AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070455971
Éditeur : Gallimard (13/05/2014)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans un théâtre de La Havane retentissent les notes de la Symphonie héroïque de Beethoven. Un jeune militant révolutionnaire, pourchassé par ses amis qu'il a trahis, s'est réfugié dans la salle... Entre les trois coups du début du spectacle et les trois coups de feu de la fin, c'est toute l'époque de la dictature de Batista, prélude à la révolution cubaine de Fidel Castro, qui est évoquée ici, dans un récit poignant, où le lecteur est tenu en haleine d'un bout à l'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Corboland78
  16 novembre 2015
Alejo Carpentier y Valmont (1904-1980), est un écrivain cubain, romancier, essayiste, musicologue. Fils de Jorge Julian Carpentier, un architecte français et de Lina Valmont, un professeur de langues russe, il a 12 ans quand sa famille s'installe à Paris et qu'il commence à étudier la musicologie. Quand il retourne s'installer à Cuba, Alejo Carpentier commence des études d'architecte, qu'il ne terminera pas. Il se consacre au journalisme, mais son engagement à gauche lui vaut un séjour en prison (1928), sous la présidence de Gerardo Machado, avant de l'obliger à s'exiler en France. Il y rencontre les surréalistes, dont André Breton, Paul Éluard, Louis Aragon, Jacques Prévert et Antonin Artaud. de retour à Cuba en 1939, il poursuit une carrière de journaliste et de chroniqueur de radio. En 1945 il s'installe à Caracas (Venezuela) où il vivra jusqu'en 1959. Après le triomphe de la révolution cubaine il revient à La Havane. En 1966 il devient conseiller à l'ambassade de Cuba en France où il résidera jusqu'à sa mort, victime du cancer. Ses funérailles sont célébrées à La Havane, en présence du président Fidel Castro.
Paru en 1956, Chasse à l'homme, un très court roman, vient d'être réédité.
Un jeune militant révolutionnaire, pourchassé par ses amis qu'il a trahis, s'est réfugié dans la salle d'un théâtre de la Havane quand retentissent les premières notes de la Symphonie héroïque de Beethoven. Durant les quarante-six minutes – temps d'exécution conventionnel de cette oeuvre – l'homme pourchassé, travaillé par sa conscience, va se remémorer les évènements qui l'ont amené jusqu'ici et fin de son chemin.
Autant vous dire tout de suite que ce roman s'adresse à un public exigeant. S'il s'agit d'un exercice littéraire certain, le plaisir de lecture sera moins évident pour tous. Les phrases sont souvent longues, l'écriture est travaillée et les mots sont choisis avec soin. Quant à la construction, elle est particulièrement chiadée, au point qu'il m'a fallu lire la moitié du roman avant de commencer à en comprendre le sens. Jusque là, j'étais comme une poule ayant trouvé un couteau, incapable de savoir de quoi il en retournait. le genre de bouquin qui se mérite, en somme.
Certains blogs et l'éditeur lui-même ont tendance à se prendre les pieds dans le tapis quant à la période de dictature décrite par Alejo Carpentier. Sur la quatrième de couverture du bouquin, c'est le président Gerardo Machado (de 1925 à 1933) qui est cité, conformément à la préface de 1958 rajoutée par l'auteur, donc fiable. Par contre, sur le court feuillet d'accompagnement joint pour les heureux élus comme moi, ayant reçu le livre de l'éditeur, il est fait mention de Batista (de 1933 à 1944)… Ce qui n'a, en fait, qu'une importance toute relative, le roman ayant une portée plus générale que factuelle, dénonçant les revirements, voire les reniements des révolutionnaires et ce qui en découle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
araucaria
  19 janvier 2016
Ce n'est pas un mauvais livre, mais mon avis est mitigé. L'histoire n'est pas limpide, bien au contraire, elle est complexe, brouillonne. J'ai eu du mal à progresser dans ma lecture. Quant au titre "Chasse à l'homme", si le héros est bien un fugitif, la chasse proprement dite est très courte. J'avais déjà eu quelques difficultés avec Alejo Carpentier pour un recueil de nouvelles. Je ne suis pas très convaincue, et ne vais pas me précipiter pour lire un autre titre de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          161
Wyoming
  22 avril 2018
Livre court mais compliqué dans son écriture et l'histoire qu'il narre. C'est un militant révolutionnaire réfugié dans un théâtre de la Havane qui est l'objet de cette chasse prétexte prétexte à une analyse des prémices de la révolution cubaine.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   29 novembre 2015
"Sinfonia Eroica, composta per festeggiare il souvenire di un grand'Uomo, e dedicata a Sua Alteza Serenissima il Principe di Lobkowitz, da Luigi Van Beethoven, op. 53, N° III delle Sinfonie..." Et ce fut le claquement de porte qui le fit sursauter, brisant l'orgueil puéril qu'il éprouvait à comprendre ce texte. Les franges du rideau balayèrent sa tête, puis revinrent à leur place en tournant plusieurs pages du livre. Tiré de sa lecture, il associa des idées de surdité - le Sourd, les inutiles cornets acoustiques... - à la sensation qu'il avait de percevoir à nouveau le vacarme qui l'entourait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
araucariaaraucaria   16 janvier 2016
La prodigieuse nouveauté, c'était Dieu. Dieu qui s'était révélé à lui dans le cigare allumé par la vieille, la veille de sa maladie. Le geste soudain qu'elle avait fait pour saisir une braise dans le fourneau, et la lever à hauteur de son visage, qu'il avait vu si souvent dans les cuisines de son enfance, s'était amplifiée en une suite de déductions écrasantes.
