AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782738144799
Odile Jacob (05/09/2018)
3.2/5   10 notes
Résumé :
Nous en venons et nous y retournons. Pourtant, nous ne pouvons rien en dire. Le néant – qui n’est ni le rien, ni le vide – reste l’inconnu fondamental, le non-être, sans sensation, sans conscience et sans mémoire.
Pour m’en approcher, prudemment, je me suis lancé dans une promenade, un peu au hasard des chemins, en reprenant un vieux thème persan. J’ai voulu voir comment d’autres ont réagi, ici ou là, dans l’histoire du monde, au plus secret, au plus insistan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Santarini
  16 août 2022
J'ai toujours cherché à savoir ce qui se pouvait bien se trouver dans les coulisses de ce monde physique dans lequel nous vivons, de cet Univers fait de matière et d'énergie (… et de « vide » !) Où même simplement s'il y avait des coulisses... J'ai fureté partout, du côté des religions, des spiritualités, des philosophies... J'ai certes trouvé quelques indices, mais bien sûr, jamais de preuves. Croire ne me satisfait pas, que ce soit en l'existence ou en la non-existence d'un "au-delà" (un au-delà du monde de la matière et de l'énergie). Je cherche à savoir, à comprendre, même si je me doute que ce processus itératif n'est jamais terminé.
C'est dans cet état d'esprit que j'ai entrepris le lecture de ce livre de Jean-Claude Carrière. Et j'ai été déçu ! Très déçu…
Comme tant d'autres avant lui, l'auteur aborde le grand mystère de l'existence. Il tente d'apporter sa pierre à ce débat millénaire. Mais, malheureusement, sa contribution est un tissu de préjugés. Jean-Claude Carrière apparaît comme absolument certain que rien ne succède à la mort du corps physique, que la vie se termine par le « néant », que la conscience meurt, comme le corps. Je trouve cette attitude bizarre : comment peut-on être certain ? du début à le fin, il considère cette hypothèse comme une évidence qu'il martèle à tout propos. Pas le moindre doute ne l'effleure. Pas même la plus infime parcelle de ce doute qui est pourtant le principal moteur de la recherche scientifique et donc de la plupart des découvertes. Pas la moindre curiosité de l'inconnu, cette si précieuse curiosité qui a motivé tant d'études et conduit à tant de compréhension.
Voici quelques exemples, parmi une multitude, des affirmations péremptoires qui parsèment tout l'ouvrage, comme des « actes de foi » à réciter patiemment (peut-être pour bien s'en convaincre) :
« Après notre mort, nous aurons oublié tout cela, nos distractions, nos périls, nos attentes et nos inquiétudes de chaque jour. D'ailleurs nous aurons tout oublié. Même l'oubli ».
« … même si nous savons tous, répétons-le, avec une certitude souvent masquée mais véritablement très profonde, qu'il n'y aura pas d'autre vie après la vie ».
« Morts, nous n'aurons rien à regretter, rien à espérer, puisque nous ne penserons, nous ne sentirons plus ».
« Dans le néant, c'est sûr, nous n'aurons plus peur, nous ne tremblerons plus et nous ne verrons plus de beautés. Nous ne verrons rien ».
« Je n'ai et je n'aurai jamais qu'une vie, j'en suis sûr, celle qui se déroule en ce moment sur notre planète, et qui s'achèvera bientôt ».
Certes les religions n'apportent aucune réponse crédible à nos interrogations existentielles et Jean-Claude Carrière le rappelle clairement et avec brio. Mais lui non plus ! Cette sorte de religion du "néant" qu'il professe ne me convainc pas plus que les autres religions dont il stigmatise, à juste titre et souvent avec verve, les incohérences, les absurdités infondées et les impostures. Elle n'apporte pas plus de réponse qu'un dieu, un ange ou un diable de n'importe quelle religion.
Pour prendre un autre exemple, les absurdités de l'alchimie ne disaient rien sur l'éventuelle authenticité de la chimie qui n'existait pas encore et qui, elle, allait proposer quelques preuves. Faute de preuves, l'athéisme professé par Jean-Claude Carrière est, lui aussi, une croyance stérile, comme toutes les croyances, qu'elles appartiennent, entre autres, à une religion, au scientisme ou à une philosophie.
La forme est élégante, la performance littéraire brillante et souvent agrémentée d'humour. L'ouvrage est bien écrit, bien documenté, érudit, parfois même poétique. Mais le fond me laisse la forte impression d'un grand vide : je n'y trouve rien de nouveau, rien qui puisse étayer la position catégorique de l'auteur.
Cette attitude de négation en l'absence d'examen sérieux et en l'absence de réflexion est profondément antiscientifique, mais elle est aussi déraisonnable du simple point de vue du bon sens. Elle témoigne, en tout cas, d'un manque incroyable d'humilité, de cette indispensable humilité qui est la caractéristique essentielle du vrai scientifique, mais aussi de tout être humain raisonnable.
Quand on ne sait pas (et en l'occurrence personne ne sait...), il faut, me semble-t-il, avoir la modestie (et le bon sens) de dire "je ne sais pas". Et surtout, il faut chercher, chercher encore, chercher toujours... Au lieu de s'enfermer dans des certitudes, certes élégantes mais stériles !
