désespérer, non ?
Si cette histoire vous intéresse, je vous conseille la lecture du livre de Lene Gammelgaard, "Là-haut. Une femme sur le toit du monde" Elle y donne un autre éclairage de la tragédie, ayant été elle-même membre d'une expédition commerciale, concurrente de celle dont faisait partie Jon Krakauer. Elle était de plus une alpiniste chevronnée, entraînée, dont la présence sur l'Everest était tout à fait légitime.
Enfin, si vous vous intéressez à l'alpinisme pur et authentique, je vous recommande vivement le livre d'Edmund Hillary "Au sommet de l'Everest". Vous revivrez la conquête de l'Everest, par des pionniers qui ont dû batailler pour trouver leur chemin, qui ne bénéficiaient pas de cordes et d'échelles fixes... de vrais aventuriers, de vrais alpinistes. Un livre magnifique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
AgatheDumaurier
30 avril 2017
Encore une grande claque ! de froid, de vent glacial, d'adrénaline et de cerveau quasi privé d'oxygène à partir de 8500 mètres d'altitude : la zone de la mort ...Brrrrr !!!
Ce journaliste est un écrivain ! Cherchant la vérité dans les comportements les plus extrêmes des hommes. Après l'inoubliable, l'infiniment troublant Christopher McCandless d'Into the Wild, voici les alpinistes d'Into thin Air, le titre américain de ce livre. Vaincu par Tensing Norgay et Edmund Hillary en 1953 (le Sherpa en premier, pour une fois. Soyons claire, sans eux, pas d'Everest, à l'exception des deux ou trois surhommes qui montent avec la méthode alpine : sans porteurs, tout seuls comme des grands), donc, vaincu en 1953, le mont Everest est devenu un enjeu économique pour le Népal et la Chine. Chaque année, une centaine d'alpinistes, parfois peu ou pas assez entraînés, viennent défier le toit du monde. Ils sont emmenés au sommet par des guides qualifiés et des sherpas, qui portent les affaires, préparent les camps, montent les tentes, mettent les cordes sur les falaises, les glaciers, creusent les marches, disposent les réserves d'oxygène etc...Bref, balisent toute la rando jusqu'au sommet. Sauf que c'est tout sauf une rando. C'est un lieu d'un danger extrême, l'altitude de vol d'un avion en rythme de croisière. Peu d'oxygène, un froid glacial, des vents violents, et une fenêtre d'action pour escalader jusqu'en haut très étroite : après l'hiver, avant la mousson. Soit, en gros, le mois de mai...
En 1996, toute la ville est là. Des Anglais, des Américains, des Sud Africains, des Japonais, un Français, des Suisses en solitaire, j'en passe et des meilleurs, et, bien sûr, tout le monde veut monter au même moment : entre le 8 et le 11 mai. Parmi tout ce beau monde, John Krakauer, célèbre journaliste d'Outside. Il accompagne pour en faire un article l'expédition menée par le guide chevronné Bob Hall, et, étant lui-même un très bon grimpeur, il a décidé de tenter lui aussi le sommet.
Le livre est le récit de cette ascension cauchemardesque. Tout s'enchaîne, tout semble se liguer contre les humains à l'assaut du monstre glacé, jusqu'à la catastrophe.
Krakauer écrit sous la pression de sa culpabilité, mais son récit, comme dans Into the Wild, reste d'une sobriété hypnotique. Des personnages fabuleux, mus par une mélancolie et des ténèbres inexplorés, se dévoilent au fil des pages. Rob Hall, Scott Fischer, Anatoli Boukreev, Beck Weathers, Sandy Hill, John Krakauer lui-même, nul n'est innocent de gravir cette montagne et chacun sait qu'il n'y va pas seulement pour le bon air et manger-bouger.com. Non, s'aventurer dans la zone de la mort a un prix.
C'est donc un récit extraordinaire que nous livre là l'auteur, et tout imprégné de sa propre expérience, de ses propres ténèbres et sa propre folie. Une sombre démence dans un ciel bleu mortel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          327
Madamedub
24 décembre 2012
Sommet de l'Everest, 10 mai 1996. Date meurtrière sur le toit du monde. Un groupe d'alpiniste disparaît dans la montagne, les secours sont impuissants à les secourir à si haute altitude. le toit du monde culmine à 8840 mètres, à cette altitude l'oxygène est rare, 30% de moins que celui du niveau de la mer. L'ascension a d'abord était déclarée impossible sans masque à oxygène, même s'il elle a été réalisée par la suite.