Commenter  J’apprécie          210
missmolko1missmolko1   05 octobre 2015
D'ailleurs, ce n'était pas seulement sa faute, à lui. Conséquence de l'époque, des contingences, de l'illusion héroïque ; des paroles éblouissantes avec lesquelles on l'avait accueilli certain après-midi — lui bachelier de province, honteux de son costume mal coupé dans la boutique paternelle — derrière les murs de l'édifice sur la façade duquel, orné de colonnes majestueuses, s'étalaient sous un nom illustre les caractères elzéviriens en bronze d'un Hoc Erat In Votis … Il regardait à présent la salle de concerts, dont les chapiteaux à volutes carrées lui semblaient être une caricature de ceux qui avaient été associés à son initiation aujourd'hui détestée. Là s'affirmait la condamnation imposée par cette ville aux ordres qui dégénéraient dans la chaleur et se couvraient de lèpre, faisant servir leurs astragales à soutenir des enseignes de teinturiers, de coiffeurs, de marchands de rafraîchissements, quand la friture ne crépitait pas à l'ombre des piliers, entre des étalages de pâtés, de sorbetières et de jus de tamarin. « J'écrirai quelque chose sur ça », se disait-il, bien qu'il n'eût jamais écrit, car il ressentait un besoin urgent de s'assigner de nobles tâches. Il sortait des interminables beuveries des derniers mois, des excès auxquels se croient autorisés ceux qui courent des risques ou qui jouent leur va-tout ; et il trouvait à présent la première clarté au bout du tunnel. Il ne savait où le sort l'enverrait maintenant, car le Haut Personnage allait décider à sa convenance quelle était la voie la plus indiquée. Il ne terminerait jamais ses études d'achitecture abandonnées dès le début de la première année. Mais il acceptait par avance les métiers les plus durs, les plus médiocres salaires, le soleil sur le dos, l'huile sur la figure, le grabat et l'écuelle, comme phases d'une expiation nécessaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Corboland78Corboland78   16 novembre 2015
Mais après le nécessaire, le juste, l’héroïque ; après les temps du Tribunal, ce furent les temps du butin. Libérés des représailles, les mécontents se mirent à exploiter le risque, par équipes, par bandes armées, qui trafiquaient de la violence, proposaient des tâches en échange d’une récompense, pour déchaîner à nouveau les furies à la lumière du soleil, au profit de Tel ou Tel. La police elle-même fuyait ces hommes redoutables, à la solde de puissants protecteurs, pour qui les murs des prisons avaient toujours des brèches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
araucariaaraucaria   02 janvier 2016
La femme au renard dit aussi "stupide" à l'homme qui est plus loin; tout le monde répète : "stupide, stupide, stupide", tout le monde parle de moi; tout le monde me montre du doigt; je sens ces doigts enfoncés dans ma nuque, dans mon dos; je ne savais pas qu'il était interdit ici d'applaudir; on appellera l'ouvreur : "Emmenez-le; il est malade, il sent mauvais. Voyez comme il sue..."
Commenter  J’apprécie          20
Video de Alejo Carpentier (2) Voir plusAjouter une vidéo

Un romancier latino-américain Alejo Carpentier
Portrait d'Alejo CARPENTIER, à travers ses interviews, et ceux de Roger CAILLOIS, Wilfredo LAM, Jean-Louis BARRAULT, Jacques PREVERT. L'écrivain cubain, né en 1904, a vécu au Vénézuela, puis à Cuba après la révolution. Il devient en 1966, ambassadeur de Cuba en France, où il résidera jusqu'à sa mort, 1980 . Evocation de son oeuvre, de la création littéraire et artistique en Amérique...
autres livres classés : littérature cubaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
394 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre