AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226137947
Éditeur : Albin Michel (02/05/2003)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Marié avec Hélène et papa d’un petit Max-Max, Alan Falken mène une vie heureuse. Après avoir enseigné à l’université, il travaille pour la société américaine Rexmond comme directeur de recherche dans une unité française de biologie végétale.

Passionné, il a même installé une serre avec des rosiers dans son appartement. Antoine, un de ses principaux collaborateurs, a mis au point un produit qui, administré à l’une des plantes, en modifie la structure ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
zabeth55
  04 juin 2014
Alan Falken est directeur de recherche dans une unité de biologie végétale. Sa femme Hélène et son fils Max-Max le comblent de bonheur. Son assistant Antoine fait une découverte révolutionnaire permettant aux végétaux de se déplacer D'étranges manifestations surgissent dans l'entourage d'Alan. S'ensuivent alors des tractations entre grands groupes de recherches, des complots, des morts.
Le suspense est bien mené, les personnages sympathiques. Un honnête roman qui se lit d'une traite.
Commenter  J’apprécie          150
Folfaerie
  20 février 2011
Cauvin a écrit sur un thème qui m'intéressait bien : la nature pervertie et manipulée dans un but de destruction ! L'idée de départ est très originale, des plantes qui se transforment en tueuses et risquent de déclencher une troisième guerre mondiale ! C'est donc un polar fantastique aux accents écologistes. Alan Falken est directeur de recherches dans un labo privé, filiale française d'une multinationale dans le domaine de l'étude des structures du phénomène végétal. Sujet a priori inoffensif mais c'est sans compter un savant fou, collègue d'Alan, qui découvre qu'il peut rendre les végétaux autonomes et mobiles.
La première victime du rosier tueur qu'Alan héberge chez lui, est le chat de la maison. Commence alors un terrifiant cauchemar pour notre infortuné savant et sa famille. Ces plantes devenues autonomes possèdent un instinct de destruction qui intéresse particulièrement les militaires américains avides de détenir l'arme absolue.
On le sait bien, la folie des hommes est sans limites et le romancier brocarde joyeusement autant le lobby militaire que le monde scientifique. Malgré la noirceur du sujet (angoisse et suspens sont au rendez-vous), Cauvin ajoute une bonne dose d'humour, notamment grâce à la famille Falken, bien sympathique et excentrique à souhait. Sous son apparence de lecture divertissante, le roman amène une saine réflexion autour des manipulations génétiques. Un de mes Cauvin préférés en tout cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
calypso
  19 avril 2017
Ce qui est sûr, c'est que Patrick Cauvin semble avoir beaucoup d'imagination… trop peut-être ? Si j'ai bien accroché à ce roman, je n'ai pu m'empêcher d'imaginer qu'il pourrait avoir moins de succès auprès d'autres lecteurs : une histoire à dormir debout, complètement surréaliste… « L'attaque du rosier tueur » (ainsi pourrait-on renommer l'oeuvre) risque en effet de ne pas convaincre tout le monde. Mais, une fois n'est pas coutume, j'ai fait fi du côté improbable de l'histoire (ce n'est vraiment pas quelque chose qui me dérange dans un roman qui, rappelons-le, est là pour nous présenter une fiction). Patrick Cauvin a une écriture très agréable à lire et, même si ce n'est pas le but premier de ce roman, il a su me faire sourire à plusieurs reprises (ses autres oeuvres sont-elles également teintées d'humour ?). Dans ce roman, nous suivons Alan Falken qui, comme l'auteur, n'est pas dénué d'humour : nous assistons, à travers ses yeux, à l'évolution d'une expérimentation faite par un de ses collègues et ami, Antoine. Des humains, animaux et végétaux, seuls les derniers sont condamnés à rester liés à leur matrice. Pourquoi ? Qu'arriverait-il si ceux-ci devenaient autonomes ? Les recherches d'Antoine l'ont mené à rendre les végétaux autonomes. Quand des oiseaux meurent étrangement sous les fenêtres de la famille Falken et que le petit Max-Max est mystérieusement attaqué en pleine nuit, Alan comprend que quelque chose de grave est en train de se produire…
Alliant habilement science-fiction et théorie du complot, Jardin fatal saura séduire les moins terre-à-terre d'entre vous et vous faire passer un bon moment, comme cela a été le cas pour moi.

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
romantissima
  27 mars 2015
Terrifiant livre qui traite non seulement des manipulations génétiques mais aussi d'un sujet un petit terrifiant , la vengeance de la nature, des plantes en particulier. Et il y a quelques notes un peu plus légères, avec une allusion à une forêt qui marche, comme celle de Macbeth !
Commenter  J’apprécie          00
pgouiffes
  29 septembre 2017
Patrick Cauvin signer un thriller habile et plaisant autour de la recherche végétale.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
calypsocalypso   10 août 2017
La conclusion s’impose : « fenêtres fermées » égale pas de cadavre le lendemain matin. En termes plus précis, la cause de ces morts réside à l’intérieur de la maison. A partir de cette constatation, il est évident que le suspect n°1 devient Olibrius.
Et si le chat cachait son jeu ? Sans aller chercher un machiavélisme exceptionnel dans le crâne de ce félin doté d’un insurmontable crétinisme, on pouvait penser que, l’instinct devenant plus fort, il était arrivé à dépasser sa peur de la gent ailée pour en trucider quelques spécimens et les déposer en offrande à ses maîtres sur le rebord de la fenêtre.
Ce chat est idiot. Nous le savons tous, même Max-Max s’en est aperçu. Idiot et peureux, avec une préférence pour les vestes de tweed auxquelles il peut rester accroché des heures sans bouger, qu’il y ait quelqu’un dedans ou qu’elles soient suspendues dans le placard.
Ce soir, malgré la douceur de la température, je vérifierai la fermeture des fenêtres, et nous verrons bien si je suis digne d’appartenir à la lignée des grands détectives, anglo-saxons et autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PegLutinePegLutine   28 juillet 2013
Pourquoi la quasi-totalité des végétaux ne se déplacent-ils pas comme la quasi-totalité du monde animal? De l'éléphant au protozoaire, tout bouge, chaque individu disposant d'une relative autonomie motrice. Plus exactement, presque tous, car nous sommes dans les sciences de la vie qui n'évitent pas l'exception. En d'autres termes, le végétal naît, croît, se reproduit et meurt au même endroit. C'est un cas unique dans le domaine du vivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
anne_le_bruit_des_vaguesanne_le_bruit_des_vagues   03 janvier 2019
"Le monde est ainsi fait que ce qui est inconnu et d'apparence compliquée touche aux prémices de l'anormalité. Autrement dit, plus vous serez savant, plus vous aurez l'air fou".
Commenter  J’apprécie          00
anne_le_bruit_des_vaguesanne_le_bruit_des_vagues   03 janvier 2019
"Il y avait quelque chose de ridicule dans la colère. Rares étaient ceux à qui elle allait bien, en général c'était pitoyable pour la majorité des gens".
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Patrick Cauvin (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Cauvin
Une minute, un livre. Hommage à Patrick Cauvin.
autres livres classés : végétauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Claude K ou Patrick C ?

En fait c'est Claude qui a commencé à écrire le premier. L'un de ses premiers romans date de 1971, il est paru aux éditions Christian Bourgois avecdes illustrations de Gourmelin. Très tendance à l'époque. Un roman un peu limite SF, mais à l'époque préhistorique...

L'An 01
Les incunables
La famille Pierrafeu
Les innomables
Les comestibles
Les impondérables

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick CauvinCréer un quiz sur ce livre