Et pourtant, malgré ces difficultés, l'Everest continue de fasciner, d'attirer et d'hanter les rêves des alpinistes, des plus chevronnés aux plus amateurs.
C'est pour couvrir ce phénomène de commercialisation croissante que Jon Krakauer, journaliste pour Outside (que la plus part d'entre nous connaisse d'avantage pour être l'auteur du roman « Into the Wild », adapté à l'écran par Sean Penn), est envoyé dans l'équipe du guide Rob Hall. Ce dernier est une « sommité » de l'alpinisme, il a escaladé des sommets parmi les plus hauts de l'Himalaya, et est l'un des pionniers de la commercialisation des ascensions. Avec un associé, qui mort quelques temps auparavant dans la montagne des suites d'un oedème, il a créé Adventure Consultants, qui pour une somme exorbitante (65 000 dollars) s'entend emmener au sommet toute personne ayant un temps soi peut une bonne condition physique.
Conscient des dangers, Jon Krakauer ne s'imaginait pourtant pas les obstacles qu'il allait devoir surmonter.
Il narre l'organisation, l'équipe, les préparatifs, et les épreuves qui sont le lot des prétendants à l'Everest.
On appelle « zone de mort » les zones situées au delà de 8000 mètres. L'oxygène y devient tellement rare que les risques d'oedèmes pulmonaires et cérébraux sont très élevés. Pour s'acclimater à cette atmosphère, plusieurs étapes sont nécessaires et doivent impérativement être respectées.
Jon Krakauer raconte le premier camp comme un incroyable bourbier, au niveau d'hygiène des plus lamentables. Beaucoup d'aspects commerciaux nous étonnent dès lors : les bombonnes d'oxygènes sont laissés à l'abandon dès qu'elles sont vidées, des zones d'embouteillages entre les alpinistes se forment à chaque passage rétrécis, des rivalités sont apparentes entre les différents groupes et les différentes nationalités, et la couverture médiatique de certaines ascensions génère une frénésie supplémentaire. En effet l'enjeu est de taille pour les guides comme pour les clients. Les ascensions coûtent très chers (de 10 000 à 65 000 dollars environ) et la rivalité est de mise. Jon Krakauer, qui est lui même journaliste, décrit l'incroyable organisation autour d'une journaliste dans l'autre groupe qui les accompagne, autour du guide américain Scott Fisher. La reporter emporte avec elle (et les sherpas qui se dévouent à son matériel) toute une invraisemblable armada d'équipements télévisuels.
Mais ce n'est qu'un premier temps. On est ensuite très vite heurté par la difficulté et la douleur physique ressentie par les alpinistes. À 7000 mètres d'altitudes, Jon Krakauer a déjà perdu 10 kg, il perd le sommeil et l'appétit. Malgré la « commercialisation » du site il apparaît évident que la montagne, que les tibétains appellent Chomolungma qui signifie « déesse mère des mondes », n'est en rien domptée. L'homme est-il fait pour arpenter de telles altitudes ? Rien n'est moins sûr. Même si l'aptitude des sherpas, peuple des montagnes, est une évidence, l'homme ne va t-il pas trop loin en poursuivant sa conquête de toutes les démesures ? « On se croirait sur la lune » déclare une alpiniste, en respirant dans son masque, enfouie dans sa veste, en contemplant l'immensité blanche.
On ne pourra pourtant qu'être épaté par la volonté, l'endurance et la résistance de ces gens, au delà même de leurs compétences, par leur enthousiasme acéré, malgré la douleur physique et donc très vite morale, qui survient dès les premières hauteurs.
À la lecture détaillée de ces souffrances, la question qui nous vient est « pourquoi s'infliger cela ? ». La plupart ont des familles et de bonnes situations professionnelles, la prise de risque est importante, la satisfaction non garantie. Il faut souvent renoncer avant le sommet, et ceux qui l'atteignent n'y restent que quelques minutes.