Comment un habitant de la Rome antique, par exemple, aurait-il pu être certain que les communications quasi instantanées à grande distance ne pouvaient pas exister ? Aurait-il été raisonnable en niant l'existence des ondes électromagnétiques, simplement parce qu'il ne pouvait pas les imaginer ?
Jean-Claude Carrière postule en permanence l'existence d'un néant dans lequel on sombrerait après la mort. Mais le néant n'existe pas ! Puisqu'il existe quelque chose (au lieu de rien, pourtant plus simple que quelque chose…)... Et je me demande même s'il pourrait exister ! En tout cas nous n'en savons rien, ni vous ni moi ni Jean-Claude Carrière. Alors un peu de modestie, SVP, d'une modestie raisonnable sinon scientifique. Croire n'est pas savoir...
Ce livre de Jean-Claude Carrière présente avec force un bel exemple, un véritable archétype de l'attitude du croyant convaincu que je dénonce dans mon livre intitulé "Croire ou savoir" en l'opposant à celle de l'agnostique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Christian_Attard
  24 juin 2019
La vallée du néant est le dernier ouvrage en date de l'écrivain Jean-Claude Carrière, bien connu pour son travail sur l'hindouisme, le bouddhisme et les religions en général et à qui l'on doit la remarquable Contreverse de Valladolid. Un esprit universel, érudit et clair. 

Mais ici, ce livre est pour moi l'occasion d'une grande déception.
Sur ce qui ressemble à une trop longue dissertation sur le thème du néant, nous supportons les passages obligés de toutes les approches du temps, de la mort, de l'utilité ou non de nos existences, de la manière de transcender ce néant. L'ensemble se laisse lire car Carrière à du savoir faire mais la substance est trop ténue pour ne pas voir la trame et les artifices du conteur. Nihiliste obligé ou de conviction pour cause de la thématique choisie, Carrière, si lucide par ailleurs, fait ici preuve d'un aveuglement borné bien décevant. Pas de signes de vie après la mort, les religions et Dieu ne sont là que parce que nous les avons inventés pour affronter notre disparition complète. Rien sur les étonnantes expériences de médiumnité qui nous dressent un paysage de l'au-delà, rien sur les signes qui tendent à nous démontrer qu'une intelligence subsiste comme par exemple ceux donnés par les synchronicités, rien sur les multiples phénomènes extraordinaires que produisent les grands mystiques ou les ascètes. Carrière était pourtant très bien placé pour étudier tout cela.
Et des divagations sont forme interrogative sur l'homme immortel, l'intelligence artificielle achèvent un ouvrage qui ne nous apporte décidément pas grand chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SantariniSantarini   16 août 2022
Nous nous réjouissons à chaque naissance, nous nous affligeons à chaque décès (sauf exceptions). Pourtant, la première ne va pas sans l’autre. Chaque nouveau-né est un futur cadavre.
Commenter  J’apprécie          50
TschumTschum   20 septembre 2020
Nous sommes mortels et appelés à disparaître après notre mort. Mais ! "l'Ange exterminateur" n'est pas capable d'anéantir un seul atome. Nos atomes ne cesseront pas d'être, même s'ils nous ont quittés, sans conserver de nous la moindre trace. Même s'ils appartiennent désormais à une autre forme de vie que nous ne pouvons ni choisir ni même prévoir.
Commenter  J’apprécie          20
TschumTschum   20 septembre 2020
L'écriture à la main disparaît petit à petit. Nous tapons sur des touches, mais nous n'écrivons plus.Nous avons tous, désormais, la même écriture. Adieu l'écriture personnelle qui faisait de chacun de nous un individu.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Jean-Claude Carrière (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Carrière
Louis Garrel est toujours où on ne l'attend pas ! Avec La croisade qui, avant sa sortie en salles le 22 décembre, fait partie de la section éphémère "Le cinéma pour le climat" du Festival de Cannes, il s'aventure, avec bonheur, dans le conte écologique, insolent et juvénile.
Abel (Garrel lui-même) et Marianne (Laetitia Casta) découvrent que leur fils Joseph (Joseph Engel, déjà à l'affiche de L'homme fidèle) a vendu en douce leurs objets les plus précieux. Comme d'autres enfants à travers le monde qui se sont donnés pour mission de sauver la planète. ils sont des parents modernes, compréhensifs, qui veulent bien faire le tri entre poubelle bleu et verte, certes, mais tout de même : « Quoi ??? Tu as vendu toutes mes montres de collection ! » hurle papa. « Tu n'as tout de même pas vendu ma petite robe Dior ??? » se désespère maman…
Dernier scénario du grand Jean-Claude Carrière (déjà à l'oeuvre sur L'homme fidèle), cette Croisade débute en chronique anticonsumériste hilarante et riche en autodérision pour fuguer vers une vraie carte ( verte) du tendre où une foi, certes candide, mais vitale, dans l'engagement écologique mènera un groupe d'enfants et Laetitia Casta (décidément magnifique quand elle est filmée et joue au naturel, 100% bio) en plein désert … Une petite bouffée d'oxygène avec de vrais particules de cinéma.
Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤27Facebook15¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
+ Lire la suite
autres livres classés : roman philosophiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
396 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre