AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222632609X
Éditeur : Albin Michel (04/05/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Un flic sous l'emprise des fantômes de son passé. Une série de meurtres étrangement sophistiqués. Une histoire à couper le souffle sur fond de scandale sanitaire mondial.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  05 mai 2016
« I see deaaaad peooooople ! »
Souvenez-vous de ce petit garçon* effrayé et bouleversant, les genoux repliés sous une couverture dans le film 'Sixième sens' (M. Night Shyamalan, 2000)...
Ici aussi, on a des enfants qui entendent des voix de l'au-delà. Mais ce n'est pas pour cette raison que j'ai choisi ce livre, je fuis le fantastique dans les romans policiers. C'est plutôt la promesse du « scandale sanitaire mondial » qui m'a harponnée.
J'ai été déçue, puisque j'avais en tête les excellents ouvrages 'La quatrième plaie' (Patrick Bard) et 'La constance du jardinier' (John le Carré) - intrigues riches et documentées sur les magouilles des laboratoires pharmaceutiques, notamment en Afrique.
Ce thriller m'a semblé beaucoup plus léger et convenu, avec des flics déjà rencontrés ailleurs (le macho qui foire sa vie sentimentale et a des comptes à régler avec son passé, le jeune associé prometteur, le tire-au-flanc sans scrupules, etc.).
J'ai apprécié le passage au Burkina Faso, trop court hélas : j'aurais aimé en apprendre davantage sur le pays, sur le virus Ebola...
Le genre de thriller mou et sans surprise qui ne me convient pas (notamment par ses aspects 'fantastiques'), mais qui devrait faire quelques heureux autour de moi...
* brillamment interprété par Haley Joel Osment
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Analire
  26 avril 2016
Un homme a été tué sur un parking ; la gorge tranchée et une rose plantée dans la carotide. Est-ce un crime passionnel ? Yoann Clivel en doute. Lui et tous ses collègues vont découvrir que ce meurtre est le fait d'un tueur en série mystérieux. L'enquête va amener Yoann jusqu'en Afrique, terre du virus Ebola, où la mort sera bien plus présente que tout ce qu'il a jamais pu voir au cours de sa carrière de policier. Finalement, on découvrira que les personnes tuées n'étaient pas blanches comme neige, engoncées dans des magouilles pharmaceutiques qui ont coûtées la vie à plus d'une personne.
L'intrigue est bien menée, le suspense est à son comble. Qui est ce mystérieux assassin ? Je me suis prise à accuser la quasi totalité des personnages : Yoann, l'enquêteur, son beau-frère dépressif, Valentin, les collègues de Yoann... le mystère est vraiment à son comble et persiste jusqu'à la fin du récit.
Avec cette enquête, on voyage. de Paris en Afrique en passant par Lyon, l'enquête prend des proportions internationales. Les enquêteurs sont constamment en mouvements, ce qui donne une certaine dynamique à l'histoire ; le lecteur bouge, cherche et ne s'ennuie pas.
Néanmoins, j'ai trouvé que l'intrigue était quand même complexe à comprendre et un peu décousue sur les bords. Bien qu'ancrée dans la réalité quotidienne - l'histoire se base sur un trafic frauduleux de médicaments, faits avérés en France, ou encore en Afrique et sur la pratique expérimentale de produits illégaux sur l'être humain. La base de l'intrigue était bonne, mais pas assez développée à mon goût. L'auteure aurait dû plus entrer dans le vif du sujet et nous mettre face aux conséquences de ces trafics. Alors, j'aurais été plus impliquée.
De plus, sans vouloir révéler l'issue du roman, je tenais à dire que j'avais été déçue par le dénouement de l'affaire et la mise en lumière du tueur. On se retrouve dans un polar classique, avec une enquête générale et une résolution finale basique. Pas de retournement de situation, pas de surprise ni de rebondissements. J'ai sans doute placé trop d'attentes dans cette lecture ; j'en attendais un petit peu plus de cette histoire...
Un roman policier classique, qui devrait ravir les férus de polar. Laissez-vous embobiner par Natacha Calestrémé et tentez de percer à jour l'auteur de ces meurtres. Pas mal, mais sans plus.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Zephyrine
  29 août 2017
Après avoir lu cet été les deux premiers livres suivant l'enquêteur Yoann Clivel, j'ai décidé de lire la suite et grosse déception...
D'abord parce qu'un tiers du livre reprend des éléments des précedents thrillers, du coup gros sentiment de déjà vu. Cela est peut être dû également au fait d'avoir lu les livres dans la foulée, mais c'est assez énervant...
Ensuite, l'intrigue est moins palpipante que les deux premières et on voit le dénouement arrivé au minimum 100 pages avant la fin et on s'étonne de l'amateurisme des policiers de ne pas suivre une piste qui parait évidente...