Et pourtant…malgré tout cela, quelque chose dans la grandeur de l'entreprise nous fascine, et l'on ne sait plus si l'on est attiré ou révulsé…les deux sans doute.
L'écriture de Jon Krakauer est habile, impliquée et éprouvée. Écrit seulement 6 mois après la tragédie, on sent encore son émotion et son incompréhension face à une telle accumulation de malchance, et l'injustice de sa survie face à la mort des autres.
Que c'est-il passé cette nuit là sur le toit du monde ?
Rob Hall était un alpiniste aguerrit et expérimenté. Sa méthode était efficace et sûre. Trois guides entouraient le groupe avec une équipe de sherpas. L'heure d'atteinte du sommet avait été programmée pour 14h sans discussion possible, que l'on soit à 100 mètres du sommet ou à 1 km. Pourtant ce jour là, Rob Hall enfreindra sa règle. À 17h il était encore au sommet et attendait son client Doug Hansen, un américain qui tentait pour la seconde fois l'ascension qu'il avait échoué avec le même guide l'année précédente. Est-ce que Rob Hall n'a pas voulu décevoir son client une seconde fois ? Quoi qu'il en soit Doug est en difficulté, Rob Hall l'attend pour la descente, une descente dont ni l'un ni l'autre ne verront l'issue. Pourquoi autant de gens se trouvaient-ils encore sur le flanc du sommet lorsque la nuit et la tempête les a surpris ? Beaucoup de questions qui demeureront sans réponses. Rien ne semble s'être passé comme prévu. le guide du second groupe, Scott Fisher, était en détresse également, la pression de l'altitude jouait sur sa stabilité psychologique, tout comme pour un autre guide, Andy Harris. Celui qui allait faire polémique, le guide kazhaque Anatoli Boukreev, rentre en premier au camp IV où il dort quelques heures, avant de repartir seul dans la nuit sauver un à un les clients errants qu'il arrive à localiser. Avec l'altitude, l'obscurité, le froid mordant et la tempête, un piège infernal se referme sur le sommet.
À défier la montagne, à dépasser les conditions de survie possible pour l'homme, c'est finalement à soi-même que l'on se mesure, et c'est également face à soi même que l'on échoue. Jon Krakauer insiste sur la force mentale et morale que cela demande à un grimpeur de faire demi tour à quelques mètres du sommet, parce que dans ces conditions extrêmes tout dépassement des règles peut être fatal. Parallèlement à cela, beaucoup de scandales ont entaché la blancheur immaculée du sommet, autour d'alpinistes laissés pour morts, parce que les suivants qui passaient refusaient de faire demi tour ou de compromettre une ascension si durement et chèrement acquise pour un malheureux sorti du rang.
Que devenons-nous a de telles hauteurs…. ?
Ivresse des sommets, « ubris » de l'homme qui voudrait enfin être le point le plus haut du monde ?
le récit de Jon Krakeur laisse penseur.
S'il reste ébranlé, il déclare ne rien retirer de positif de son expérience (ce qui ne sera pas le cas de tous les membres de son expédition). Il parvient néanmoins à nous communiquer un peu de cette démesure et de cette passion, qui comme tous les rêves fous nous donnent un peu le vertige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
CrumpetCrumpet11 mai 2017
L’œdème cérébral en haute altitude est moins fréquent que l’œdème pulmonaire mais son issue est plus souvent fatale. Cette maladie difficile à déceler survient lorsque les vaisseaux sanguins cérébraux se mettent à suinter à cause du manque d’oxygène ce qui entraîne une enflure du cerveau. Cette maladie peut se déclarer sans signes avant-coureurs. La pression intracrânienne augmentant, les facultés mentales et motrices se détériorent à une vitesse alarmante – généralement en quelques heures ou même moins – et sans même que le malade s’en rende compte. Ensuite survient le coma, puis, à défaut d’évacuation rapide vers une altitude inférieure, la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CrumpetCrumpet11 mai 2017
De son côté, Shigekawa expliqua : « Nous étions trop fatigués pour les aider. Au-dessus de 8000 mètres, la moralité est une chose que l’on ne peut pas se permettre.
Commenter  J’apprécie          00
GODONGODON09 mai 2015
Tout au long de la journée du 11 mai, ses amis ne cessèrent de le supplier de descendre par ses propres moyens. À plusieurs reprises, il annonça qu'il s'y préparait mais à chaque fois il changea d'avis et resta au sommet sud. À 15h20, Cotter, qui avait rejoint le camp de base, lui dit sur un ton de reproche : «Rob, il faut que tu descendes l'arête.»
Hall répliqua, agacé : «Ecoute, si je pensais pouvoir descendre les cordes avec mes mains gelées cela ferait six heures que je serai en bas. Envoie simplement deux gars avec un grand thermos et tout ira bien. – Ceux qui sont montés aujourd'hui ont dû rebrousser chemin à cause du vent, dit Cotter en essayant de lui faire comprendre aussi délicatement que possible que les secours avaient été abandonnés, aussi, le mieux serait que tu descendes un peu plus bas. – Je peux tenir encore une nuit si tu envoies deux gars avec du thé sherpa dès le matin, pas plus tard que 9h 30, 10 heures. – Nous t'enverrons des garçons demain matin.»
À 18h20, Cotter appela Hall pour lui dire que Jan Arnold était en ligne depuis Christchurch. Donne-moi une minute, dit Rob, ma bouche est sèche, je veux manger un peu de neige avant de lui parler.»
Un peu plus tard, il prit la communication est dit d'une voix lente, affreusement déformée : « Salut, ma chérie, j'espère que tu es dans un bon petit lit chaud. Comment vas-tu? – Je peux te dire que je pense beaucoup à toi. Tu as l'air en meilleure forme que je ne pensais… As-tu chaud? - Dans le contexte de l'altitude et de l'installation, je suis relativement à l'aise. –Comment vont tes pieds? – Je n'ai pas enlevé mes chaussures pour vérifier, mais je crois que j'ai quelques gelures. – Tout ira bien quand tu seras rentré à la maison. Je sais que tu vas être secouru. J’envoie vers toi toute mon énergie!»
Ce furent ces derniers mots. Les tentatives pour établir un contact radio avec lui dans la soirée et le lendemain restèrent sans résultat.
Douze jours plus tard, quand Breashears et Viesturs parvinrent au sommet sud, ils trouvèrent Hall allongé sur le côté droit, dans un creux de glace peu profond. La neige poussée par le vent avait recouvert le haut de son corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nastie92Nastie9208 juin 2015
Dans l'expédition de Hall, parmi les six grimpeurs qui atteignirent le sommet, deux seulement - Mike Groom et moi - en sont revenus. Quatre camarades, avec lesquels j'avais ri et vomi, et longuement parlé, avaient perdu la vie. Par mes actes - ou leur absence - j'avais joué un rôle direct dans la mort d'Andy Haris. Et pendant que Yasuko Namba s'éteignait sur le Col Sud, j'étais à trois cents mètres de là, blotti dans ma tente, sans imaginer une seconde sa lutte pour survivre. Je ne pensais qu'à ma propre sécurité. Ce genre de chose laisse dans l'esprit une marque qui ne s'efface pas en quelques mois de chagrin et d'auto-accusation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nastie92Nastie9218 août 2015
Plus la situation est improbable, plus grandes sont les exigences qu'elle impose à l'alpiniste, plus agréable sera ensuite le relâchement de toute sa tension. L'éventualité du danger ne fait qu'aiguiser son attention et sa maîtrise de soi. Là réside peut-être la raison d'être de tous les sports à risque : on élève délibérément le niveau d'effort et de concentration requis de façon, semble-t-il, à libérer son esprit des trivialités de la vie quotidienne. À une petite échelle, c'est un modèle de vie.
Mais il y a une différence. Dans la vie ordinaire, les erreurs peuvent généralement être corrigées et on peut trouver une sorte de compromis, alors que là, pendant une courte période, chaque action peut avoir des conséquences mortelles.
A. Alvarez, "Le Dieu sauvage"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Dans la catégorie : AlpinismeVoir plus
>Activités de plein air>Marche>Alpinisme (40)
autres livres classés : EverestVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Into the wild

L'auteur, Jon Krakauer, est aussi connu pour être ...

poète
bohème
journaliste
tragédien

9 questions
231 lecteurs ont répondu
Thème : Into the wild de Jon KrakauerCréer un quiz sur ce livre
. .