AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070453340
Éditeur : Gallimard (19/09/2013)

Note moyenne : 4.7/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Entre le 21 août 1944 et le 3 juin 1947, Albert Camus est rédacteur en chef et éditorialiste à Combat.
Ces 165 articles_ signés, authentifiés, ou légitimement attribuables_ nous transmettent le témoignage lucide d'un journaliste conscient de ses responsabilités dans une époque où , au sortir de l'Occupation, il faut à la fois réorganiser la vie quotidienne et dessiner l'avenir de la France et de l'Europe. Sur de multiples sujets_ la politique intérieure; l'ép... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
oran
  01 juillet 2018
Le Mouvement de Libération française fondé en 1941 par Henry Frenay, Berty Albrecht, Jean-Guy Bernardet est doté d'un bulletin d'informations clandestin. Après la fusion avec d'autres publications il devient COMBAT, il se veut être la voix des Résistants et de la Libération nationale. (Le titre « Notre Combat » fut pressenti , mais abandonné cela faisait un peu penser à « Mein Kampf » !)
Cinquante- huit numéros clandestins vont être édités entre décembre 1941, sa première parution, et août 44 .
Claude Bourdet (Lorrain dans la Résistance), rédacteur en chef du journal (En 1944 il fut arrêté par la Gestapo et déporté) recrute Pascal Pia (Pontault dans la Résistance ) qui introduit ensuite Camus dans l'équipe à l'automne 1943. (Il avait fait la connaissance de Camus à Alger en 1938 alors qu'il était directeur d'Alger Républicain) .
A la veille de la Libération l'équipe directoriale du quotidien clandestin qui s'est étoffée en personnel (Camus recrutait, notamment, chez Gallimard) organise sa pérennisation .
Le 21 août 1944 , Paris se libère, le journal parait enfin au grand jour , l'éditorial est rédigé par Camus qui peut enfin signer ses textes de son vrai patronyme . Camus devient le rédacteur en chef et l'éditorialiste .
Mais ce journal ne peut , à la longue rivaliser avec d'autres quotidiens (Le Monde, Libération…) et l'équipe initiale se disperse . Camus, quant à lui, ne peut pas concilier le travail prenant de journaliste, pour lui une passion, et le temps qu'il doit consacrer à son oeuvre littéraire , il quitte le journal en 1947 .Le journal disparaitra définitivement en 1974.
Le travail de Jacqueline Lévi-Valensi a permis de regrouper chronologiquement les articles attribués à Camus alors que la parution clandestine du bulletin ne permettait pas aux journalistes de signer leurs écrits.
La teneur et la valeur des textes journalistiques de Camus témoignent qu'il était un grand journaliste engagé , humain, épris de justice que ce soit dans ses reportages dans Alger Républicain ( Misère de la Kabylie), dans ses éditoriaux de l'Express (j'ai en tête un article consacré à un accident du travail mortel survenu alors que des ouvriers charpentiers intervenaient sur le toit d'un château appartenant à la princesse Margaret, dénonçant les conditions de travail et le manque de protection) , mais également et surtout dans ceux de Combat, un journaliste "aimant le goût du marbre", le travail de A à Z , de la rédaction à la mise en page , appréciant la solidarité des employés et ouvriers (linotypistes, correcteurs...) de cette corporation.
Grâce à Combat, il devient un journaliste célèbre, connu même aux Etats Unis