Bref, c'est pas non plus un livre à éviter, mais peut être faut il se laisser plus de temps entre chaque opus...
Commenter  J’apprécie          50
celine85
  12 juin 2016
L'intrigue est bien menée. Rebondissements et suspense sont présents tout au long du roman. Les suspects potentiels se succèdent. Natacha Calestrémé nous fait voyager en nous transportant à un moment en Afrique. Elle sait mélanger phénomènes surnaturels (petite dose, enfant qui entend des voix) et de vrais éléments (Ebola, magouille des laboratoires, test illégaux sur des êtres humains). le personnage de Yoann Clivel est marquant, à la fois flic consciencieux et homme au passé et la vie privée perturbée.
Si vous souhaitez découvrir ses romans dans l'ordre, je vous conseille de lire avant « le testament des abeilles » et « le voile des apparences »
Commenter  J’apprécie          10
Mellifr
  24 avril 2018
J'ai gagné ce livre lors d'un jeu concours (merci Albin Michel et Babelio). Il se lit facilement et l'histoire est bien ficelé, néanmoins sans réel suspense. Beaucoup d'histoires secondaires commencent par ci par là, sans qu'on connait la fin, c'est un peu frustrant. J'ai moins aimé le côté spirituel. Comme je disais, il se lit facilement, je suis néanmoins déçue, ce n'est pas pour moi réellement un policier captivant.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   22 avril 2016
Inutile d'écouter les conversations. On peut tout savoir d'une personne et déterminer avec certitude lorsqu'elle tombe amoureuse, par exemple.
- Comment ?
- On se met à passer des coups de fil à minuit ou à trois heures du matin, juste après avoir quitté son nouvel amour. Quinze textos d'affilée, ça signifie "Je t'aime, moi aussi et tutti quanti". Le dimanche, on appelle sa famille. Le meilleur ami ou la bonne copine, c'est celle qu'on sollicite en fin de journée, juste avant de rentrer chez soi, en conduisant. Tout ça, ce sont des statistiques, ils n'ont pas besoin du contenu des appels. La durée de chaque coup de fil donne de sérieuses indications. Une heure non stop, c'est une femme ou un gamin. Avec le nom et l'âge de celui qui les passe, ils émettent des hypothèses. Ce que je veux dire, c'est que l'utilisation du téléphone nous rend extrêmement prévisibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ZilizZiliz   05 mai 2016
- Tous les virus de type Sida ou Ebola sont apparus suite à la dégradation des forêts vierges des régions tropicales humides. La vie foisonne dans ces zones comme nulle part ailleurs. Les virus également. Le défrichage et la mise à nu de ces terres permettent l'expansion d'épidémies qui commencent par toucher les animaux sauvages. Des bêtes que l'on capture pour les zoos et pour mener des tests médicaux à grande échelle. Bon nombre de vaccins sont étudiés sur des singes prélevés dans ces lieux oubliés de tous. C'est une hérésie que nous payons très cher.
(p. 184)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
clairesalanderclairesalander   13 décembre 2018
- Avoue. Tout. Une passade. Un coup d'un soir. Faute avouée à moitié pardonnée. Tu sais, ce n'est pas comme si vous étiez mariés.
- Ben justement...
- Quoi ?
- Elle veut qu'on se marie.
- Ah, je comprends mieux.
Je levais le menton en espérant une explication.
- Lorsqu'une nana veut officialiser une union, son mec prend peur. Il se sent la corde au cou et il baise une autre gonzesse pour réaliser ce qu'il va perdre. Un grand classique.
- Je suis aussi prévisible que tous les connards de la Terre ?
- Oui.
[sponsorisé par la psy de comptoir du bar PMU et "Mars et Vénus"]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ZilizZiliz   03 mai 2016
[...] l'idée [de ce projet de mariage] me rebutait au plus haut point. Vivre en couple relevait de l'extrême limite de ce que je pouvais infliger à mes hormones mâles.
(p. 15)
Commenter  J’apprécie          140
AnalireAnalire   23 avril 2016
- Le fait que la personne ait vécu des choses difficiles n'excuse pas ses actes pour autant.
- Bien sûr que non, mais cela permet de comprendre pourquoi cela a été fait, de juger moins durement la personne et de modérer ses propos.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Natacha Calestrémé (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Natacha Calestrémé
SMEP 2018
autres livres classés : pharmacieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LES BLESSURES DU SILENCE

Qui est l'auteure de ce livre ?

Sandra Martineau
Natacha Calestrémé
Carmen Robertson
Yolande Mukagasana

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Les blessures du silence de Natacha CalestréméCréer un quiz sur ce livre