AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226623658X
Éditeur : Pocket (02/01/2014)

Note moyenne : 3.37/5 (sur 185 notes)
Résumé :


Le héros de ce roman écrit à la première personne pensait avoir pris la bonne route, vivre comme il l'entendait jusqu'à ce qu'il soit mis en garde à vue pour un incident assez étonnant lors d'une virée festive aux États-unis. Il va faire en prison une rencontre qui va changer le cours de sa vie.

Revenu en France, il va changer son mode de vie, réussir professionnellement jusqu'à ce qu'il rencontre deux autres personnes qui vont fini... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
Tristale
  31 août 2014
un livre qui se lit très vite mais qui dont le contenu est une petite merveille , à mon sens.
l'auteur nous y présente Paul ,un homme qui pense que réussir sa vie se résume ...à réussir. Il est bien sur dans l'erreur car la majorité des gens vivent dans la peur ; la peur de perdre son travail ,la peur de déplaire à son patron, la peur de se fâcher avec son meilleur ami, la peur de tout en fait. Il est comme eux , il a peur ,donc il s'égare ; mais sur son chemin il va croiser ceux qu'il appelle des "yodas" ; des personnes trés différentes mais qui chacune vont lui montrer qu'il ne doit plus avoir peur et qu'ainsi il pourra alors être vraiment lui ,Paul , un homme debout et qui vit pleinement ,enfin. Il connaîtra alors le véritable sens des mots amitié et amour.
Ce livre m'a beaucoup parlé ....et il m'a surtout montré que mon propre cheminement ,qui fut parfois très difficile, m'a amené là où je suis aujourd'hui ,et qui je suis ....je n'ai pas peur . J'ai moi aussi tout au long de ma vie rencontré mes"yodas", je le sais maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
rabanne
  14 juillet 2016
La peur nous coupe de nous-mêmes et du monde qui nous entoure. Elle nous paralyse, nous inhibe, nous rend impuissant, mesquin, colérique, violent. Elle nous détruit à petit feu. Peur de soi, de l'autre, du conflit, de la confrontation, du jugement, de l'échec.
C'est le sujet de cette petite histoire sans prétention. Celle d'un homme qui avance masqué, englué par la peur, obnubilé par la réussite pour y faire face...
Un court roman initiatique, introspectif et positif. Et le fait que narrateur, et l'auteur, soit un homme n'en est plus que rassurant (un homme osant avouer ses peurs). Une lecture plaisante et une plume moderne, mais une intrigue un peu trop entendue, et un positivisme tout de même trop "facile" (du genre coaching mental). L'on ne se défait pas si simplement de ses peurs !
Commenter  J’apprécie          265
soleggiata
  15 février 2014
Un vrai coup de coeur pour ce roman initiatique .
Difficile de résumer sans risquer de fausser l'idée que l'on peut s'en faire. L'essentiel est d'avoir la curiosité de le découvrir et de se tenir debout, bien droit et assuré en arrivant à la dernière page. Il y a effectivement des rencontres qui peuvent changer notre vie où l'idée que l'on s'en fait . Nous donner l'envie, la force, le courage... d'OSER..... d'ÊTRE Soi ... d'EXISTER , de VIVRE
Commenter  J’apprécie          261
QueLire
  17 octobre 2014
Comment se servir d'images et de mots parlant du japon pour vendre un quelconque livre sur la recherche du bien être? En choisissant un titre : Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne. (pour le reste cherchez pas de poésie, vous repasserez même si il y a un ou deux japonais dans le roman)
Bourrés de clichés, de phrases toutes faites, d'idées 1000 fois entendues : on passe du gars que si fait arrêter parce qu'il se faisait faire une gâterie sur la banquette arrière de sa voiture, à la secrétaire donnant sa prime annuelle pour tenter de sauver un petit garçon malade, et on tombe sur le patron de start up imbus de sa personne qui tombe amoureux d'une espèce d'ex soixante-huitarde mi-bobo-écolo.
Du sous Gounelle pour moi.
Commenter  J’apprécie          230
alana
  23 novembre 2014
Comme beaucoup, au vu des critiques déjà parues sur Babelio, je me suis d'abord laissée séduire par la couverture de ce livre qui en fait, dans sa version collector, un bel et attirant objet. Puis un coup d'oeil rapide sur la très légère quatrième de couverture me fit me dire : « Après tout, pourquoi pas ? Qui ne tente rien…. ».
Voici donc ce qui ressort de cette tentative deux jours plus tard.
Antoine Paje a conçu cet ouvrage comme une série de tableaux couvrant approximativement 8 ans de la vie de Paul Lamarche, son personnage principal. Ce dernier relate donc une succession de rencontre avec ceux qu'il appelle rétrospectivement ses « Yodas » - entendez par la des personnes qu'il considère comme des sages - et qui lui ont permis, plus ou moins consciemment, d'atteindre une forme d'éveil sur la question de la compréhension et donc de la maîtrise de ses peurs.