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
IreneAdler
  21 avril 2014
Il faut se battre sur tous les fronts, surtout si le combat est illégal et inégal. Combat est donc tout autant un journal clandestin jusqu'en août 1944 et la libération de Paris qu'un organe de lutte armée.
Camus n'a semble-t-il jamais pris les armes. Mais quand à la plume, il ne s'en est jamais privé. À la lutte armée, il préfère celle des mots, chacun selon ses capacités (et il n'y a pas lieu de se plaindre !) Et déjà dans ses éditoriaux et articles, il y a toute la philosophie, les idées qui plus tard seront développées dans ses romans et essais, notamment L'Homme Révolte, cette notion de révolte, de mouvement vers la vie et non vers la mort, de mesure et de violence utilisée sous la contrainte. de ce qui fonde l'humanité profonde d'un homme.
Et toujours cette manière limpide et lumineuse d'écrire, d'expliquer, qui fait jaillir le "Mais oui, évidemment ! C'est tout à fait ça !"
Il me semble que ce volume est une bonne introduction, avec les Lettres à un Ami Allemand, à celles et ceux qui ont peur de s'attaquer à un titre plus conséquent de Camus. Ici tout est expliqué clairement, simplement, les idées seules, sans les détours obligés par la philosophie dans les essais. Vraiment, même en lire quelques uns par ci par là est une bonne chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Cularo
  29 octobre 2013
Que je lise Albert Camus dans ses premiers écrits de jeunesse ou le résistant rédacteur en chef de Combat ou le grand écrivain couronné par le prix Nobel,je découvre le même homme:humaniste,sensible,rigoureux,talentueux,épris de justice,fidèle à ses convictions,libertaire.Il demandait une seule chose à son lecteur être lu avec attention.Pour ma part j'ai respecté ce pacte avec toute la sincérité que cela implique.Je peux dire avec humilité que j'assume de son premier jusqu'à son dernier mot.Il est le seul écrivain dont je puis dire que j'épouse sa philosophie sans réserves,en mon âme et conscience.Son absence abîme mon présent mais son passé éclaire mon futur à jamais.Sa pensée de Midi c'est la clef de voûte de mon être,de ma façon d'être,de mon rapport au monde,aux autres,à la mort.Si mes "Noces"avec Camus furent solaires,lumineuses,absolues,comme celles de Tipasa elles n'inhument pas le doute,la souffrance,l'angoisse,le cogito mais pour atteindre un jour ce début de sérénité qui s'éveille dans le Premier Homme;pour reprendre à mon compte la magnificence de ses mots Albert Camus fut en littérature et en politique mon Premier Homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
evh138
  20 mai 2018
En 2002, Jacqueline Lévi-Valensi a assemblé et annoté les éditos et les articles d'Albert Camus, publiés entre 1944 et 1947 dans le journal « Combat » issu de la Résistance, dont il fut le rédacteur en chef. Quel régal ! J'ai pris un plaisir fou à lire cette littérature du quotidien, engagée et magnifique, qui dresse un portrait fascinant et sans illusions de cette période de résistance, de libération et de construction.
Amoureux des mots, de la liberté et de la justice, je ne vous cache pas que Camus est un de mes auteurs fétiches, dont je relis éperdument l'oeuvre. Quel plaisir de retrouver dans ces articles de presse, les thèmes qui lui sont chers, et de pouvoir appréhender au mieux l'influence de l'époque sur l'ensemble de son oeuvre.
Bien que ces éditos soient des réactions quotidiennes à l'actualité, ils gardent par bien des aspects une intense vigueur encore aujourd'hui. Les discours et les formulations ont une portée universelle, qui saute aux yeux du lecteur. de nombreuses prévisions frappent également (et malheureusement pour nous) par leur justesse. C'est ce qui rend la lecture de ce recueil passionnante.
Ceux qui doutent du pouvoir de la littérature et de la place de l'écrivain dans la société devraient se plonger dans ces textes, ô combien instructifs.

Lien : Https://evanhirtum.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
oranoran   17 juillet 2016
Novembre 1949 - le siècle de la peur-
Pour sortir de cette terreur, il faudrait pouvoir réfléchir et agir suivant sa réflexion. Mais la terreur, justement, n'est pas un climat favorable à la réflexion. Je suis d'avis, cependant, au lieu de blâmer cette peur, de la considérer comme un des premiers éléments de la situation et d'essayer d'y remédier. Il n'est rien de plus important. Car cela concerne le sort d'un grand nombre d'Européens qui, rassasiés de violences et de mensonges, déçus dans leurs plus grands espoirs, répugnant à l'idée de tuer leurs semblables, fût-ce pour les convaincre, répugnent également à l'idée d'être convaincus de la même manière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cathcorcathcor   29 avril 2012
Rien n'est donné aux hommes et le peu qu'ils peuvent conquérir se paie de morts injustes. Mais la grandeur de l'homme n'est pas là. Elle est dans sa décision d'être plus fort que sa condition. Et si sa condition est injuste, il n'a qu'une façon de la surmonter, qui est d'être juste lui-même.
Commenter  J’apprécie          100
IreneAdlerIreneAdler   22 avril 2014
Il faut que cela soit bien clair : personne ne peut penser qu'une liberté conquise dans cette nuit, dans ce sang aura le visage tranquille et domestiqué que certains se plaisent à lui rêver. Ce terrible enfantement est celui d'une révolution.
Commenter  J’apprécie          100
oranoran   19 mai 2018