" « Yoddha » signifie « guerrier » en sanskrit et « Yodae » « celui qui sait » en hébreu. Un guerrier de sagesse ? "
Ce court roman, environ 140 pages, de style courant voire familier, s'avère facile et rapide à lire. La forme épurée met en exergue le fond dont le message - exposé dans l'introduction, soutenu dans le corps du récit puis rappelé une énième fois dans l'épilogue - est limpide et immanquable : apprendre à distinguer les « fausses peurs » que l'on se fabrique et les éradiquer comme autant de non sens afin de vivre plus sereinement ou « apprendre à marcher » comme le dit l'auteur.
Seul bémol, même si l'on fait abstraction de l'introduction et de l'épilogue pour ne s'attacher qu'au récit à proprement parler, tout est dit, ou presque, dans le second chapitre « Père Zachary Lamont, Yoda Zach ». le reste ne sert au final qu'à étayer la thèse et enrubanner le tout avec une jolie histoire d'amour très fleur bleue, ce qui n'est en soi pas dérangeant voire agréable même si l'on reste un peu sur sa faim. C'est sans doute le revers obligatoire de la médaille lorsqu'on s'attache à faire passer un message fort mais unique. Cependant, comme le dit si bien Antoine Paje :"" le cheminement importe autant, sinon plus, que la destination." Alors embarquons avec lui et profitons du voyage…
En conclusion c'est un petit roman fort plaisant à lire et qui peut s'avérer utile au développement personnel de chacun, fonction de son degré d'évolution lors de la découverte de l'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (95) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   14 juillet 2016
- Il y a des foireux, des teigneux, des méchants. Mais les vrais, ceux qui sont méchants jusqu'à la moelle, bref irrécupérables, sont rares. Les autres ont peur et ils ne le savent même
pas. Ils sont prêts à mordre, à faire mal pour oublier qu'ils crèvent de trouille, qu'ils ne sont pas puissants dans leur tête.
Commenter  J’apprécie          180
sandraboopsandraboop   28 février 2014
De "indispensables mais souvent chiantes", elles sont aujourd'hui devenues des territoires qui me fascinent. A l'époque, j'avais bouclé l'éternel féminin (pardon pour le poncif) en me disant que les fluctuations hormonales rendaient souvent les femmes imprévisibles, qu'elles étaient beaucoup plus attachées que nous aux aspects sentimentaux, émotionnels, et qu'il fallait composer avec elles, au risque sans cela de passer pour un macho sans coeur.
Ave Leonor, à qui il faut parfois tirer les mots de la bouche, j'ai compris qu'il s'agissait d'une autre lecture de l'univers, des gens, des sensations. J'ai compris aussi que les femmes déchiffrent bien mieux que nous les signes, ces petits graviers que sèment nos chemins, si quelconques qu'il faut vraiment regarder pour les voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Miss-HashMiss-Hash   04 septembre 2014
Un jour, une nuit, on surveille les paupières de l'autre, la façon dont elles se ferment, se serrent, se soulèvent. La façon dont son souffle se retient, puis sort de sa bouche entrouverte. La façon dont ses cuisses se crispent, se détendent, sursautent. La façon dont un murmure, un son de gorge signifie mille chose.
Commenter  J’apprécie          160
ThaliieThaliie   07 septembre 2016
Les gens ont bien du mal à admettre, à simplement comprendre, qu'on puisse saccager quelque chose, eux en l'occurence, sans raison logique. Eh bien, si. Du coup, à chaque brimade, chaque humiliation, ils se demandent ce qu'ils ont fait pour la mériter. Rien. Le problème n'est pas en eux. Il est chez l'autre, le tyran. Ce mec (ou cette femme) mort de trouille, parce que plus ou moins inconsciemment, il sait qu'il n'est pas à la hauteur, mais qui tente de se rassurer en écrasant les autres, en les réduisant à sa merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   22 juin 2015
Tu ne marches pas mon gars, tu rampes, comme une larve. Un être humain ne peut pas ramper, même quand il ignore qu’il se traîne au sol. Ça le rend malheureux. Et un être malheureux, c’est souvent quelqu’un qui rend les autres malheureux. Le pire des cercles vicieux.
Commenter  J’apprécie          140
Video de Antoine Paje (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Paje
Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne
autres livres classés : roman philosophiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
258 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..