Le monde est ce qu’il est, c’est-à-dire peu de chose. C’est ce que chacun sait depuis hier grâce au formidable concert que la radio, les journaux et les agences d’information viennent de déclencher au sujet de la bombe atomique. On nous apprend, en effet, au milieu d’une foule de commentaires enthousiastes, que n’importe quelle ville d’importance moyenne peut être totalement rasée par une bombe de la grosseur d’un ballon de football. Des journaux américains, anglais et français se répandent en dissertations élégantes sur l’avenir, le passé, les inventeurs, le coût, la vocation pacifique et les effets guerriers, les conséquences politiques et même le caractère indépendant de la bombe atomique. Nous nous résumerons en une phrase : la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques.
En attendant, il est permis de penser qu’il y a quelque indécence à célébrer ainsi une découverte, qui se met d’abord au service de la plus formidable rage de destruction dont l’homme ait fait preuve depuis des siècles. Que dans un monde livré à tous les déchirements de la violence, incapable d’aucun contrôle, indifférent à la justice et au simple bonheur des hommes, la science se consacre au meurtre organisé, personne sans doute, à moins d’idéalisme impénitent, ne songera à s’en étonner.
Ces découvertes doivent être enregistrées, commentées selon ce qu’elles sont, annoncées au monde pour que l’homme ait une juste idée de son destin. Mais entourer ces terribles révélations d’une littérature pittoresque ou humoristique, c’est ce qui n’est pas supportable.
Déjà, on ne respirait pas facilement dans ce monde torturé. Voici qu’une angoisse nouvelle nous est proposée, qui a toutes les chances d’être définitive. On offre sans doute à l’humanité sa dernière chance. Et ce peut être après tout le prétexte dune édition spéciale. Mais ce devrait être plus sûrement le sujet de quelques réflexions et de beaucoup de silence (…)
Devant les perspectives terrifiantes qui s’ouvrent à l’humanité, nous apercevons encore mieux que la paix est le seul combat qui vaille d’être mené. Ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison
Combat 8 août 1945)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
oranoran   17 juillet 2016
Mai 1944
Il faut dire les choses comme elles sont : nous sommes vaccinés contre l'horreur. Tous ces visages défigurés par les balles ou les talons, ces hommes broyés, ces innocents assassinés, nous donnaient au début la révolte et le dégoût qu'il fallait pour entrer consciemment dans la lutte. Maintenant la lutte de tous les jours a tout recouvert et si nous n'en oublions jamais les raisons, il peut nous arriver de les perdre de vue. Mais l'ennemie est là, et comme s'il veillait à ne laisser personne se détourner, il augmente ses efforts, il se dépasse lui-même, il renchérit chaque fois un peu plus sur la lâcheté et sur la crise. Aujourd'hui, en tout cas, il est allé plus loin qu'on ne pouvait l'imaginer (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Albert Camus (128) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Camus
28e Festival du livre Colmar 2017 - "On lirait le sud".
Interview de Miles Hyman et Jean-Luc Fromental pour leur ?uvre commune "Le coup de Prague" et de Jacques Ferrandez pour l'adaptation en BD du roman d'Albert Camus intitulé "Le premier homme."
Cette vidéo a été réalisée par Passion Bouquins : http://www.passion-bouquins.com
autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur l´Etranger par Albert Camus

L´Etranger s´ouvre sur cet incipit célèbre : "Aujourd´hui maman est morte...

Et je n´ai pas versé de larmes
Un testament sans héritage
Tant pis
Ou peut-être hier je ne sais pas

9 questions
3247 lecteurs ont répondu
Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur ce livre